Réflexions sur la place de la poésie dans les sources narratives arabes médiévales relatives aux débuts de l’Islam

Kitab ansab al-ashraf , traité, par Ahmad ibn Yahya al-Baghdadi al-Katib, surnommé al-Baladhori, auteur du Kitab foutouh al-bouldan , dans lequel se trouvent exposées la généalogie et les ramifications des familles arabes avant l’Islamisme, la généalogie du Prophète, et celle d’autres personnages nobles chez les Arabes, avec leur histoire d’après les traditions. :  https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100313148

Qui n’a pas, à la lecture d’une chronique médiévale, passé les vers de poésie qui venaient « interrompre » la lecture du texte en prose ?

Parce qu’elle n’aurait vocation qu’à illustrer, il faudrait laisser de côté la poésie que l’on peut continuellement lire au fil des chroniques et autres ouvrages à intention historique. Son étude appartiendrait à d’autres, aux spécialistes de l’adab. Ne serait-ce pas en fait adopter une attitude consumériste des sources, y choisir uniquement ce qui nous intéresse a priori ? Que peut faire l’historien avec la poésie ? Quel est le rôle de cette poésie dans les sources à intention historique ?

كان الشِعرُعِلمَ قومٍ لم يكن لهم علمٌ أصح منه

« La poésie était la science d’un peuple qui ne possédait de science plus juste qu’elle ». D’après Ibn Sallām (m. 231/845-846), dans ses Ṭabaqāt al-Šuʿarāʾ (Ibn Sallām 2001, I, p. 24)on devrait cette parole au second des califes rāšidūn ʿUmar ibn al-Ḫaṭṭāb. Dans Faḍl al-ʿArab, Ibn Qutayba (m. 276/889) écrit que « la poésie est la source du savoir des Arabes (معدن علم العرب) […] les archives de leurs histoires (وديوان أخبارها) » (Ibn Qutayba 2017, p. 150).

Des développements similaires peuvent être lus dans la ʿUmda fī maḥāsin al-šiʿr wa-ādābihi de Ibn Rašīq (m. v. 460/1067) ou encore contenus dans ce vers de Abū Firās al-Ḥamdānī :

الشعر ديوانُ العرب        أبدا وعنوانُ الأدبْ

Soit : « La poésie est l’archive perpétuelle des Arabes ainsi que le dépôt de l’adab ».

Pour les auteurs médiévaux – et les quelques exemples cités en attestent – les vers de poésie sont considérés comme un outil historiographique. Et l’importante présence des vers dans les ouvrages d’adab ou à intention historique médiévaux indiquent que les premiers historiens, compilateurs et les auteurs d’ouvrages d’adab firent notamment usage de la poésie comme une source de connaissance historique.

Dans son introduction à un colloque qui s’est tenu à l’American University of Beirut (AUB) en 2008 et qui s’intitulait « Poetry and History, The Value of Poetry in Reconstructing Arab History », le chercheur Saleḥ Agha disait que le « discours versifié arabe et l’histoire des Arabes étaient, dans les sources arabes, presque inséparables » (Baalbaki, Agha, Khalidi 2011, p. 7).

Dans le même article, il rappelait que la poésie reprenait dans la recherche actuelle son statut de source pour la connaissance historique, indiquant ainsi que la poésie fut pendant une longue période non seulement non prise en compte par la recherche occidentale, mais que son authenticité fut également sévèrement remise en question par les historiens.

L’historien moderne et la poésie ancienne

Un regard sur l’historiographie contemporaine indique que les relations des historiens modernes avec la poésie ont été et sont encore ambivalentes. Dans un article qu’il publiait en 1993 dans un numéro de la revue Arabica en hommage à Claude Cahen intitulé « L’historien et la littérature arabe », Abdallah Cheikh Moussa rapportait l’anecdote suivante : C. Cahen répondant à Maxime Robinson et à ses camarades des Langues O’ (actuelle École Nationale des langues et civilisations orientales ou Inalco) : « Vous savez, moi, je fais de l’histoire, je ne suis pas philologue, et la poésie arabe ne m’intéresse pas tellement sauf quand elle apporte de l’information » (Cheikh Moussa 1993, p. 152). C. Cahen était tributaire du discours de l’époque sur l’adab et la poésie arabe. Dans cet article, A. Cheikh Moussa considérait qu’en 1993, il y a donc maintenant presque vingt-cinq ans, cette perception de la littérature arabe et de la poésie était encore largement partagée et il appelait à l’utilisation de l’adab par les historiens.

Depuis la parution de cet article, l’observation de A. Cheikh Moussa doit être nuancé, en témoigne le colloque déjà cité qui s’est tenu à l’AUB en 2008. Les historiens prennent de plus en plus la mesure de la place de la poésie. Dans l’introduction à l’édition et la traduction de l’ouvrage d’al-Kindī Histoire des cadis égyptiens publié en 2012, Mathieu Tillier se demandait par exemple par quel « biais la mémoire des personnages et des évènements » était-elle sauvegardée. Il formulait alors l’hypothèse que les vers se situaient au cœur même de la transmission (Tillier 2012, p. 12).

Pour autant, il ne semble pas que l’on ait véritablement placé le vers aussi bien que le ḫabar au cœur de la recherche sur l’Islam, pour les premiers siècles en particulier.

Dans les sources narratives à intention historique, la poésie n’est en effet pas présentée seule, elle se donne à lire dans un ensemble qu’elle forme avec la prose, très souvent présente sous la forme du ḫabar (pl. aḫbār), c’est-à-dire un court texte pouvant prendre la forme de déclarations de savants, saints ou hommes d’État, de mentions d’évènement ou de récits d’évènements historiques. Sa longueur peut varier d’une ligne à plusieurs pages. Le ḫabar est généralement introduit par un isnād, indiquant la chaîne des transmetteurs de celui-ci. Le chercheur allemand Stefan Leder résume la chose en définissant le ḫabar comme « a self contained narrative unit which depicts an incident or a limited sequence of occurrences or conveys sayings » (Leder 1999, p. 279). Plus en avant dans son article, il signale par ailleurs que la relation structurelle entre la prose et la poésie peut varier (Leder 1999, p. 310) rappelant au passage que, s’il y a relation c’est donc qu’il importe de les prendre toutes deux en considération.

Ce relatif désintérêt pour la poésie a de quoi étonner particulièrement pour la période omeyyade. On y compte de nombreux poètes et la poésie est très présente dans les ouvrages à intention historique. Antoine Borrut, dans sa thèse Entre mémoire et pouvoir, consacrait une sous-section à « la poésie omeyyade » (Borrut 2010, p. 115-119). Si, comme Saleḥ Agha il précisait que « l’apport de la poésie était désormais bien établi », il revenait sur les deux attitudes opposées qui ont longtemps prévalu par rapport à la poésie omeyyade : elle était soit présentée comme la source par excellence pour l’histoire omeyyade, soit à l’inverse, considérée comme négligeable du point de vue de la connaissance historique.

Quelle est la place de la poésie dans les ouvrages à intention historique ?

Antoine Borrut précise encore qu’elle remplirait la fonction de preuve. En note de bas de page, il reprend par ailleurs les propos de R. S. Humphreys qui, dans Islamic History écrivait (Humpheys 1988, p. 90) : « La fonction des vers cités dans les textes historiques n’a jamais été correctement étudiée, mais je crois qu’elle servait à peu près le même objectif que les discours ou les lettres qui étaient périodiquement introduits, celui de permettre à l’historien de transmettre une interprétation explicite ». A. F. L Besson and L. I. Conrad dans leur article « On some Umayyad Poetry » faisaient le même constat concernant ce déficit d’études sur la fonction de ces vers dans les textes historiques (Besson, Conrad 1993, p. 192).

Pour une étude de la poésie avec la prose

Les auteurs précédemment cités mettent le doigt sur un point essentiel : la nécessité d’étudier non pas les vers pour eux-mêmes mais dans l’environnement dans lequel ils se donnent à lire, avec la prose. La poésie ne remplissait pas nécessairement la fonction de preuve, de « commentaire éditorial » (Humphreys 1988, p. 90). Formuler ce type de conclusions, c’est déjà réduire la poésie à une fonction illustrative. Il semble plus pertinent d’interroger le lien entre la création poétique suscitée par un évènement et la transmission des vers, qui s’était accompagnée de la transmission des éléments explicatifs indispensables à sa compréhension. La poésie peut bien entendu avoir été associée au ḫabar à des fins d’illustration d’un des aspects de l’évènement relevé mais elle peut tout aussi bien être le noyau de l’ensemble, le ḫabar servant alors à rendre compte de la situation ayant conduit à la production des vers.

Quoi qu’il en soit, ḫabar et vers doivent être étudiés ensemble. Placer au cœur des interrogations, les rapports entretenus entre la prose et la poésie peut par ailleurs permettre d’améliorer nos connaissances sur l’écriture de l’histoire durant les premiers siècles de l’Islam. Il n’est, par exemple, pas exclu que l’arrangement de l’ensemble prose – poésie, précisément parce qu’il forme une même unité poético-narrative, appartienne, dans sa composition, à une strate de transmission antérieure à la période des auteurs des ixe et xe siècles. Ainsi, c’est l’ensemble qui aurait été transmis à des auteurs comme al-Balāḏurī (m. 279/892-893) et non ce dernier qui aurait sélectionné les vers, bien que l’on sache qu’il était versé dans la poésie.

Étudier ces textes, qui en raison de leur forme s’apparentent à des prosimètres, répond donc aussi à un besoin historiographique. Dans le même temps, cette étude apparaît donc essentielle pour comprendre le rôle historique de cette poésie.

Que faire de la poésie dans les sources narratives arabes médiévales sur les débuts de l’Islam ?

Ne pas en faire l’impasse, d’abord. La considérer non pas a priori comme illustrative mais comme partie prenante dans l’entreprise de composition des ouvrages. L’auteur a fait le choix de ces vers ou peut-être plutôt de l’ensemble prose (ḫabar) et vers de poésie, c’est donc que cette poésie doit être étudiée au même chef que cette prose, avec elle, dans sa relation avec elle. De l’étude de cette relation entre prose et poésie dans les sources narratives arabes médiévales sur les débuts de l’Islam une meilleure connaissance de l’écriture de l’histoire et de cette histoire est à espérer.

Il reste à déterminer comment procéder. Assurément l’étude de cas se prête parfaitement à cette entreprise et empêche les généralisations hâtives. C’est donc par l’étude d’un ensemble poético-narrative déterminé que peut être rendu possible le mise en évidence d’une relation particulière pour laquelle il faut certainement se garder de toute tentative de généralisation, si ce n’est de la méthode.

Bibliographie

Sources

  • Ibn Qutayba, Faḍl al-ʿarab, éd. par James Montgomery and Peter Webb, New York, NYU Press,  Library of Arabic Literature, 2017.
  • Ibn Rašīq, al-ʿUmda, Beyrouth, Dār Ṣādir, 2012.
  • Ibn Sallām, Tabaqāt al-Šuʿarāʾ, Beyrouth, Dār al-Kutub al-ʿilmiyya, 2001.
  • Kindī, (- al), Muḥammad ibn Yusuf ibn Yaʿqūb, Aḫbār qudāt Miṣr, édition et traduction de Mathieu Tillier, Histoire des cadis égyptiens, Le Caire, IFAO, 2012.

Études

  • Baalbaki Ramzi, Agha Saleḥ Said, Khalidi Tarif, 2011 (éds.), Poetry and History, The Value of Poetry in Reconstructing Arab History, Beyrouth, American University of Beirut Press.
  • Besson A. F. L.,  Conrad Lawrence I., 1993, « On some Umayyad Poetry in the History of al-Ṭabarī », Journal of the Royal Asiatic Society 3/2, p. 191-206.
  • Borrut Antoine, 2010, Entre mémoire et pouvoir. L’espace syrien sous les derniers Omeyyades et les premiers Abbassides (v. 72-193/682-809),Leyde, Brill.
  • Cheikh-Moussa Abdallah, 1995, « L’historien et la littérature arabe médiévale », Arabica43 152-188.
  • Humphreys R. Stephen, 1995, Islamic History: a framework for inquiry, Londres/New-York, I.B. Tauris.
  • Leder Stefan, 1999, « The literary use of the khabar : a basic form of historical writing », in Averil Cameron et Lawrence I. Conrad (éds.), The Byzantine and Early Islamic Near East: Problems in the Literary Source Material, Princeton, Darwin Press, p. 277-315.

Pour citer ce billet : Noëmie Lucas, « Réflexions sur la place de la poésie dans les sources narratives arabes médiévales relatives aux débuts de l’Islam », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), le 16 juillet 2018. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/801316

Noëmie LucasHistorienne médiéviste. Doctorante depuis 2014 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sa thèse porte sur l’histoire du Bas-Iraq au viiie siècle et à pour titre : « Le pouvoir de la terre : pour une histoire de la société bas-iraqienne au viiie siècle ». Noëmie Lucas est à l’Ifpo Beyrouth depuis septembre 2017 dans le cadre d’une bourse AMI.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.