L’Olympic Club de Bagdad : un symbole historique de l’Irak indépendant aujourd’hui menacé

Fresque au Club olympique de Adhamiya à Bagdad

Fresque au Club olympique de Adhamiya à Bagdad. Photo Caecilila Pieri 2011, tous droits réservés.

English version

L’Olympic Club de Bagdad, Place Antar, se situe à l’entrée du quartier Adhamiya. C’est à la fois le tout premier complexe sportif moderne bâti en Irak et l’un des premiers programmes publics dessinés sous la supervision d’Ahmad Mukhtar Ibrahim. Celui-ci, premier Irakien à avoir obtenu son diplôme d’architecte en Europe, avait surtout été le premier Irakien nommé Architecte du Gouvernement, un poste occupé avant lui par des Britanniques, sans interruption depuis 1920. L’Olympic Club de Bagdad constitue donc l’un des symboles phares de l’Irak moderne et indépendant. Il est donc important non seulement de le préserver mais même de le restaurer dans son état d’origine. Or un projet de restructuration menace de le dénaturer de manière irréversible.

L’Olympic Club, fruit d’une des premières réformes des institutions culturelles en Irak

Autour de 1935, l’Irak a connu un vent de réformes et un essor urbain sans précédent, et les institutions culturelles ont subi une réorganisation complète qui témoignait d’une nouvelle émancipation administrative par rapport à l’ancienne tutelle britannique. En 1934, pour la première fois depuis la création du poste par Gertrude Bell en 1920, la direction des Antiquités est confiée à un Arabe, Sâti’ al-Husrî. Ce fonctionnaire ottoman formé à Istanbul, puis à Paris, prônait un renforcement du rôle de l’école à la fois comme moteur du progrès social et comme relais de l’éducation familiale (Simon-Tejirian 2004). Il prit la tête du ministère de l’Instruction publique à partir de 1935. En 1936, on édicta la première loi moderne de gestion et d’administration des fouilles.  Mais surtout, l’année 1936 constitua un tournant particulièrement au niveau de la formation des élites locales. La corporation des bâtisseurs, jusqu’alors représentée par des ustâs formés sur le terrain et dans la continuité de l’époque ottomane, se structurait avec le retour des étudiants architectes diplômés à l’étranger en 1936, le premier d’entre eux étant Ahmad Mukhtar Ibrahim. C’est à cette génération de jeunes professionnels qu’incombait désormais, la tâche officielle de bâtir leur pays, au sens propre comme au sens figuré.

Un des premiers bâtisseurs de l’Irak moderne (1936)

Ahmad Mukhtar Ibrahim (1907-1960) a été le premier d’un groupe de cinq architectes irakiens formés à Liverpool (sur les dix premiers au total). Un an plus tard, il fut le premier Irakien à occuper le poste d’architecte du gouvernement, confié jusqu’alors sans interruption à des Britanniques depuis quinze ans.

C’est à Liverpool que l’enseignement a commencé à se distancier de la tradition britannique des Arts and Crafts, pour former le prototype moderne de l’architecte-urbaniste bâtisseur de villes. À partir de 1905, sous l’influence de Charles Reilly, l’enseignement prend une orientation « universaliste » : sur le modèle de l’enseignement français des Beaux-Arts, il insiste sur l’importance d’une professionnalisation moderne du rôle de l’architecte, distinct de celui du bâtisseur, et sur une conception rationaliste du projet : volumes géométriques simples, symétries axiales (Crinson 2003).

Ahmad Mukhtar est né à Bagdad le 15 septembre 1907. Il termine ses études secondaires le 1er septembre 1926, passe une année préparatoire à l’Université américaine de Beyrouth. Inscrit à Liverpool 1926-1927, il n’obtient son diplôme qu’en 1936, retardé de deux ans pour raisons de santé : sans doute la tuberculose, soignée en sanatorium. Dans une lettre adressée le 4 février 1928 au ministre de l’Éducation en Irak pour une demande de bourse destinée à « un étudiant irakien méritant qui fait actuellement ses études en Grande-Bretagne à ses frais », Charles Reilly précise qu’Ahmad Mukhtar est le seul Irakien présent à Liverpool, et ajoute : « C’est un étudiant travailleur, qui fait de son mieux. Son comportement a donné entière satisfaction et il semble tout à fait convenable », peut-on lire dans sa fiche scolaire.

Il obtient son diplôme le 1er juillet 1936 et l’expose avec les autres diplômes d’architectes. La presse locale lui fait les honneurs d’une photo dans le Liverpool News Chronicle du 1er juillet. « On pourrait reconnaître chez la plupart des étudiants […] les caractéristiques d’une architecture moderne utilitaire et économique. Un étudiant irakien, Ahmad Mukhtar, situe son sanatorium dans les montagnes de sa région d’origine qui, à l’image de son environnement, est imposant. »

 Ahmad Mukhtar fut aussi l’architecte-conseil du pavillon de l’Irak à l’Exposition Internationale des Arts et des Techniques de Paris, de mai à octobre 1937. Le dossier des Archives Nationales à Paris (AN/F12365) mentionne qu’il a participé à cette réalisation aux côtés des Français André Laprade et Léon Bazin, et son nom figure d’ailleurs sur le Guide officiel du pavillon de l’Irak. À peine revenu de Grande-Bretagne, il avait en effet été nommé architecte du gouvernement entre octobre 1936 et septembre 1937, date d’inauguration de l’exposition. (ill. 1)

Brochure officielle du pavillon irakien à l’Exposition Internationale de Paris en 1937. La page de garde mentionne le nom d’Ahmad Mukhtar aux côtés des architectes français Albert Laprade et Léon Bazin. Archives Nationales, Paris, AN/ F12365.

1. Brochure officielle du pavillon irakien à l’Exposition Internationale de Paris en 1937. La page de garde mentionne le nom d’Ahmad Mukhtar aux côtés des architectes français Albert Laprade et Léon Bazin. Archives Nationales, Paris, AN/ F12365.

Dès l’annonce officielle, fin 1936, de la présence de l’Irak à Paris aux côtés des plus grandes puissances mondiales, la presse irakienne avait souligné la portée symbolique de l’événement (Al-Bilad, 27 novembre 1936) : « Notre pays renaissant a bien besoin d’une propagande extérieure de large envergure, parce que l’ignorance du monde occidental en ce qui concerne l’Irak est presque totale. Il s’agit de faire connaître aux pays lointains notre souveraineté nationale. » On peut aussi lire dans le numéro spécial de L’Illustration consacré à l’exposition en 1937 : « Dans l’élégant pavillon de l’Irak, le jeune État expose les résultats de vingt ans d’efforts d’organisation sociale et d’aménagements industriels ». Cette exposition constituait une nouvelle étape dans la représentation et la construction irakienne d’une image internationale, et c’est Ahmad Mukhtar qui était donc officiellement chargé d’incarner cette responsabilité symbolique à la face du monde.

Un symbole du modernisme irakien

Avec l’Olympic Club, le ministère de la Jeunesse et des Sports inaugurait  une nouvelle ligne gouvernementale pour ces bâtiments publics construits sous la direction des architectes irakiens à leur retour en Irak. Le bâtiment témoigne d’une coupure stylistique par rapport à l’architecture publique sous mandat britannique de la décennie précédente. C’est une intéressante synthèse entre les modèles européens et une certaine adaptation au contexte local, notamment par l’emploi de la brique et la prise en compte du facteur climatique. Par son incurvation, la façade principale constitue un élément urbain à part entière, intimement associé au dessin de la place elle-même (ill.2). Par ailleurs la sobriété des deux élégantes façades répond au « less is more » théorisé par Mies van der Rohe dans son enseignement au Bauhaus (ill. 3).

Façade principale sur rue ; cliché d’un dossier d’étudiants de l’Université de Bagdad © A. al-Tâ’i, M. Mahmûd, Hadhûn, H. Qaddû, 2005. La façade principale incurvée est constitutive du projet urbain d’ensemble.

2. Façade principale sur rue ; cliché d’un dossier d’étudiants de l’Université de Bagdad A. al-Tâ’i, M. Mahmûd, Hadhûn, H. Qaddû, 2005, tous droits réservés. La façade principale incurvée est constitutive du projet urbain d’ensemble.

Façade arrière. Caecilia Pieri, 2011. Une sobriété fonctionnaliste dans l’esprit du Bauhaus, mise en valeur par l’utilisation de la brique irakienne.

3. Façade arrière. Photo Caecilia Pieri, 2011, tous droits réservés. Une sobriété fonctionnaliste dans l’esprit du Bauhaus, mise en valeur par l’utilisation de la brique irakienne.

Les volumes monumentaux intérieurs, scandés par des piliers à modénatures fines, et la volée de marches offrant une contre-courbe en façade arrière sont typiquement Art Déco (ill. 4,5,6 et 8). Enfin des redents stylisés évoquent avec subtilité ceux de l’architecture mésopotamienne (ill. 7).

4. Volumes, proportions et piliers à modénatures d’une monumentalité typiquement Art-Déco. Au fond, le panneau de Faiq Hassan daté de 1972 © Caecilia Pieri, 2011

4. Volumes, proportions et piliers à modénatures d’une monumentalité typiquement Art déco. Au fond, le panneau de Faiq Hassan daté de 1972. Photo Caecilia Pieri, 2011, tous droits réservés

 

5. Volumes, proportions et piliers à modénatures d’une monumentalité typiquement Art-Déco. Au fond, le panneau de Faiq Hassan daté de 1972 Caecilia Pieri, 2011

5. Volumes, proportions et piliers à modénatures d’une monumentalité typiquement Art déco. Au fond, le panneau de Faiq Hassan daté de 1972. Photo Caecilia Pieri, 2011, tous droits réservés.

 

6. Géométrie et contre-courbes de la volée de marches à l’arrière. Redents stylisés en rappel discret de certaines architectures mésopotamiennes. © Caecilia Pieri, 2011.

6. Géométrie et contre-courbes de la volée de marches à l’arrière. Redents stylisés en rappel discret de certaines architectures mésopotamiennes. Photo Caecilia Pieri, 2011, tous droits réservés.

 

7. Géométrie et contre-courbes de la volée de marches à l’arrière. Redents stylisés en rappel discret de certaines architectures mésopotamiennes. © Caecilia Pieri, 2011.

7. Redents stylisés en rappel discret de certaines architectures mésopotamiennes. Photo Caecilia Pieri, 2011, tous droits réservés.

 

8. Plan du rez-de-chaussée, et élévations des façades. Source: Shirzad.

8. Plan du rez-de-chaussée, et élévations des façades. Source : Shirzad.

On peut estimer que l’Olympic Club symbolise, dans l’histoire de cet Irak moderne fondé en 1921, un tournant historique qui a vu les leviers de la politique culturelle passer du domaine de la puissance mandataire à celui de l’élite locale. Il est contemporain de la fondation de l’école des Beaux-Arts en 1939, par un groupe d’artistes formés à Paris, Faiq Hassan, peintre, et Jawâd Salîm, sculpteur et peintre, en tête.  C’est pourquoi trente ans après, il fut choisi par le ministère des Sports de la Jeunesse pour y représenter l’unité populaire à travers le sport, mais aussi les jeux de société (échecs), et les arts tels que la musique et la peinture. C’est Faiq Hassan qui fut chargé de cette mission, en 1972. Avec ce panneau, placé au centre de la perspective au fond du vestibule d’entrée, l’Olympic Club détient donc en outre le privilège de conserver aujourd’hui l’une des très rares œuvres du maître encore en place (avec la mosaïque de la Paix, Place Tayyaran). (ill. 9)

8. Détail du panneau signé de Faiq Hassan daté de 1972. Le peintre avait été chargé de représenter l’unité populaire à travers les jeux de société, les arts et les sports. Caecilia Pieri, 2011.

9. Détail du panneau signé de Faiq Hassan daté de 1972. Le peintre avait été chargé de représenter l’unité populaire à travers les jeux de société, les arts et les sports. Photo Caecilia Pieri, 2011,tous droits réservés.

En 1939, l’architecture publique s’exerçait désormais en Irak au service d’une volonté d’affirmation nationale. En ce sens, elle révélait, tout comme l’archéologie, « un nationalisme paradigmatique qui visait à une homogénéité nationale et un commun dénominateur » (Bernhardsson 2005). L’ère de la construction traditionnelle, empirique et artisanale, caractérisée par son éclectisme, tirait à sa fin.  Le Club Olympique de Bagdad fut le bâtiment pionnier de cette nouvelle politique qui cherchait à répondre aux besoins d’une société jeune et en plein essor, et aux défis posés par la légitimité nouvelle d’un pays indépendant.

Avec ses vastes terrains en fond de parcelle, il était prévisible qu’il devait tôt ou tard connaître un développement. Mais le bâtiment historique pourrait supporter l’intégration en l’état dans un projet d’extension actuelle. Il serait important que le ministère de la Jeunesse et des Sports réussisse à empêcher que l’opportunité d’une reconversion intelligente ne soit définitivement compromise par des interventions inappropriées ou trop lourdes.

10. Détail de la façade actuellement défigurée par le percement incongru d’ouvertures, la présence de nombreux panneaux commerciaux, et la présence d’un grand écran publicitaire. Caecilia Pieri, 14 Avril 2018.

10. Détail de la façade actuellement défigurée par le percement incongru d’ouvertures, la présence de nombreux panneaux commerciaux, et la présence d’un grand écran publicitaire. Photo Caecilia Pieri, 14 Avril 2018, tous droits réservés.

Caecilia Pieri avec la collaboration de Ghada Razzuqi al-Slik, professeur, Université de Bagdad, présidente de DOCOMOMO-Irak. Auteur de Baghdad, City of Stories, Bagdad, 2011.

Bibliographie

  • Khâlis al-Ashab,1974: « Urban Geography of Baghdad », Ph. D., Newcastle upon Tyne, 1974.
  • Magnus T. Bernhardsson, 2005: Reclaiming a plundered past. Archaeology and nation-building in modern Iraq, Austin, University of Texas Press.
  • Mark Crinson, 2003: Modern architecture and the end of Empire, Dorchester, Ashgate.
  • Anne-Laure Dupont & Catherine Mayer-Jaouen (dir.), 2002 : Débats intellectuels au Moyen-Orient dans l’entre-deux-guerres, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranées, série Histoire, no 95 -98, Aix-en-Provence, Édisud.
  • Caecilia Pieri, 2015: Bagdad, 1914-1960. La Construction d’une capitale moderne, Beyrouth, Presses de l’Ifpo.
  • Nizâr Salîm, 1977 : L’Art contemporain en Iraq, 1977, Lausanne.

 Caecilia Pieri chercheur associée à l’ Ifpo, est historienne de l’architecture et expert UNESCO pour le patrimoine moderne dans le monde arabe. Spécialiste  de l’Irak, elle est l’auteur et le co-auteur de Bagdad Arts Déco, 1920-1950, L’Archange Minotaure, 2008 ; Le Gymnase de Le Corbusier à Bagdad (avec Mina Marefat et Gilles Ragot), Éditions du patrimoine, Paris, 2014 ; Bagdad 1914-1960, La construction d’une capitale moderne, Presses de l’Ifpo, 2015.

Pour citer ce billet Caecilia Pieri , « L’Olympic Club de Bagdad : un symbole historique de l’Irak indépendant aujourd’hui menacé », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), le 12 juin 2018. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/7900

 


Vous aimerez aussi...