La Grande Guerre au Proche-Orient : savoirs, vécus, mémoires

À l’occasion de la commémoration du centenaire du déclenchement de la Grande Guerre, l’Ifpo, l’Orient-Institut Beirut, le Département d’histoire et de relations internationales de l’Université Saint-Joseph (Beyrouth) et l’Institut des études palestiniennes ont organisé un colloque questionnant la place qu’a pu prendre ce conflit au Proche-Orient. Soutenu par l’Ambassade d’Allemagne au Liban et la Mission du centenaire 14-18 (l’initiative du gouvernement français coordonnant le programme commémoratif), l’évènement a eu lieu à l’Université Saint-Joseph à Beyrouth, les 3 et 4 novembre 2014 (programme).

Du point de vue de l’histoire événementielle, la façon dont ce conflit « ébranla le Moyen-Orient » (Picaudou, 1992) est connue : ses campagnes et batailles militaires, le traité de Sykes-Picot (1916), la déclaration Balfour (1917), les revendications nationalistes, le génocide arménien (1915), les prémices de la question palestinienne ou encore les effets socio-économiques du conflit sur les sociétés « levantines ». L’effondrement de l’Empire ottoman ouvrit plus encore la porte à la pénétration européenne dans la région. Le « grand jeu » des puissances étrangères (Laurens, 1991) lui redessina des frontières, aujourd’hui d’ailleurs partiellement remises en cause par des organisations telles que celle de l’État islamique en Irak et au Levant.

Artillerie turque quittant Constantinople (Agence Rol, 1914). Paris, BnF, département Estampes et photographie, EST EI -13 (406). (Gallica : ark:/12148/btv1b6932501f). Domaine public.

Artillerie turque quittant Constantinople (Agence Rol, 1914). Paris, BnF, département Estampes et photographie, EST EI -13 (406). (Gallica : ark:/12148/btv1b6932501f). Domaine public.

1914-1918 marque incontestablement de nombreuses ruptures politiques et sociales pour les sociétés de la région. Aujourd’hui, l’étude de cette période est également l’occasion d’inflexions majeures pour les sciences sociales : en termes d’approches conceptuelles et disciplinaires, de réflexion sur l’Histoire, sur le statut du témoignage et de la mémoire, sur la pratique de l’interdisciplinarité ou sur la variation des niveaux d’analyse. Excepté l’attention portée aux évènements rappelés plus haut, l’historiographie dans la région n’accorde d’ailleurs qu’une importance mesurée à ce conflit mondial.

Cette rencontre proposait donc de débattre de nouvelles pistes dans l’étude de ce conflit, dans une région où les nombreux affrontements armés jusqu’à nos jours, peuvent être l’occasion d’engager une réflexion sur les « cultures de guerre », comme le fit 1914-1918 en Europe (S. Audoin-Rouzeau, A. Becker, 2000). C’est d’ailleurs dans cette perspective que ce colloque a été ouvert par Patrice Paoli, Ambassadeur de France au Liban, Christian Clages, Ambassadeur d’Allemagne au Liban, et Salim Daccache, Recteur de l’Université Saint-Joseph. Alors que l’on commémorera en 2015 les 40 ans du déclenchement de la guerre civile libanaise, tous trois ont suggéré l’exemple que pourrait jouer, dans la recherche de sortie de crise dans la région, le travail des historiens de la guerre et des entrepreneurs de mémoire dans le processus d’intégration européenne.

Les travaux ont débuté par la conférence inaugurale de Jörn Leonhard (Université de Freiburg), auteur de Die Büchse der Pandora. Geschichte des Ersten Weltkriegs [La boite de Pandore. Histoire de la Première Guerre mondiale] (C.H. Beck, München, 2014). Il propose d’envisager la Grande Guerre à l’aune des frustrations collectives et désenchantements qu’elle a pu provoquer – à commencer par la promesse d’un conflit court auréolé de glorieuses victoires et les aspirations à l’autodétermination des peuples suscitée par les « 14 points de Wilson » (1918) dans les périphéries du conflit, particulièrement au Proche-Orient.

Trois approches croisées ont guidé la réflexion : une approche d’histoire des sciences ; une approche en histoire sociale interrogeant les vécus variés de la guerre ; et enfin, une approche d’anthropologie de la mémoire. Les interventions des participants se sont appuyées sur des sources pour la plupart inédites : des mémoires et journaux intimes, des témoignages directs ou indirects, des archives diplomatiques ou municipales, des dossiers de presse et des fonds privés. Tous ces documents donnent des éclairages originaux sur cette période, mais aussi sur leur perception par leurs contemporains.

Un tournant pour la production de savoirs sociaux

On aborde encore trop peu la question de l’effet de la Grande Guerre sur la production de savoirs dans l’ancien Empire ottoman et dans les États mandataires et indépendants qui lui succèdent. L’institutionnalisation de savoirs utiles pour des cercles de militaires et d’administrateurs consacre les disciplines de l’orientalisme (Henri Laurens, Collège de France), mais ouvre également sur les sciences « modernes ». Le rôle des experts au service de la politique s’accompagne de l’instauration progressive de normes, d’outils et de domaines d’intervention particuliers : par exemple l’épidémiologie, sur l’instigation de l’Organisation de l’hygiène de la Société des Nations (Philippe Bourmaud, Université Lyon 3 Jean Moulin). Les recherches tentent alors de s’inscrire dans une démarche « scientifique », fondée sur la connaissance originale du « terrain », mais s’inscrivent également dans une politique de contrôle et de normalisation. La question de la politisation de la production du savoir fut également le sujet de la présentation de Carla Eddé (Université Saint-Joseph), qui propose l’analyse critique d’une production encyclopédique produite, en plein conflit, sur commande des autorités ottomanes : s’agit-il d’une façon de prolonger la guerre par d’autres moyens ? R. Tamimi et M. Bahjat sont envoyés parcourir la province pour rédiger deux et peut-être trois volumes intitulés Wilayet Beirut (1917). Ils illustrent la politique volontariste et centralisatrice de Djémal Pacha, homme fort de l’Empire ottoman (avec les deux autres « Pacha », Enver et Talaa) et des Jeunes-Turcs durant la guerre, nommés avec pleins pouvoirs aux affaires civiles et militaires dans les provinces du Proche-Orient. Ils reflètent aussi une politique certes violente (Djémal Pacha fut accusé de persécuter des sujets arabes et arméniens de l’Empire et de les condamner à mort par contumace), mais également tournée vers la recherche d’adhésion des provinces aux politiques réformistes du pouvoir central.

Explorer de nouvelles sources

Les vécus de la guerre sont, quant à eux, plus explorés par la recherche. La famine constitue par exemple l’épisode le plus connu de l’histoire de cette période au Liban. Ses causes sont le plus souvent imputées à l’invasion de criquets en 1915, ou aux blocus des Alliés et des Ottomans. Ces éléments conjoncturels, pour importants qu’ils soient, ne disent pas tout : la famine, que le conflit renforcera considérablement, est cause et conséquence de la misère qui s’installe déjà à la veille de la guerre. Cette piste est approfondie par Christian Taoutel (Université Saint-Joseph) à partir d’archives inédites des pères jésuites ; et par Lévon Nordiguian (Université Saint-Joseph) sur la base de l’exploration du fonds des 2000 photographies laissées par le père J. Delore, instituteur jésuite au Mont-Liban pendant cette période. Au-delà d’une histoire renouvelée de la famine, ces images témoignent d’un autre aspect de l’histoire sociale de ce conflit : elles montrent des villages abandonnés et, ainsi, de l’empreinte que la guerre a laissés dans cette région sans qu’il y eût de combats. D’autres sources attestent de la présence du conflit, malgré la distance des opérations militaires : les procès-verbaux du conseil municipal de Jérusalem relatent des changements majeurs dans la vie quotidienne des Palestiniens – de l’isolement des intellectuels causé par la disparition des journaux étrangers aux interventions autoritaires de Djémal Pacha dans la vie politique locale (Falestine Naili, Ifpo).

Les liens à la Sublime Porte s’avèrent complexes dans un contexte où Istanbul lance de vastes chantiers de restructuration urbaine, légifère, impose une nouvelle monnaie papier, multiplie les œuvres caritatives, met en place des monopoles sur les céréales, réduit les compétences des tribunaux religieux musulmans, mais instaure aussi la loi martiale. Ainsi, la contribution de Tariq Tell (American University of Beirut) montre que le soutien de la population locale à la Révolte arabe fut beaucoup moins unanime que le discours officiel ne le présente : jusqu’à 1918, la population des régions de l’actuel Ouest fertile jordanien n’a pas ouvertement soutenu la révolte arabe – notamment du fait de la forte présence ottomane (et de son appareil sécuritaire), mais aussi de la manne que continuait de représenter, grâce à l’Empire, l’exportation des cultures locales. Au Liban, la presse locale raconte comment la vie se poursuit, avec son cortège de célébrations des victoires ottomanes, des visites de personnalités dans la région… L’Histoire retient surtout les noms des quarante « martyrs », nationalistes libanais pendus par les Ottomans en mai 1916. Cet épisode est néanmoins objet de controverses, comme le montre le conflit qui opposa, sous le mandat, les unionistes et les libanistes quant à la commémoration de la Fête des Martyrs (Youssef Mouawad, chercheur indépendant). Mais les historiens – et la mémoire collective – sont est en revanche moins diserts sur les centaines de déportations d’opposants sous le règne de Djémal Pacha.

Les témoignages laissés par les administrateurs et officiers turcs représentent d’excellentes sources qui révèlent des opinions contrastées face aux soulèvements nationalistes : ainsi en est-il des mémoires de Falih Rifki Atay, qui accompagna Djémal Pacha dans ses campagnes militaires (Selim Deringil, Lebanese American University). La propagande joue là un rôle important. Ayhan Aktar (Bilgi University Istanbul) évoque celle du Comité de l’union et du progrès qui organise, au nom de l’amitié entre Turcs et Arabes, une visite pour des intellectuels arabes à Istanbul et sur le front de Gallipoli en 1915. Les autorités ottomanes essaient d’y entretenir l’image d’un empire qui tient tête aux Occidentaux – alors qu’au même moment Mustafa Kemal est déjà convaincu de la perte inévitable des territoires arabes. D’autres témoignages donnent à connaître des aspects oubliés de cette période : et notamment la façon dont, au Héjaz, sur d’autres fronts, le succès du contingent français permet aux soldats musulmans maghrébins de connaître d’exceptionnelles carrières (Hayat Touhadi, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne).

Affiche du colloque "La Grande Guerre au Proche Orient"

Anthropologie et histoire de la mémoire

Enfin, troisième champ de questionnement : comment la réflexion autour de la Première guerre au Proche Orient rencontre-t-elle des préoccupations contemporaines relatives à la commémoration des conflits – par exemple la guerre civile libanaise (Mermier, Varin, 2010) ? Les intervenants interrogent des « mémoires » et des pratiques de commémorations – la réflexion avait été inaugurée sur ce point dans le cadre d’un colloque organisé par l’OIB en 2001 (Farschid, Kropp, Dähne, 2006) – : ils rendent compte notamment des bouleversements identitaires de la fin de l’Empire ottoman et du triomphe, à cette époque, du nationalisme arabe. Les mémoires de Abdallah Dabbous, récemment retrouvées par Malek Sharif (American University of Beirut), en sont un bel exemple. L’auteur, originaire de Beyrouth, décrit son identité multiple et contradictoire : fier d’être issu de la bourgeoisie beyrouthine et de son éducation occidentale, il est fidèle à l’Empire ottoman et écrit ses mémoires après-guerre pour s’opposer à l’historiographie nationaliste arabe. Le récit autobiographique de la fuite d’Ohannès Pacha, Arménien et dernier mutasarrif (gouverneur) du Mont-Liban, ne montre pas seulement la détérioration de la relation entre chrétiens et musulmans, mais aussi la volte-face d’un intellectuel libéral, proche des Jeunes-Turcs, vers un nationaliste arménien dressé contre les Turcs après le traumatisme du génocide (Elizabeth Thompson, University of Virginia). La réaction de Khalil al-Sakakini est inverse. Écrivain moderniste palestinien, il affirme dans son Journal (1914-1918) un humanisme rationnel au-delà de toute appartenance sectaire ou nationale (Maher Charif, Institut des études palestiniennes). La dimension sociale et utopiste est également présente dans les écrits de Mikhail Naimy, auteur théosophique d’origine libanaise, qui rejoint l’armée américaine et perçoit la guerre, résultat de tensions sociales cachées, comme le déclencheur d’une lutte entre maîtres et serviteurs (Alyn Hine, Orient-Institut Beirut). N’ayant pas laissé d’écrits, » Awda Abu Tayya, figure emblématique de la révolte arabe, a été l’objet d’une mise en récit dans la ville de Ma’ân au sud de l’actuelle Jordanie. Dans les rapports complexes qu’entretient aujourd’hui cette ville touristique avec le pouvoir central, la construction d’une mémoire collective autour de sa personne par sa tribu d’origine contribue à fonder la légitimité de requêtes politiques et sociales – en faisant de cette tribu l’un des soutiens pionniers des Hachémites (Norig Neveu, Ifpo).

Le colloque s’est achevé par une table ronde au Salon du Livre francophone de Beyrouth, modérée par Eberhard Kienle (Ifpo), réunissant Henry Laurens, Carla Eddé et Ulrike Freitag (Zentrum Moderner Orient) autour des enjeux soulevés par l’histoire de ce conflit : penser la guerre, est-ce la panser ?

Bibliographie

  • Audoin-Rouzeau S. et Becker A., 2000, 14-18. Retrouver la guerre, Paris, Gallimard.
  • Laurens H., 1991, Le grand jeu. Orient arabe et rivalités internationales, Paris, A. Colin.
  • Leonhard J., 2014, Die Büchse der Pandora. Geschichte des Ersten Weltkireges
  • Mermier F. et Varin Ch. (dir.), 2010, Mémoires de guerres au Liban (1975-1990), Paris, Sindbad-Actes Sud.
  • Nordiguian L., 2003 , Les petites écoles du Mont-Liban, Beyrouth, Presses de l’USJ.
  • Picaudou N., 1992, La décennie qui ébranla le Moyen-Orient. 1914-1923, Bruxelles, Complexe.
  • Prost A. et Winter J., 2004, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil.

Pour citer ce billet : Matthias Dalig et Myriam Catusse, « La Grande Guerre au Proche-Orient : savoirs, vécus, mémoires », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 19 décembre 2014. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6301

m-dalig1

Matthias Dalig est étudiant en sciences politiques à l’Université de Freiburg et à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence. Il est stagiaire au Département scientifique des études contemporaines à l’Ifpo.

Tous les billets de Matthias Dalig

 
m-catusse

Myriam Catusse est politologue. Elle est directrice du Département scientifique des études contemporaines de l’Ifpo. Elle est core researcher du programme WAFAW (ERC) et du programme Power2Youth (7e PCRD). Elle est notamment l’auteur de Le Temps des entrepreneurs. Politique et transformations du capitalisme au Maroc, Paris, Maisonneuve & Larose, 2008 et, avec B. Destremau et E. Verdier (dir.), de L’État face aux débordements du social. Formation, travail et protection sociale, Paris, Iremam-Karthala, 2010.

Page personnelle et bibliographie : http://ifporient.org/myriam-catusse

Tous les billets de Myriam Catusse

 

Vous aimerez aussi...