Le Palais Jeday : Résidence du consul de France à Beyrouth. Essai de situation

Consulat de France à Beyrouth : [photographie négative] / [Louis Vignes] Vignes, Louis (1831-1896). Photographe

Consulat de France à Beyrouth : [photographie négative] / [Louis Vignes] Vignes, Louis (1831-1896). Photographe. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69399633/f4.item

Les Carnets de l’Ifpo accueillent également des textes rédigés par des étudiant·e·s de niveaux Master et Master 2 travaillant sous la direction d’enseignant·e·s et de chercheur·e·s de l’Institut ou ayant effectué un stage ou un terrain en lien avec ses activités scientifiques. Compte-rendus de lecture et de stage, retours de terrain, synthèses de premiers travaux de recherche rédigés par ces étudiant·e·s sont appelés à alimenter régulièrement les Carnets de l’Ifpo. Alexis Charrier, étudiant à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, où il prépare un mémoire intitulé « Le consulat de France à Beyrouth – 1841-1860 ».

La photographie est-elle une source fiable pour l’historien ? Peut-on donner crédit à une légende ? C’est ce que nous voudrions interroger à propos de la photographie intitulée « Consulat de France » (ill.1) de Louis Vignes, officier de marine. C’est le départ de cette recherche sur les lieux de la présence consulaire à Beyrouth. Deux tirages sont connus et datés de 1862 : l’un provenant de la Bibliothèque Nationale de France, l’autre du fonds du collectionneur Fouad C. Debbas, conservé au musée Sursock de Beyrouth. Nous avons donc une photo, une date et une légende. Démarre ainsi une enquête pour localiser et retracer l’histoire de l’édifice.

Cette recherche s’inscrit dans le cadre d’un mémoire, en vue de l’obtention du Diplôme de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, et portant sur le consulat de France à Beyrouth.  Nous cherchons à décrire son fonctionnement, ses réseaux, son influence durant les années 1841 à 1860. Deux décennies qui vont de la fin de l’occupation de la Syrie par les Egyptiens à l’intervention militaire de la France. Le rôle crucial des consulats des puissances étrangères auprès des autorités ottomanes et des différentes communautés a déjà été souligné, notamment par Henry Laurens (2017). Notre but est donc de décrire l’activité consulaire de la France à cette époque charnière et dans cette partie de l’Empire Ottoman. En résidence à l’Ifpo, il nous a semblé opportun d’essayer de situer les lieux de la diplomatie française dans Beyrouth.

Quelles sont les sources à notre disposition ? Essentiellement les Archives Diplomatiques du ministère des Affaires Étrangères, conservées sur les sites de La Courneuve ou à Nantes. Des dizaines de milliers de papiers officiels – lettres, registres, livres de comptabilité, actes notariés, etc., portent la seule mention « Consulat de France à Beyrouth », sans plus d’indications sur les enveloppes des courriers provenant du ministère des Affaires étrangères. Un classeur nommé « Immeubles » répertorie les édifices de la diplomatie française dans le monde. On y trouve l’historique de l’achat, de la construction, des travaux, et il est fort complet sur certains postes, mais totalement vide sur Beyrouth au XIXe siècle. Les documents n’ont pas disparu, ils n’ont sans doute jamais existé, aucune archive du ministère donc pour la localisation du consulat.

Il existe cependant quelques clichés photographiques représentant une belle demeure de style ottoman et qui ont pour légende « Le consulat de France », reproduits dans plusieurs ouvrages consacrés à Beyrouth. Il nous faut donc partir de ces documents pour retrouver le bâtiment du consulat ou/et la maison du consul qui sont deux entités différentes mais le plus souvent confondues dans les légendes photographiques. Pour localiser le bâtiment de la photographie il reste au chercheur les cadastres, les archives, les plans de la ville, les gravures, les journaux et les correspondances des voyageurs plus ou moins illustres qui évoquent parfois des visites ou des réceptions chez le consul, nous y reviendrons plus loin.

Nous avons aussi sollicité des historiens, architectes, archivistes de différentes institutions de Beyrouth (American University of Beyrouth, Bibliothèque Orientale-USJ, Musée Sursock, Bibliothèque Nationale du Liban) qui ont été d’une grande aide. Mais c’est dans la riche bibliothèque de l’Ifpo que nous avons trouvé la première information utile. En effet, Jens Hanssen, dans son livre :  Fin de siècle Beirut.  The Making of an Ottoman Provincial Capital (2005), associe la photographie de Louis Vignes au Palais Jeday. De plus, il renvoie à un ouvrage en allemand intitulé Villen in Beirut de Ralph Bodenstein (2005), qui sera notre principale source de renseignements. Cet opus très complet sur les demeures ottomanes à Beyrouth comprend une brève histoire du Palais Jeday et précise sa localisation. Le Palais Jeday se trouvait dans le quartier de Zoqaq al-Blatt, à un emplacement occupé aujourd’hui par l’Ecole des Sœurs de St. Joseph de l’Apparition, entre les rues Boutros Boustany, Abdel Kader et Patriarcat. Les différentes campagnes de travaux d’agrandissement de l’école en 1920 et 1930 n’ont laissé aucun vestige de l’ancien palais. Une visite des lieux n’a rien révélé, sinon la triste réalité de la disparition du bel édifice. De même les archives de l’institution ont disparu dans un incendie.

Revenons à la seule source dont nous disposons à ce stade de l’enquête, l’étude de R. Bodenstein, qui précise que le Palais Jeday appartenait à Yusuf Dimitri Jeday, famille grecque-catholique, et lequel fut un riche marchand de soie, banquier et membre du conseil municipal autour des années 1880. Nous avons interrogé l’archevêché grec-catholique : les archives ont été détruites pendant la guerre civile et on perd la trace de la famille Jeday, qui a, semble-t-il, quitté le Liban à la fin du XIXe siècle.

Voyage en Orient / Recueil photogr. exécuté par Louis de Clercq Clercq, Louis de (1837-1901). Photographe

Voyage en Orient / Recueil photogr. exécuté par Louis de Clercq Clercq, Louis de (1837-1901). Photographe. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53192910s/f66.item

Retour sur le bâtiment. Que sait-on sur sa construction ? Toujours d’après R. Bodenstein, elle s’est déroulée en deux temps : le rez-de-chaussée avec un toit terrasse vers 1850 (ill.2) puis l’étage auquel fut ajouté un toit en tuiles en deux parties vers 1860.  La caractéristique la plus remarquable est la grande galerie ouverte, occupant toute la façade nord, avec des rangées d’arcs décoratifs décalés sur de minces colonnes de marbre. Un jeune diplomate espagnol, Adolfo de Mentaberry, de passage à Beyrouth en 1866, l’a décrite dans son Voyage en Orient (1873). Il relate une visite à Yusuf Jeday et s’extasie devant la magnificence des lieux :

« Ce qui a le plus attiré mon attention dans cette maison fut la magnifique galerie qui borde la partie sud de l’étage principal. Elle est formée de vingt-quatre ogives soutenues par quarante-huit colonnes de marbre blanc très fines, posées sur un socle de mosaïque, fait de marbres magnifiques, jaspes rares, nacre transparente, agates exceptionnelles et inscriptions dorées. De part et d’autre, de confortables divans et de précieux tapis couvrent le sol, lui aussi de mosaïque, et quelques lampes de cuivre de Bagdad semblent se détacher des fresques colorées du plafond. Perpendiculairement, en dessous, se trouvent de petits réverbères fabriqués avec des morceaux de miroirs disposés en forme d’étoile. Cette galerie tombe sur un jardin et reçoit, par conséquent, les émanations voluptueuses des orangers, qui se meuvent doucement, tandis que les doubles jasmins d’Inde couvrent le mur avec leur échelle de verdure… » (Mentaberry 1873, p.114/115)

Bodenstein nous apprend aussi l’existence d’une copie d’un contrat de location au nom de John Wilson, datée de 1867, et qui détaille la composition du rez-de-chaussée : sept chambres, une cour, une cuisine et ses dépendances. C’est sans doute ici que le consul de France, qui a donc précédé John Wilson comme locataire du palais, logeait et recevait ses invités. Deux indices nous autorisent à le penser. Tout d’abord le journal de la Comtesse de Perthuis, mère d’Edmond de Perthuis (président de la Société du Port de Beyrouth), texte longtemps inédit, découvert et publié par F.C. Debbas (2007). Son journal est une mine d’informations sur la vie beyrouthine. A la date du 3 mai 1860, elle écrit : « M. Bentivoglio nous donne dîner et soirée. Il est délicieusement établi dans une maison nouvellement bâtie sur le chemin qui conduit à notre ancienne habitation. » Il s’agit du consul de France en poste depuis mai 1859 et jusqu’en novembre 1861, donc dans la période des troubles de la Montagne.

Bentivoglio sur le perron du consulat », Louis de Vignes – 1860

Bentivoglio sur le perron du consulat », Louis de Vignes – 1860, image reproduite avec l’aimable autorisation du Musée Sursock de Beyrouth

D’autre part, une photographie montre le Comte de Bentivoglio fumant le chibouk sur le perron du Palais Jeday (ill.3). Nous sommes dans la maison du consul et cette photo du perron laisse supposer qu’il résidait au rez-de-chaussée : lieu d’apparat où l’on reçoit les hôtes de marque, les voyageurs illustres, les dignitaires ottomans, les consuls des autres puissances européennes, et où on organise des fêtes. La Comtesse de Perthuis note dans son journal à la date du 27 septembre 1860, peu après le débarquement du corps expéditionnaire français : « Grand dîner chez notre consul, tous les commissaires et leurs femmes, les autorités militaires et civiles, dans la grande salle c’est vraiment splendide. »

Bentivoglio avait sans doute une fortune personnelle plus conséquente que celle de ses prédécesseurs, pour être en mesure de s’établir dans une résidence aussi luxueuse. Car durant la période qui nous occupe, les consuls successifs à ce poste se logeaient à leurs frais. En effet le ministère des Affaires Etrangères dotait les services du consulat d’un traitement global. En revanche, il ne prévoyait rien pour l’habitation. Le règlement du 20 septembre 1838 stipule en effet que : « Les loyers des maisons d’habitation sont à la charge des agents, qui doivent également subvenir à l’achat et à l’entretien de leur mobilier. » Or la correspondance consulaire fait état régulièrement des difficultés pécuniaires dues à la faiblesse du traitement. Ainsi, le 10 Juillet 1844, Eugène Poujade, consul-gérant en 1844-1845, s’adresse à François Guizot, ministre des Affaires Etrangères :

« Je n’ai eu aucun frais d’établissement, et j’ai été obligé de louer une maison pour dix-huit mois sans savoir au juste le temps que je dois passer dans cette résidence, n’ayant pu l’obtenir pour un temps moindre ; et de plus, il m’a fallu en payer le loyer par avance et donner la somme considérable de deux mille trois cents francs ». (Archives diplomatiques du Ministère des affaires étrangères, Paris, 42CCC, microfilm P14860)

Le 31 octobre 1848, sur le même sujet, Nicolas Bourée, consul général de 1839 à 1849, écrit au ministre Jules Bastide :

« Le traitement de Beyrouth est de dix-huit mille francs, et ce poste n’a pas de maison consulaire appartenant à l’Etat, comme les autres consulats du Levant. Ce traitement doit subvenir à des dépenses de représentation qui sont imposées par la nécessité, et nullement déterminées par la volonté de l’agent » (Archives diplomatiques du Ministère des affaires étrangères, Paris, 42CCC, microfilm P14862)

Outre ces lettres nous n’avons malheureusement pour l’instant aucun document mentionnant les demeures des précédents consuls.

Khan Antoun Bey », anonyme – c.a. 1870, image reproduite avec l'aimable autorisation du Musée Sursock de Beyrouth

Khan Antoun Bey », anonyme – c.a. 1870, image reproduite avec l’aimable autorisation du Musée Sursock de Beyrouth

Qu’en est-il du consulat ? Grâce aux plans de la ville conservés à l’Université Américaine de Beyrouth et que nous avons pu consulter, il apparaît que le consulat de France était situé près du port dans le Khan Antoun Bey (ill.4). Ce que corrobore Samir Kassir dans son Histoire de Beyrouth (2003), où il relate les bouleversements de la cité dans la période qui nous occupe. La France, à l’instar des autres nations, installe le consulat de France à Beyrouth en 1837. Le consulat est au centre d’un réseau d’agences consulaires : Tripoli, Lattaquié, Saïda, Caïffa, St. Jean d’Acre, Jaffa. Le port s’agrandit et peut accueillir les bateaux à vapeur, des négociants de toutes les nations s’y installent et font fructifier le commerce avec les ports d’Europe. La population, durant cette période, est multipliée par quatre ou cinq et atteindra cent mille habitants à la fin du siècle. De nombreux réfugiés des conflits de la Montagne vont s’installer durablement à Beyrouth. Le rôle du consulat de France est d’accompagner la transformation de la Syrie historique en soutenant les réformes des autorités ottomanes. C’est la ville de Beyrouth qui en profite le plus en devenant la ville principale du commerce. Outre l’appui aux négociants français, le consul a, bien-sûr, une fonction politique, il rend compte au ministre de la situation intérieure du pays mais aussi du jeu d’influence des autres puissances. La France, soutien historique des chrétiens et plus particulièrement des maronites, se doit cependant de tenir une position équilibrée dans les conflits communautaires du Mont-Liban. En 1860, c’est donc le rez-de-chaussée du Palais Jeday, lieu d’exercice de la fonction politique du Consul (et non le consulat à proximité du port, espace plus probablement dédié à sa fonction commerciale), qui sera le lieu de rencontres avec les cheikhs druzes et maronites, puis accueillera le général Beaufort d’Haupoul, chef du corps expéditionnaire français et les commissaires des autres nations. Le Palais Jeday a disparu mais il aura été un lieu de décisions essentielles pour l’avenir du pays.

Bibliographie

  • BODENSTEIN Ralph, Villen in Beirut. Wohnkultur und sozialer Wandel, 1860-1930, Petersberg: Michael Imhof Verlag, 2012.
  • DEBBAS Fouad C, Des photographes à Beyrouth, 1840-1918, Editions Marval, 2001.
  • HANSSEN Jens, Fin de siècle Beirut. The Making of an Ottoman Provincial, Oxford, Clarendon Press, 2005.
  • KASSIR Samir, Histoire de Beyrouth, Fayard, 2003.
  • LAURENS, Henry, Les crises d’Orient. 1768-1914, Paris Fayard Histoire, 2017.
  • MENTABERRY Adolfo de, Viaje a Oriente de Madrid a Constantinopla, Berenguillo, impressor, Huertas. 1873.
  • PERTHUIS Comtesse de, Voyages en Orient, journal de la comtesse de Perthuis, 1853-1855&1860-1862, Editions Dar An Nahar, Beyrouth, 2007.

Archives

  • Archives Diplomatiques du ministère des Affaires étrangères
    • Correspondance consulaire et commerciale – 42CCC
  • Centre des archives diplomatiques de Nantes
    • Archives des postes Beyrouth – Série A

Photographes

  • Louis Vignes (1831-1896), officier de marine, organise le débarquement du corps expéditionnaire français en 1860 à Beyrouth.
  • Louis de Clercq (1836-1901), collectionneur d’antiquités et photographe amateur.
  • Raoul de Saint Seine (1836- ?) voyageur, séjourne à Beyrouth en 1861.
  • Jean-Baptiste Charlier (1822-1907) entrepreneur, s’installe au Liban en 1845. Photographe amateur, il ouvre une librairie en 1867 à Beyrouth.

Credits photographiques

  • Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France :
  • Illustrations 3 et 4 : Fonds Fouad C. Debbas, Musée Sursock, Beyrouth.
  • Les légendes des photos sont celles indiquées sur les documents originaux.

 

Pour citer ce billet : Alexis Charrier, « Le Palais Jeday : Résidence du consul de France à Beyrouth. Essai de situation », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient , https://ifpo.hypotheses.org/9751, le 11 janvier 2020. [En  ligne sur hypotheses.org]

Auteur

Après une carrière dans la conservation et la restauration du patrimoine monumental et artistique, Alexis Charrier s’est engagé dans une recherche sur « Les Echelles du Levant ». Dans le cadre de l’EPHE, il étudie plus particulièrement le fonctionnement et l’influence des consulats français au Proche-Orient au XIXe siècle.


Vous aimerez aussi...