L’historien et la liseuse : à propos d’un nouvel outil électronique

L’historien des textes, quelle que soit l’époque qu’il étudie, aime à disposer facilement de nombreux ouvrages (sources manuscrites, éditions de textes, archives,..) et se référer à une large littérature scientifique écrite souvent depuis la fin du XIXe siècle, parfois difficile d’accès. Aujourd’hui, l’historien, comme les autres chercheurs en sciences humaines et sociales, peut pallier cette difficulté en consultant les nombreux sites internet partiellement ou complètement dédiés à la mise en ligne de textes scientifiques allant de simples articles à des ouvrages complets dans les langues les plus diverses. Ces ouvrages, directement consultables en ligne, donnent accès à une immense bibliothèque virtuelle, bien plus grande que n’importe quelle bibliothèque « physique ». Aujourd’hui, après quatre années de doctorat portant sur les communautés arméniennes vivant dans le Proche-Orient médiéval  (XIIIe-XIVe siècle), j’ai collecté une bibliothèque d’environ 5 000 fichiers représentants chacun un article ou un ouvrage unique, que j’ai parfois moi-même scanné et, plus souvent, que j’ai téléchargé sur certains sites internet[1]. Je peux donc transporter avec moi une bibliothèque presque complète de mes sources, études, articles…

Mais je me suis vite rendu compte que je lisais peu, voire pas du tout, cette énorme masse de documents, leur préférant les éditions « papier ». Pourquoi ? La lecture prolongée sur un écran d’ordinateur portable n’est pas vraiment confortable, elle est parfois fatigante pour les yeux et la position de lecture n’est pas toujours des meilleures pour le dos. Il me fallait une solution qui me permette de pouvoir lire plus facilement, mais aussi prendre des notes,… On peut bien sûr imprimer les documents électroniques mais, quand on se retrouve avec plusieurs articles et des sources nombreuses à consulter, cela fait un volume énorme. Je me suis d’abord dit que l’achat d’un écran externe pour mon ordinateur résoudrait peut être le problème : en l’accolant à mon écran de portable, j’aurais ainsi plus de place pour prendre des notes sur l’écran principal tout en lisant sur l’écran externe. S’il  n’y a plus autant besoin de faire de coûteuses et fastidieuses impressions, reste le problème de la lecture prolongée sur écran.

Irex avec annotation et stylet

Irex avec annotation et stylet

Il me fallait quelque chose avec un « grand » écran et qui puisse lire les fichiers pdf (texte et image) puisque la plus grande partie de ma bibliothèque numérique est dans ce format[2]. J’ai exclu par exemple rapidement les readers de chez Sony, très répandus, mais possédant de trop petits écrans pour lire convenablement des pages entières. Je me suis par contre penché sur le Kindle, avant que ne sorte l’Ipad, mais je rechignais à me lier entièrement à Amazon ou à Apple. Ces deux entreprises se trouvent sur les deux marchés : vente des liseuses et vente de leur contenu. Par ailleurs, Apple impose de passer par sa plate-forme en ligne Ibook Store pour acheter des ouvrages, lesquels sont pourvus d’un système de protection nommé DRM (Digital Rights Management) qui empêche de lire les fichiers sur une autre machine qu’un Ipad. Il semble qu’aujourd’hui l’Ibook Store soit un « flop » (vous trouverez à cette adresse un court billet sans concession à propos de cette plate-forme et un autre plus nuancé pour contre balancer mon propos, les commentaires à la fin de ce billet sont intéressants pour mieux comprendre les usages de l’Ipad). Pour finir, et même s’il est possible de lire des livres sur l’Ipad, la durée de vie de la batterie n’est pas assez grande, ce qui est un handicap certain pour la lecture prolongée loin d’un ordinateur ou d’une prise électrique. Je me suis donc finalement tourné vers la compagnie Irex, avec un modèle appelé DR800SG. Le nom ne fait pas rêver (sauf si on est fan de « Star Wars » !), mais l’objet en lui-même est extrêmement utile. Aujourd’hui de nombreux autres modèles ont fait leur apparition, en particulier des modèles au format A5. Je ne m’étendrai pas sur les fonctionnalités de l’appareil pour ne pas faire de la publicité cachée au constructeur, mais tout ce que je recherchais, je ne l’ai trouvé que dans ce modèle : prise de note, prise en charge des pdf (image et texte), « papier électronique », batterie longue durée…

Depuis que j’utilise ma liseuse, ma façon de travailler à beaucoup évolué. Quel que soit l’endroit où je me trouve, avec ou sans connexion internet, je peux consulter plus rapidement différents ouvrages, et notamment les articles des revues, y faire des recherches, et même annoter directement les textes dans leur version électronique.  En effet, ma liseuse me permet, non seulement de lire des textes sous différents formats texte (epub, pdf, doc,..) ainsi que certains formats images (jpeg en particulier) en prenant des notes à la manière traditionnelle, mais aussi d’annoter directement les fichiers à l’aide d’un stylet. Elle est donc devenue pour moi un  instrument indispensable dans mes recherches, un vrai objet du quotidien que j’emporte partout avec moi et qui répond parfaitement à mes besoins d’historien.


[1] La liste complète des sites que je consulte régulièrement pour télécharger des ouvrages est trop longue pour être citée, mais les plus importants sont archive.org et google books. Les sites dédiés aux ouvrages en langue arabe sont nombreux, avec, pour certains, des scans d’ouvrages et de manuscrits. Voir en particulier : waqfeya.com, wadod.net et wadod.com.
[2] Vous trouverez sur cette page un excellent comparatif des liseuses en vente sur le marché ainsi que d’anciens modèles : http://wiki.mobileread.com/wiki/E-book_Reader_Matrix#Large_Devices


11 réponses

  1. Anjubault Thierry dit :

    Bonjour,

    Recherchant un appareil susceptible de lire les nombreux fichiers pdf que j’ai pu collecter au fil du temps, j’ai été très intéressé par votre billet. Mais, effectivement, la FNAC qui était censée distribuer en France la liseuse IREX ne semble jamais avoir disposé de cet appareil avant la faillite de l’entreprise. Vous faîtes référence à de nouveaux modèles. Pourriez-vous être plus précis? (sachant que seule la fonctionnalité « liseuse » de pdf m’importe).

    Cordialement

    • Gilet Julien dit :

      Bonsoir,
      si j’ai bien compris vous possédez une importante « bibliothèque numérique » de pdf. Dans ce cas là, il faut que vous vous tourniez vers des liseuses avec de grands écrans. Les modèles les plus courants possèdent des écrans de 6 pouces. Je ne veux pas faire de publicité pour une liseuse en particulier, mais il me semble que sur cette page vous trouverez le modèle qui vous conviendra le mieux: http://wiki.mobileread.com/wiki/E-book_Reader_Matrix. Le quatrième modèle en partant de la gauche est à mon avis à l’heure actuelle le meilleur sur le marché. J’espère que cette réponse vous aidera dans votre choix.

      • Anjubault Thierry dit :

        Merci beaucoup. Je vais me renseigner sur ce modèle.

  2. Valérie dit :

    Pour information, la société Irex a fait faillite durant l’été dernier.

      • Gilet Julien dit :

        Bonjour,
        effectivement la société a fait faillite il y a quelques mois. Je n’ai pas voulu faire ici l’argumentaire de cette liseuse en particulier, mais bien mettre en avant les usages que le chercheur peut en faire. On trouve encore des liseuses de cette marque sur les sites spécialisés, mais des modèles bien supérieurs sont en train d’être mis sur le marché.

        • Valérie dit :

          Bonjour,
          Merci pour ce retour d’expérience. Je suis également historienne et j’éprouve la même difficulté que vous pour travailler sur mes fonds numériques uniquement sur ordinateur.
          Bien cordialement.

  3. Merci de cette présentation qui donne bien envie d’essayer mais n’as-tu pas de frustrations avec la prise de note ? Je suppose que tu dois pouvoir surligner des passages mais écrire en lien avec un élément particulier du texte ? comment procèdes-tu ? As-tu un cahier et un stylo qui accompagnent ta liseuse ? 😉

    • Gilet Julien dit :

      Bonjour et merci pour ce commentaire.
      La prise de note peut se faire de deux façons. Premièrement on peut écrire comme sur un véritable carnet « papier », j’ai déjà utilisé cette fonction lors de conférences ou bien lors d’une lecture d’un livre au format papier. Secondement, on peut écrire directement sur les pdf. Il est vrai que la place laissée par le texte sur l’écran (on n’est pas sur un format A4) n’est pas très grande mais elle suffit à noter brièvement ses idées. Il est vrai que la majeure partie du temps je souligne, encadre,… plus que je n’écris directement sur le texte.
      Je pense que nous sommes sur des modèles encore « basiques », mais presque tout les jours des nouveautés sont présentées. L’encre couleur électronique va attirer encore plus d’adeptes de ces machines. En tant qu’historien, cette nouveauté me permettra de lire des manuscrits scannés en couleur et non plus en nuances de gris, ce qui améliorera la lecture. Le perfectionnement de la prise de note doit être amélioré tout comme la rapidité des machines. En tout cas, pour l’instant mes attentes sont quasiment toutes comblées. Je participe vendredi et samedi à un colloque et je pense n’y aller qu’avec ma liseuse et mon stylet.

  1. 15/11/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Jean-Christophe, Gilet Julien. Gilet Julien said: L’historien et la liseuse : à propos d’un nouvel outil électronique. | Les carnets de l’Ifpo http://is.gd/h6KWc […]

  2. 15/11/2010

    […] This post was Twitted by e_archiviste […]