Étiqueté : réfugiés

Logo du programme "Engaging with the youth of Syria" UNRWA

L’aide internationale dédiée à la jeunesse réfugiée au Liban du point de vue des acteurs locaux

Le Liban a connu ces dernières années une augmentation considérable des flux de financement étrangers à des fins humanitaires ou de développement, pour des projets visant à la fois le sol libanais, avec son importante population de réfugiés, et le sol syrien. Il apparaît notamment que les « jeunes » sont un objectif prioritaire des projets financés par les bailleurs de fonds, et ce plus encore depuis 2011,...

L’exil : un enjeu politique. Le cas des réfugiés kurdes syriens au Kurdistan irakien

L’Irak accueille 400.000 réfugiés syriens (Unhcr, décembre 2015), dont 99 % de kurdes, installés majoritairement dans le nord du pays, au Kurdistan. Intégrée à un contexte où l’atmosphère conflictuelle rend incertaine les tracés nationaux, l’interaction entre ces personnes de même culture mais de nationalités différentes – syrienne et irakienne – devient un enjeu pour la question kurde dans sa dimension régionale. L’apparente ressource culturelle des migrants...

Couverture du rapport Fafo Ambivalent Hospitality. Coping Strategies and Local Responses to Syrian Refugees in Lebanon

Perceptions libanaises des réfugiés syriens au Liban

An English version of this note is available here Difficile pour l’observateur du terrain libanais de ne pas être touché par les répercussions de la guerre civile qui se déroule en Syrie depuis bientôt trois ans. Ses enjeux ne cessent d’alimenter les médias et les débats politiques et vont jusqu’à affecter la formation même du gouvernement libanais. Plus d’un million de Syriens résident au Liban (pour...

Le Kurdistan d’Irak : une entité en construction

Le programme de recherche « Les cartes du nord de l’Irak » a été lancé en septembre 2011. Il est né d’une collaboration entre l’Ifpo, l’Université Salahedin d’Erbil (Irak) et le Gremmo (Groupe de Recherches et d’Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient, Lyon). Le but de ce projet est de réaliser un ouvrage cartographique et analytique des dynamiques socio-spatiales du nord de l’Irak, publié en quatre langues (français,...

Marché du travail et droits sociaux au Liban et au Proche-Orient

L’Institut français du Proche-Orient (Département d’études contemporaines) a organisé une table-ronde sur ce thème à Beyrouth, les 14 et 15 avril dernier, en coopération avec la Fondation Friedrich Ebert. À l’intention de ceux qui n’ont pu y assister, nous proposons ci-dessous un bref résumé des débats. Dès lors qu’on s’intéresse au marché du travail et aux droits sociaux au Proche-Orient, la première difficulté tient à l’absence de données chiffrées sérieuses. Sans recensement, dans le cas du Liban, il est difficile de construire un échantillon représentatif, de sorte qu’aucune enquête par sondage, aussi sophistiquée soit-elle, n’est vraiment fiable, ainsi que l’a rappelé K. Hamdane. La Syrie et la Jordanie procèdent il est vrai à des recensements périodiques, et produisent des chiffres et bases de données dans différents domaines. Il n’en reste pas moins que dans les trois pays, les problèmes posés par la définition des catégories (comment mesurer le chômage, l’activité des femmes ? le travail à domicile ?), par les déclarations erronées ou incomplètes, et par la volatilité de nombre de situations individuelles, rendent tous les chiffres problématiques – du moins quant aux valeurs absolues. On peut en revanche dessiner des tendances.