L’Ifpo ouvre ses carnets !

En français (mais aussi en arabe ou en toute autre langue qui leur permettra d’atteindre un public), dans toutes la gamme des sujets et des disciplines de ceux et celles qui y contribueront, Les carnets de l’Ifpo ont pour ambition de prolonger, dans l’univers des relations en ligne, la diversité et la richesse de la recherche française sur le Proche-Orient.

La recherche est en effet un organisme vivant qui ne cesse d’évoluer. En fusionnant, en 2003, les structures françaises présentes au Proche-Orient depuis plus de 80 ans pour les plus anciennes, l’Ifpo s’adaptait déjà, en quelque sorte, à son « écosystème régional ». Héritier d’un riche patrimoine accumulé durant des décennies de travaux dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales, de l’Antiquité jusqu’à nos jours, il a continué depuis lors à se transformer pour tirer le meilleur du « milieu » où il se déploie et densifier ainsi le tissu de ses relations scientifiques et intellectuelles avec les pays de la région.

Le développement spectaculaire des techniques numériques est un autre aspect de cette « révolution climatique » qui bouleverse en profondeur les acteurs de la recherche et nous oblige tous à nous adapter à de nouvelles conditions de vie. Invisibles ou presque il y a seulement un quart de siècle, toutes sortes d’applications informatiques font désormais partie de notre quotidien de chercheurs en sciences sociales. La collecte des données de terrain, leur traitement et leur analyse, leur enrichissement à la lumière des sources produites par la recherche, la formalisation des hypothèses et la diffusion des résultats sont autant d’étapes sur une voie dont le tracé n’a guère évolué depuis l’Antiquité mais qui se parcourt désormais avec les méthodes d’aujourd’hui. On le sait – mais il reste à en tirer toutes les conséquences sur le plan des méthodes de travail, de la diffusion des travaux, de la formation… –, les humanités seront demain, et sont déjà aujourd’hui, des humanités numériques.

Cette transformation du paysage de la recherche, l’Ifpo a montré toute l’importance qu’il y accordait en créant de toutes pièces, au fil des ans, un nouveau dispositif de communication associant les différentes ressources du numérique (site internet, archives en ligne, lettre d’information, collections photographiques, fil de micro-messages…). Aujourd’hui, une nouvelle « brique » vient s’ajouter à ce dispositif. Elle est le produit d’un partenariat étroit avec le Cléo (Centre pour l’édition électronique ouverte), le laboratoire du CNRS qui a notamment mis en place le désormais célèbre portail de revues en sciences humaines et sociales Revues.org. Hébergés sur la plate-forme « hypothèses » qui propose déjà plus d’une centaines de publications de ce type dans toutes les disciplines des sciences de l’homme, les « Les carnets (de recherche ?) de l’Ifpo » entendent désormais suggérer une autre approche de la « recherche en train de se faire »

Quelque part entre les notes griffonnées sur le terrain et l’aboutissement de travaux communiqués selon des modalités plus classiques, l’espace numérique offre un domaine inédit de partage et d’échanges qui permet au chercheur de rendre public un premier état de son travail, sous forme d’hypothèses, de conclusions provisoires, de pistes de recherche tout juste esquissées. Au premier regard, une telle démarche s’inscrit sans doute en total porte-à-faux par rapport aux habitudes d’un milieu où l’on préfère le sérieux du secret des cabinets aux vociférations des discours de tribune. Pourtant, si on y réfléchit bien, l’utilisation des ressources du numérique n’est pas un retour en arrière par rapport à ce qu’exige une véritable réflexion scientifique mais au contraire un retour aux origines par rapport à ce que furent les conditions de la production scientifique à des âges où les moyens de communication rendaient l’exercice bien plus difficile.

De l’Antiquité à l’époque classique, dans l’Europe de la Renaissance aussi bien que dans le vaste empire arabe du Moyen Age, érudits et savants soumettaient leur production au regard de leurs pairs, y compris sous une forme plus proche du dialogue et de la conversation que de l’essai livré dans sa formulation définitive. Plutôt que de tourner le dos à un univers numérique qui, de toute manière, s’est déjà immiscé de mille et une manières dans le quotidien de la recherche, il faut au contraire faire preuve d’audace et s’engager résolument vers de nouvelles manières d’en exploiter les ressources, notamment en créant des « communautés d’intérêt » capables d’enrichir le travail personnel par la mobilisation de ressources collectives.

François Burgat, directeur de l’Ifpo


3 réponses

  1. Marin Dacos dit :

    Bravo et bienvenue sur Hypotheses.org!
    N’oubliez pas de montrer le (bon) exemple en citant toujours méticuleusement les crédits de vos illustrations. C’est une politesse que nous accordons toujours aux auteurs de textes, mais que nous négligeons parfois pour les images, comme si elles ne relevaient pas du même registre…

    • Yves Gonzalez-Quijano dit :

      Merci à Hypotheses pour leur accueil et leur soutien. En l’occurrence, pour cette illustration – discutée au sein de l’équipe ! – nous avons en vain cherché des crédits que nous aurions pu citer ! L’absence de « politesse » vis-à-vis des auteurs d’illustration fait système : on ne le cite pas toujours parce qu’il est souvent impossible d’en identifier les auteurs. En édition traditionnelle (papier), on utilise un hypocrite « d.r. » (droits réservés), mais on est dans le registre de l’utilisation, pas de la citation…

  1. 15/11/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Marin Dacos, Jean-Christophe. Jean-Christophe said: L’Ifpo ouvre ses carnets ! http://ifpo.hypotheses.org/67 #hypotheses.org […]