« Qui a tué Asmahan ? » d’Amir Nizar Zuabi : un récit policier sur scène (1)

Une comédie policière et musicale

Créée le 29 mars 2018 sur les planches du Théâtre National Palestinien/El-Hakawati (TNP) à Jérusalem, Qui a tué Asmahan ? (« Man qatala Asmahān ? » / « من قتل أسمهان ؟ »), se présente comme une expérience tout à fait unique dans l’histoire du mouvement théâtral en Palestine et, plus largement, de la production littéraire palestinienne. En effet, pour la première fois, un récit policier est donné sur scène. Ce récit s’inspire d’un fait réel : le soir du 14 juillet 1944, la voiture de la chanteuse Amal Al-Atrash, dite Asmahan, sombre dans les eaux du Nil. La chanteuse et son amie Mary Baines, une universitaire anglaise, meurent noyées tandis que le chauffeur s’échappe et survit à l’accident. La pièce livre le récit de l’enquête sur les conditions de la mort d’Asmahan.

Amir Nizar Zuabi, également auteur de la mise en scène, a d’abord écrit le texte en anglais ensuite traduit vers l’arabe par Amer Hlehel dans une langue mixte entre le registre dialectal palestinien et l’égyptien. Ce n’est pas la première fois que les deux hommes travaillent ensemble et de cette manière. Amir Nizar Zuabi est né en 1976 à Jérusalem. Il y a reçu une formation en hébreu, notamment au Nissan Nativ Acting Studio. Pour toutes ses pièces, il a fait le choix de l’écriture en anglais, langue qu’il qualifie de « plus malléable que l’arabe » dans un entretien mené avec lui en mai 2014. Sa pièce, Je suis Youcef et celui-ci est mon frère, est la seule traduite en français (Zuabi 2011). Amer Hlehel, quant à lui, est un comédien, metteur en scène, dramaturge palestinien né en 1979 à Jish et basé à Haïfa. Il fait partie d’une génération d’artistes palestiniens en Israël qui ont fait le choix de la création en arabe dès leurs premiers travaux, à la différence de leurs aînés chez qui l’on assiste actuellement à un mouvement vers la langue arabe, après des années de création en hébreu. À l’été 2016, Amir Nizar Zuabi a signé une création, Condoléances (« ʿAzā ») produite par ShiberHur,  la compagnie indépendante qu’il a fondée en 2008. Amir Nizar Zuabi a également écrit le texte de cette pièce en anglais et Amer Hlehel a réalisé la traduction vers l’arabe palestinien. Par ailleurs, Amir Nizar Zuabi est l’auteur de la traduction vers l’anglais de la pièce Taha (« Ṭāha », 2014) de et avec Amer Hlehel.

Affiche de la pièce de théâtre "Qui a tué Asmahana ?"

Si le genre du roman policier est peu développé dans le monde arabe (Sagaster 2016), il l’est encore moins par les auteurs palestiniens. Parmi eux, Ghassan Kanafani a écrit un roman policier intitulé L’autre chose (Qui a tué Leïla Al-Hayek ?) (« Al-Šayʾ al-āḫar (Man qatala Laylä al-Ḥāyek ?) »). Le récit a été publié à Beyrouth la première fois en neuf épisodes dans le magazine hebdomadaire Al-Ḥawādiṯ à partir de juin 1966 puis dans ses œuvres complètes (Kanafānī 2009, p. 613-761). Plus récemment, quelques auteurs palestiniens ont publié des romans policiers, comme Muhammad Abou Zayyad avec Le banquet rouge (« Al-Maʾduba al-ḥamrāʾ » 2016) ou encore Les lions de Yousra Ibrahim Hassouna (« Al-Asyād » 2016).

Sur scène, Qui a tué Asmahan ? réunit les éléments du récit policier classique : la victime – Asmahan incarnée par Mouna Hawa -, l’enquêteur-incarné par Ezzat Natsheh et les suspects –incarnés par Firas Farah, Nidal Joubeh, Ivan Azazian et Muhammad Basha.

La pièce se compose de vingt-deux scènes. Le récit est livré par le personnage de l’enquêteur, Yousri. À la recherche d’indices pour élucider le mystère de la mort d’Asmahan, l’enquête le mène aux différents suspects. Le premier est le chauffeur privé d’Asmahan, Fadlallah. Yousri part tout d’abord à la recherche de Fadlallah qui a échappé à l’accident et a disparu immédiatement après. Il se rend chez sa mère qui avoue que son fils se cache à Mansourah et qu’elle a déjà donné ces mêmes informations à un homme qui lui a rendu visite peu de temps avant. Yousri part à Mansourah où il retrouve Fadlallah agonisant, un poignard planté dans le dos. De retour au Caire, Yousri interroge le deuxième suspect, le dernier mari de la victime et célèbre acteur et réalisateur de cinéma, Ahmad Salem. Yousri le questionne sur l’état de leur relation au moment de l’accident : Asmahan voulait divorcer car elle s’était mariée avec lui uniquement pour obtenir un titre de séjour en Égypte. Deux autres suspects apparaissent avec le récit d’Ahmad Salem : la Reine-mère Nazla et son amant Ahmad Hassanayn Basha qui a eu une relation avec Asmahan. Pour se venger, Nazla a fait empêcher qu’Asmahan obtienne un visa égyptien. Au cours de son entretien avec Ahmad Hassanayn Basha, Yousri est mis sur la piste d’un nouveau suspect, la chanteuse Oum Kalthoum, jalouse de la star montante et de sa beauté, qui aurait fait disparaître sa concurrente. Dérangée en pleine répétition, la diva lui conseille d’aller interroger le producteur et réalisateur Youssef Wahbi qui tournait un film avec Asmahan au moment de sa mort. Il visite ensuite le siège des services de renseignements britanniques pour qui Asmahan était soupçonnée de travailler. Après cela, Yousri voyage jusqu’en Syrie pour s’entretenir avec l’émir Hassan Al-Atrash, premier mari d’Asmahan, commanditaire présumé du meurtre parce qu’elle déshonorait la famille. Puis, il se présente auprès du représentant du gouvernement de Vichy à Tartous en Syrie car il soupçonne Asmahan d’avoir été agent double auprès des Anglais pour le compte des Français. De retour au Caire, il rencontre des membres de la confrérie des Frères Musulmans qui ne toléreraient pas le mode de vie de la chanteuse. Mais finalement, aucune piste ne paraît plausible à Yousri. Face aux suspects, des personnages remplissent la fonction d’opposants. Ils œuvrent pour empêcher Yousri dans la réalisation de son enquête. Les représentants des puissances étrangères apparaissent à la fois comme des suspects et comme des opposants. Deux autres opposants émergent, tous deux incarnent également une forme de pouvoir : le procureur qui a chargé Yousri de l’enquête et le roi Farouk. Le dénouement distingue la pièce du récit policier classique : l’enquête n’aboutit pas et s’achève par le meurtre de l’enquêteur par le procureur. Dans une vie après la mort, il retrouve Asmahan qui lui apparaît comme un ange.

Tous droits réservés Globe Vision

C’est avec elle qu’il mène le dernier interrogatoire de l’enquête. Il lui demande : « Mais qui t’a tuée ? ». Elle répond :

« Tous m’ont tuée ! Ils ne pouvaient pas me supporter. J’étais au-dessus de ce monde-là. J’étais trop libre. J’étais trop honnête. J’étais une femme dans un monde d’hommes. Je suivais mon cœur. Le monde ne pouvait pas me supporter telle que je suis. » (traduction personnelle à partir du tapuscrit de la version arabe, p. 93-94)

Yousri répète : « Mais qui t’a tuée ? ». Asmahan prononce la phrase finale et l’unique réponse à la question qui occupe la pièce :

« Les eaux du Nil m’ont tuée. » (p. 93-94)

Le dénouement contribue à la construction de la figure mythique et légendaire d’Asmahan. Par ailleurs, il inscrit la pièce dans une autre dimension que celle du récit policier scénique, celle de l’esthétique donnée à voir sur scène, particulièrement remarquable dans Qui a tué Asmahan ?.

Dans la pièce, le travail de mise en scène ne s’arrête pas à la parole et au jeu mais il intègre tous les éléments du processus de représentation scénique : décors, costumes, musique, chant et danse sont mis au service de la dramaturgie.

Tous droits réservés Globe Vision

Le travail artistique d’Amir Nizar Zuabi mérite un intérêt particulier justement pour ses mises en scène et le soin qu’il apporte à la scénographie. Pendant les interrogatoires, Asmahan apparaît en vision et en chanson à l’enquêteur. Les suspects se mettent à danser, accompagnés d’autres personnages qui surgissent sur la mélodie des chansons interprétées par Asmahan.

Tous droits réservés Globe Vision

Par le chant et la danse, le cadre de l’enquête passe du sérieux au merveilleux, du réel à l’imaginaire, du scientifique au magique.

Les comédiens qui évoluent sur scène, entre performance de jeu, de danse et de chant, sont encore peu connus du public palestinien. Leur travail collectif a commencé pour la plupart lors d’une école d’été qui s’est tenue au TNP en 2008 pendant trois mois et réunissant trente-trois étudiants. Dix ans plus tard, certains se retrouvent sur la scène de l’institution dans cette création marquante de la production palestinienne contemporaine. La pratique du théâtre nécessite un niveau d’éducation et de formation difficile à atteindre en Palestine où l’offre est absente des départements des universités et les moyens dont disposent les académies de théâtre sont limités. Il semble cependant, qu’avec Qui a tué Asmahan ?, on assiste à l’aboutissement d’un processus de formation d’une nouvelle génération de comédiens, non seulement capables de jouer à un niveau professionnel, mais aussi de dépasser les limites traditionnelles du jeu en allant chercher d’autres ressources artistiques telles que la danse, le chant ou la musique.

Qui a tué Asmahan ?

  • Écriture et mise en scène : Amir Nizar Zuabi
  • Traduction vers l’arabe : Amer Hlehel
  • Chorégraphie : Samar Haddad King
  • Musique : Habib Shehadeh
  • Costumes : Hamada Atallah
  • Son et lumière : Ramzi Sheik Kassem et Imad Samara.
  • Directrice de production : Georgina Asfour
  • Représentations les :
    • 29, 30 et 31 mars 2018 au Théâtre National Palestinien/El-Hakawati, Jérusalem
    • 11 et 12 mai 2018 au théâtre Al-Midan, Haïfa
    • 24 et 26 mai 2018 au Théâtre National Palestinien/El-Hakawati, Jérusalem

Bibliographie

  • KANAFĀNĪ, Ġassān, Al-ʿāmāl al-kāmila. Les romans, septième édition, premier volume, Muʾassat-al-abḥāṯ al-ʿarabiyya, Beyrouth, 2009.
  • NAKHLÉ-CERRUTI, Najla, « Création arabe palestinienne : théâtre, musique et beaux-arts », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 2 juillet  2014. [En ligne] https://ifpo.hypotheses.org/6049
  • SAGASTER, Boerte, STROHMEIER, Martin et GUTH, Stephan (éds), Crime and fiction in and around the Eastern Mediterranean, Harrassowitz Verlag, 2016.
  • ZUABI, Amir Nizar, Je suis Youcef et celui-ci est mon frère, traduit de l’anglais par Jacqueline Carnaud, Éditions théâtrales, Montreuil, 2011.
Pour citer ce billet : Najla Nakhlé-Cerruti, « Qui a tué Asmahan ? d’Amir Nizar Zuabi : un récit policier sur scène (1) », Les Carnets de l’Ifpo (Hypotheses.org), le 05 octrobre 2018. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/8041

Najla Nakhlé-Cerruti est agrégée d’arabe et spécialiste du théâtre palestinien contemporain. Elle est chercheure à l’Ifpo depuis 2017.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.