L’étude anthropologique de restes humains du Néolithique pré-céramique au Proche-Orient : méthodologie, premiers résultats et perspectives

L’étude des restes anthropologiques au Proche-Orient, très importante pour une meilleure compréhension des comportements humains, a parfois été négligée au profit d’études sur les cultures matérielles. Depuis quelques années, cette lacune tend toutefois à se combler grâce à de nombreux travaux réalisés dans la région.
Dans le cadre du programme ATLAS, lancé conjointement par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) et la Fondation de la Maison des Sciences de l’homme (FMSH) de Paris, un séjour de deux mois au Liban m’a permis d’étudier les restes humains néolithiques du site de Tabarja Wata Slam 100 à l’occasion d’une fouille de sauvetage dirigée par Corine Yazbeck de l’Université Libanaise (UL) et Fady Beayno, sous l’égide de la Direction générale des Antiquités du Liban (DGA).
Cette étude se situe dans la continuité de mes travaux de thèse (Chamel 2014) durant lesquels la question des conséquences pour la santé humaine d’un changement de régime alimentaire avait déjà été abordée. Les observations formulées étaient alors issues de l’analyse des restes humains recueillis en Syrie et datés de la période de Néolithisation, depuis les débuts du PPNA (9820-8780 cal. BC) jusqu’au Néolithique céramique (7350-6000 cal. BC).

Méthodologie d’étude des restes humains du Néolithique

La méthodologie utilisée au Liban, identique à celle adoptée dans ma thèse, a pour but de procéder à des comparaisons entre ces populations, et de pouvoir ainsi révéler d’éventuels particularismes régionaux.
Avant toute intervention, un échantillonnage de restes osseux et dentaires a été réalisé afin de procéder à des analyses ADN. Dans ce but, des dents, des os pétreux et des os du métacarpe ont été prélevés sur les squelettes, avec une sélection des pièces les mieux conservées.
Les ossements humains n’ont pas fait l’objet au préalable d’un lavage à l’eau, mais seulement d’un brossage. En revanche, les restes dentaires et crâniens ont été lavés en raison de la place particulière accordée à ceux-ci au sein de mon étude. Les restes crâniens, lorsque cela était possible, et en raison de la forte fragmentation de ces derniers sur le terrain, ont été remontés et recollés, puis stabilisés par l’utilisation d’un consolidant acrylique Primal®WS 24 (fig. 1).

Figure 1 : Nettoyage et consolidation d’un crâne

Figure 1 : Nettoyage et consolidation d’un crâne

Le préalable à toute étude anthropologique est l’identification biologique du squelette, à savoir l’estimation de l’âge au décès, et la détermination du sexe. Pour cela, différentes méthodes, considérées comme fiables, ont été utilisées. Pour l’estimation de l’âge au décès des immatures, ce sont les méthodes basées sur le degré d’éruption dentaire qui ont été privilégiées (Moorrees et al. 1963a, 1963b). En l’absence de restes dentaires, on s’appuie sur le degré de fusion des épiphyses, conjugué à la longueur des os des membres. Pour les individus adultes, les méthodes utilisées sont fondées sur la sénescence de la surface sacro-pelvienne de l’os coxal (Schmitt 2005, 2008), permettant une estimation de l’âge par classes décennales. En revanche, la détermination du sexe a été très difficile, voire impossible sur les restes de Tabarja, mal conservés. En présence des os coxaux, les méthodes visuelles (Bruzek 2002) et métriques (Murail et al. 2005) ont été privilégiées pour la détermination du sexe des individus adultes.

Les pathologies dentaires et osseuses sont des marqueurs importants de l’état sanitaire des populations, et leur étude permet d’appréhender les changements de régime alimentaire survenus au cours de la Néolithisation. J’ai donc étudié, sur les ossements, les marqueurs de pathologies infectieuses, dégénératives, traumatiques et métaboliques. Pour les restes dentaires, une base de données — créée sous Filemaker® — a permis de procéder à un enregistrement « dent par dent » afin de répertorier différentes pathologies telles que les caries, les abcès, la perte de dent ante-mortem et la maladie parodontale. Le tartre, ainsi que l’usure, ont également été étudiés sur les dents.

Le second marqueur important d’un changement intervenu dans l’état sanitaire suite à une transition entre une économie de prédation et une économie de production est l’indicateur de stress biologique. Les indicateurs peuvent révéler la présence d’un stress biologique survenu au cours de la croissance de l’individu comme le sevrage, une maladie infantile, une famine ou encore un changement de régime alimentaire. Ils sont souvent consécutifs de carences en minéraux ou en vitamines. Sur les restes crâniens, les Cribra orbitalia et l’hyperostose poreuse ont ainsi été cherchés systématiquement. Ils se présentent sous la forme de micro-porosités accompagnées parfois d’un élargissement de la structure trabéculaire de l’os sur la voûte crânienne et le toit de l’orbite. Sur les dents, les indicateurs de stress se présentent sous la forme d’hypoplasies linéaires de l’émail dentaire, lignes parallèles au collet, et apparaissent lors d’une période de stase dans la formation de l’émail dentaire. Ils peuvent alors révéler une période de stress, qui peut être mesurée avec précision et donner ainsi l’âge exact durant lequel le stress s’est produit.

Afin de caractériser au mieux la population, j’ai mesuré les ossements (longueur, périmètre et diamètre) selon les recommandations de Martin (1968) et de Bräuer (1988) qui permettent, d’une part, de caractériser la population en termes de stature et de morphologie, et d’autre part de pouvoir réaliser, le cas échéant, une diagnose sexuelle secondaire. Dans une perspective similaire, j’ai relevé les variations anatomiques non-métriques ou caractères discrets sur les dents, les restes crâniens et infracrâniens. Une sélection des variations les plus pertinentes en termes de caractérisation de la population, de recherche des dynamiques de peuplement ayant conduit au rassemblement des individus sur le site, et de liens de parenté a été réalisée en amont de ce travail et appliquée systématiquement à cette collection.

Application de ces méthodes aux collections de Syrie : premiers résultats

Dans le cadre de ma thèse, certaines de ces méthodes ont été appliquées sur les restes humains de sept sites de Syrie, datés des différentes phases du Néolithique, afin de percevoir l’évolution de l’état de santé de façon diachronique. Deux sites du PPNA, celui de Tell Qaramel et de Cheikh Hassan, illustrent les prémices. Les sites de Dja’de el-Mughara et de Tell Aswad couvrent la période du PPNB, Dja’de étant daté du PPNB ancien, et Aswad du PPNB moyen et récent. Des sites à chronologie longue ont également été sélectionnés, comme celui d’Abu Hureyra, occupé du Natoufien au Néolithique céramique, celui de Tell Mureybet, occupé du Natoufien final au PPNB moyen, ou encore celui de Tell Ain el-Kerkh qui a livré des vestiges du PPNB ancien jusqu’aux périodes romaine et byzantine.

Concernant les pathologies dentaires, les résultats montrent que, si une augmentation du nombre de caries est bien visible à la fin de la période (Néolithique céramique), le taux d’abcès, quant à lui, chute progressivement du début à la fin du Néolithique, et les cas observés sont de moins en moins sévères. L’analyse des fréquences de la perte de dent ante-mortem et de la maladie parodontale montre, elle aussi, une augmentation à la dernière période, le Néolithique céramique. Ces résultats montrent également que l’impact sur l’état sanitaire n’a pas été aussi linéaire que le laissaient entendre les études précédentes.

À l’image des pathologies dentaires, les indicateurs de stress biologiques ont donné de bons résultats. Ils montrent tout d’abord la pertinence du choix de ces indicateurs, et que l’évolution diachronique des fréquences est assez similaire d’un indicateur à l’autre. En effet, celles-ci augmentent entre les périodes du PPNA et du PPNB ancien, pour ensuite diminuer à la période suivante, le PPNB moyen et récent ; un accroissement très significatif est ensuite visible entre cette période et celle du Néolithique céramique, suivant l’augmentation des fréquences des pathologies dentaires.

Selon ces données, on constate que l’avènement de l’agriculture a pu entraîner une augmentation du stress à la période du PPNB ancien, tandis qu’un second pic de stress, enregistré entre le PPNB moyen/récent et le néolithique céramique, pourrait correspondre à l’introduction de l’élevage, entraînant des carences alimentaires et peut-être l’apparition de nouvelles maladies infectieuses (Chamel 2014).

Perspectives : le site de Tabarja Wata Slam 100

La publication des découvertes faites à Tabarja est prévue dans un premier temps dans le Bulletin d’Archéologie et d’Architecture Libanaise (BAAL), sous l’égide de la DGA. Par la suite, un ou plusieurs articles concernant des résultats spécifiques seront proposés à des revues spécialisées en anthropologie.

Bibliographie

  • BRAUER, G. (1988), « Osteometrie », Anthropologie, 1, p. 160-232.
  • BRUZEK, J. (2002), « A method for visual determination of sex, using the human hip bone », American Journal of Physical Anthropology, 117, p. 157-168.
  • CHAMEL, B. (2014), Bioanthropologie et pratiques funéraires des populations néolithiques du Proche-Orient : l’impact de la néolithisation (Étude de sept sites syriens – 9820-6000 cal. BC), Thèse de doctorat en Archéologie des Mondes Anciens, Université Lumière Lyon 2, 3 vols, 920 p.
  • MARTIN, R. (1968), « Lehrbuch der Anthropologie – in systematischer Darstellung », Revista Portuguesa de Filosofia, 24 (2), p. 253-254.
  • MOORREES, C. F. A., FANNING, E. A., HUNT, E. E. Jr. (1963a), « Formation and resorption of three deciduous teeth in children », American Journal of Physical Anthropology, 21, p. 205-213.
  • MOORREES, C. F. A., FANNING, E. A., HUNT, E. E. Jr (1963b), « Age variation of formation stages for ten permanent teeth », Journal of Dental Reasearch, 42, p. 1490-1502.
  • MURAIL, P., BRUZEK, J., HOUËT, F., CUNHA, E. (2005), « DSP: a tool for probabilistic sex diagnosis using worldwide variability in hip bone measurements », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n. s., 17 (3-4), p. 167-176.
  • SCHMITT, A. (2005), « Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro pelvienne iliaque », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 17 (1-2), p. 1-17.
  • SCHMITT, A. (2008), « Une nouvelle méthode pour discriminer les individus décédés avant ou après 40 ans à partir de la symphyse pubienne », Journal of Forensic Medecine, 51 (1), p. 1-10.
Pour citer ce billet : Bérénice Chamel, « L’étude anthropologique de restes humains du Néolithique pré-céramique au Proche-Orient : méthodologie, premiers résultats et perspectives », Les Carnets de l’Ifpo (Hypotheses.org), le 11 mars 2019. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/9089

Bérénice Chamel portraitBérénice Chamel est anthropologue biologiste et travaille sur l’état sanitaire des populations du Proche-Orient. Depuis 2014, elle est chercheuse associée au laboratoire Archéorient – Environnements et Sociétés de l’Orient ancien.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.