MisSMO (Missions chrétiennes et sociétés au Moyen-Orient) : organisations, identités, patrimonialisation (XIXe-XXIe siècles)

Missmo

Responsables : Philippe Bourmaud, IFEA ; Séverine Gabry-Thienpont, Ifao ; Marie Levant, Fondazione per le scienze religiose Giovanni XXIII, Norig Neveu, Ifpo ; Karène Sanchez, Université de Leyde

Depuis janvier 2017, le projet de recherche quinquennal « Missions chrétiennes et sociétés au Moyen-Orient : organisations, identités, patrimonialisation (XIXe-XXIe siècles) » ou MisSMO regroupe une vingtaine de chercheurs pour travailler sur le fait missionnaire au Moyen-Orient de la fin du xixe siècle à nos jours. Porté par l’École française de Rome (EfR), l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao), l’Institut français d’études anatoliennes (IFÉA), l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), l’Université de Leyde et la Fondazione per le Scienze Religiose Giovanni XXIII, l’objectif de ce programme de recherche est de situer les missions au regard des évolutions culturelles et sociales qui ont traversé le Moyen-Orient, de la modernité ottomane jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit d’analyser le phénomène missionnaire à l’échelle régionale, et non plus seulement aux échelles nationale ou locale. Tout en nous interrogeant sur l’évolution des formes, de l’organisation et du rôle des missions, nous montrerons comment elles ont engendré des mutations sociales, culturelles et économiques profondes, non seulement pour les chrétiens mais aussi pour les musulmans au Moyen-Orient.

Axe 1 – Missions et pouvoirs en place

coordination Karène Sanchez

Dans le cadre d’un premier axe, notre démarche consiste à mettre en perspective les rapports entretenus entre les pouvoirs en place et les missions. Concernant la période ottomane (fin xixe– début xxe siècle), notre projet reviendra sur le déploiement des initiatives caritatives et sanitaires des missions catholiques, protestantes et orthodoxes. Il étudiera l’influence de ces missions sur l’organisation et l’arabisation des Églises locales, ainsi que leur rôle dans la formation d’élites intellectuelles et cléricales. Pour la période mandataire (période de l’entre-deux-guerres), nous examinerons les relations entretenues entre d’une part, les missionnaires protestants et catholiques, et d’autre part les autorités françaises ou britanniques. Nous analyserons la place des missions dans la mise en œuvre de systèmes et de savoirs coloniaux, ainsi que la formation du personnel nécessaire pour faire des Mandats des administrations répondant au projet de « voir comme un État », selon l’expression de James Scott. Nous étudierons les devenirs divergents des missions au sein d’États qui, à partir des années 1950, adoptent des politiques différentes en la matière, de la fermeture des écoles confessionnelles dans l’Irak baathiste à leur nationalisation dans les sociétés égyptienne, jordanienne, palestinienne et syrienne, en passant par le cas singulier du Liban. Cet axe nous permettra alors d’interroger plus globalement l’évolution de la notion de mission depuis la période ottomane.

 Axe 2 – Missions et identités confessionnelles

coordination Norig Neveu

Le second axe permet d’aborder la question des nouvelles identités confessionnelles locales. L’arrivée des missions au Moyen-Orient a en effet entraîné le développement de nouvelles Églises, notamment protestantes, non nécessairement reconnues par les autorités politiques. Ce faisant, elle a contribué à reformuler les frontières confessionnelles, tout en jouant un rôle central dans les processus d’affirmation religieuse et identitaire locaux. Ce projet se propose ainsi d’analyser les formes d’organisation, caritatives, humanitaires, militantes voire parfois à vocation séculière, développées par les fidèles de ces Églises tout au long du xxe siècle pour revendiquer une reconnaissance officielle. Approcher la question des identités confessionnelles par l’action des missionnaires met en évidence les pratiques et les effets de cette confessionnalisation, sans en faire les conséquences mécaniques de dispositifs institutionnels tels que lois et constitutions. En outre, d’abord destinées aux chrétiens des territoires où elles s’implantaient, ces missions ont souvent dû négocier leur place et leur rôle face aux Églises orientales ‘historiques’, tout en portant une volonté de dialogue et d’interaction avec les populations musulmanes. Cela se traduit aujourd’hui par une recrudescence d’entreprises œcuméniques et de dialogue islamo-chrétien à l’échelle régionale. C’est donc en tant qu’espace de contact entre les religions que les missions seront ici appréhendées, afin d’évaluer dans quelle mesure les « frontières religieuses » façonnées par ces missions – aussi bien entre les différents christianismes qu’entre musulmans et chrétiens – constituent une manière de négocier leur présence auprès des différents gouvernements. La question des conversions comme transgression de cet équilibre fera du reste l’objet d’une attention particulière. Cet axe sera mené en collaboration avec le projet “Engaging Europe in the Arab World: European missionaries and humanitarianism in the Middle East (1850-1970)” financé par le NWO, l’agence nationale néerlandaise pour la recherche scientifique et l’ANR Lajeh.

Axe 3 – Missions et genre

coordination Séverine Gabry-Thienpont

À la question des identités confessionnelles s’ajoute celle du genre et de ses implications. Les missions ont en effet joué – et jouent encore – un rôle majeur dans la conception des rapports genrés entre individus. La vie apostolique féminine au Moyen-Orient, inspirée d’un modèle congréganiste européen, est devenue dans la région un phénomène d’ampleur, témoignant d’une dynamique sociale originale. À l’aune du xxie siècle, les congrégations féminines et masculines, chacune avec leurs spécificités, réorganisent l’espace des villes, des villages, mais aussi des familles, et obtiennent le statut d’interlocuteurs privilégiés, voire de médiateurs, du reste sans cesse sollicités. Quelle importance revêt donc la question du genre, comme statut socialement et religieusement normé, dans ces échanges ? Comment les individus perçoivent et reçoivent-ils les actions des femmes et hommes missionnaires ? Enfin, comment les missions influent-elles sur les pratiques religieuses féminines et masculines chrétiennes – notamment à travers de nouvelles dévotions envers les femmes – puis, plus largement, musulmanes ? Ces points sont d’autant plus centraux que nous sommes dorénavant confrontés à la nationalisation de ces congrégations : dans le cas de l’Égypte, des Égyptiens décident par exemple de devenir franciscains, tandis que des femmes coptes orthodoxes se convertissent au catholicisme pour devenir des Filles de la Charité, des Petites Sœurs de Jésus ou encore des religieuses comboniennes. Y a-t-il une imprégnation culturelle et une conception genrée de ces vocations, qui transformerait la place de ces nouveaux acteurs missionnaires au sein des villes et des villages où ils vivent ? Pouvons-nous même encore les considérer comme « missionnaires » ? C’est tout particulièrement le rôle des congrégations féminines qui sera étudié, mais aussi l’évolution de la place de la femme, religieusement considérée, dans la vie quotidienne des chrétiens et des musulmans au Moyen-Orient.

Axe 4 : Missions, patrimoine et savoir

coordination Philippe Bourmaud et Marie Levant

Les institutions missionnaires du Levant, naturellement situées à l’interface entre « monde occidental » et « monde oriental », ont servi de base, à partir des xviiie-xixe siècles, au développement d’un savoir sur les cultures chrétiennes orientales et sur les sociétés locales. Ce savoir découlait de l’analyse opérée par les missionnaires et de leur collaboration avec les institutions religieuses implantées localement telles que l’École biblique et archéologique de Jérusalem. Dans ce contexte, les missionnaires ont largement contribué à l’élaboration de topographies sacrées, incluant les territoires du Moyen-Orient à la Terre sainte. Ils ont ainsi diffusé auprès de leurs fidèles la perception d’une progressive sacralisation des territoires moyen-orientaux, incluant des phénomènes d’oubli, de réinvention et de patrimonialisation. Il conviendra alors, dans ce dernier axe, de comprendre comment les populations locales, chrétiennes, juives et musulmanes, investissent ces espaces nouvellement (re)créés à des fins religieuses, politiques ou touristiques.

De manière plus globale, ce programme interroge l’évolution de la notion de ‘mission’ depuis la période ottomane. Alors qu’apparaissent en Terre sainte des congrégations venues du « Sud », d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique latine, il semble plus que jamais possible d’utiliser le fait missionnaire chrétien comme un observatoire régional des évolutions du religieux mondialisé. Pour mener à bien ces quatre axes, l’équipe MisSMO mettra en perspective des exemples historiques et ethnographiques allant de l’Égypte à la Turquie contemporaine en passant par le Liban, la Jordanie, la Palestine et les Lieux Saints, ou bien encore l’Irak et la Syrie, à partir de l’étude des documents issus des archives romaines, des congrégations et institutions missionnaires, ainsi que d’enquêtes de terrain à l’échelle des paroisses, pour mieux décrire l’évolution des missions et de leurs apports aux sociétés, notamment, pour les catholiques, depuis Vatican ii.

Pour suivre les activités de MisSMO

Pour citer ce billet : Philippe Bourmaud, Séverine Gabry-Thienpont, Marie Levant, Norig Neveu, Karène Sanchez, « MisSMO (Missions chrétiennes et sociétés au Moyen-Orient) : organisations, identités, patrimonialisation (XIXe-XXIe siècles) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), le 20 septembre 2017. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/7523


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *