« Gratter là où ça fait mal : une histoire de l’art dans le monde arabe » selon Walid Raad

Affiche de la performance "Scratching on things I could disavow"

Affiche de la performance "Scratching on things I could disavow". © Walid Raad

Avec Scratching on things I could disavow: A history of art in the Arab world, performance installation présentée à Paris du 6 novembre au 5 décembre, Walid Raad nous invite à une lecture stimulante du monde de l’art arabe contemporain. Entre pratique esthétique et réflexion sur les nouvelles inflexions du marché, tout dans ce travail se présente comme une tentative de penser l’art contemporain à l’heure de la mondialisation. D’une part, en tant que « performance et installation », ce travail s’inscrit effectivement dans le courant des options esthétiques dites « contemporaines » ; de l’autre, l’objet premier de l’installation n’est autre que le marché de l’art arabe dans sa version paroxystique, i.e. les musées et biennales arabes du Golfe.

Scratching on things I could disavow se présente comme une visite guidée et c’est Carlos Chahin, un comédien libanais, qui nous conduit dans le dédale de cette installation – c’est dans la présence de l’acteur que réside la combinaison de l’installation et de la performance. Le travail se compose de cinq volets commentés :

  1. une carte hologramme (sur laquelle porte ce billet) ;
  2. le récit imaginaire de la première visite du musée Guggenheim dans le Golfe par un touriste occidental ;
  3. la mésaventure de Walid Raad qui voit son œuvre réduite au 1/100 au cours de son transfert de Berlin à Beyrouth ;
  4. la présentation d’une de ses œuvres taguée par un critique libanais lors d’une exposition beyrouthine ;
  5. la disparition inexplicable de certaines couleurs dans le paysage artistique libanais.

Une cartographie

La visite débute ainsi : Walid Raad a été sollicité par un organisme international de financement de l’art contemporain, la MutualArt inc. L’institution lui aurait en effet proposé d’investir une de ses œuvres dans la branche « Monde arabe » qu’elle développe aujourd’hui. L’identité de l’institution suscite d’emblée la curiosité de l’artiste car il s’agit d’un organisme financier qui gère des fonds de pension pour artistes (cf. APT), fixe des cotes, établit des prévisionnels sur les goûts des acheteurs d’œuvres. Le commentaire de Walid Raad se présente ainsi comme le dévoilement de sa propre enquête sur le marché international de l’art.

Toute la démarche de Walid Raad nous semble ici faire écho aux réflexions du philosophe américain Frederic Jameson sur le « postmodernisme ». Selon ce dernier, l’art postmoderne serait symptomatique de l’ère au sein de laquelle il prend naissance, dont l’une des caractéristiques saillantes serait un processus de colonisation de la sphère culturelle par le capital devenu multinational. Est-il en effet de meilleur emblème de la dématérialisation du capital et de son épanouissement dans la « chose culturelle » à l’échelle planétaire que l’investissement soudain du Golfe par des infrastructures aussi prestigieuses que les musées du Louvre et Guggenheim ? En menant l’enquête, l’artiste se positionne au sein d’un monde de l’art aujourd’hui mondialisé et de son corollaire, le marché, ainsi devenu multinational ; marché qui conduit les œuvres d’art de Berlin à Beyrouth, de New York à Abou Dhabi, et vice et versa.

Mais les mécanismes du Financial Art sont désormais bien connus et analysés, souvent d’ailleurs dénoncés – dans le monde arabe comme ailleurs – ; là où réside certainement l’originalité du travail de Raad, c’est d’en faire un objet esthétique. Sur fond d’enquête donc, ses réflexions prennent la forme d’une cartographie : une carte hologramme – projetée, animée et commentée – qui situe les grandes places de la finance et leurs rapports avec les principales capitales de l’art contemporain, les galeries internationales et leur installation récente dans Golfe, les flux financiers liés à la production artistique et leur gestion par des institutions financières dédiées. Sur ce point encore, l’exercice auquel se livre Walid Raad semble bien rejoindre les réflexions esthétiques et politiques du philosophe américain dans son projet de « cartographie cognitive » : une esthétique « nouvelle (et hypothétique) » dont l’objectif serait de « permettre au sujet individuel de produire une représentation situationnelle dans cette totalité plus vaste et véritablement non représentable que constitue l’ensemble des structures de la société » (Jameson, 2007, p. 101).

Ébauche de l'hologramme commenté au cours de la performance

Ébauche de l'hologramme commenté au cours de la performance. © W. Raad (cliquer pour agrandir)

En bon « postmoderne » cependant, Walid Raad ne se contente pas de nous décrire les dessous financiers de la fabrique de l’art contemporain ; le pire est encore à venir… Car, si en première instance l’analyse du système trahit bien les logiques de spéculations financières qui affectent depuis peu le monde de l’art arabe contemporain, les réflexions de l’artiste le conduisent bien au-delà des pratiques artistiques qui en sont l’objet. En retraçant le parcours de Dan Galai et Mordokhi Shniberg – concepteurs et fondateurs de la MutualArt inc. –, Walid Raad nous conduit au cœur d’un système dont les logiques financières ne sont que la partie visible de l’iceberg. En effet, avant de s’intéresser au marché de l’art, ces derniers auraient travaillé pour l’unité 8200 de l’armée israélienne, dont on ne sait à peu près rien, nous dit l’artiste, si ce n’est qu’elle est « responsable des écoutes clandestines, et d’autres formes d’espionnage avancé ». Diantre ! L’art arabe contemporain financé par Israël ?

Alors, de l’art ou du cochon ?

C’est là un autre tour de force de l’artiste : en nous guidant tranquillement au cœur des logiques insaisissables des tractations financières, Walid Raad nous conduit précisément vers une autre caractéristique de l’ère postmoderne telle que l’envisage Jameson : l’ « aliénation », pensée comme impossibilité pour l’individu de se situer dans cette nouvelle géographie économique mondiale. Or cette incapacité offre à l’imaginaire du complot son terrain le plus fertile. Lorsque tout nous échappe, y a-t-il plus confortable que de penser que les ficelles sont tirées par des puissants dont les moyens dépassent de loin notre imagination ?

Non que Walid Raad invite à cette compréhension du monde bien entendu ; au cours de la performance, un sentiment de paranoïa vous envahit néanmoins. On trouvera dans son travail deux fonctions à ce registre de sens. La première est esthétique : une interrogation désormais devenue classique chez les artistes postmodernes sur l’opposition théorique entre fiction et réalité. Et, à la question de savoir si ces données sont bien réelles, Walid Raad répondrait peut-être simplement qu’elles pourraient l’être (cf. Walid Raad et les archives de l’Atlas Group). La seconde, elle, est idéologique et nous renvoie une fois encore aux analyses de Jameson pour qui, en tant que raccourci vers le Tout, l’imaginaire du complot trahirait en fait un contenu d’attente utopique, le « souhait […] d’une maîtrise collective et désaliénée du monde ».

Loin du manifeste politique, avec Scratching on things I could disavow, Raad nous paraît pourtant bien tenter une double échappée :

  1. élaborer d’autres manières de dire et de produire qui restent encore à inventer ;
  2. dépasser un langage artistique proprement libanais qui fait de la mémoire de la guerre civile l’objet de son travail.

Avec le projet de l’Atlas Group, Walid Raad fut le premier à aborder la problématique mémorielle sous l’angle d’une esthétique postmoderne ; en bon pionnier, il est aussi visiblement le premier à en sortir.

Bibliographie

Jameson, Frederic, 2007 : Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif, traduit de de l’américain par Florence Nevoltry, Paris, ENSBA (D’art en questions).


1 réponse

  1. 07/02/2011

    […] This post was mentioned on Twitter by Jean-Christophe, Wilfrid Niobet. Wilfrid Niobet said: « Gratter là où ça fait mal : une histoire de l’art dans le monde arabe » selon Walid Raad: Posté dans : "hypora… http://bit.ly/fBHlEc […]