La recherche sur les manuscrits en Syrie

Travaillant sur des manuscrits, nous souhaiterions à travers ce billet faire profiter de notre expérience de la Bibliothèque Nationale al-Assad (désormais « BnA ») à d’autres chercheurs désireux de consulter des manuscrits en Syrie. Ouverte officiellement depuis 1984, la bibliothèque se situe autour de la place des Omeyyades à Damas.

Le fonds

Le fonds de manuscrits de la BnA est d’une grande richesse. Il est constitué à partir du fonds d’al-Maktaba al-Ẓāhiriyya (cette ancienne bibliothèque se trouvait dans la vieille ville avant son transfert à la BnA), auquel furent ajoutés les manuscrits de nombreuses villes de Syrie, comme ceux d’al-Maktaba al-Waqfiyya d’Alep, qui contenait à lui seul près de 5 250 textes. Actuellement, le fond possède plus de 19 000 manuscrits.

Ces dernières années, un important effort de communication a été accompli par la BnA, notamment à travers son site internet. Informatisé, le fichier des manuscrits est désormais consultable en ligne. Vous pouvez accéder au catalogue en ligne ici.

Il existe des catalogues papier du fonds de la Ẓāhiriyya de Damas et de celui de la Waqfiyya d’Alep. Si on veut les citer dans un travail académique, ils sont aisément consultables en bibliothèque, et certains volumes du fonds de la Ẓāhiriyya peuvent même être téléchargés sur le site wadod.net. Ces catalogues n’ont cependant jamais été mis à jour, et il est peu probable qu’une version papier d’un catalogue complet du fond actuel soit publié dans la mesure où la bibliothèque est désormais dotée du catalogue électronique. Les catalogues papier ne permettent donc pas d’appréhender l’ensemble des manuscrits de la BnA.

L’inscription

L’inscription à la BnA se fait dans un petit bureau à l’extérieur de la bibliothèque, dans la rue al-Mahdi ibn Baraka (l’entrée dans la bibliothèque se fait par la rue Adnan al-Malki). Il faut fournir :

  • une photocopie du passeport
  • une photocopie de la carte d’étudiant (il est préférable d’avoir une carte d’étudiant internationale ISIC) ou du diplôme de doctorat pour les chercheurs. Il est important que le domaine d’études soit spécifié : pour les étudiants et chercheurs de l’Ifpo, il vaut mieux demander une lettre au secrétariat indiquant clairement le domaine de recherche.
  • deux photos d’identité
  • 200 livres syriennes (environ 3 euros)

Quelques jours suffisent pour avoir la carte. Nécessaire pour entrer dans la bibliothèque, celle-ci doit être confiée au département des manuscrits pour toute consultation de microfilms ou de microfiches.

On peut aussi demander un laisser-passer à la direction du département des manuscrits, mais la démarche est à renouveler à chaque fois. Pour un séjour de moyenne ou de longue durée, il est donc bien plus simple de faire faire une carte de lecteur.

 

La consultation des manuscrits

La consultation des manuscrits se fait exclusivement à partir des microfilms et des microfiches, aucun accès aux originaux n’est possible. Si un manuscrit n’a pas été microfilmé, alors il ne pourra pas être consulté. Une fois le microfilm obtenu (on ne peut en consulter qu’un seul à la fois), la consultation se fait dans de petites salles de lecture, équipées d’un ou deux appareils. Les ouvrages du département des manuscrits (catalogues par exemple) ne peuvent pas y être emmenés. On peut emmener un ordinateur et un cahier, mais pas de feuilles volantes, à moins de demander une autorisation (valable un mois) pour un nombre déterminé de feuilles. Les sacs doivent être déposés à l’entrée de la bibliothèque.

Il est à noter qu’il vaut mieux donc venir avec une batterie pleine si l’on travaille sur ordinateur car certaines prises ne sont pas compatibles avec les adaptateurs secteurs européens des ordinateurs ! Les appareils de lecture ne permettent pas de faire soi-même des scans des manuscrits.

L’obtention de copies

Des copies de manuscrits à la BnA peuvent être obtenues, mais il faut en faire la demande auprès de la directrice du département. En général, les conditions sont de donner une copie de manuscrit de longueur supérieure ou équivalente au manuscrit demandé (le format numérique est accepté, ce qui est pratique). Un texte ou manuscrit du même titre ne doit pas déjà se trouver dans les collections de la BnA.

Pour les demandes à titre personnel, il est possible de donner des manuscrits des sites wadod, mostafa, de la bibliothèque de l’université du roi Saoud, etc. Il est donc recommandé de dresser au préalable une liste des copies que l’on a à disposition (titre, auteur et nombre de feuillets), copie que l’on présentera à la direction du département des manuscrits afin de convenir à l’avance de la copie que l’on donnera en échange du manuscrit demandé. Le moyen le plus simple pour trouver des manuscrits d’un auteur que la BnA n’a pas reste de prendre l’auteur que l’on étudie ou connaît le mieux, et dont on a déjà sur son ordinateur toutes les copies de manuscrits circulant librement sur internet ! En consultant ensuite le fichier de la bibliothèque, on en déduit facilement les manuscrits qui peuvent manquer (cela ne marchera sans doute pas pour tous les auteurs, mais cela vaut toujours le coup d’essayer !). On peut également faire la demande au nom d’une institution. L’Ifpo permet désormais aux chercheurs qui y travaillent de demander des copies à la BnA en fournissant pour l’échange les copies de manuscrits de sa propre bibliothèque. Ce nouveau partenariat est très profitable aux chercheurs, auxquels il apporte un soutien institutionnel non négligeable dans les démarches administratives.

Certaines copies peuvent être achetées, mais cela dépend en général du statut de la personne. Dans tous les cas, il faut aller au bureau de la direction des manuscrits pour discuter des termes de l’échange. Les copies sont sous forme imprimée et non numérique (l’obtention de copies numériques était possible il y a deux ans, mais suite à un changement de direction les conditions ont changé : on peut donc espérer un retour à la copie numérique un jour). La qualité de la copie est donc d’une manière générale nettement inférieure à une copie numérique et ne dispense donc pas forcément de la consultation du microfilm correspondant.

Grâce à l’informatisation du catalogue des manuscrits, le riche fonds de la BnA est désormais davantage exploitable. On espère maintenant la numérisation prochaine d’une partie au moins des manuscrits inédits, à l’image de ce qui se fait dans les grandes bibliothèques de par le monde.


7 réponses

  1. Wissam Halawi dit :

    Votre billet, présentant un aspect pratique de la consultation des manuscrits à la BnA, a l’avantage d’être clair. Je souhaite néanmoins partager quelques précisions du même ordre découlant de mon expérience personnelle à la Bibliothèque Assad l’année dernière.
    Pour la création de la carte lecteur: il est important de faire les photocopies à l’avance parce qu’aucune photocopieuse n’est accessible dans le coin.
    L’accès à la bibliothèque: une certaine tenue vestimentaire est exigée. Il est interdit de porter des shorts, courts ou longs, ou même des panta-courts.
    Consultation des manuscrits inédits : certains manuscrits, fichés en rouge en interne, ne peuvent être consultés. Dans le cadre de mon travail sur la communauté druze, les manuscrits correspondants se trouvant à la bibliothèque sont, selon la responsable du département des manuscrits, numérisés mais impossible d’accès car ils seraient jugés polémiques. Ils m’ont affirmé qu’ils sont interdits même aux chercheurs syriens et que pour y accéder il faut obtenir l’autorisation écrite du ministère de la culture (bataille perdue d’avance ? ). Ce type d’information est à connaître à l’avance ou à découvrir sur place, rien ne l’indique dans la catalogue papier ou numérique, et les responsables du département ne vous l’indique qu’au moment où vous faites votre demande de consultation.
    Par ailleurs, j’ai vu des étudiants (ou chercheurs) syriens consulter les originaux et même en faire des copies. Donc l’accès limité aux microfilm paraît négociable.
    Cordialement.

    • Jean-Charles Coulon dit :

      Merci pour votre commentaire intéressant. Je voudrais néanmoins ajouter également quelques éléments.

      Tout d’abord il est effectivement mieux d’avoir les photocopies à l’avance, mais l’épicerie la plus proche de la bibliothèque sur la rue al-Mahdi ibn Baraka est équipée d’un scanner-photocopieur et ils font des photocopies à la demande.

      Pour les interdictions de manuscrits, effectivement, au cas par cas, il peut y avoir des impossibilités de consultation. Pour ma part, il y a deux manuscrits que je n’ai pas pu consulter parce qu’ « interdits » (l’un n’est pas numérisé, mais on ne m’a pas donné de raison pour le second).

      Pour ce qui est de la consultation des manuscrits, il est important de préciser que je ne fais que donner les règles « générales », mais comme dans beaucoup de bibliothèques du monde arabe, les règles peuvent être assouplies ! Il sera toujours plus facile d’obtenir des copies de manuscrits voire de les consulter par une fréquentation régulière de la bibliothèque et des relations cordiales avec la directrice du département des manuscrits (cependant, même si j’ai également vu des chercheurs syriens consulter des manuscrits, je n’ai pas réussi à en obtenir l’autorisation et je ne connais pas de chercheur étranger y étant parvenu et pouvant donner des conseils ou partager son expérience).

      Cordialement.

  2. Sabrina Sohbi dit :

    Très bonne intitiative Jean-Charles, cette synthèse de l’usage des manuscrits à Damas.
    Une petite correction toutefois: J’avais aussi été informée de l’impossibilité d’obtenir une copie numérique mais j’ai été agréablement détrompée lors de ma dernière demande d’échange de manuscrits.
    Je l’ai faite par courrier, depuis l’Europe, en envoyant un CD avec deux manuscrits en version numérique. Non seulement j’ai reçu les trois copies de manuscrits que j’avais demandés en échange (et qui correspondait à une longueur égale) mais je l’ai ai eu en plus sur un support CD. Certes, il ne s’agissait pas d’une version couleur mais d’une copie de microfilm. Mais les documents étaient parfaitement lisibles.

    • Jean-Charles Coulon dit :

      Merci pour ce partage d’expérience. J’avais pu obtenir une copie de manuscrit sous format numérique il y a deux ans, mais lors de mes dernières demandes, ils m’ont effectivement dit que cela ne se faisait plus. Je connais deux autres chercheurs qui n’ont également pas pu obtenir de copie au format numérique. Le fait que cette règle ne soit apparemment pas si rigide peut donc laisser espérer qu’ils en reviennent aux copies numériques ! Avais-tu déjà discuté de ta demande lorsque tu étais à Damas ou tout s’est fait par correspondance ? Cela intéressera sans doute beaucoup de chercheurs européens qui ne peuvent faire le voyage jusqu’à Damas ou demander de copies par le biais d’un institut de recherche (j’ai moi-même fait une demande via un institut de recherche, mais qui malheureusement n’a jamais abouti). Dans tous les cas, pour des raisons de conservation je pense qu’il est normal que la copie se fasse à partir du microfilm et non du manuscrit original (excepté dans le cas où il y a des illustrations en couleur qui intéressent particulièrement le chercheur).

  3. Pascual dit :

    Cette présentation claire est et sera d’une grande utilité pour les chercheurs. J’espère qu’ils vous en remercieront grandement …. Je pense néanmoins qu’il faudrait préciser de manière plus explicite -ce qui est certes sous-entendu dans votre billet- qu’elle s’adresse aux chercheurs étrangers … les nationaux ne sont pas concernés …. sauf erreur de ma part ….. Amicalement, JPP

    • Jean-Charles Coulon dit :

      Effectivement, je n’écris ici qu’à partir de ma propre expérience de chercheur étranger. J’ignore quelles sont les conditions pour nos collègues syriens, et il serait effectivement intéressant de leur demander.
      Cordialement.

  4. Qais Assef dit :

    Billet très utile à mon goût. Merci.