Frontières et circulations au Moyen-Orient. Dynamiques des espaces frontaliers et des circulations transfrontalières

Pont Allenby, frontière ente  entre la Cisjordanie occupée et la Jordanie

Pont Allenby, frontière entre la Cisjordanie occupée et la Jordanie

L’actualité régionale – hier palestinienne ou irakienne, aujourd’hui syrienne – nous rappelle régulièrement l’importance des frontières au Moyen-Orient et la complexité des voisinages qu’elles encadrent. Des mouvements d’aller-retour entre États, volontaires ou forcés, organisent la vie de nombreux habitants de la région. Cette idée était à l’origine des journées qui ont rassemblés deux groupes de travail les 12 et 13 juin 2012 à Amman, le premier portant sur la production des frontières et les circulations transfrontalières au Moyen-Orient (projet « Frontières »), et le second s’intéressant à la construction d’espaces familiers par les mobilités (projet « Espaces familiers »).

La journée du 12 a été ouverte par Cyril Roussel, qui a précisé le type de frontières sur lesquelles porte le projet  : étatiques, entendues comme limites des États. À sa genèse, deux hypothèses : la première pense l’espace de circulation de groupes dispersés sur plusieurs pays comme antérieur à la mise en place des frontières étatiques actuelles ; la seconde considère que celles-ci ont des effets majeurs sur les espaces qu’elles traversent. Les deux précédentes rencontres avaient conduit à mettre l’accent sur le point de vue des « traversants », la construction des espaces de circulation transfrontalière et la réflexion des frontières dans les différentiels de statuts juridiques des migrants.

Véronique Bontemps a ensuite présenté le projet « Espaces familiers », initié à Lyon les 4 et 5 novembre 2011. Celui-ci avait pour ambition de lier les travaux sur les frontières et sur les mobilités transnationales au Moyen-Orient, à partir du cas de la Jordanie comme « carrefour de circulations » (Bontemps, Bourmaud, Verdeil 2012), en s’inspirant des approches dites « transnationales » des migrations (Basch, Blanc-Szanton et Glick-Schiller 1992), mais en y apportant des nuances, à partir de l’idée de frontière comme obstacle à la mobilité. Dans cette perspective, il convient d’historiciser les processus et faire varier les échelles : au Moyen-Orient, les pratiques de mobilité relèvent d’un « transnational proche ». L’étude de l’écheveau des migrations régulières et forcées, des logiques d’émigration et de circulations doit également se situer dans une perspective « translocale » (Gardner 1995, Chatelard 2010, Whitehouse 2011).

L’hypothèse générale est que ces pratiques de circulation contribuent à définir des « pays » : des ensembles relationnels faits de liens qui s’actualisent par-delà les territoires limités par les frontières étatiques. Il s’agit donc d’étudier la construction « d’espaces familiers » alternatifs au découpage frontalier officiel.

Quelles convergences peuvent être dégagées entre des réflexions sur les frontières (border studies) au Moyen-Orient et sur la construction d’espaces familiers, à rebours de la pratique des États-nations ?

Les frontières entre concept et pratiques

La première journée a été consacrée à quatre études de cas, en faisant varier les échelles spatiales et temporelles. Des travaux sur le statut et la pratique de deux « frontières » ambiguës – le pont Allenby entre la Cisjordanie occupée et la Jordanie (Véronique Bontemps), et la « ligne bleue » entre Israël et le Liban (Daniel Meier) – ont abordé les transformations des espaces frontaliers ainsi que sur les jeux d’ouverture / fermeture selon le facteur chronologique, en remettant en cause la réification de certaines catégories comme « frontière fermée » (Meier) ou même « frontière » tout court, la prise en compte du facteur colonial faisant émerger des phénomènes d’« annexion rampante » ou encore des zones au statut incertain comme l’istirâha de Jéricho (zone d’attente où les Palestiniens embarquent dans le premier bus qui les mènera au pont Allenby) (Bontemps).

Les faiseurs de frontière : douaniers et trabendistes

Les présentations de l’après-midi posaient la question de la production informelle d’espaces familiers en zone frontalière. Par des transits de contrebande, par exemple: aux frontières du nord de l’Irak (Syrie, Turquie et Iran partagent une frontière commune avec le Kurdistan d’Irak), où divers types de populations se réorganisent en fonction des contraintes fortes exercées par les pouvoirs centraux (Cyril Roussel). La présentation de Philippe Bourmaud s’est intéressée aux nouvelles entraves créées par les frontières, et réciproquement, aux possibilités nouvelles de sociabilité et d’échanges qu’elles offraient à travers l’exemple du transit informel de produits psychoactifs (notamment du haschisch) à la frontière transjordano-syro-palestinienne durant la période du Mandat britannique.

Encore faut-il employer avec prudence ce qualificatif d’« informel », précaution à laquelle a invité Karine Bennafla dans le texte qu’elle a communiqué en vue de ces journées. Elle a également insisté sur la nécessité de pratiquer la variation d’échelle, montrant comment le Maroc se présente comme un point d’observation privilégié, à la fois en raison de sa place sur des routes importantes entre l’Afrique sub-saharienne et l’Europe, mais aussi du fait du poids que les petites villes de marché de l’est du pays et les travailleurs émigrés jouent dans l’organisation et la dissémination de son économie informelle.

Des régulations des mobilités par les routes et les carrefours

À travers les propositions de Karine Bennafla, c’est également l’importance d’une réflexion sur les changements de temporalité induits par la mise en place des frontières qui est soulignée. Dans cette optique, les présentations de la deuxième journée se sont penchées sur les frontières de l’État jordanien à partir des mobilités des personnes et des groupes. La présentation de la ville de Maan comme d’un carrefour religieux et commercial à l’époque ottomane, et l’examen de logiques locales afférentes à cette situation (sociabilités ou résistances) ont permis de mettre en perspective la manière dont s’organisent les mobilités sur le temps long (Norig Neveu).

Frontières externes, frontières répliquées et trajectoires de dispersion

Cette question des territoires et des trajectoires pertinents, à l’intérieur de ou par delà les frontières, a ensuite été abordée selon deux autres angles : le camp de réfugiés palestinien pour Luigi Achilli, la famille dispersée pour Hala Abou-Zaki. Luigi Achilli a ainsi mis en relation frontières des camps en Jordanie et frontières étatiques, comme obstacles mais aussi comme ressources. À partir de trajectoires de femmes palestiniennes appartenant à une même famille « dispersée » entre Liban, Jordanie et Syrie, Hala Abou Zaki réfléchit quant à elle à la manière dont les mobilités (liées ou non à des ruptures politiques) reconfigurent tout aussi bien l’espace familial que les représentations de la nation et du nationalisme.

Des discussions de ces deux journées sont apparues quatre pistes de travail majeures.

1. Aux origines coloniales des dispositifs frontaliers

La première entrée s’intéresse au facteur colonial dans la constitution et le maintien des frontières. D’un point de vue historique d’abord, puisqu’au Moyen-Orient c’est bien souvent le colonialisme qui en a défini le tracé. Cette entrée permettrait d’inclure les pays du Maghreb dans des perspectives de recherche, dans la mesure où les frontières y ont aussi largement été définies lors de la décolonisation.

2. Des espaces régionaux à rebours des délimitations frontalières

La deuxième entrée concerne l’examen de la triade frontières / États en place / pratiques des personnes, à travers trois modalités : contrôler / échanger / transgresser. Il s’agirait de questionner les catégories d’État-nation et de frontières à partir des catégories indigènes (par exemple celle de dawla) et des pratiques et représentations des acteurs. À ce titre, la notion d’« espaces familiers » ou de « pays » apparaît à la fois comme un outil de déconstruction et une catégorie à construire : si elle met en question les découpages nationaux pour faire apparaître des espaces de pratiques alternatifs, ceux-ci restent à définir tant dans leurs ressorts que dans leurs processus de constitution.

3. Populations et zones frontalières

Une troisième entrée a pour objet les zones et populations frontalières : y a-t-il des caractéristiques communes aux zones de frontières au Moyen-Orient ? Peut-on déterminer des comportements ou modes de vie « propres aux frontières », des problématiques ou préoccupations récurrentes ?

4. Espaces des circulations, statuts des voyageurs et mots-valises

Enfin, la dernière entrée concerne les espaces de circulations transfrontalières construits par les mobilités. Elle permettra d’articuler des questionnements portant sur les statuts des lieux par lesquels passent les circulations, aux statuts des personnes qui peuvent ou non circuler. L’examen de la panoplie des documents requis pour franchir légalement les frontières, mis en perspective avec les stratégies et réseaux de passage clandestin, donnera lieu à des ethnographies qui permettront de documenter les différents espaces frontaliers, du point de vue des dispositifs de contrôle comme de l’expérience des « traversants ».

La notion d’État a connu dans les espaces étudiés dans ces projets une généalogie particulière, dans la confrontation avec les puissances coloniales qui ont contribué à faire / défaire les frontières. C’est pourquoi il faut repartir des catégories formulées par les acteurs eux-mêmes (dawla, safar…) pour se déprendre de mots-valises et de catégories construites (voire importées) comme celles d’État-nation, de morcellement, de carrefour et bien entendu de frontières. La confrontation des fonctionnements des dispositifs frontaliers avec les pratiques de circulation ordinaire permet d’envisager la reconfiguration de territoires qui questionnent ceux des États-nation, et construisent des espaces d’identification et de pratiques familières (des « pays »), qu’il convient de caractériser.

Références

  • Bontemps, V., Bourmaud, P., Verdeil, E., 2012 : « Au(x) pays : espaces familiers, mobilités entravées et lien social autour de la Jordanie », Carnets du LARHA 1, p. 71-76.

  • Basch L., Blanc-Szanton, C., Glick-Schiller, N. (ed.), 1992 : Towards a Transnational Perspective on Migration: Race Class, Ethnicity and Nation Reconsidered, New York, (Annals of the New York Academy of Science 145).

  • Chatelard, G., 2010 : « What visibility conceals. Re-embedding Refugee Migration from Iraq », in Chatty, D. et Finlayson, B. (dir.), Dispossession and Displacement: Forced Migration in the Middle East and North Africa, New York, Oxford University Press, p. 17-44.

  • Gardner, K., 1995 : Global Migrants, Local Lives: Migration and Transformation in Rural Bangladesh, Oxford, Oxford University Press.

  • Tarrius A., 2002 : La mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, Balland.

  • Whitehouse, B., 2011, « Approche comparative des familles dispersées (Mali-Congo) : éducation et espaces nationaux », Autrepart 57-58 (La famille transnationale dans tous ses états), p. 233-246.


Pour citer ce billet : Véronique Bontemps, Cyril Roussel et  Philippe Bourmaud, « Frontières et circulations au Moyen-Orient. Dynamiques des espaces frontaliers et des circulations transfrontalières », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 27 juillet 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4070


Véronique Bontemps est post-doctorante en anthropologie à l’Unité de Recherches Migrations et Société (Urmis), UMR 205, Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et chercheure associée à l’Institut Français du Proche-Orient (Ifpo), Amman, Jordanie.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/veronique-bontemps

 
Cyril Roussel

Cyril Roussel est géographe, membre de l’Ifpo depuis septembre 2010. Il travaille sur les mouvements migratoires au Moyen-Orient.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/cyril-roussel

Tous les billets de Cyril Roussel

 

Philippe Bourmaud est maître de conférences en histoire contem­po­raine à l’université Jean Moulin Lyon III, et membre du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (UMR 5190).

Page personnelle : http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/Annuaire/Annuaire_Personne_Fiche_fr.php?ID=2150

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29/08/2012

    […] L’actualité régionale – hier palestinienne ou irakienne, aujourd’hui syrienne – nous rappelle régulièrement l’importance des frontières au Moyen-Orient et la complexité des voisinages qu’elles encadrent. Des mouvements d’aller-retour entre États, volontaires ou forcés, organisent la vie de nombreux habitants de la région.   […]