Explorer le temps

Explorer le temps, ses unités et objets de mesure, ses perceptions et ses usages pluriels par les groupes et les individus, tel est l’objectif que se donne ce nouveau projet de recherche de l’Ifpo. Interdisciplinaire et diachronique, IL est ouvert aux partenaires internationaux, chercheurs et doctorants… intéressés par la problématique esquissée ici.

La perception du temps est au centre de l’expérience humaine. L’anthropologie et la sociologie ont montré que le devenir de sociétés qui coexistent ne s’inscrit pas dans un temps universel, mais dans une diversité de représentations symboliques, qui s’observe notamment à travers la diversité des calendriers. L’une des tentations de la mondialisation est pourtant d’imposer un temps mondial basé sur le calendrier occidental chrétien. À la pluralité de ces computs fait écho la diversité des temporalités construites par les pratiques sociales elles-mêmes, temporalités qui revêtent, dans le contexte de la modernité, une complexité accrue. Après une éclipse liée à l’omniprésence des grands paradigmes de la sociologie du XXe siècle, la question du temps et des temporalités est d’ailleurs revenue au centre des interrogations des sciences sociales et humaines. L’évolution des changements sociaux en ce début de XXIe siècle, notamment les modifications du monde du travail et la promotion du temps informatique, s’accompagne d’une accélération et d’un brouillage des temporalités qui rendent plus nécessaire encore une investigation sur ces questions. Or en dépit de son caractère heuristique et de son actualité, la question du temps et des temporalités n’a pas été mobilisée dans l’étude des sociétés arabes, et fort peu d’ailleurs dans celle les sociétés non occidentales en général.

Ce programme vise doc, d’une part, à retracer la façon dont les mesures du temps, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, ont été historiquement et socialement construites sur la très longue durée, soit depuis l’Antiquité. Il s’attachera, d’autre part, à analyser la façon dont est construite, perçue, vécue et commentée, la pluralité des temporalités concrètes, matérielles, sociales, culturelles et symboliques…., et également à étudier la façon dont les sociétés de cette région s’alimentent de ces diverses temporalités, qui peuvent se coordonner mais parfois aussi entrer en conflit. On tentera de saisir cet aspect dès le Moyen Age et au cours des époques modernes – dans la mesure où les sources disponibles le permettent -, mais surtout à partir de l’introduction de la modernité occidentale et jusqu’à nos jours. Les rapports complexes entre le temps abstrait comme mesure, soit un temps quantifié, et ces temporalités vécues, soit des temps subjectifs, sont au centre de nos interrogations.

Les recherches réalisées dans le cadre de ce programme s’articuleront autour de trois axes de réflexion principaux, distingués ici pour des raisons de clarté, mais qui sont en réalité en partie articulés.

– Le premier, pour l’heure le mieux documenté mais qui nécessite de nouvelles investigations et un travail de synthèse, vise à restituer la façon dont ont été historiquement élaborées les mesures du temps, qui revêtent dans le monde arabe une complexité particulière en raison de la stratification des computs depuis les calendriers les plus anciens (Mésopotamie, Égypte). Il s’agit de systèmes conventionnels et normatifs, imposés par des institutions, pouvoirs politiques ou autorités religieuses, pour qui l’allégeance des individus et des groupes à leur égard passe par une adhésion à leur propre façon de compter le temps. Ces systèmes sont éventuellement transcrits sous forme d’objets matériels (calendriers, clepsydres, montres ou horloges). On peut faire l’hypothèse qu’en raison de la longueur et de la complexité du processus par lequel se sont construites une stratification et une juxtaposition des computs de temps dans le monde arabe, ce champ a été traversé de multiples effets de concurrence. Une attention particulière sera accordée à l’étude des moments de crise, des conflits dans l’imposition de temps concurrents, et aux luttes hégémoniques, opposant notamment pouvoirs temporel et spirituel.

– La mise en place de systèmes conventionnels n’est cependant qu’un aspect de la fabrication du temps. De façon plus complexe encore, une pluralité de temporalités, c’est-à-dire de conceptions subjectives du temps, se construit historiquement à travers la multiplicité des pratiques sociales et des actions humaines en général. Le deuxième axe de réflexion s’attachera donc à éclairer les mécanismes et les processus de la production des temporalités, et les transformations de celles-ci sur le long terme. L’une des structures temporelles fondamentales est celle des âges de la vie. On cherchera à déterminer les variations de rythme de ces âges, à travers une histoire longue de l’enfance et de la jeunesse, notamment, dont les conceptions varient au cours des siècles. Dans ce cadre, on s’intéressera tout particulièrement aux systèmes éducatifs, qui modèlent en profondeur cette période de la vie. Les spécificités des temporalités du quotidien, en ville, en milieu rural et dans l’univers bédouin, seront abordées à travers les pratiques concrètes : rythmes saisonniers, mensuels, hebdomadaires et journaliers, avec notamment une histoire croisée du jour sacré hebdomadaire des différentes religions, fêtes et commémorations, travail et loisir, scansions du temps par les rituels religieux et leurs signaux… Enfin, on réfléchira sur la fabrication même de l’historiographie et de la mémoire, sur les notions de crise et d’événement, de passé, de présent et d’avenir.

– Un troisième axe de réflexion s’attachera à observer et analyser les usages et les pratiques des diverses temporalités ainsi produites. Changeant d’échelle d’observation, et en privilégiant les périodes contemporaines plus accessibles à ce type d’interrogation, cet axe de réflexion invite, au-delà des mécanismes sociaux producteurs de temporalités, à observer et à interroger les pratiques et les représentations des acteurs. Il s’agira de comprendre les taxinomies effectuées par ces acteurs, les diverses distinctions, oppositions et coupures auxquelles ils se livrent entre les différentes temporalités. Il cherchera notamment à élucider la question des rapports entre le temps institué, imposé, subi, et le temps vécu, approprié, choisi, en explorant les différences entre les catégories sociales, mais également par génération et par genre. Le champ politique, et notamment les mécanismes hésitants de la démocratisation, seront également étudiés au prisme des temporalités.

La réislamisation actuelle des sociétés, la forte inscription dans des postures identitaires face à un Occident jugé toujours conquérant, réactivent la dimension symbolique du temps et ses usages politiques. En témoignent les tentatives de réhabiliter un temps proprement musulman (calendrier lunaire, choix des jours de week-end…) contre l’hégémonie du calendrier chrétien. D’un autre côté, et en dépit des manifestations visibles de cette réislamisation, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord poursuivent leur processus de modernisation, selon des modalités qui leur sont propres. Sous la gangue du collectif, par lequel on a trop souvent tendance à saisir ces sociétés, émerge de façon de plus en plus évidente l’individu, et, concomitamment, se fait jour un espace du temps « à soi », un temps choisi, revendiqué, celui des loisirs notamment. On peut cependant faire l’hypothèse qu’à ces deux régimes dominants de temporalités, temps contraint et temps choisi, en œuvre également en Occident, s’ajoute dans le monde arabe, et sans doute plus largement dans les pays du Sud, un nouveau temps subi, celui de l’attente, du mariage ou du travail, ou encore du départ vers un ailleurs rêvé, lié aux conditions économiques et sociales spécifiques de ces régions.


1 réponse

  1. 14/01/2011

    […] This post was mentioned on Twitter by ifpo, Gilet Julien. Gilet Julien said: Explorer le temps | Les carnets de l’Ifpo http://is.gd/gPznwB […]