Retour de terrain, Amyan 2019 : Première mission de recherche sur un site de la plaine d’Akre (Kurdistan irakien)

Le site d’Amyan est situé dans la plaine d’Akre, à mi-chemin entre Tell Brak et Kunara, à 55 km au nord-ouest d’Erbil et à 12 km au sud-est de Gomel (Fig. 1). D’une largeur approximative de 30 km, cette plaine extrêmement fertile et densément occupée dans l’Antiquité est délimitée au nord par les contreforts de Zagros, au sud par les monts Jebel Maqlub et Bardarash, à l’ouest par la plaine de Dohuk et par le lac moderne de Mossoul, et à l’est par le grand Zab. Le site d’Amyan est composé d’un tell haut et d’une ville basse, en partie recouverte par un village moderne (Fig. 2). Le ramassage de surface a mis en évidence une occupation du site au cours des périodes suivantes : Chalcolithique tardif, Ninivite 5, deuxième moitié du IIIe millénaire, Bronze moyen, Mitanni, médio-assyrien, néo-assyrien, hellénistique, parthe, islamique. Les périodes les plus représentées sur le site sont l’âge du Bronze ancien et du Bronze moyen (IIIe et IIe millénaires av. J.-C.).

Figure 1 : localisation du site d’Amyan, dans la plaine d’Akre (d’après Morandi & Iamoni 2015

Figure 1 : localisation du site d’Amyan, dans la plaine d’Akre (d’après Morandi & Iamoni 2015)

L’objectif global du projet de recherches archéologiques à Amyan porté par l’Ifpo est de mieux comprendre la Mésopotamie du nord dans la région du Kurdistan irakien actuel, plus particulièrement dans la région autour des villes modernes de Dohuk et Akre, région peu exploitée archéologiquement à l’heure actuelle. Les trois objectifs à long terme du projet sont :

– la mise en place d’une séquence chronologique complète de l’occupation du site et d’un référentiel typologique céramique régional ;

– l’étude des niveaux de l’âge du Bronze ;

– l’étude de l’environnement du site dans la plaine.

Considérations topographiques

De forme ovoïde, orientée NE-SO, le tell mesure approximativement 110 m sur 75 m (env. 8 250 m2) dans sa partie supérieure et 165 m sur 110 m à sa base (env. 17 820 m2) (Fig. 2). Le point le plus haut se situe à environ 26 mètres au-dessus de la plaine. Selon les habitants du village moderne, un cimetière sassanide pourrait y être situé.

Figure 2 : le site d’Amyan, composé d’un tell et d’une ville basse partiellement recouverte par un village moderne ; la tranchée du secteur A est en noir (d’après https://www.bing.com/maps)

Figure 2 : le site d’Amyan, composé d’un tell et d’une ville basse partiellement recouverte par un village moderne ; la tranchée du secteur A est en noir (Mission archéologique d’Amyan)

Cette partie haute du site présente quelques curiosités topographiques. Les premières résultent d’affrontements entre l’armée de Saddam Hussein et les peshmergas en 2003. Ces derniers se sont installés sur la pointe ouest du monticule, ce qui explique la tranchée clairement visible sur les vues satellites (Fig. 2). Des traces de ces combats sont également présentes plus loin au nord, où des cratères sont clairement visibles à la surface. Toutefois, selon les habitants du village, le plus grand d’entre eux serait une fosse résultant de fouilles illégales menées dans les années 70, creusée à une profondeur de 13 mètres.

La pente du tell, sur le côté ouest, est très forte, certainement en raison de la rivière Kurabak qui coule de ce côté et aurait entrainé une érosion accentuée. En revanche, la pente sur les côtés nord, sud et est est plus douce et montre de multiples « plateformes ». Leur présence peut être expliquée de trois manières, autant d’hypothèses de travail que les fouilles archéologiques aideront à résoudre. La première hypothèse est qu’elles résultent de travaux de terrassement. La deuxième hypothèse s’explique par la présence des restes d’un rempart ou d’un mur d’enceinte. La dernière hypothèse est liée à une occupation différenciée du tell à travers le temps.

Figure 3 : photographies du programme Corona (prises le 16 aout 1968 pour les deux premières et le 3 aout 1969 pour la troisième) (https://corona.cast.uark.edu/atlas#zoom=17¢er=4853240,4374718) (Center for Advanced Spatial Technologies, University of Arkansas/U.S. Geological Survey)

Figure 3 : photographies du programme Corona (prises le 16 aout 1968 pour les deux premières et le 3 aout 1969 pour la troisième) (https://corona.cast.uark.edu/atlas#zoom=17¢er=4853240,4374718) (Center for Advanced Spatial Technologies, University of Arkansas/U.S. Geological Survey)

Le site haut est ceint d’une ville basse, malheureusement partiellement occupée par le village moderne. L’exploration en est donc plus malaisée. Il existe toutefois des images qui nous permettent de mieux cerner cette occupation basse. En effet, les photographies aériennes déclassifiées du programme Corona, prises en août 1968 et août 1969, à une époque où le village n’existait pas, montrent que l’occupation basse du site était concentrée dans sa partie sud (fig. 3). Elles semblent également montrer, sur le côté sud-ouest, un établissement de forme rectangulaire, que de prochaines fouilles devront permettre de comprendre et de dater.

Fouilles archéologiques

Les recherches archéologiques de la première campagne de fouilles avaient pour objectif d’explorer les différents niveaux d’occupation du site haut afin d’avoir une vision d’ensemble de la chronologie de l’occupation du site. Pour cette raison, une tranchée orientée E-O a été ouverte sur le flanc est du tell (secteur A), mesurant 32 m de long et 3 m de large (Fig. 2). Elle a été divisée en trois zones (chantiers A1, A2 et A3) de 10 m de long, séparés par deux bermes de 1 m de large.

Les résultats de cette première campagne ont clairement confirmé l’importance d’Amyan comme étant l’une des principales villes de la plaine, contrôlant probablement la route menant de Ninive vers l’arrière-pays, au nord-est. En effet, la tranchée n’a pas révélé une succession d’occupation, mais une structure massive, résultant d’un urbanisme planifié : un mur, probablement un mur d’enceinte (rempart ?) dans le chantier A2 (Fig. 4). Ce mur, d’une largeur de 3,60 m, conservé sur une hauteur de 2,62 m, et orienté N-S, a été construit avec des briques crues carrées (36 x 36 x 12 cm) et des demi-briques (18 x 36 x 12 cm).

Figure 4 : le mur d’enceinte dans le chantier A2 (photographie MAA)

Figure 4 : le mur d’enceinte dans le chantier A2 (Mission archéologique d’Amyan)

Ce mur repose sur une structure massive, soit un glacis, soit une terrasse, dégagée dans le chantier A3. Orienté N-S, cette structure est composée de briques carrées (env. 40 x 40 cm), en mauvais état de conservation et de consistance extrêmement hétérogène sur la paroi ; elles sont toutefois bien mieux conservées et installées avec plus de soin dans le cœur de la masse. Faute de temps, cette masse de briques crues n’a pas pu être entièrement mise en évidence, mais dans les limites du chantier, une largeur minimum de presque 4 m et une hauteur minimum de 3 m environ ont été dégagées.

Figure 5 : mur et cour d’un bâtiment dans le chantier A1 (photographie MAA)

Figure 5 : mur et cour d’un bâtiment dans le chantier A1 (Mission archéologique d’Amyan)

Dans la partie supérieure de la tranchée se trouve un bâtiment dont un seul mur et une partie d’une probable cour ont été dégagés, dans le chantier A1 (Fig. 5). Ce bâtiment repose sur une couche de nivellement. Bien que localisé plus haut que le mur d’enceinte, il est probable que ce bâtiment appartienne à la même période et donc au même plan d’urbanisme.

Étude du matériel

L’étude du matériel céramique, toujours en cours, a impliqué une quantification prenant en compte les fragments diagnostiques, ainsi que les groupes céramiques et les décors. Si une analyse plus précise doit maintenant être réalisée, certains éléments intéressants ont déjà été mis en avant. Une partie des assemblages remontent à l’âge du Bronze Moyen et du Bronze Réent tandis que d’autres vaisselles peuvent être associées aux productions céramiques déjà bien connues dans la région (Nimrud, Ninive ou à Tulul al-Aqar) à l’époque néo-assyrienne (Fig.6).

Figure 6 : vaisselle mi-fine retrouvée à Amyan, spécifique de l’âge du Bronze moyen et récent (MAA)

Figure 6 : vaisselle mi-fine retrouvée à Amyan, spécifique de l’âge du Bronze moyen et récent (Mission archéologique d’Amyan)

L’étude des objets est également toujours en cours, mais on peut déjà mentionner quelques découvertes intéressantes, parmi lesquelles une collection de clous en terre cuite, souvent utilisés fichés dans des murs, certains avec une section quadrangulaire (Fig. 7). Datant probablement de la fin du IIe millénaire av. J.-C. ou peut-être de la période néo-assyrienne, ces clous sont caractéristiques de l’ornementation des temples. Malheureusement, ils n’ont pas été découverts en contexte. Il faut également mentionner, toujours hors contexte, deux pointes de flèche en métal, des figurines animales, une lampe non finie et une quantité très importante de scories, en terre cuite pour la plupart, certaines pouvant être des scories de métal. Ces scories ont été découvertes dans tous les chantiers de la tranchée, ce qui va également dans le sens de structures appartenant à la même phase et à la proximité d’un atelier.

Figure 7 : quatre fragments de clous en terre cuite, à section ronde, carrée et rectangulaire (photographie MAA)

Figure 7 : quatre fragments de clous en terre cuite, à section ronde, carrée et rectangulaire (Mission archéologique d’Amyan)

Conclusion

Cette première campagne de fouilles à Amyan a permis de déterminer qu’il s’agit d’un site important, soumis à un pouvoir central fort, seul capable de planifier d’importants travaux dont les vestiges ont été mis au jour cette année. Néanmoins, les prochaines campagnes permettront d’approfondir nos connaissances sur la chronologie du site et plus particulièrement les modalités d’implantation de l’établissement et les dynamiques de peuplement du site principal et des petits sites environnants entre les IVe et Ier millénaires av. J.-C.

Remerciements

Je tiens à chaleureusement remercier l’équipe de cette première campagne (du 7 au 11 avril pour la mission topographique et du 19 mai au 16 juin pour la campagne de fouilles archéologiques), Narmin Ali Amin (univ. Salahaddin-Erbil), Taos Babour (associée CNRS-UMR 7041), Soizik Bechetoille (Ifpo Amman), Laurent Colonna d’Istria (univ. Liège), Morgane Pique (univ. Lille) et Omar Sharef (DA Akre). Mes sincères remerciements vont également à nos collègues kurdes de la Direction des Antiquités pour leur soutien, plus particulièrement Kayfi Ali, directeur général, et Hiwa Shimal, directeur de la région d’Akre. Enfin, nous remercions tous ceux qui ont permis la création de la mission : à l’Ifpo, Michel Mouton, directeur, et Dominique Pieri, directeur du Département d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité ; au Service de Coopération et d’Action culturelle de l’ambassade à Bagdad, Jean-Noël Baléo, Conseiller de coopération et d’action culturelle ; et au Consulat général de France à Erbil, Dominique Mas, Consul général. Je remercie enfin l’Ifpo, l’université de Liège et l’université de Lille pour leur soutien financier.

Bibliographie indicative

Charpin D. & Zigeler N., Mari et le Proche-Orient à l’époque amorrite : essai d’histoire politique, SEPOA, Paris, 2003.

Frayne D., « The Zagros Campaigns of the Ur III Kings », Journal of the Canadian Society for Mesopotamian Studies 3, 2008, pp. 33-56.

Gavagnin K., « The Land of Niniveh Archaeological Project: a Preliminary Overview on the Pottery and Settlement Patterns of the 3rd Millenium BC in the Northern Region of Iraqi Kurdistan », in Kopanias K. & MacGinnis J. (dir.), The Archaeology of the Kurdistan Region of Iraq and Adjacent Regions, Archeopress, Oxford, 2016, pp. 75-85.

Gavagnin K., Iamoni. M. & Palermo R., « The Land of Niniveh Archaeological Project: the Ceramic Repertoire from the Early Pottery Neolithic to the Sassanian Period », Bulletin of the American School of Oriental Research 375, 2016, pp. 119-169.

Kopanias K. & MacGinnis J. (dir.), The Archaeology of the Kurdistan Region of Iraq and Adjacent Regions, Archeopress, Oxford, 2016.

Kozad Mohamed A., The Beginnings of Ancient Kurdistan (c. 2500-1500 BC): a Historical and Cultural Synthesis, thèse de doctorat, université de Leyde, 2012.

Morandi Bonacossi D. & Iamoni M., « Landscape and Settlement in The Eastern Upper Iraqi Tigris and Navkur Plains: the Land of Nineveh Archaeological Project, Seasons 2012–2013 », Iraq 77, 2015, pp. 9-39.

Morandi Bonacossi D., Qasim H., Coppini C., Gavagnin K., Girotto E., Iamoni M. & Tonghini C., « The Italian-Kurdish Excavations at Gir-e Gomel in the Kurdistan Region of Iraq. Preliminary Report on the 2017 and 2018 field seasons », Mesopotamia 53, 2018, pp. 67-162.

Wilkinson T. & Tucker D., Settlement Development in the North Jazira, Iraq, British School of Archaeology in Iraq, Warminster, 1995.

Pour citer ce billet : Barbara Couturaud, « Retour de terrain, Amyan 2019 : Première mission de recherche sur un site de la plaine d’Akre (Kurdistan irakien) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient , https://ifpo.hypotheses.org/9643, le 02 décembre 2019. [ En  ligne sur hypotheses.org]

Auteur

Barbara Couturaud est archéologue, chercheure à l’Ifpo et responsable de l’antenne d’Erbil. Ses recherches portent sur l’archéologie et l’iconographie mésopotamienne au Bronze ancien (IIIe millénaire av. J.-C.). Elle dirige également les fouilles sur le site d’Amyan.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/barbara-couturaud/


Vous aimerez aussi...