Qui a tué Asmahan ? d’Amir Nizar Zubi : un récit policier sur scène (2)

Le personnage de Yousri : du conteur à l’enquêteur

Qui a tué Asmahan ? est un récit policier livré par le narrateur sur scène en focalisation interne. Le déroulement de l’enquête est raconté par l’enquêteur lui-même, le personnage de Yousri. La pièce s’ouvre sur ses paroles :

« Je n’ai jamais voulu de cette affaire. C’était l’affaire pour laquelle les détectives de la circonscription s’étaient entretués pour en avoir la charge. Mais moi, j’ai une liste de choses horribles que j’aurais préféré faire, plutôt que de traiter cette affaire : me noyer dans le Nil, être traîné par un train, passer une journée avec ma belle-mère, avoir des hémorroïdes. Les hémorroïdes en haut de la liste d’ailleurs.
Moi, ce qui me plaisait, c’était les affaires de petit larcin et de violences domestiques qui me laissaient le loisir de passer le reste de la journée à déambuler dans les rues du Caire et à prendre des cafés.
Qui voudrait mettre le nez dans l’enquête à propos d’un meurtre dont tout le monde parle ?
Une enquête qui implique les plus puissants et les plus riches du pays. En d’autres mots, les plus corrompus et les plus dangereux.
Mais je ne pouvais pas manquer à l’appel. Il venait tout droit du sommet… Le sommet du sommet… Du sommet… Du sommet. » (traduction personnelle de la version arabe, p. 2 du tapuscrit).

La fonction de l’ouverture est ici d’annoncer les éléments qui participent à la construction d’une dramaturgie singulière : le narrateur raconte un récit policier sur un ton comique. L’ouverture annonce également la place du narrateur, le personnage de Yousri. Celui-ci constitue le levier du registre comique de la pièce à ses dépens. Il se présente comme un anti-héros, à l’opposé de la figure littéraire traditionnelle du personnage de l’enquêteur, comme Rouletabille ou Hercule Poirot (Martin-Mercier 2009). Dotés de nombreuses caractéristiques positives, telles que l’intelligence ou la finesse d’esprit, ces personnages, même s’ils peuvent être le levier du comique parfois, sont avant tout passionnés par leur métier et absorbés par leur enquête (Lacassin 1993).

À mesure que le récit se déroule sur scène, le personnage de Yousri apparaît comme plus complexe que ce qu’il pouvait laisser penser au moment de l’ouverture. La complexité de ce personnage tient essentiellement dans le rapport qu’il entretient avec la parole délivrée sur scène.
Il apparaît dès le premier interrogatoire que la parole de Yousri est le générateur de l’action : c’est uniquement parce qu’il en livre le récit que l’action se produit sur scène. Le premier interrogatoire de l’enquête est introduit par Yousri de cette manière :

« Le chauffeur qui conduisait la voiture au moment de l’accident a réussi à s’échapper de la voiture avant qu’elle ne sombre. Ça ne fait aucun doute qu’il a préféré rester en vie ! Mon premier interrogatoire sera avec lui. Mais personne ne sait où il est. Il se cache ! Sa mère vit dans un quartier pauvre du centre-ville. Elle saura peut-être me dire où il se trouve. Une mère sait toujours où est son fils !
Les acteurs placent une porte et une corde à linge sur la scène.
– La mère de Fadlallah :
Qui est-ce ? Dehors le violeur ! Ici c’est une maison respectueuse ! » (p. 8-9)

Cette scène fonctionne en deux temps : son introduction par un questionnement formulé par Yousri puis le déroulement de l’action sur scène. L’ensemble de la pièce se construit sur ce modèle. Ainsi, Qui a tué Asmahan ? est constituée d’un enchaînement de scènes en double énonciation, une énonciation directe et à la première personne suivie d’un récit dans le récit. Cette double énonciation scénique s’ajoute à un troisième niveau d’énonciation porté par le texte et notamment les didascalies qui marquent la présence de l’énonciateur-auteur. En plus de produire l’action, la parole de Yousri conditionne, par le discours, l’existence des autres personnages.
À l’exception d’Ezzat Natsheh dans le rôle de Yousri, les autres comédiens incarnent chacun de nombreux personnages tout au long de la pièce. Les comédiens quittent la scène non seulement pour se changer et revenir dans le rôle d’un autre personnage, mais également pour mettre en place les multiples éléments de décors qui se succèdent sur le plateau signifiant les multiples lieux de l’enquête : les rues du Caire, la maison de la mère de Fadlallah, la maison à Mansourah où se cache Fadlallah, le palais royal, la chambre d’hôpital où Ahmad Salem est en convalescence, la salle d’entraînement d’escrime d’Ahmad Hassanayn Basha, chez Oum Kalthoum, les Studio Misr où Youssef Wahbi est en tournage, le siège des services de renseignements britanniques, le train pour la Syrie, chez l’émir Hassan Al-Atrache, le bureau du représentant du gouvernement de Vichy, le paquebot vers les côtes égyptiennes, le salon de Farid Al-Atrache.

Les rues du Caire ©Globe Vision
L’audience au palais royal ©Globe Vision

Les comédiens masculins incarnent des femmes :

Chez Oum Kalthoum ©Globe Vision


De la même manière, Mona Hawa incarne parfois des personnages masculins tandis que Ezzat Natsheh n’incarne qu’un seul rôle et Yousri est le seul personnage toujours présent sur scène du début à la fin de la pièce. Seul, il traverse ces multiples lieux. Les personnages qu’il croise durant son enquête n’ont finalement qu’une vague identité et restent dans le strict cadre de leur position de suspect. Les éléments d’information qui sont donnés ne concernent que leur relation à Asmahan. D’un point de vue de la dramaturgie, ils n’évoluent pas et ils ne font qu’une seule et brève apparition au cours d’une scène d’interrogatoire. Finalement, ils apparaissent comme des éléments de décor ou des éléments de l’enquête plus que comme des personnages à part entière.
L’évolution du personnage de Yousri donnée à voir sur scène est supportée par la parole. Tout au long de la pièce et alors que l’enquête avance, il fait part de ses hypothèses :

« Je savais qu’un autre que moi était à la recherche de Fadlallah. Je savais que si quelqu’un arrivait avant moi jusqu’à Fadlallah, je perdrais mon premier indice. » (p. 12)

Ainsi, comme le lecteur dans un roman policier, le spectateur est invité à suivre le cheminement de la réflexion menée dans le cadre de l’enquête. En plus de partager les questions qu’il se pose à lui-même, il raconte ce qu’il ressent et la manière dont il vit l’enquête :

« Jamais, je n’avais couru aussi vite que je courais à cet instant. Mon sang ne faisait qu’un tour. Allais-je arriver ? Allais-je arriver à temps ? L’autre homme était-il en voiture ? Qu’est-ce que j’allais trouver là-bas ? Qu’allait-il se passer ? Qui allait arriver en premier ? Fadlallah allait-il parler ? Est-ce que j’allais le trouver ? » (p. 13)

Yousri apparaît comme un anti-héros également parce qu’il ne parvient pas à la réalisation de sa quête, c’est-à-dire la réussite de son enquête :

« Je n’en peux plus. Je ne peux plus supporter ça. Je démissionne. J’en perds la santé, et il n’y a rien de plus important que la santé. Et puis, ça va servir à quoi que je retrouve le criminel ? À me tuer ? Asmahan est morte, c’est fini. Que Dieu la garde. » (p. 52)

L’enquête s’achève sans dénouement par le meurtre de Yousri :

« – Le procureur :
Tu n’es pas malin, Yousri. N’est-ce pas ?
Je t’avais dit que l’affaire est simple.
Un simple accident. Tout ce que tu avais à faire était d’interroger quelques personnes, de leur poser quelques questions simples rapidement et ensuite de fermer le dossier. D’ailleurs, je t’ai choisi car tu es le plus mauvais enquêteur de la quatrième circonscription. Mais Monsieur a voulu jouer au héros. Il a voulu creuser.
– Yousri :
Mais que dites-vous, Efendem ? (nda : Efendem est un terme utilisé en dialecte égyptien pour s’adresser à une personne avec respect. Le terme vient du turc. Il est synonyme de « efendi »).
Le procureur pointe son revolver vers Yousri.
– Le procureur :
Adieu, Monsieur l’enquêteur. » (p. 90-91).

Par ce choix, la pièce se démarque du récit policier classique où, la mort de l’enquêteur est inenvisageable selon Tzevtan Todorov : « une règle du genre postule l’immunité du détective. On ne peut pas imaginer Hercule Poirot ou Philo Vance menacés d’un danger, attaqués, blessés, et, à plus forte raison, tués. » (Todorov 1980, p. 12)

Le dénouement : le meurtre de Yousri par le procureur ©Globe Vision

À la fin seulement, alors que l’enquêteur retrouve Asmahan post-mortem, le spectateur comprend que le récit de Yousri est construit en flash-back. Contrairement au dénouement traditionnel du récit policier, l’identité du meurtrier n’est pas dévoilée au spectateur. Mais il découvre qu’il a assisté au récit d’événements déjà achevés au moment de la narration. La pièce apparaît alors comme un monologue. Cet effet inscrit le récit policier dans la représentation théâtrale par la reconnaissance de ses particularités : énonciation scénique adressée au public dans une double dimension sur scène et dans le texte. Ce retournement de situation est supporté par la performance de l’acteur sur différents niveaux (linguistique, physique et artistique) qui en font, tant par le texte que par le jeu, l’élément fondamental de Qui a tué Asmahan ?.

Bibliographie

  • Francis LACASSIEN, Mythologie du roman policier, Christian Bourgeois Editeur, Paris, 1993.
  • Sylvie MARTIN-MERCIER, « Sur les pas de Rouletabille », ILCEA [En ligne], 11 | 2009, mis en ligne le 30 avril 2009, consulté le 15 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/ilcea/260
  • Tzevtan TODOROV, « Typologie du roman policier », dans Poétique de la prose : choix, suivi de Nouvelles recherches sur le récit, Seuil, Paris, 1980.
Pour citer ce billet : Najla Nakhlé-Cerruti, « Qui a tué Asmahan ? d’Amir Nizar Zuabi : un récit policier sur scène (2) », Les Carnets de l’Ifpo (Hypotheses.org), le 20 novembre 2018. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/8468

Najla Nakhlé-Cerruti est agrégée d’arabe et spécialiste du théâtre palestinien contemporain. Elle est chercheure à l’Ifpo depuis 2017.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.