Les Frères musulmans syriens et la communauté alaouite (Signets sur la route, 3)

Réédition de l’État de barbarie

« La révolution islamique veut être franche avec les enfants de la communauté alaouite, en leur assurant qu’elle ne nourrit de haine contre personne. L’histoire récente le montre bien qui a consigné la marche de ce peuple derrière ses chefs, eux-mêmes issus de toutes les communautés, tant qu’il faisait preuve de compétence et de loyalisme. (…) Le pays ne peut être soumis à la domination de neuf ou dix pour cent de sa population. Cela est contraire à toute logique, et nous sommes persuadés que les esprits censés au sein de cette confession nous rejoindront sur un point, savoir que ni eux ni nous ne sommes dans l’obligation de soutenir l’Empire de [Hâfez] ou de Rif’at al-Asad. Le déclenchement de la guerre confessionnelle n’est pas le fait de la masse du peuple qui essaie de se garder de la tyrannie de la minorité, mais bien plutôt de la minorité, laquelle est du reste le jouet d’une caste insensée qui, dans sa vaine tentative d’imposer son autorité tyrannique sur la majorité écrasante des citoyens, fait fi de toutes les vérités de l’histoire et de leur logique implacable.
Nous attendons des fils de la communauté alaouite, à laquelle se rattachent cette calamité régnante, Hâfez al-Asad, et son bouffon sanguinaire de frère, qu’ils contribuent de manière positive à ce que la tragédie ne touche à son ultime dénouement… Il est encore temps, et le cœur de notre peuple est ouvert à tous ceux qui reviennent à lui. Nous croyons fermement que les problèmes peuvent être résolus sans violence et dans le dialogue, mais que faire quand l’autre bord persiste à ignorer les autres et ne tenir avec eux que le langage de la force ? »

Communiqué programme de la Révolution islamique en Syrie, 1980, page 12, cité par Michel Seurat, L’État de barbarie (rééd. Paris, Puf, 2012, col. Proche-Orient, p. 124).

Plus que jamais, le clan au pouvoir à Damas tente aujourd’hui de transférer sur le terrain sécuritaire et confessionnel une contestation qu’il sait perdue sur le terrain politique. Dans ce but, il s’emploie à radicaliser au-delà de toute mesure l’image de l’opposition qu’il a contrainte à prendre les armes. Ses arguments sont aussi anciens que la rhétorique des autres dictateurs menacés par la vague arabe de protestation « printanière » : les islamistes les plus radicaux seraient les seuls à tirer les dividendes de la chute du régime. Dans le cas syrien se surajoute l’argument sectaire : l’agenda de cette opposition islamiste radicale menace les minorités confessionnelles en général, la communauté alaouite, dont est issu le clan au pouvoir, en particulier. Personne ne niera que jusqu’à ce jour, comme le souligne d’ailleurs Michel Seurat, les alaouites ont vu leur image stigmatisée de multiples manières par certaines composantes du paysage sunnite. Comme partout ailleurs, des progrès restent manifestement à faire en Syrie, chez les musulmans mais tout autant (on a parfois tendance à l’oublier) chez les chrétiens, avant que soit intériorisée l’acceptation intime et sans réserve de l’Autre. Même si la route est longue entre les déclarations officielles des leaders des Frères musulmans – souvent considérés comme les théoriciens fondateurs de la dérive radicale dont le régime voudrait faire aujourd’hui la grille de lecture du « printemps syrien » – et les pratiques effectives de la base, il n’en est pas moins essentiel de rappeler que leur rejet formel du sectarisme, énoncé très explicitement dans la charte publiée le 25 mars 2012, avait déjà été affirmé sans ambiguïté il y a plus de trente ans.

« Je suis druze et alaouite, sunnite et kurde, ismaélien et chrétien, juif et assyrien. Je suis le révolutionaire syrien. Et fier de l'être. ». Kronfel occupé, 13/04/2012. Révolution pour tous les Syriens (source : facebook)

« Je suis druze et alaouite, sunnite et kurde, ismaélien et chrétien, juif et assyrien. Je suis le révolutionaire syrien. Et fier de l’être. ». Kronfel occupé, 13/04/2012. Révolution pour tous les Syriens (source : Facebook)

 


Pour citer ce billet : François Burgat, « Les Frères musulmans syriens et la communauté alaouite (Signets sur la route, 3) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 27 juin 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/3825

portrait de François Burgat

François Burgat, politologue, est directeur de l’Institut français du Proche-Orient.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/francois-burgat

Tous les billets de François Burgat

Série « Signets sur la route ». Ces « Signets sur la route » n’ont qu’une ambition limitée : signaler quelques pages signifiantes – mais qui ne sauraient pour autant être surinterprétées – feuilletées par le chercheur que son itinéraire, inauguré au Maghreb, a conduit, via la Péninsule arabe, vers l’Orient du Bilâd as-shâm.


Vous aimerez aussi...