Du refuge au ghetto : les modes de spatialisation des communautés au Moyen-Orient

Après avoir travaillé sur les camps palestiniens de Naplouse, Michel Agier poursuit désormais ses recherches au Liban. En quoi ses réflexions peuvent-elles nourrir d’autres disciplines des sciences humaines ? Qu’apportent-elles par exemple à ceux qui travaillent, dans ce pays, sur la question des communautés ?

Anthropologue de la ville dans les pays du Sud, Michel Agier s’intéresse aux urbanités spécifiques. La présentation qu’il a effectuée lors d’un séminaire de l’IFPO éclaire des aspects fort intéressants de l’anthropologie urbaine appliquée aux camps palestiniens situés au Liban, et ses prolongements possibles dans la recherche en sociologie sur le Moyen-Orient.

Pour l’anthropologue, au commencement du ghetto se trouve le refuge. Le refuge, c’est un abri créé dans un contexte hostile : guerre, violence, racisme… et qui, lorsque certaines conditions sont réunies, se transforme en ghetto. Michel Agier propose une description aux contours flous, indéterminés, qui révèle un lieu de précarité, anxiogène, lourd de tensions liées au risque de violence, voire de destruction. Reprenant la formule de Michelet pour qui « la ville commence par un asile », il explique que l’asile n’apparaît en tant que tel que s’il existe des ressources institutionnelles qui créent les conditions d’une hospitalité, effaçant ainsi la nécessité du refuge. Les personnes installées dans ces lieux peuvent en outre construire des cabanes, une architecture des campements se développe.  Dès lors, la question de la visibilité est posée ; ces campements interrogent fondamentalement l’ordre politique et moral de la société dominante.

C’est là sans doute que le travail de l’anthropologue peut être prolongé par celui du sociologue. Car ces espaces à la marge, objets de stigmatisation, induisent des représentations symboliques dans un jeu complexe de proximité/altérité qui mérite déconstruction tant il éclaire le fonctionnement même du social : l’image de la souillure, l’institution de frontières empruntent différentes modalités discursives, recourant volontiers à une imagerie répulsive légitimant le retrait.

Il apparaît en effet que, de façon paroxystique, l’étude anthropologique des camps offre un cadre de réflexion exemplaire permettant de penser les modes d’organisation et de transformation sociale au sein des marges. Il est aussi question des lieux d’hétérotopie, terme que l’anthropologue emprunte à M. Foucault. L’hétérotopie (voir ce lien) est un  lieu « autre » qui révèle une altérité indépassable . Ce qui caractérise les lieux d’hétérotopie, explique M. Agier, ce sont des  notions d’exception, d’extra-territorialité et d’exclusion. Dans les banlieues françaises, « lieux du ban », Michel Agier explique la fortune du terme « communautarisme » dans le discours public par le caractère hétérotopique assigné à ces quartiers ; dès lors que des étrangers – ou considérés comme tels – tentent de s’organiser, on les soupçonne d’un repli coupable. Lors même, explique l’anthropologue, que c’est le « dominant » qui établit  cette frontière. Nous ajouterons que les termes décrits plus haut jouent à plein, justifiant un discours global de rejet : la construction idéologique d’une frontière conçue comme quasi imperméable.

Pour nous, chercheurs spécialisés dans l’étude du Moyen-Orient, quels prolongements donner aux travaux anthropologiques de Michel Agier ? Quelles applications  peut-on mettre en œuvre, par exemple s’agissant du Liban et de ses communautés ? L’évolution d’un monde marqué par une indifférenciation croissante et des frontières de plus en plus fluides en situation de mondialisation accentue la nécessité de marquer le territoire urbain de sa différence ; la création de frontières communautaires est l’un des aspects les plus complexes et problématiques de la société libanaise, d’autant que ces frontières sont rigidifiées par le fait même de leur institutionnalisation. La crainte d’une absorption dans la masse musulmane manifestée par certains chrétiens arabes, attitude classiquement assignée au minoritaire, pourrait être une explication justifiant la persistance de certains réflexes de repli ; mais la volonté de se lier à ceux avec qui l’on partage des codes culturels communs et une certaine hexis (sur le sens de ce terme chez Pierre Bourdieu, voir ce lien) font que cette tendance à un repli n’est que relative, et cela pour l’ensemble des groupes confessionnels libanais.

Si la ségrégation urbaine demeure, des espaces mixtes, dans les quartiers beyrouthins de Raouché, Achrafiyé et Hamra, ont été de nouveau investis, depuis la fin de la guerre civile, par une population pluricommunautaire. Dès lors, la proximité renforçant la nécessité de différenciation, de nombreux facteurs, à commencer par la langue, agissent comme marqueurs culturels d’identification. Ainsi pourrait s’expliquer l’usage préférentiel, par certains chrétiens, de langues étrangères, tout comme le recours aux vocables religieux hérités du Coran par certains musulmans. C’est bien parce que ces groupes culturels prétendent aux mêmes espaces d’existence qu’ils cherchent à y imprimer ainsi leurs valeurs, leur être-au-monde, et qu’ils s’impliquent aussi fortement dans ce processus de reconfiguration des frontières culturelles les séparant d’un Autre, plus ou moins différencié.

L’anthropologie urbaine – qui décrit les modes de spatialisation – et la sociolinguistique – qui met à nu la manière dont les individus se « disent » par opposition aux autres – permettent d’éclairer le jeu complexe d’extériorité/altérité à l’œuvre dans les rapports entre les communautés au Liban. Autant de questions qui méritent plus amples développements.

Illustration : reposoir à Achrafiyyeh (carnets de l’Ifpo)


1 réponse

  1. 16/12/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by ifpo, Jean-Christophe. Jean-Christophe said: RT @ifporient: Carnets Ifpo : Du refuge au ghetto : les modes de spatialisation des communautés au Moyen-Orient http://bit.ly/h1LU4Z […]