Réseaux et pratiques commerciales entre les zones de l’opposition et celles du régime en Syrie du sud-ouest. Analyse de la presse d’opposition entre juillet 2017 et mars 2018 (1)

Les Carnets de l’Ifpo accueillent également des textes rédigés par des étudiant·e·s de niveaux Master et Master 2 travaillant sous la direction d’enseignant·e·s et de chercheur·e·s de l’Institut ou ayant effectué un stage ou un terrain en lien avec ses activités scientifiques. Compte-rendus de lecture et de stage, retours de terrain, synthèses de premiers travaux de recherche rédigés par ces étudiant·e·s sont appelés à alimenter régulièrement les Carnets de l’Ifpo. Ariel Caubet est étudiant en master de géographie – géopolitique co-habilité entre Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’École Normale Supérieure (rue d’Ulm). Dans le cadre de son master 1, il a réalisé un stage à l’ambassade de France en Jordanie et rédigé un mémoire sur les circulations intra et inter-étatiques en Syrie du sud-ouest.


La Syrie du sud-ouest, composée des trois provinces de Quneitra, Deraa et Suweida, accueillait avant-guerre 1,5 million d’habitants pour une superficie comparable à l’Ile-de-France (11 000 km2). Berceau de la révolution syrienne en 2011, la ville de Deraa porte une forte charge symbolique. Mais surtout, les terres fertiles de cette région surnommée « le grenier de Damas » et sa contiguïté avec la Jordanie et Israël en font un territoire stratégique.

Durant l’été 2017, cette région est fragmentée en plusieurs territoires. Une ligne de démarcation sépare alors les forces du régime syrien (et ses alliés) et les différents groupes d’opposition. Outre l’Armée Khalid Ibn al-Walid ayant prêté allégeance à l’État Islamique en 2016 et certaines zones d’actions du groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Cham, une multitude de groupes armés – notamment Firqa 18 Azzar, Firqa Falloujat Houran, Jaysh al-Yarmouk et Shabab al-Sunna – sont présents dans le sud-ouest sous l’influence de l’Armée Syrienne Libre (ASL) au sein de la coalition Front Sud née en 2014 (voir carte ci-dessous). Le 9 juillet 2017, un accord entre la Jordanie, les États-Unis et la Russie met en place un cessez-le-feu et fait de cette région une zone de désescalade.

Depuis ce cessez-le-feu et jusqu’en mars 2018, la Syrie du sud-ouest a ainsi pu bénéficier d’une relative stabilité avec une ligne de démarcation fixe. Ce front militaire est alors régulé par trois checkpoints principaux qui contrôlent les mouvements de biens et de personnes entre zone du régime et zone de l’opposition. En nous nous inscrivant à la suite de toute une littérature portant sur les reconfigurations socio-spatiales des territoires en situation de conflit (Roussel 2014 ; Vignal 2016) et sur l’économie dans la guerre (Boissière & Ruiz de Elvira 2018), nous essaierons de comprendre comment ces dispositifs spatiaux structurent des réseaux commerciaux intra-étatiques et renseignent ainsi autant sur les interactions quotidiennes des acteurs que sur les rapports de forces présents dans cette région du sud-ouest syrien pendant la période de désescalade.

Ne pouvant nous rendre en Syrie, nous nous sommes en partie appuyés sur l’étude d’un corpus de presse écrite issu d’organes travaillant avec des journalistes syriens sur le terrain et paru entre juillet 2017 et mars 2018 (notamment Enab Baladi et Syria Direct)1 . Cette étude nous a permis de saisir indirectement et partiellement la réalité des circulations économiques pendant cette période. Avec le retour d’une certaine stabilité dans les provinces de Deraa et Quneitra, plusieurs dizaines d’articles, s’éloignant des habituels sujets politico-militaires, ont porté sur les conditions de vie des individus et sur leurs comportements économiques. Un travail de sélection, de recoupement et de vérification réalisé auprès d’acteurs basés à Amman2 nous a enfin permis de donner un aperçu partiel de l’activité et des pratiques économiques pendant la période choisie.

Ce premier billet a pour objectif de présenter certains éléments structurels du commerce en Syrie du sud-ouest. Un second billet analysera trois chaînes de production et de vente dans le conflit : pétrole, produits agricoles et matériaux de construction.  

FIGURE 1 : ACTEURS, TERRITOIRES ET CHECKPOINTS :
LE SUD-OUEST SYRIEN AU DEBUT 2018
(Crédits : Ariel Caubet d’après USAID 2017, OCHA 2018)

Il s’agit d’abord de présenter, en observant le fonctionnement des checkpoints, la manière dont le commerce s’organise de part et d’autre du front militaire et dessine une complémentarité structurelle entre les territoires syriens. Les pratiques commerciales apparaissent en tous les cas autant marquées par des réseaux de relations que par certains paramètres plus standardisés qui déterminent l’accès aux checkpoints et le montant des taxes.

1. Maintien d’une interdépendance structurelle

Le commerce entre zone d’opposition et zone du régime dans le sud-ouest syrien se poursuit en effet malgré la guerre. L’interdépendance économique structurelle entre les zones rurales du sud-ouest syrien et la région de Damas explique la persistance de ces pratiques. Avant la guerre, la Syrie était un pays proche de l’autosuffisance dans le secteur agricole avec très peu d’importations. Les plaines des provinces de Deraa et de Quneitra sont des terres extrêmement fertiles, au point d’être longtemps considérées, avec leurs produits issus de l’agriculture, comme le « grenier de Damas ». L’exploitation des 280 000 hectares cultivés avant-guerre était alors bien intégrée au marché national et international avec un accès à Damas et aux pays voisins (Wattenbach 2006). Les productions d’huile d’olive, de tomates, de poivrons, d’aubergines, de fruits, de céréales (blé, orge) et les produits laitiers (lait, yaourt) continuent d’être principalement écoulées dans les marchés de la région de Damas. Situées à 100km seulement de Deraa et désormais entièrement contrôlées par le régime, Damas et sa région ont besoin de la production des zones rurales du sud-ouest syrien pour contrôler les prix et s’approvisionner. En retour, la région de Damas est un marché que les producteurs du sud-ouest syrien ont historiquement investi et constitue un débouché indispensable pour éviter la surproduction. Ils y trouvent également des intrants agricoles qui ne sont produits que dans la zone contrôlée par le régime : engrais, semences, aliments et équipements pour les bêtes. Le tissu industriel de la région de Damas fournit également au Sud des produits transformés (produits ménagers, vêtements), des matières premières pour les quelques industries légères de la région et des matériaux de construction. 

FIGURE 2 : INTERDEPENDANCE ECONOMIQUE ENTRE LES TERRITOIRES DU SUD-OUEST SYRIEN 
(Crédits : A.Caubet 2018 – Source : Kostrz 2017)

Cette forte complémentarité économique entre les territoires syriens explique la persistance, à travers les checkpoints, des échanges entre zones insurgées et zones du régime. Le front militaire acquiert ainsi une fonction frontalière douanière. De chaque côté d’un checkpoint, régime et groupes armés d’opposition contrôlent le flux de marchandises et imposent des taxes. Exportations et importations, termes habituellement réservés aux interactions inter-étatiques, deviennent utiles pour décrire l’activité dans ces lieux. Cette interdépendance explique également en partie l’échec des conseils locaux d’opposition du sud-ouest à empêcher le commerce vers les zones du régime. USAID rapporte ainsi qu’un conseil local de Quneitra n’a pu empêcher la vente de produits laitiers en zone tenue par le régime. D’autres facteurs sont à signaler : l’influence de solides réseaux de relations dans les pratiques commerciales (voir 2.) et l’absence de débouchés alternatifs viables face à la rapide saturation du marché local.

À ce titre, il est nécessaire de mentionner qu’à cette époque la frontière jordanienne était fermée depuis 2015. Bien que très limité, son franchissement pour des motifs commerciaux était pourtant avéré, en marge des circulations humanitaires et des « efforts de stabilisation » d’États étrangers. Enab Baladi rapporte ainsi la vente d’huile d’olive produite dans le sud-ouest syrien sur les marchés du nord de la Jordanie. Les marchands empruntent de multiples filières transfrontalières déjà actives avant la révolution et qui, dans les premières années du conflit, ont facilité le passage des syriens, la réinstallation en Jordanie et la reprise d’une activité économique (Roussel 2015 ; Lagarde & Doraï 2017). En effet, la fermeture de la frontière syro-jordanienne déconnecte les zones de l’opposition d’un espace transfrontalier préexistant, le Hauran. Entre nord-est de la Jordanie et sud-ouest de la Syrie, cet ensemble marqué par des liens économiques et familiaux historiques (Roussel 2014) peut désenclaver les zones de l’opposition et offrir de nouveaux débouchés essentiels. L’éloignement progressif du royaume hachémite vis-à-vis des groupes d’opposition du sud-ouest (après en avoir matériellement soutenu jusqu’en 2016), les négociations autour de la réouverture du poste frontière Nassib/Jaber et la montée en puissance du régime dans la région jusqu’à son offensive victorieuse à l’été 2018 ont néanmoins changé la donne depuis, malgré la réouverture de la frontière en octobre 2018.

2. Connexions, intermédiations et facteurs d’accès aux checkpoints

Nos sources de presse évoquent l’importance du rôle des structures tribales, de différents intermédiaires et des taxes dans le fonctionnement des trois checkpoints. Avec certains critères objectifs selon le produit transporté d’une zone à l’autre, ces mentions semblent dessiner tout un système de connexions et de taxation constituant une véritable « économie du passage » (Vignal 2018). Peu illustrés dans nos sources, il est nécessaire de prendre en compte le réajustement constant de ces pratiques, les arrangements et négociations entre acteurs, afin de donner une idée de ces interactions micro-locales aux checkpoints.

FIGURE 3 : BARRAGE DE L’OPPOSITION DANS LA VILLE DE DERAA
(Crédits photographiques : Abo Bakr Haj Ali, 2017)
Traduction: “Arrêt pour fouille – Barrage de l’Armée Libre”
Outre les checkpoints entre la zone de l’opposition et celle du régime, de nombreux barrages sont situés à l’intérieur même du territoire controlé par l’opposition.

Dans le sud-ouest syrien, les tribus al-Naim, al-Zubi, Ayyash ou encore al-Masalmeh possèdent des relais dans l’administration civile d’opposition (une cinquantaine de Conseils Locaux, plusieurs organes sectoriels, une Cour de Justice et un Conseil Provincial), dans la sécurité et la défense à travers les groupes armés et les comités de défense civile et peuvent jouer le rôle d’instance juridique dans le règlement de différends entre particuliers. L’enquête de Integrity Global réalisée sous la direction de la journaliste Marie Kostrz auprès de 113 « informateurs clefs » (commerçants, leader tribaux, conseils locaux) et d’un échantillon de 12 communautés des provinces de Deraa et Quneitra en 2017 révèle que, dans le domaine commercial, certaines pratiques sont également influencées par les structures tribales. En approfondissant notamment l’exemple des produits laitiers, le rapport note une distinction sur base tribale « de fait » dans la détermination du niveau des taxes imposées par les Conseils Locaux, des lieux dans lesquels les marchands opèrent ainsi que leurs fournisseurs. Autre point de continuité avec l’avant-guerre, ces tribus importantes dans la région demeurent les principales propriétaires de la terre et du bétail. Les affiliations jouent ainsi dans l’accès à la propriété, aux espaces de pâturages et dans la détermination des prix. En 2006, la FAO et le ministère syrien de l’Agriculture et de la réforme agraire identifiaient déjà un type de foyer agricole dominant dans le sud-ouest : celui des fils de « grandes familles », grands propriétaires et/ou investisseurs dans de multiples petites exploitations.

L’importance des structures tribales se mêle à d’autres phénomènes relationnels décisifs dans les pratiques commerciales observables au niveau des checkpoints. Appartenir et/ou avoir de bonnes relations avec une tribu importante, dont les logiques pénètrent aussi bien les groupes armés d’opposition que l’appareil sécuritaire du régime, peut en effet déterminer l’autorisation et le montant à payer pour franchir le checkpoint. Ce phénomène semble s’inscrire dans de multiples formes d’intermédiation, de taxation et de « connexion » avec l’une et l’autre des parties pour accéder aux zones tenues par le régime depuis les zones d’opposition et inversement. Par ailleurs, elles peuvent tout autant relever de nouveaux acteurs issus de la guerre que d’anciens réseaux de relations et de captation déjà contrôlés par l’État syrien avant 2011. Par exemple, les deux principaux négociants laitiers de la région de Quneitra, membres de l’importante tribu al-Naim qui a maintenu de bonnes relations avec Damas, écoulent leur production en position de quasi monopole dans des usines de la région de Damas. Ces dernières appartiennent au propriétaire de la grande marque de produits laitiers « Goody » qui est un proche de Rami Makhlouf, cousin de Bachar al-Assad et homme d’affaires influent en Syrie (Kostrz 2017, p.22).

Avoir des « connexions » semble ainsi déterminant. Néanmoins, celles-ci se mêlent à des procédures plus standardisées pour commercer entre zones du régime et zones de l’opposition. Vers les zones contrôlées par le régime, la fréquence du franchissement et le ratio quantité/valeur du produit transporté déterminent l’autorisation de passage et le montant de la taxe à payer. Vers les zones de l’opposition, la valeur stratégique du produit transporté est un élément décisif. Ainsi, l’engrais, les pesticides (pouvant également servir à confectionner des explosifs) et le matériel médical sont très difficiles à faire passer. Syria Direct rapporte ainsi les conséquences tragiques d’une pénurie de vaccins contre la rougeole survenue à l’été 2017 (voir bibliographie). Ces mesures restrictives à l’encontre des zones de l’opposition et les pratiques de contrebande qui en découlent, corrélées à une augmentation des prix dont certains gros commerçants profitent, ne sont que les manifestations les plus évidentes d’adaptation des acteurs et des réseaux commerciaux au conflit.

Conclusion

Avec un dispositif matériel concret – les checkpoints – et certains degrés de perméabilité, le front militaire prend des fonctions frontalières à travers la présence de taxes, d’un contrôle quasi-douanier et d’un véritable régime de régulation des flux. Ce front est aussi l’objet de différentes pratiques et formes d’optimisation (tirer avantage des différences entre deux territoires, contrebande, prédation et captation). Pour autant, ici, le « fait frontalier » intra-étatique n’indique pas forcément une dynamique spatiale de morcellement de la Syrie. Dans le sud-ouest syrien entre juillet 2017 et mars 2018, les checkpoints permettent plutôt de maintenir la complémentarité économique des territoires dans la guerre, au sein d’un rapport de force largement favorable au régime.

Bibliographie

  • BOISSIERE Thierry & RUIZ DE ELVIRA Laura (2018) « Entre violence, incertitude et routinisation : réinventer les pratiques économiques quotidiennes en situations de guerre » Critique internationale, 80, (3), 9-22. DOI : 10.3917/crii.080.0009  
  • LAGARDE David, DORAÏ Kamel (2017) « De la campagne syrienne aux villes jordaniennes. Un réseau marchand transfrontalier à l’épreuve du conflit syrien ». Espace populations sociétés. Space populations societies, nᵒ 2017‑2 (30 novembre 2017). DOI : 10.4000/eps.7212
  • ROUSSEL Cyril (2015) « La frontière syro-jordanienne dans le conflit syrien : enjeux sécuritaires, gestion frontalière ». L’Espace Politique. Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique, nᵒ 27 (7 septembre 2015). [en ligne]. URL: https://journals.openedition.org/espacepolitique/3658
  • VIGNAL Leïla (2018) « Produire, consommer, vivre : les pratiques économiques du quotidien dans la Syrie en guerre (2011-2018) » Critique internationale, 80,(3), 45-65. DOI: 10.3917/crii.080.0045

Pour citer ce billet : Ariel Caubet, «Réseaux et pratiques commerciales entre les zones de l’opposition et celles du régime en Syrie du sud-ouest. Analyse de la presse d’opposition entre juillet 2017 et mars 2018 (1)», Les Carnets de l’Ifpo (hypothese.org), le 24 avril 2019 [En  ligne] https://ifpo.hypotheses.org/9133


Ariel Caubet est étudiant en master de géographie – géopolitique co-habilité entre Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’École Normale Supérieure (rue d’Ulm). Dans le cadre de son master 1, il a réalisé un stage à l’ambassade de France en Jordanie et rédigé un mémoire sur les circulations intra et inter-étatiques en Syrie du sud-ouest.


  1. Enab Baladi est un journal et site d’informations syrien d’opposition créé en 2012 à Daraya, au sud de Damas. Dirigé par des journalistes amateurs, il se démarque par sa longévité dans le conflit et une approche critique de l’ensemble des acteurs. Syria Direct est un organe de presse à but non lucratif fondé en 2013, financé par les États-Unis mais revendiquant une indépendance intellectuelle. Basée à Amman, l’organisation travaille avec des journalistes syriens et occidentaux entre la Syrie et la Jordanie avec une vocation de formation au journalisme. []
  2. Une série d’entretiens a été réalisée entre janvier et juin 2018 à Amman dans le cadre d’un mémoire de stage de Master 1. On peut citer notamment des membres de l’ambassade de France à Amman, du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), de l’ONG Médecins Sans Frontières, des journalistes originaires du sud-ouest syrien et des chercheur.se.s spécialistes du sujet. []

Vous aimerez aussi...