Comment informer différemment en contexte autoritaire ? Encadrement de la profession et innovations journalistiques en Jordanie

« Dans les années 80, si on voulait une information indépendante en Jordanie, on écoutait RMC Moyen-Orient. »

Suleyman Sweiss, directeur de la l’Association jordanienne pour les droits de l’Homme, 17 février 2017

Des années 1980 à aujourd’hui, le paysage médiatique jordanien a bien changé avec l’arrivée des chaînes satellitaires et d’Internet, deux révolutions qui ont bouleversé la production de l’information. À première vue, on pourrait penser que l’accès à l’information s’est fortement démocratisé, notamment depuis 1989, date de « l’ouverture démocratique » du système politique jordanien. La liberté de la presse étant garantie par la monarchie, on pense alors que les médias ont gagné leur indépendance et que les journalistes vont pouvoir affirmer leur rôle de contre-pouvoir, et abandonner celui de porte-parole du régime. La réalité est telle que, trente ans plus tard, les autorités politiques exercent une influence constante sur la sphère médiatique, en particulier en encadrant la profession via la définition d’une « bonne manière » d’être journaliste.

Cet article résume une recherche réalisée dans le cadre du Master 2 « Expertise Politique Comparée » de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, et basée sur une enquête de terrain de trois mois (janvier-mars 2017) à Amman. Mon postulat de départ est l’homogénéité de la production des grands médias jordaniens (TV, presse écrite et radio) qui serait le résultat direct d’un contrôle du régime dont je vais détailler les mécanismes.

À partir de ce point de départ, je me suis interrogé sur les moyens dont les Jordaniens disposent pour s’informer différemment sur leur pays. Ainsi, je me suis rendu compte qu’une forme innovante de journalisme était en train d’émerger par le biais d’Internet, « arène d’expression la plus libre et la plus authentique du pays » selon une journaliste jordanienne en free-lance.

J’ai donc circonscrit mon objet d’étude aux médias numériques non-gouvernementaux, suivis par de très nombreux Jordaniens, qui ont en commun de ne pas bénéficier de financements publics et qui ont l’ambition de proposer une offre médiatique différente de celle des grands médias nationaux. On compte à peu près 400 médias numériques en Jordanie, mais seulement une vingtaine sont des médias professionnels avec des journalistes salariés.

Au cours de mon enquête, je me suis focalisé sur cinq d’entre eux, à savoir 7iber, ARIJ, Akhbareek, Aramram et JO24.

L’encadrement de la profession et la « bonne manière » d’être journaliste

On ne peut pas comprendre l’existence et le sens de ces médias numériques non-gouvernementaux, si l’on ne se penche pas sur les mécanismes de contrôle exercés par le régime jordanien sur la profession journalistique.

Cet encadrement de la profession par les autorités jordaniennes peut être résumé par deux injonctions.  D’abord, la Loi sur la Presse et les publications de 1998 (principale loi sur la régulation de la presse en Jordanie) stipule que tout journaliste doit être enregistré à la Jordan Press Association (JPA), le syndicat national des journalistes. Cette condition est d’autant plus importante que l’indépendance de la JPA est très fortement questionnée par plusieurs rapports internationaux qui dénoncent la proximité entre le gouvernement et le syndicat. Ensuite, tous les médias, et les médias électroniques n’échappent pas à la règle, « doivent être enregistrées et sous licence auprès du ministère de la Presse et des Publications » (Art.49 Loi sur la Presse et les publications). Comme si ces deux injonctions ne suffisaient pas pour encadrer la profession, les autorités jordaniennes ont amendé la Loi sur la Presse en 2012 en posant une nouvelle condition, puisque le « rédacteur en chef du média doit être membre de la Jordan Press Association depuis au moins quatre ans ».

Perçu comme un « retour à la loi martiale » pour B., journaliste jordanien d’opposition, cet amendement vise surtout à limiter la production des nouveaux médias numériques qui sont en nombre croissant et inquiètent les autorités.

Si le débat public semble se déplacer sur internet et notamment sur ces médias numériques, les autorités jordaniennes tentent d’adapter leur contrôle aux changements du paysage médiatique, en modifiant la législation. A titre d’exemple, la loi sur les « crimes électroniques » de 2010 est souvent utilisé contre les journalistes pour sanctionner tout propos considéré comme diffamatoire, contraire aux valeurs islamiques ou susceptible d’affaiblir le régime (« undermine the regime »).

En plus de cela, la loi antiterroriste révisée en 2014 élargit la définition du terrorisme à « toute action qui pourrait mettre en danger les jordaniens en utilisant internet ou les médias » (3-b).

On retrouve ici les caractéristiques d’un « dispositif légal de restriction » décrit par Olivier Koch dans son analyse du contrôle établi par le régime de Ben Ali sur les journalistes tunisiens.

Dans le cas jordanien, les termes juridiques sont assez flous pour être utilisés dans une multitude de contextes, ce qui facilite l’arbitraire du régime à l’égard des journalistes et contribuent à une « disciplinarisation des pratiques journalistiques ».

Selon Suleyman Sweiss, directeur de l’association jordanienne pour les droits de l’homme « Les journalistes ont l’impression qu’ils peuvent être accusés pour toutes leurs publications, pour un article ou un autre. Ils vivent constamment avec une épée de Damoclès au-dessus de leur tête ».

Le contrôle exercé par le régime sur les journalistes entraîne inévitablement l’autocensure de ces derniers, surtout que les pressions psychologiques sont importantes, comme le souligne le directeur d’un grand média numérique jordanien, « il n’est pas rare que l’on reçoive un coup de téléphone de temps en temps pour nous dire de traiter tel sujet plutôt qu’un autre ».

Si la liberté de la presse est inscrite dans la Constitution et garantie par la monarchie, la réalité de la pratique journalistique démontre bien un encadrement de la profession par le régime qui impose une « bonne manière » d’être journaliste.

Pour sortir de ce cadre imposé, certains journalistes innovent par le biais des médias numériques pour informer différemment sur leur pays. J’ai décidé de me focaliser sur le cas particulier du média jordanien 7iber qui est, selon moi, l’exemple le plus parlant de l’émergence d’un journalisme innovant dans le pays.

7iber sur Soundcloud

Le média 7iber a été créé en 2007 par de jeunes blogueurs jordaniens. Le mot 7iber, que l’on prononce hiber signifie « encre ». Le 7 vient du fait que la lettre arabe ح, qui n’a pas d’équivalent dans l’alphabet latin, correspond à la touche 7 d’un clavier d’ordinateur. En 2007, 7iber se présente comme une plateforme citoyenne qui laisse la place aux contributions des lecteurs et qui dénote par sa liberté de parole. Le média s’impose rapidement comme une arène d’expression alternative pour tous les déçus des grands médias nationaux, et prend un essor considérable au cours des mouvements populaires de 2011-2012. En dix ans, le visage de 7iber s’est totalement transformé, d’un site d’information participatif vers un « magazine électronique qui promeut un journalisme professionnel, critique, transparent et fondé sur des valeurs progressistes », comme l’affirme Doa Ali, jeune journaliste jordanienne et rédacteur en chef du média.

Sortir du cadre imposé, réinventer le journalisme en Jordanie

Les journalistes de 7iber mettent constamment en avant le professionnalisme du média, parce que l’amalgame est souvent fait entre journalisme numérique et journalisme citoyen voire journalisme amateur.

Pour sortir du cadre imposé par le régime et combler un vide dans le paysage médiatique jordanien, ils soulignent leur neutralité, leur transparence, leur indépendance et la vérification systématique de leurs informations.

« 7iber est un média critique, qui questionne ce qui est établi dans notre société, qui pose le regard là où les gens ne regardent pas habituellement » affirme Mariam Tullic, journaliste jordanienne.

Effectivement, 7iber ouvre le débat sur des questions relativement taboues ou peu discutées, même si elles sont prégnantes dans la société jordanienne. Des sujets de société comme le suicide, le viol, les crimes d’honneur, l’addiction aux drogues ou la peine de mort sont interrogés au moyen d’enquêtes longues et fouillées basées sur des entretiens avec des témoins ou des victimes. Des questions plus politiques et presque intouchables sont également soulevées comme le poids de la loi tribale, les pouvoirs du roi, les relations diplomatiques avec Israël, la censure, le terrorisme ou encore le rôle de l’armée. Les journalistes de 7iber construisent donc un média innovant à la fois sur le fond, par les thèmes abordés, et sur la forme, par les outils utilisés et la proximité avec le lectorat.

7iber est un média qui ne peut exister que sur internet du fait de sa liberté de parole.

Mais les journalistes ont fait de l’outil numérique leur force en réinventant un format journalistique plus libre, et en utilisant des outils audio-visuels multiples qui contribuent à la richesse de leur production. Ainsi, les articles sont souvent accompagnés de reportage-photo, de vidéos explicatives, de cartes ou de graphiques réalisés par l’équipe, ainsi que d’enregistrements audio des entretiens.

L’identité de 7iber est forgée à partir d’une certaine conception du « slow journalism » adapté au contexte jordanien, c’est à dire une volonté de prendre le temps pour le choix et le traitement des sujets, afin de ne pas succomber à la spirale de l’urgence et de l’information en continu.

Les journalistes prennent du recul sur le traitement de l’information fait par les autres médias, et décident de publier moins d’articles (entre 10 et 15 par semaines), mais sous un angle différent, avec un format plus long, des enquêtes plus fouillées.

L’innovation sur la forme journalistique passe également par l’aspect participatif du média.

7iber est né comme une plateforme citoyenne et, malgré la progressive professionnalisation de l’équipe, le média conserve une volonté de faire parler les lecteurs, de les inclure dans la discussion. Ainsi, des débats sont régulièrement organisés pour aborder des questions traitées dans les articles. De même, on trouve sur le site de 7iber un calendrier des événements culturels, politiques ou sportifs choisis par la rédaction et où les journalistes et lecteurs se retrouvent, formant une sorte de communauté 7iber.

Un modèle économique qui fait débat

La liberté de parole propre à 7iber comme à d’autres médias numériques non-gouvernementaux tient à leur modèle économique. 7iber ne bénéficie ni de fonds publics ni de recettes publicitaires et ce afin de garantir une certaine indépendance à l’égard du régime et des grands acteurs économiques dans l’arène nationale.

Le média fonctionne donc grâce à des financements extérieurs octroyés par des bailleurs de fonds occidentaux. Ainsi, 7iber est soutenu par des organisations et des fondations internationales (Fonds européen pour la démocratie, Open Society Foundation, International Media Support), des agences de développement (Agence suédoise de coopération internationale pour le développement) et directement par des États étrangers, comme la Suisse ou les Pays-Bas, par le biais de leurs ambassades en Jordanie.

Comme j’ai pu le constater au cours de nombreux entretiens, ce modèle économique fait débat au sein même de la profession journalistique. Les médias bénéficiant de financements étrangers sont critiqués par la majorité des journalistes des grands médias jordaniens. Reprenant un discours anti-impérialiste, ils accusent les bailleurs de fonds étrangers d’influencer directement la ligne éditoriale des médias concernés et d’imposer aux journalistes des sujets à traiter, ainsi que des codes professionnels à respecter. Pour ces journalistes, les bailleurs de fonds étrangers apparaissent comme des « entrepreneurs de normes médiatiques ». Les médias bénéficiant de financements étrangers rejettent ces accusations mais ils sont contraints de les prendre en compte dans leur discours. Ainsi, au cours d’entretiens, plusieurs journalistes des médias étudiés ont mis en avant leur patriotisme et leur indépendance vis-à-vis des organisations occidentales. Si ce discours patriotique fait sans doute partie d’une stratégie pour se détacher des bailleurs de fonds, je pense qu’il traduit également une réalité de l’engagement professionnel des journalistes en question.

On remarque que le média 7iber n’a pas la prétention de produire une information internationale, les journalistes traitent en très grande majorité l’actualité nationale et se focalisent sur les questions sociales locales. Selon Enrico de Angelis, cet ancrage à l’échelle locale permet aux journalistes de prouver leur activisme politique, de faire entendre leur voix dans le débat national.

Cet engagement dans une voie alternative leur vaut d’être mal perçus dans le milieu professionnel, et ils sont souvent accusés de bâtir un « média négatif » qui n’aborde que des questions sensibles et ne met pas en valeur le pays.

Conclusion

Peu reconnus par la profession, fortement contrôlés par le régime jordanien et accusés d’être plus proches des organisations occidentales que des réalités du pays, les journalistes offrent pourtant une critique d’un modèle social et politique qui trouve un écho auprès de certaines franges de la population. Les journalistes des médias étudiés ont l’ambition de s’inscrire dans le débat public national, ils parlent pour ceux dont on ne parle pas dans la société jordanienne et ils veulent dire ce que beaucoup de gens pensent mais n’osent pas affirmer. En cela, ils contribuent à la formation d’une « arène alternative d’expression » rare en Jordanie, et créent un nouveau format médiatique pour dessiner le visage d’une Jordanie invisible dans les grands médias nationaux mais pourtant bien réelle.

Bibliographie

Pour citer ce billet : Simon Mangon, « Comment informer différemment en contexte autoritaire ? Encadrement de la profession et innovations journalistiques en Jordanie », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), le 20 mars 2018. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/7818

Simon Mangon

Simon Mangon

Simon Mangon est diplômé de l’Institut d’Études politiques d’Aix-en-Provence, journaliste, il a entrepris un travail de thèse qui porte sur la compréhension de l’évolution du journalisme en Jordanie et dans d’autres contextes autoritaires arabes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.