La fonction de l’ironie dans le discours de Hassan Nasrallah

L’un des leaders les plus suivis dans le monde arabe est Hassan Nasrallah, Secrétaire Général du Ḥezbollah libanais. Il maintient une présence significative sur la scène médiatique et il se détache particulièrement par sa maitrise du discours.

Après la guerre des trente-trois jours entre Israël et le Hezbollah en 2006, sa popularité était telle qu’il figurait parmi les leaders préférés dans le monde arabe lors d’un sondage en Egypte (BLANFORD 2007, p. 3). Ainsi, ses interventions sont suivies, non seulement par ses partisans, mais aussi par ses ennemis et par d’autres acteurs au niveau régional.

Son discours, principal moyen pour s’adresser à son public, devient un élément fondamental dans la construction de l’histoire du parti. En effet, comme l’affirme Matar (2015, p. 2), le Hezbollah a fourni un grand effort pour cultiver l’image de Hassan Nasrallah.

Les discours de cet orateur, annoncés à l’avance, coïncident souvent avec des moments-clés de l’histoire du Liban et de la région. Un exemple marquant est le discours prononcé le 3 novembre 2023, ou plutôt le silence qui a précédé l’annonce de cette allocution. Après l’opération Déluge al Aqsā (‘Amaliyyat Ṭūfān al-Aqṣā) du 7 octobre 2023 et le déclenchement de la guerre à Gaza, le silence du Sayyid (chef) a été remarqué comme un événement exceptionnel par la presse libanaise et internationale. Ce silence a suscité davantage d’attention que le discours lui-même et il peut être considéré comme un acte de communication en soi.

Dans ce cadre, ma recherche explore comment ce leader utilise le discours de manière stratégique. L’ironie, sujet d’une réflexion qui accompagne la philosophie depuis les origines de la rhétorique, fait partie des figures de style employées par cet orateur.

Le Dictionnaire d’analyse du discours, en définissant l’ironie comme un tropo, ajoute :« Nous assistons à l’effet de non-prise en charge de l’énonciation par le locuteur et discordance par rapport à la parole attendue dans tel type de situation. Il s’agit d’un phénomène qui se base sur le contexte dont les composantes interactionnelles et paraverbales sont très fortes. » (2002, p. 330), et cela peut expliquer l’intérêt porté par les courants pragmatiques à ce sujet.

Ainsi, le choix des mots et le mode de transmission du discours jouent un rôle crucial, surtout dans le discours politique.

En raison de la fonction centrale de Hassan Nasrallah dans le parti, il est une cible potentielle pour des attaques ou des tentatives d’assassinat. Afin de contourner ces enjeux de sécurité, la majorité de ses interventions ont lieu en direct à travers une visioconférence transmise sur des chaînes télévisées qui soutiennent le parti, comme al-Manār. Cette approche permet de maintenir le caractère évènementiel des discours, qui sont transmis dans des salles publiques sur le territoire d’influence du Hezbollah (banlieue Sud de Beyrouth, la Bekaa, Liban Sud).

L’orateur comble la distance physique avec diverses stratégies communicatives, parmi lesquelles l’ironie. Au-delà de l’enjeu de proximité, la blague et l’auto-ironie permettent de détendre la tension souvent présente dans ses discours, compte tenu des sujets traités.

A titre d’illustration, dans le discours du 29 mars 2014 à l’occasion de l’ouverture du Forum culturel et littéraire de Jabal ‘Āmil (Liban Sud), Nasrallah développe une réflexion sur la langue arabe et l’importance de maintenir son utilisation. Il introduit ensuite un argumentaire sur l’existence même de la muqāwama (la Résistance), pour après formuler une blague.

[…] hā muqāwamat al-nās, al-muqāwama hiya kull bayt fī hāḏihi al-qura wa-l-manāṭiq al-ḥudūdiyya wa-kull al-ǧanūb, hiya kullu masǧidin baqī wa-kullu kanīsatin ʿāmira, hiya kullu šaǧarāti al-zaytūn wa- šatlatu tabaġ wa-ʿin kēn ʿādatan šatilāt al-tabaġ min iḫtiṣāṣi ar-raʾīs Berri bass nastaʿīra halla’ šway (Discours du 29.03.2014, minute 37.48)

[…] C’est la résistance du peuple, la résistance est chaque maison de ces villages et régions frontalières et dans tout le Sud, elle est chaque mosquée debout et chaque église florissante, chaque olivier et plant de tabac. Même si en général les plants de tabac sont la spécialité du Président Berri, nous l’empruntons un peu maintenant. (Traduction de l’auteur)

Hassan Nasrallah parle de l’importance de la Résistance et il énumère les endroits où elle se trouve jusqu’aux plants de tabac. La blague s’instaure ici, car il est communément reconnu que Nabīh Berrī, Président du Parlement libanais, détient une part substantielle des terres situées dans le Sud du Liban, « où les plantations dans la plupart des cas sont des plantations de tabac et des oliviers, et sur la côte des agrumes » (Chaib 2009, p. 151). Ce changement de tonalité a fait rire le public tout en confirmant l’alliance politique avec le deuxième parti chiite du pays, Amal.

Un autre moment d’ironie se produit dans le discours du 28 août 2017, à la suite de l’éradication de l’État islamique des montagnes du Jurūd à proximité de la ville de ʿArsāl dans la vallée de la Bekaa. Dans ce passage, Hassan Nasrallah se défend face à ses opposants qui l’accusent de soumettre l’État et l’armée libanais à un chantage. Il estime que l’envoi de soldats de la résistance en Syrie vise à défendre le Liban contre Daech.

[…] Muš ḥizb Allāh illī binʾāl ʿanno ibtizāz fī qaḍiyya insāniyya, miš ḥizb Allāh, wa-lā yōm min al-ayyēm, munḏu ʾan wuǧida ḥizb Allāh ilā al-yawm. Wa-li ḏālik kullu allaḏīna qālū hāḏa al-kalām sawāʾan kānū kibāran am ṣiġāran, aḥzāb ʾam tayyārāt ʾam ʿīʿlāmīyyīn am siyāsīyyīn aw mīn mā kān yikūn hum ṣinfān : ʾimmā ǧahala mā byaʿrfu al-luġa al-ʿarabīyye, mā byefhamo ‘arabē wa-mse’īb ana bʾarifš al-inglīzē walā al-faransē, ʾimmā annahum ǧahala bal-luġa al-ʿarabīyya, wa-ʾimā annahum liʾām ʿadīmū al-ʾaḫlāq. Nuqṭa, intahā hāḏa al-baḥṯ. (Discours 28 aout 2017 à minute 5.56)

[…] Ce n’est pas le Hezbollah dont on dit qu’il pratique le chantage dans une affaire humanitaire, ce n’est pas le Hezbollah, et ce n’est jamais arrivé depuis qu’existe le Hezbollah jusqu’à aujourd’hui. C’est pourquoi tous ceux qui ont dit cela, qu’ils soient grands ou petits, partis ou courants politiques, journalistes ou politiciens, peu importe qui ils sont, peuvent être classés en deux catégories : soit ils sont ignorants de la langue arabe et ne comprennent pas l’arabe et ils savaient que je ne maîtrise ni l’anglais ni le français, soit ils sont ignorants de la langue arabe, soit ce sont des individus sans morale. Point, fin de l’enquête. (Traduction de l’auteur)

Dans sa défense, il affirme que quiconque déclare que Hezbollah exerce un ibtizāz (chantage) est soit ignorant de la langue arabe, soit immoral.

Si la phrase ne paraît pas ironique, la tonalité et le sourire du locuteur, ainsi que celui du public, confirment l’emploi de l’auto-ironie dans la première hypothèse, lorsqu’il ajoute une parenthèse sur le fait qu’il ne maitrise ni l’anglais ni le français.

Dans cette occasion il adopte la posture du leader césariste de Charaudeau, c’est-à-dire une autorité puissante qui possède un engagement populaire, un oratoire percutant, et lien fusionnel avec le peuple (2015, p. 8-10), ce qui humanise son personnage. En descendant de son piédestal, le leader se rapproche du public malgré la distance physique, et établit un lien plus intime avec l’auditoire.

Cette stratégie communicative s’avère puissante puisqu’il tacle en parallèle ses opposants libanais sous-entendant qu’ils sont sous influence étrangère.

L’ironie et l’auto-ironie remplissent différentes fonctions dans les discours des orateurs : elles opèrent un changement de registre, une modification de la musicalité de la phrase ainsi que la gestuelle. Cela recentre l’attention du public et s’avère particulièrement pertinent dans le cas du discours de Hassan Nasrallah, d’une durée considérable -ils peuvent atteindre jusqu’à une heure et demi- et dont les thématiques sont lourdes, puisqu’il s’agit de conflits politiques et militaires.

L’ironie se manifeste également à travers l’usage créatif des mots. La variation linguistique comporte des termes aux significations variables d’un point de vue diatopique. Par exemple, au Liban l’expression yaʿṭīk al-‘āfiye est utilisée pour saluer, ou encourager quelqu’un qui est en action « Qu’il (Dieu) te donne la santé », mais au Maghreb, elle possède une signification toute autre, puisqu’elle signifie littéralement :« Qu’il (Dieu) te brûle ».

Ainsi, Hassan Nasrallah a recours à la richesse de la langue et à ses ambiguïtés pour créer de l’ironie. Dans sa réponse au Ministre d’État saoudien aux Affaires du Golfe arabe, Ṯāmer Al-Sabhān lors de son discours du 8 octobre 2017, Hassan Nasrallah le décrit en utilisant le terme Zaʿtūt. Ce mot polysémique, qui n’est pas utilisé au Liban, peut désigner, en araméen, un adulte agissant comme un enfant de manière inacceptable, ou, en dialecte marocain, un petit singe au pelage épais.

L’emploi de ce mot a pu faire sourire certains, questionner d’autres, il peut finalement être considéré comme une insulte envers le Ministre.

Ces quelques exemples illustrent comment la maîtrise de la langue peut devenir une ressource à des fins conatives, c’est à dire un véritable élément permettant d’affaiblir l’adversaire.

C’est grâce à l’emploi de figures rhétoriques et d’éléments linguistiques que ce leader démontre ses compétences d’orateur qui transforment son discours en un vecteur de pouvoir. Sa force ne réside pas seulement dans le contenu.

Le discours, comme le souligne Cassin (2019, p. 1) : « offre trois possibilités qui ne cessent de se mélanger : parler de, parler pour et parler à. Dans ce dernier cas, parler sert à persuader, à faire en sorte que celui à qui l’on s’adresse partage notre point de vue et agisse conformément à nos souhaits ». Hassan Nasrallah, comme la plupart des leaders politiques, « parle à ». Il communique et agit simultanément en délivrant son discours. À travers son langage puissant, son ironie stratégique et sa créativité lexicale, Nasrallah continue de jouer un rôle central dans la construction de la réalité politique et sociale au Proche-Orient. En conclusion, son habileté linguistique se révèle être un outil puissant, qui modèle non seulement les discours, mais aussi l’image du parti et la perception collective de la réalité politique dans la région.

Bibliographie

BLANFORD Noe, 2007, “Introduction” (E. Khouri, Trans.), in Nicholas NOE & Nicholas BLANDFORD (Eds.), Voice of Hezbollah: The Statement of Sayyed Hassan Nasrallah, London, Verso, p. 1-13.

CASSIN Barbara, 2019, « Un discours peut transformer le monde », Sciences Humaines, n° 312. https://www.scienceshumaines.com/un-discours-peut-transformer-le-monde-entretien-avec-barbara-cassin_fr_40493.html, consulté le 20 décembre 2023.

CHAIB Kinda, 2007, « 5. Le Hezbollah libanais à travers ses images : la représentation du martyr », in Sabrina MERVIN (Ed.), Les mondes chiites et l’Iran. Paris, Karthala, « Hommes et sociétés », p. 113-131.

CHARAUDEAU Patrick, MAINGUENEAU Dominique (Eds), 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Éditions du Seuil.

CHARAUDEAU Patrick, 2015, « Le charisme comme condition du leadership politique », Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication, n°7,.doi.org/10.4000/rfsic.1597, consulté le 20 décembre 2023.

MATAR Dina, 2015, “Hassan Nasrallah: The cultivation of image and language in the making of a charismatic leader”, Culture, Communication & Critique, volume 8, p. 433-447.


Natalie Smrekar est doctorante au sein du laboratoire LIDILEM du département Science du Langage de l’Université Grenoble-Alpes. Elle travaille actuellement sur sa thèse intitulée “Lexique et variation linguistique dans le discours politique chiite : l’exemple de Hassan Nasrallah”. Depuis janvier 2021, elle occupe le poste de doctorante AMI au sein du DEAMM (Département des Études Arabes, Médiévales et Modernes) de l’Institut français du Proche-Orient à Beyrouth. Ses domaines de recherche englobent la sociolinguistique, l’analyse du discours politique, ainsi que la dialectologie arabe.



Citer ce billet
Natalie Smrekar (2024, 10 mai). La fonction de l’ironie dans le discours de Hassan Nasrallah. Les carnets de l’Ifpo. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nrc

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search