Un an après, hommage à Habib Debs, architecte-urbaniste. L’analyste de la ville ordinaire au Liban

Habib Debs en 2021 dans les escaliers Gholam (crédits : Mona Fawaz)

Le 10 février 2023 disparaissait Habib Debs, un architecte-urbanisme beyrouthin très engagé dans les combats pour la défense du patrimoine urbain, à Beyrouth et dans les villes et villages du Liban. Plusieurs articles de presse ou déclarations sur les réseaux sociaux ont analysé sa trajectoire professionnelle et ses engagements civiques et politiques (voir la compilation ci-dessous). L’Université américaine de Beyrouth et en particulier le Beirut Urban Lab ont également organisé une riche et émouvante cérémonie d’hommage, le 14 mars 2023. Il avait en effet beaucoup collaboré avec cette institution, comme enseignant mais aussi comme praticien engagé dans les reconstructions de Bint Jbeil et de Haret Hreik en 2006, et surtout de Gemmayzeh et Mar Mikhail après l’explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020. Il s’était énormément investi dans les chantiers de la coulée verte et de la place située au bas des escaliers Gholam, deux espaces de lien au sein de son quartier natal, où se dresse toujours son immeuble familial.

Un dialogue privilégié avec les chercheurs de l’Ifpo

Je souhaite ici rappeler une autre facette de son engagement dans la recherche urbaine au Liban, cette fois en lien avec l’Ifpo (alors CERMOC) et en particulier à l’observatoire urbain (alors observatoire de recherche sur Beyrouth et la reconstruction, ORBR). On y retrouve cette articulation étroite avec les politiques urbaines qui caractérise ses autres interventions. Habib Debs fut en effet un participant régulier aux séminaires animés par Eric Huybrechts. Il participa aussi, quelques années après, à plusieurs activités en lien avec la question patrimoniale au Liban que développa Caecilia Pieri, de 2011 à 2015, en tant que responsable de l’observatoire urbain, notamment autour de la préfiguration du programme de Beit Beirut, le musée implanté au sein de l’immeuble Barakat à Sodeco. Durant toutes ces années, Habib Debs fut un interlocuteur privilégié des jeunes chercheurs sur les questions urbaines au Liban, à qui il ouvrait volontiers sa porte pour répondre à des questions ou fournir de la documentation. Quelques-unes et quelques-uns ont pu d’ailleurs faire des stages dans son bureau d’étude, Urbi. À titre personnel, j’ai bénéficié de très nombreuses fois de son amicale hospitalité, et de celle de son épouse, Isabelle Peillen, et de leurs enfants, Maia et Sari. Nombre de mes travaux sont grandement redevables à ses remarques et commentaires. C’est donc avec une émotion particulière que j’écris ces lignes.

Les zones industrielles libanaises comme instruments paradoxaux de maintien de zones agricoles au Liban

À la fin des années 1990, Habib Debs avait participé à un projet de recherche sur l’agriculture urbaine au Liban, piloté par Joe Nasr, qui a débouché sur l’ouvrage dirigé par Joe Nasr et Martine Padilla,  Interfaces: agricultures et villes à l’Est et au Sud de la Méditerranée (Beyrouth : Delta/Ifpo) paru en 2004. Ce livre est l’une des rares publications de l’Ifpo qui malheureusement n’ont pas été numérisées. Le chapitre « Préservation par mégarde. L’agriculture des zones industrielles du littoral libanais qu’y a écrit Habib Debs reste ainsi méconnu, alors qu’il s’agit d’une contribution très originale et emblématique de sa méthode de lecture des villes libanaises. On y apprend beaucoup sur les mécanismes paradoxaux de l’urbanisation dans ce pays, dans des espaces périphériques à l’opposé des quartiers patrimoniaux auxquels on aurait tort de réduire son action et sa réflexion. Dans ce texte, Habib Debs contribuait à la réflexion sur les mécanismes de développement et de maintien de l’agriculture libanaise sur le littoral et à proximité des villes en analysant la situation paradoxale des zones industrielles qui restaient pour une bonne part des espaces dédiés à l’agriculture. Il mobilisait pour cela une étude réalisée pour le compte de IDAL (Investment Development Agency in Lebanon), une agence créée par le gouvernement en 1993 pour tenter d’encourager les investissements industriels dans le contexte de la reconstruction. Il s’agissait de la première étude confiée à l’agence Urbi que Habib Debs venait de créer, en 1994 (à son retour au Liban après plusieurs années d’exercice en France, notamment au sein de l’EPA Marne, la structure en charge de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée).

Par un travail croisant analyse cartographique et photographique, relevés de terrain et entretiens avec des industriels et des propriétaires fonciers, il faisait le constat que la plupart de ces zones industrielles abritaient une part significative de terrains agricoles. Les mesures de zonage industriel prises par le gouvernement libanais à partir des années 1970 dans un objectif de rationalisation et d’encadrement de l’implantation des industries, notamment pour éviter les pollutions, n’avait pas eu les effets souhaités, car il restait possible de construire des établissements industriels hors de ces zones. Et à l’inverse, les propriétaires fonciers dans ces zones profitaient du classement pour hausser leur prix de vente, arguant de la densification rendue possible par l’augmentation des coefficients d’exploitation mais dissuadant de facto les projets industriels (pour lesquels les investisseurs privilégiaient un foncier peu onéreux). Cette situation paradoxale s’expliquait à la fois par le fait que beaucoup de zones industrielles avaient été créées sur des terrains en réalité peu propices, par exemple des pentes fortes, ou des espaces boisés, à la demande de propriétaires désireux d’augmenter la valeur de leurs terrains et disposant d’influence au sein de l’État pour faire valoir, au sens propre, leurs intérêts. De plus, la réglementation n’interdisait pas l’installation des industries hors des zones dédiées, par une autre négligence de l’État préférant ne pas s’opposer au lobby des intéressés. Dans sa conclusion prospective, Habib Debs mettait en lumière la poursuite des pratiques spéculatives dans ces secteurs et le développement non de l’industrie mais, dans quelques cas, d’établissements tertiaires à plus forte valeur ajoutée pouvant se permettre de payer le coût des charges foncières élevées générés par les hauts coefficients d’exploitation. Dans les zones moins demandées, il soulignait la possibilité paradoxale d’un maintien durable, sur le moyen terme, de l’agriculture urbaine ou périurbaine implantée dans ces zones. Un bénéfice inattendu mais somme toute bienvenu de la spéculation foncière et immobilière. Il resterait aujourd’hui, près de trente ans après cette étude, à analyser l’occupation des sols de ces secteurs. L’exemple de Beddaoui, au nord de Tripoli, montre la persistance de l’occupation agricole jusqu’à aujourd’hui.

La zone industrielle de Beddaoui en 2024 (source : Google map, 10/02/2024)

Une typologie des formes urbaines au Liban

Une deuxième étude d’Habib Debs, elle aussi largement oubliée, mérite également d’être extraite des archives. Généralisant l’analyse des zones industrielles évoquées ci-dessus, elle démontre aussi son intérêt pour les mécanismes de l’urbanisation ordinaire au Liban. Elle se distingue par son originalité méthodologique, croisant l’analyse cartographique et typo-morphologique des tissus urbains avec l’examen des effets de la réglementation urbanistique. Elle propose une démarche interprétative fournissant des clés de compréhension pour décrypter l’organisation spatiale de l’ensemble du territoire. Réalisée dans le cadre du Schéma directeur d’aménagement du territoire du Liban (SDATL) en 2002, elle n’est pas directement liée à l’Ifpo. Néanmoins, elle s’inscrit dans la continuité des échanges avec Eric Huybrechts, responsable de l’ORBR de 1996 à 2000, puis des travaux de l’Atlas des localités du Liban, lancé par ce dernier avec Ghaleb Faour, et que j’ai poursuivi avec lui. 

Dans ce travail, Habib Debs décompose les formes de l’espace urbain selon la méthode classique de la morphologie urbaine, qui distingue et typifie le réseau viaire, le parcellaire et le bâti. Cette méthode fut mise au point et diffusée en France dans les années 1970, notamment par Philippe Panerai et ses collègues dans les deux ouvrages bien connus : Analyse urbaine, et Formes urbaines, de l’îlot à la barre (republiés par les éditions Parenthèses en 1995 et 1997). Il est probable qu’Habib Debs y fut initié lors de sa formation au master AMUR de l’Ecole des ponts et chaussées. Ce travail le conduit à distinguer sept types urbains :

  • Les tissus constitués datant d’avant 1850, dont les médinas de Tripoli (sur laquelle il avait travaillé pour la Banque mondiale avec Jad Tabet et Mousbah Rajab, dans le cadre du programme Cultural Heritage and Urban Development, en 2001-2002) et de Saïda.
  • Les noyaux anciens des bourgs et villages ruraux.
  • Les tissus urbains denses constitués après 1920.
  • Les tissus à structure parcellaire planifiée avec un réseau de voirie curviligne et fermé en boucles (qui correspondent à des opérations de lotissements privées essentiellement réalisées dans les années 1960-70, quelques-unes plus récentes dans les années de reconstruction).
  • Les tissus à structure parcellaire planifiée en damier, correspondant essentiellement à des opérations publiques de remembrement, comme à Tripoli ou Jounieh.
  • Les tissus d’extension non planifiée (opérations immobilières au coup par coup ou dans des petits lotissements de parcelles agricoles non amalgamées).
  • Les tissus d’habitat informel.

Dessin du réseau viaire du lotissement de Mechref, au sud de Beyrouth, caractéristique d’un réseau continu fermé sur lui-même.

L’enjeu des extensions urbaines

La conclusion du texte envisageait les leviers possibles de régulation des extensions urbaines, en identifiant les logiques fondamentales d’action des acteurs publics et privés impliqués : « l’analyse de la formation de chaque type de tissu urbain et des mécanismes qui ont mené à sa constitution a montré que chacun de ces tissus était sous-tendu par un mode de production spécifique, propre à un certain type de rapport entre acteurs publics et privés, dont la capacité de financement et les stratégies d’intervention déterminent à la fois le choix de la procédure adoptée (Remembrement, Lotissement, Grand Ensemble, construction au coup par coup) et la forme urbaine qui en résulte (ville ouverte, grand lotissement fermé, tissu labyrinthique constitué d’isolats juxtaposés, etc.) ». Il n’est pas impossible qu’Habib Debs se soit approprié ce mode de raisonnement en suivant les cours de Pierre Riboulet au sein du master AMUR (voir l’ouvrage de ce dernier : Onze leçons sur la composition urbaine, paru en 1998 aux Presses de l’école nationale des Ponts et chaussées mais diffusé auparavant aux étudiants comme polycopié).

Sans revenir sur tous les enjeux mentionnés dans cette conclusion, soulignons l’originalité de ce travail d’analyse des modalités et formes de la croissance urbaine périphérique, qu’il s’agisse des grands lotissements ou des petites opérations. À propos de ces dernières, il relevait par exemple : « les plans parcellaires mis-à-jour ont montré que des surfaces très importantes du territoire, qui aujourd’hui semblent libres de constructions, sont déjà couvertes d’une multitude de lotissements isolés et incohérents, qui déterminent dès aujourd’hui l’aspect fort déplorable des extensions urbaines de demain. » Par ailleurs, il soulignait les multiples contradictions de ce mode d’urbanisation avec la planification publique et les inconvénients non seulement en termes esthétiques, environnementaux, de circulation, de ségrégation sociale mais aussi de financements des infrastructures, qui pèsent rétrospectivement sur les usagers et les municipalités au lieu d’être pris en charge par les promoteurs. Par conséquent,  « L’analyse des dysfonctionnements des différents types de tissus urbains aura clairement montrée la nécessité d’un échelon intermédiaire dans la hiérarchie des outils réglementaires existants, qui imposerait au niveau local, et particulièrement dans les localités où l’extension de la tache urbaine est attendue, un schéma de cohérence opposable à l’administration publique, dès lors que celle-ci est amenée à accorder aux tiers un permis de lotissement, de remembrement, de grand-ensemble, etc. Ce schéma devra prévoir les tracés principaux et les charges d’équipement induites, imputables aux futurs lotisseurs. »

La ville libanaise dans son paysage

Il avait été un moment question, en 2001, que le CERMOC publie un ouvrage sur la morphologie urbaine au Liban, avec diverses études de cas (Valérie Clerc, Eric Huybrechts, Jad Tabet, Maroun Daccache, avec l’appui de Philippe Panerai). Mais ce livre n’a jamais vu le jour. La contribution d’Habib Debs sur les extensions périphériques devait en faire partie. Ses analyses sont restées une étude technique. Les préoccupations qui le guidaient dans le cadre de la préparation au SDATL n’ont cessé d’irriguer sa réflexion et ses analyses de l’urbain au Liban, en particulier lors de trois études pour les schémas directeurs de l’extension de Wastani à Saïda, du caza de Tyr et de l’agglomération de Zahlé où les problématiques d’extension urbaine étaient centrales. On peut espérer qu’à l’avenir, ces travaux soient rassemblés et rendus consultables pour les professionnels et les étudiants intéressés par les questions urbanistiques libanaises. En attendant, souhaitons que ce document contribue à transmettre la mémoire d’une pensée et d’un œil en action pour rendre possible un vivre ensemble dans l’urbain libanais en devenir, un vivre ensemble à entendre non seulement dans sa dimension politique et sociale mais aussi dans sa dimension environnementale : les paysages de plaines et de montagnes du Liban étaient un patrimoine qu’Habib Debs chérissait autant que les villes et villages de ce pays.

Témoignages et hommages à l’occasion du décès de Habib Debs

Attallah, Antoine. 2023. « C’est comme ça que j’ai rencontré Habib Debs ». Facebook. En ligne: https://www.facebook.com/Antoine.Atallah88/posts/pfbid022YYTrDZfD4mcXbyRQti2tSdBCx1JW2DYSagSmYrTxfPTBSwh4HZ7kCYPPuLNgeX4l

El Chamaa, Mohamad. 2023. « Architect and urbanist Habib Debs passes away at age 64 », L’Orient Today. En ligne: https://today.lorientlejour.com/article/1328672/architect-and-urbanist-habib-debs-passes-away-at-age-64.html

Beirut Urban Lab. 2023. « In Memory, Habib Debs ». En ligne: https://beiruturbanlab.com/en/Details/900

Quelques documents et articles publiés de ou avec Habib Debs

Debs, Habib. 2010. « Reconstruction of Bint Jbeil and Social Representations of the Urban Space », in Al-Harithy (dir.), Lessons in Post-War Reconstruction: Case Studies from Lebanon in the Aftermath of the 2006 War, Abingdon, Oxon ; New York, NY : Routledge, p. 100‑126.

Debs, Habib. 2004. « Préservation par mégarde. L’agriculture des zones industrielles du littoral libanais », in Interfaces : agricultures et villes à l’Est et au Sud de la Méditerranée, Jounieh/Beyrouth : DELTA/IFPO, p. 407‑424.

Debs, Habib et Barthel, Pierre-Arnaud. 2011. « L’urbanisme durable au Moyen-Orient : quels possibles, quelles expériences ? », in Barthel et Zaki (dir.), Expérimenter la « ville durable » au sud de la Méditerranée. Chercheurs et professionnels en dialogues, La Tour d’Aigues : Editions de l’Aube, p. 85‑95.

Debs, Habib et Sophie, Brones. 2020. « Ce qui n’est pas là », in Atallah, Brones et Saulnier (dir.), Beyrouth in situ, Paris : ENSBA Editions, p. 162‑177.

Debs, Habib et Tabet, Jad. 2020. « Abdallah Zakhia, une force tranquille », L’Orient-Le Jour, URL : https://www.lorientlejour.com/article/1237584/abdallah-zakhia-une-force-tranquille.html, consulté le 6 février 2023.

Debs, Habib, Laurentin, Emmanuel et Pieri, Caecilia. 13 mai 2014, « Beyrouth : oublier les ruines : épisode 2/4 du podcast Histoire des ruines », France Culture, URL : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-fabrique-de-l-histoire/beyrouth-oublier-les-ruines-5336140, consulté le 6 février 2023.

Participation à El Haddad, Elia (réalisation), 2021. Au bord d’un trou noir. Film documentaire. Teaser : AU BORD D’UN TROU NOIR

Références des deux textes présentés dans ce billet, rendus disponibles avec l’accord de son épouse Isabelle Peillen

Debs, Habib. 2004. « Préservation par mégarde. L’agriculture des zones industrielles du littoral libanais », in Interfaces : agricultures et villes à l’Est et au Sud de la Méditerranée, Jounieh/Beyrouth : DELTA/IFPO, p. 407‑424. En ligne : https://archive.org/details/debs-2004-conservation-par-megarde

Debs, Habib. 2002. « Typologie des extensions », in Schéma d’aménagement du territoire libanais. Phase 1. Notes de travail. Volume 6. Aménagement et urbanisme, Beyrouth : Dar-IAURIF, ii+34 p. En ligne : https://archive.org/details/debs-2002-typologie-des-extensions



Éric Verdeil est spécialiste de géographie urbaine. Agrégé de géographie (1994), il est diplômé en urbanisme (1995) et docteur en géographie (2002). Il est professeur de géographie et études urbaines à Sciences Po et chercheur au Centre de recherches internationales (CERI-Sciences Po/CNRS).

 



Citer ce billet
Eric Verdeil (2024, 15 février). Un an après, hommage à Habib Debs, architecte-urbaniste. L’analyste de la ville ordinaire au Liban. Les carnets de l’Ifpo. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vu6w

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search