Au détour des voiles : en hommage à Georges Balandier (Instantanés, 1)

En écho aux chroniques de Culture et politiques arabes, quelques commentaires, à partir d’instantanés photographiques…

Le regard porté sur les autres donne la possibilité de mieux nous voir tels que nous devenons, dans les grandes catégories qui nous organisent : le corps politique, la division des sexes, la ruse politicienne, le techno-imaginaire, l’art nouveau ou les logiques de l’information et de la communication. Avec Georges Balandier, démonstration est faite que, pour l’intelligence de l’actuel et de ce que nous sommes, le détour est la ligne la plus droite. (4e de couverture de Le Détour. Pouvoir et modernité, Fayard, 1985).

Damas, quartier Chaalane (11/ 2010)

Avec des nuances relatives à leur statut plus ou moins « ouvert » (ou si l’on préfère : moderne, mélangé, cosmopolite…) par rapport à l’ensemble de la physionomie urbaine, les rues de Damas permettent d’observer une transformation assez spectaculaire de la mode dite « islamique ». Autrefois uniformément sévère, austère, la manière « licite » pour les femmes de s’offrir au regard des autres décline désormais toutes sortes de variations qui conjuguent le désir de plaire et de séduire avec le respect de ce qui est aujourd’hui considéré comme conforme aux prescriptions de l’islam.

Dans les lieux publics où l’on attend d’elles désormais qu’elles le fassent, les jeunes femmes du monde arabe (et musulman) affichent les codes de la (prétendue) convenance islamique. Elles sortent donc la tête couverte du voile plus ou moins de rigueur, mais le manifeste de la « modestie » féminine est à l’évidence détourné de son sens initial : intégré aux codes de la mode, il devient, au contraire, accessoire d’une séduction d’autant plus affirmée qu’elle se présente sous l’apparence d’une parfaite conformité aux devoirs de la tradition.

Uniformément présenté comme un symbole de régression, voire d’oppression, on peut donc aussi lire le voile comme l’expression d’une féminité qui fait écho aux modèles en circulation dans les sociétés de l’ère globale en les tenant malgré tout à distance, en les habillant de signes locaux qui n’en font pas la simple imitation de manières de faire purement et simplement importées et imposées.

Présent de manière tout aussi notable dans les autres grandes villes de la région (et même dans sa périphérie musulmane comme Istanbul et Téhéran où il a sans doute débuté plus tôt), ce new look islamique révèle une capacité d’évolution et d’invention qui, par détour pour reprendre la métaphore de Georges Balandier, met en évidence la pauvreté d’un débat figé, en France comme dans d’autres pays européens, dans des oppositions frontales qui ne laissent pas le moindre espace à la nuance et à la négociation.

Signe vestimentaire adopté pour se montrer dans l’espace public où s’échangent les regards, le voile doit bien entendu se lire comme acte de langage, en fonction de séquences où il peut revêtir toutes sortes de significations, éventuellement parfaitement contradictoires… Il est assez facile de comprendre qu’il n’y a pas grand sens à affirmer, comme nombre de religieux, que le voile est le gage de la « vertu » imposée aux femmes. A observer les rues du monde arabe, on devrait arriver à entendre qu’il est tout aussi ridicule de prétendre, comme on le répète à satiété, qu’il est par définition une « prison de textile ».

Pour une rapide approche de l’anthropologie politique de Balandier, lire « Le sacré par le détour des sociétés de la tradition », in Cahiers internationaux de sociologie, vol. 100, janvier-juin, 1996.


9 réponses

  1. Lwahranya dit :

    En Algérie, quand cette vague est arrivée, les garçons se moquaient des filles qui se voilaient ainsi en disant: “mel foug `amrou Khaled w mel taht ech-chabb Khaled” c’est à dire qu’elles s’habillent en haut à la `amorou Khaled, le prédicateur à la mode et en bas à la Cheb Khaled, le chanteur… (:

    • Yves Gonzalez-Quijano dit :

      Il y a eu aussi ce genre de vannes au Caire mais je ne l’ai pas en mémoire malheureusement !

  2. halabeya dit :

    J’ai vécu à Alep de 2005 à 2007 dans un quartier plutôt traditionnel. Mon voisin, un Egyptien de Tanta allait épouser une Syrienne. A l’époque la majorité des voiles étaient noirs et de drapé très classique (apparemment c’est en train de changer). Lui n’était pas contre un peu de fantaisie et avait proposé à sa fiancée de mettre des hijabs de couleur. Le soir même il avait eu droit au rappel à l’ordre de sa future belle-mère, pas question qu’une fois mariée sa fille adopte ces suggestions vestimentaires…Il avait acquiescé mais s’amusait de l’anecdote. Comme quoi tout est une question de regard…

  1. 30/11/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by ifpo, Gilet Julien. Gilet Julien said: RT @ifporient: Carnets Ifpo : Au détour des voiles : en hommage à Georges Balandier (série « Instantanés ») http://bit.ly/eIOXEx […]