Réseaux et pratiques commerciales entre les zones de l’opposition et celles du régime en Syrie du sud-ouest. Analyse de la presse d’opposition entre juillet 2017 et mars 2018 (2)

Ce billet s’inscrit dans une série en deux parties sur les réseaux commerciaux en Syrie du sud-ouest (provinces de Deraa, Quneitra, Suweida et région de Damas), à travers l’étude d’un segment de la presse d’opposition syrienne paru entre juillet 2017 et mars 2018. Un premier billet montre une complémentarité économique structurelle entre les zones de l’opposition et celles du régime et présente les pratiques commerciales des acteurs dans ces territoires. Dans ce second billet, nous analysons trois chaînes de production et de vente dans le conflit : pétrole, produits agricoles et matériaux de construction.

La forme des réseaux commerciaux étudiés et leurs conséquences socio-économiques dans les zones de l’opposition révèlent, pendant la période choisie, une situation asymétrique en faveur du régime.

1. Importer du pétrole en Syrie du sud-ouest: du mazout daeshi au monopole du régime

Les ressources pétrolières du pays sont situées au centre et au nord-est du pays. Les zones contrôlées par l’opposition dans le sud-ouest syrien doivent en importer, notamment pour alimenter leurs équipements agricoles, systèmes d’irrigation et générateurs électriques. L’approvisionnement en pétrole du sud-ouest syrien repose jusqu’en août 2017 sur un réseau de contrebande et s’effectue par voie routière. Il prend son origine dans les champs de pétrole de la région de Deir Ez Zor, alors tenue par l’État Islamique. À travers une route complexe de passeurs et de checkpoints entre les zones du régime et celles de l’opposition, le « fioul de Daech » arrive à Deraa et Quneitra par l’est, via la province de Suweida. Le prix du baril est relativement bas, 250 Livres Syriennes (LS) le litre (0.50$), et permet une indépendance stratégique aux régions « libérées » vis-à-vis du régime.

FIGURE 1 : MATÉRIEL D’UN VENDEUR DE FIOUL À DERAA
(Crédits photographiques : Enab Baladi, janvier 2017)

Entre fin juillet et début août 2017, le régime lance une offensive au sud-est de la province de Suweida, vers un ancien point de passage syro-jordanien, s’empare d’une bande de territoire et coupe ainsi la route d’approvisionnement de ce carburant bon marché. Le pétrole arrive désormais des zones contrôlées par le régime et, au moins partiellement, par voie routière. Le prix du baril a été régulièrement augmenté par les autorités. Pour l’acheminer en Syrie du sud-ouest, il faut y ajouter des coûts supplémentaires (taxes propres au franchissement de la ligne de démarcation, transport). Dans les semaines qui suivent, le litre passe ainsi à 500 LS (1$).

Ce doublement du prix du carburant juste avant la saison des récoltes (août – novembre) affecte les agriculteurs. Nos sources mentionnent d’abord les petits producteurs, qui, ne pouvant tout simplement pas supporter cette augmentation des coûts de production, arrêtent leurs systèmes d’irrigation et leurs machines. Pour ces populations précaires, la récolte se limite alors à l’autosubsistance et ne permet plus de dégager de surplus sur les marchés. D’autres, au capital financier plus conséquent, voient leurs coûts de production dépasser les revenus engendrés par la vente de leurs produits. Les phénomènes de surproduction et la pauvreté des populations du sud-ouest syrien semblent empêcher toute augmentation du prix de ces produits sur les marchés locaux. Rappelons qu’en 2016, selon l’étude de l’ONG CARE auprès de 1200 foyers de Syrie du sud-ouest, près de neuf foyers sur dix vivent sous le seuil d’extrême pauvreté et dépendent de l’aide alimentaire extérieure pour leur survie quotidienne. Les producteurs sont ainsi contraints à l’endettement ou à chercher d’autres sources de revenus pour s’adapter à cette réduction de leurs profits. Dans ces cas là, nos sources ne mentionnent pas de tentatives d’écouler la production dans des marchés situés dans les zones du régime où les prix des produits du sud-ouest sont plus élevés.

Enfin, le monopole du régime sur l’approvisionnement en pétrole met en difficulté les groupes d’opposition. Damas contrôle désormais les prix, les taxes aux checkpoints, les axes de transport et les autorisations de passage. Se pose ainsi la question de l’indépendance des zones de l’opposition et de leur vulnérabilité vis-à-vis d’une ressource aussi stratégique. Dans l’éventualité d’une reprise des hostilités, un agriculteur évoque dans The Syrian Observer des stratégies de contrôle de la consommation de pétrole et de préparation à en être coupé à tout moment.

2. Exporter les produits agricoles du « grenier de Damas »

Dans son rapport sur la sécurité alimentaire en Syrie du sud, l’ONG CARE estime que plus de 70% de la population du sud-ouest syrien avant-guerre était employée dans des activités liées à l’agriculture. Malgré les réformes libérales des années 2000 et la sécheresse de 2008/2009, l’agriculture, avec des différences entre gros et petits exploitants, était alors relativement soutenue à travers des subsides gouvernementaux sur les intrants et un contrôle du niveau des prix par des coopératives d’agriculteurs. Désormais, le soutien étatique s’est complètement arrêté et, au sein de diverses stratégies de restriction, d’adaptation et de débrouille, la dépendance des producteurs à quelques grands commerçants semble s’être accrue. Surtout, il est très plausible que le nombre d’agriculteurs du sud-ouest syrien ait fortement baissé. En 2016, seulement 10% de la population interrogée place l’agriculture et l’élevage comme première source de revenu, après l’engagement dans les groupes armés et les remises migratoires (CARE 2016). Une part importante de la population de la région semble engagée dans une pluriactivité (élevage, lopin de terre, petit commerce) et dépendre de multiples sources de revenus (Entretien avec un officier humanitaire de l’OCHA, le 13/05/18, Amman ; Entretien avec un journaliste syrien originaire de Deraa, le 07/05/18, Amman). L’augmentation des coûts de production observée précédemment dans le cas du pétrole se reproduit pour l’ensemble des intrants nécessaires à la production agricole et contrôlés par le régime : semences, fourrage, engrais, pesticides, équipements et vaccins pour les bêtes. L’augmentation du prix de ces produits importés depuis les zones du régime s’explique par les taxes du régime et des groupes d’opposition aux checkpoints, la multiplication des intermédiaires et les risques liés à la contrebande dans le cas des produits interdits (par exemple, certains types de pesticides et d’engrais susceptibles d’avoir un usage militaire).

FIGURE 2 : BARRAGE ROUTIER DE L’OPPOSITION DANS LA VILLE DE DERAA 
(Crédits photographiques : Abo Bakr Haj Ali, 2017)

Les producteurs des zones de l’opposition doivent continuer à exporter leurs produits dans les zones contrôlées par le régime. La région de Damas est en effet un débouché historique des agriculteurs du sud-ouest, sans lequel ces derniers se retrouveraient vite en situation de surproduction. Mais surtout, face à cette augmentation nouvelle des coûts de production, ils y trouvent des prix suffisamment hauts pour dégager du profit. Un producteur d’huile d’olive de la province de Deraa rapporte ainsi dans Enab Baladi en janvier 2018 que la production de chaque conserve d’huile d’olive lui coûte autour de 19 000 LS alors que son prix à l’achat sur les marchés locaux fluctue entre 20 000 et 22 000 LS. Il trouve alors plus d’intérêt à vendre aux grossistes qui achètent chaque conserve à 30 000 LS pour les revendre à un prix encore plus élevé sur les marchés dans les zones du régime. Comme pour les produits laitiers, le commerce de l’huile d’olive (les deux productions agricoles les plus importantes du sud-ouest syrien) est pris en charge par ces grands commerçants proches du régime qui opèrent des deux côtés du front militaire. Ces derniers, qui forment un oligopole selon USAID, achètent dans les zones de l’opposition et écoulent la production dans la région de Damas. La taxe du régime aux checkpoints – 3 000 LS pour chaque conserve d’huile d’olive – n’est pour eux pas rédhibitoire par rapport à la différence de prix. Leur marge est assurée.

Dans d’autres chaînes de production et de vente agricole, les agriculteurs du sud-ouest syrien semblent écouler leurs récoltes sans l’intervention de gros commerçants. Syria Direct évoque en août 2017 la situation des légumes produits dans la région de Quneitra : gombos, poivrons et tomates. Ces derniers sont également exportés dans les zones contrôlées par le régime. L’organe de presse rapporte, après une enquête de terrain, qu’une nouvelle taxe a été imposée au checkpoint de Da’el/Khirbet Ghazaleh en mars 2017. Le régime prend désormais 200 LS (0.4$) pour chaque kilo de légumes. À celle-ci, il faut ajouter l’augmentation des coûts de production analysée précédemment (pétrole et autres intrants agricoles). Pendant la saison des récoltes, l’effet de cette taxe est déterminant. Pour les fermiers interrogés, le coût du transport n’est plus supportable et les profits trop bas pour se permettre de récolter leurs légumes, au risque de dégrader la qualité du sol et de manquer de revenu en hiver.

Quant au débouché jordanien, Enab Baladi mentionne quelques cas de vente d’huile d’olive produite dans le sud-ouest syrien sur les marchés du nord de la Jordanie, malgré la fermeture de la frontière (voir billet 1). Avec un niveau des prix si bas en Syrie du sud pour les produits locaux, les marchands peuvent proposer des tarifs compétitifs en Jordanie et ainsi concurrencer la production locale. Ces franchissements risqués de la frontière pour commercer semblent néanmoins limités et la Jordanie ne constitue pas, sur notre période, un débouché important.

3. Revenir et reconstruire : circulations de ciment, de sable blanc et d’acier

Un journaliste originaire de Deraa estime que la moitié de sa ville, 70 000 habitants avant-guerre, est en ruine lorsque le cessez-le-feu se met en place en juillet 2017. Le mois précédent, deux semaines d’intenses bombardements aériens lors d’une offensive du régime ont fait d’importants dégâts matériels. En parallèle, Syria Direct estime que 30% des 1,1 millions de résidents que compte la province de Deraa avant-guerre sont déplacés en Syrie. D’après les données du UNHCR en mars 2018, 41% des réfugiés syriens en Jordanie sont originaires de la province de Deraa, soit environ 270 000 individus.

FIGURE 3 : DÉGATS MATÉRIELS DANS LA VILLE DE DERAA
(Crédits photographiques : Abo Bakr Haj Ali, 2017)

Avec le succès du cessez-le-feu, certains de ces déplacés et réfugiés sont retournés dans leurs lieux de résidence. D’autre part, un rapport d’Human Rights Watch en novembre 2017 révèle des déportations forcées de syriens en Syrie du sud-ouest par les autorités jordaniennes. Ce phénomène de retour, choisi ou forcé, souffre d’un manque de statistiques fiables. Quelques centaines d’individus par mois entre juillet et novembre 2017 sont probablement revenus dans les provinces de Deraa et Quneitra depuis la Jordanie. Le retour des déplacés peut quant à lui se compter en milliers par mois sur la même période. À partir de janvier 2018, avec la montée des tensions dans le sud-ouest, ces circulations semblent avoir significativement diminuées.

Avec les destructions matérielles évoquées précédemment et en percevant une forme de stabilité, les populations commencent à reconstruire leurs habitations et infrastructures. Après les opérations de déblaiement de gravats et la location des machines nécessaires, l’importation de ciment, de sable blanc et d’acier depuis les zones du régime devient un enjeu stratégique. Le régime aurait autorisé le passage des matériaux de construction depuis juin 2017. Ces derniers deviennent les produits les plus importants, en terme de quantité, dans les flux entre les zones de l’opposition et celles du régime pendant la période de désescalade. Syria Direct rapporte qu’au checkpoint de Da’el/Khirbet Ghazaleh le volume de ciment importé passe de 50 tonnes par jour en juin 2017 à 500 tonnes par jour en septembre 2017.

À cette augmentation soudaine de la demande s’ajoute le contrôle de l’approvisionnement par le régime qui impose des taxes particulièrement importantes aux checkpoints. Le commerce des matériaux de construction s’opère de manière similaire aux produits laitiers et à l’huile d’olive : par l’intermédiaire de gros commerçants proches du régime qui interviennent de part et d’autre de la ligne de démarcation. Ces derniers paient les taxes du régime : 180 000 LS pour chaque camion de sable blanc par exemple. En y ajoutant les autres coûts liés à l’acheminement dans les zones de l’opposition (carburant, salaire du conducteur), le prix du produit a doublé en arrivant à Deraa. Ainsi la tonne de ciment coûte entre 55 et 65 000 LS alors qu’elle avait été fixée à 34 000 LS en juillet 2016 par le régime syrien (dernier chiffre disponible). Sans donner de prix à comparer, Enab Baladi rapporte que le prix du sable blanc et de l’acier ont aussi doublé, s’achetant désormais respectivement à 13/15 000 LS le mètre cube et 350 000 LS la tonne.

En profitant de cette différence de prix, les gros commerçants ont tout à gagner du commerce entre les zones du régime et celles de l’opposition. Le front militaire stabilisé devient ainsi l’objet de comportements que l’on peut retrouver aux frontières inter-étatiques : tirer profit des contrastes entre deux territoires. Cette reprise de l’activité économique pendant la période de désescalade est aussi un produit du calcul de ces acteurs proches du régime.

Si Enab Baladi avance un chiffre sujet à caution, 1,1 milliard LS par mois pour le checkpoint de Da’el/Khirbet Ghazaleh, les revenus du régime grâce aux checkpoints demeurent significatifs. Certaines sources indiquent que, dans le sud-ouest, ils rémunèrent aussi la 4ème division, unité importante de l’armée syrienne, ou les Chabiha, réseaux de mercenaires à la solde du régime. Outre le montant réel du gain financier et son utilisation, le contrôle de ces checkpoints par le régime et les revenus qu’il en tire représentent un capital symbolique important. Il donne l’illusion que les institutions fonctionnent et que le territoire est contrôlé.

Conclusion

La forme de ces réseaux commerciaux entre les zones de l’opposition et celles du régime indique, pendant notre période, la domination d’un pôle, Damas, sur les territoires insurgés. Prises dans une interdépendance structurelle pour éviter la surproduction, les zones de l’opposition subissent d’abord l’augmentation des coûts de production et des prix des produits importés depuis les zones du régime. La valeur stratégique de ces derniers, composants indispensables à la production (pétrole et autres intrants agricoles), les contraintes financières aux checkpoints et la prise en charge des productions les plus importantes par de gros commerçants bien intégrés dans des réseaux de relations souvent proches du régime, placent les zones de l’opposition dans une claire dépendance vis-à-vis de Damas. 

Bibliographie


Pour citer ce billet : Ariel Caubet, «Réseaux et pratiques commerciales entre les zones de l’opposition et celles du régime en Syrie du sud-ouest. Analyse de la presse d’opposition entre juillet 2017 et mars 2018 (2)», Les Carnets de l’Ifpo (hypothese.org), le 03 juin 2019 [En  ligne] https://ifpo.hypotheses.org/9162


Ariel Caubet est étudiant en master de géographie – géopolitique co-habilité entre Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’École Normale Supérieure (rue d’Ulm). Dans le cadre de son master 1, il a réalisé un stage à l’ambassade de France en Jordanie et rédigé un mémoire sur les circulations intra et inter-étatiques en Syrie du sud-ouest.


Vous aimerez aussi...