Fitna : des révoltes populaires à Bagdad au Moyen Âge

Au cours de son histoire, la ville de Bagdad, fondée en 762 apr. J.-C par le calife abbasside al-Manṣūr pour être la capitale de la dynastie, a connu de très nombreuses révoltes populaires, opposant tantôt deux factions parmi les habitants de la ville, tantôt la population bagdadienne aux représentants du pouvoir. Les sources arabes de l’époque médiévale décrivent volontiers ces épisodes de tumulte, désignés en arabe sous le terme de fitna (فتنة : « querelle, discorde, dissension porteuse de troubles »), terme connoté très négativement puisqu’il renvoie à la querelle originelle qui, une génération après la mort du prophète de l’islam, divisa les musulmans en trois courants rivaux. En contexte urbain, on peut généralement traduire fitna par « révolte » ou « émeute » : est désigné comme tel dans les textes de cette époque tout événement violent initié par la population urbaine, sans que le pouvoir califal se montre toujours apte à calmer rapidement la situation.

Siège de Bagdad par les troupes mongoles en 1258 (miniature du XIVe siècle)

La fitna, ou émeute, se distingue d’une situation fréquente au cours de la période où Bagdadiens et troupes califales luttaient côte à côte contre un assaillant extérieur, à savoir la situation de guerre (pour ce terme, suivre ce lien sur le très riche Qantara, produit par le programe Euromed Heritage). Trouble interne à la société musulmane, la fitna était même considérée comme pire que la guerre car elle opposait entre eux des musulmans, qui plus est des membres de la société civile et non des professionnels du combat. Les principaux acteurs en étaient en effet le petit peuple de la ville, que les sources désignent par des termes péjoratifs (al-ʿāmma, al-ʿawāmm : « le vulgaire, la populace »).

Je propose de présenter ici quelques exemples tirés de l’histoire de Bagdad entre le milieu du XIe et le milieu du XIIe siècle. À cette époque, Bagdad était contrôlée par des sultans de la dynastie seldjoukide, une famille d’émirs turkmènes ayant pris le pouvoir dans l’Orient musulman dans la première moitié du XIe siècle. Parvenant à faire reconnaître leur pouvoir par le calife abbasside, ils mirent fin en 1055 à la tutelle d’émirs shiʿites, les Bouyides, sur le califat. Ce n’était que pour établir une nouvelle tutelle, sunnite celle-ci, mais différant assez peu de celle de leurs prédécesseurs. Au cours du XIIe siècle, les califes abbassides reconquirent cependant un grand nombre de prérogatives liées à l’exercice du pouvoir, en particulier le contrôle de leur capitale et la direction d’une armée. Au milieu du XIIe siècle, les Abbassides expulsèrent de Bagdad les derniers représentants des sultans ; la dynastie survécut cependant en Iran jusqu’à la fin du siècle.

La dissension communautaire : sunnites contre shiʿites, et hanbalites contre le reste du monde

Au cours de ce siècle de domination seldjoukide, les chroniques signalent une soixantaine d’émeutes et révoltes à Bagdad. Point de « printemps de Bagdad » pour autant : ces fitna-s duraient rarement plus de quelques jours, et se terminaient généralement par une négociation avec un pouvoir soucieux d’éviter l’embrasement général de la ville. Dans d’autres cas, la répression était la réponse au soulèvement des émeutiers, dont les quartiers étaient incendiés ou qui pouvaient être jetés en prison par les forces de l’ordre.

La cause la plus fréquente de ces fitna-s était la dissension confessionnelle entre musulmans1 : les émeutes opposant populations des quartiers sunnites à celles des quartiers shiʿites représentent un quart du total, essentiellement concentrées dans la seconde moitié du XIe siècle. On peut y voir une conséquence, au cœur des quartiers les plus populaires de la ville, du changement de domination politique intervenu avec l’éviction des souverains bouyides, shiʿites, par les sultans seldjoukides au sunnisme affirmé. Il s’agit cependant d’une conséquence indirecte due, non pas à une politique délibérée d’agression des populations shiʿites par le pouvoir seldjoukide, mais plutôt au changement d’équilibre entre les communautés, induit par les bouleversements politiques.

Sur la rive occidentale de Bagdad, la plus populaire et la plus éloignée des quartiers califaux et sultaniens situés de l’autre côté du Tigre, certains groupes de sunnites se sentaient libres d’intervenir contre les manifestations religieuses de leurs voisins shiʿites (particulièrement nombreux dans le quartier du Karḫ) lors de manifestations religieuses. Ainsi, fin 1065, les lamentations publiques des shiʿites du Karḫ sur l’imam Ḥusayn le jour de ʿāšūrāʾ déclenchèrent les protestations de leurs voisins sunnites, dégénérant en une violente émeute et menant à la fuite du chef de la police (ṣāḥib al-šurṭa) qui avait autorisé la manifestation. L’intervention du pouvoir ne se fit pas attendre : tandis que le sultan seldjoukide envoyait des troupes armées et procédait à de nombreuses arrestations, notamment dans le camp sunnite, le calife proclamait un décret interdisant certaines pratiques shiʿites et relâchait les prisonniers. A la différence de cette issue relativement pacifique, les émeutes opposant sunnites et shiʿites bagdadiens se terminaient fréquemment par des pillages ou des incendies, avec un certain nombre de morts à la clé.

Mais la dissension entre sunnites et shiʿites n’était pas la seule cause de soulèvement populaire. Nombre d’émeutes de la période (une sur cinq) étaient dues à l’activisme des hanbalites bagdadiens. Le hanbalisme2, minoritaire ailleurs dans l’empire, était l’école juridique la mieux représentée à Bagdad. Loin de se cantonner au domaine du droit, les plus militants des hanbalites bagdadiens n’hésitaient pas à intervenir dans la vie quotidienne de leurs contemporains, pour interdire des pratiques prohibées ou qu’eux-mêmes réprouvaient, ou pour empêcher leurs rivaux en matière théologique, les partisans de la doctrine ašʿarite, de prêcher publiquement. Or les théologiens ašʿarites étaient soutenus par les Seldjoukides, qui envoyaient périodiquement à Bagdad des prédicateurs de cette mouvance. L’opposition virulente des hanbalites aux ašʿarites déclencha pas moins de huit émeutes jusqu’aux premières décennies du XIIe siècle. Ces fitna-s étaient souvent d’une grande violence, opposant partisans hanbalites armés de briques aux troupes sultaniennes armées d’épées, d’arc et de flèches.

Briques bagdadiennes (ṭābūq) (photo Vanessa Van Renterghem, 2003)

En effet, comparable au pavé de mai 68, l’arme favorite des émeutiers bagdadiens était la brique, principal matériau de construction de la ville et donc disponible en tout endroit : il suffisait, le cas échéant, non pas de dépaver les rues mais d’arracher les briques des murs des constructions adjacentes. Les imposantes dimensions de la brique bagdadienne (āǧūr ; en dialecte bagdadien, ṭābūq), une brique cuite de couleur jaune utilisée jusqu’à maintenant dans les constructions locales3 , font de ce projectile une arme dangereuse, susceptible de blesser ou même de tuer.

Les différents visages de la révolte contre le pouvoir

Au cours d’une fitna sur quatre, les redoutables briques bagdadiennes étaient destinées aux forces de l’ordre, qu’elles soient seldjoukides ou, plus rarement, abbassides.

À plusieurs reprises, c’est la présence à Bagdad de soldats étrangers et non arabophones (des Turcs dans la majeure partie des cas) qui déclencha des troubles. L’incompréhension linguistique, amplifiant la défiance mutuelle, était souvent à l’origine de telles émeutes. En 1055, lors de l’arrivée du sultan seldjoukide Ṭuġril Beg et de ses troupes à Bagdad, un soldat turc voulut acheter de la paille à un habitant de Bagdad ; n’ayant pas compris ce que ce militaire lui voulait, ce dernier se mit à crier au secours, déclenchant une émeute populaire contre les soldats turcs qui allait durer plusieurs jours. Même scénario en 1088, lorsqu’un Turc de la garde privée d’une princesse seldjoukide se querella violemment avec un colporteur à qui il souhaitait acheter des fruits. La ʿāmma bagdadienne réclama et obtint le secours du calife.

Dans la seconde moitié du XIe siècle, les soulèvements populaires se faisaient en général contre les forces de l’ordre seldjoukide, et lorsque la population bagdadienne en appelait à la protection du calife, elle obtenait en général gain de cause. Il faut dire que le contrôle de la ville, en théorie partagé entre des fonctionnaires abbassides et seldjoukides, incombait en grande part à ces derniers ; en conséquence, c’est à des forces de l’ordre au service des sultans que la population avait en général affaire, forces armées placées sous l’autorité d’un fonctionnaire, le šiḥna, nommé par le sultan seldjoukide.

Mais au fur et à mesure que l’autorité seldjoukide sur Bagdad s’affaiblissait et que se renforçait la mainmise du calife sur la ville, plaintes et émeutes se multiplièrent contre ses représentants. En 1161, les serviteurs (ġilmān) du vizir du calife furent assaillis à coups de briques par les juristes (fuqahā’) de la plus importante madrasa de la ville ; en 1168, c’est le responsable du contrôle des fraudes sur les marchés, le muḥtasib, qui reçut le même type de projectiles de la part d’un groupe de nécessiteux qu’il avait ordonné de faire mutiler. Des sources particulières qui permettent d’avoir un regard de micro-histoire sur certaines périodes, comme le « journal » du lettré hanbalite Ibn al-Bannā’, montrent d’ailleurs que de telles révoltes avaient déjà lieu à des époques plus anciennes, bien que les chroniques ne s’en fassent pas l’écho (en raison, probablement, du caractère très local de ces événements). Ibn al-Bannā’ rapporte par exemple comment, en 1069, la population de son quartier épousa la cause d’un épicier qui souhaitait dresser un grill à aubergines devant sa boutique, ce à quoi le ḥāğib, fonctionnaire local nommé par le calife, s’était opposé. Seule l’intervention d’un notable hanbalite du quartier auprès du calife permit à la foule (et à l’épicier) d’obtenir gain de cause, et de mettre ainsi fin au soulèvement.

Épousant des causes variées, les émeutes populaires étaient ainsi nombreuses à Bagdad en ces XIe-XIIe siècles. Les chroniques de l’époque ne rapportent que les plus importantes, les plus meurtrières aussi. Évoquées de façon parfois elliptique par des auteurs connaissant parfaitement le contexte dans lequel elles naissaient puis s’apaisaient, elles peuvent se révéler difficiles à comprendre ou à interpréter par l’historien. Elles n’en représentent pas moins des événements clés dans l’histoire de la période, notamment par le fait qu’elles mettent en scène des acteurs par ailleurs rarement évoqués : la foule des anonymes, les différentes composantes de la population de Bagdad que l’historien ne voit apparaître que lors de ces périodes de troubles où, parfois, vacillait l’ordre établi.

Bibliographie

Pour en savoir plus :

Vanessa Van Renterghem, « Structure et fonctionnement du réseau hanbalite bagdadien d’après le “Journal” d’Ibn al-Bannā’ (milieu du Ve/XIe siècle) », in Damien Coulon, Christophe Picard et Dominique Valérian (dir.), Espaces et Réseaux en Méditerranée VIe-XVIe siècles, volume 2, La formation des réseaux, Paris, Bouchène, 2009, p. 207-232.

Vanessa Van Renterghem, « Le sentiment d’appartenance collective chez les élites bagdadiennes des Ve-VIe/XIe-XIIe siècles », Annales Islamologiques, 42 (2008), p. 231-258.

Vanessa Van Renterghem, « L’accès à l’information et les méthodes de travail d’un lettré bagdadien du Ve/XIe siècle », Studia Islamica, 2007, p. 133-150.

Principales sources arabes :

Ibn al-Bannā’ (m. 1079), « Journal », édité et traduit par G. Makdisi, BSOAS, 1956 et 1957.

Ibn al-Ğawzī (m. 1201), Chronique bien ordonnée (Kitāb al-Muntaẓam), Beyrouth, Dār al-kutub al-ʿilmiyya, 1992, vol. 15-18.

Ibn al-Aṯīr (m. 1232), L’Histoire complète (al-Kāmil fī-l-taʾrīḫ), Beyrouth, Dār Ṣādir, 1966, vol. 9-12.

Sibṭ ibn al-Ğawzī (m. 1256), Miroir des temps (Mirʾāt al-zamān), Hyderabad, 1955.

  1. Une seule émeute opposa, à la fin de la période, des musulmans aux juifs de la ville. Encore la cause première en était-elle extérieure à Bagdad ; la fitna elle-même fut déclenchée par le fait que les représentants locaux du pouvoir avaient pris le parti des juifs et emprisonné des musulmans. []
  2. L’une des quatre « écoles juridiques » (maḏhab-s) de l’islam sunnite ayant survécu jusqu’à l’époque contemporaine. Les partisans du maḏhab hanbalite se réclament de l’œuvre du juriste irakien Aḥmad ibn Ḥanbal, mort en 855. []
  3. Sur l’architecture de Bagdad dans la première moitié du xxe siècle, voir Caecilia Pieri, Bagdad Arts Déco : Architectures de brique, 1920-1950, Paris, L’Archange Minotaure, 2008. []