La foire internationale de Tripoli : Patrimonialisation d’un projet architectural en danger

Conçue dans les années 1960 par l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, la Foire internationale de Tripoli a été inscrite le 25 janvier 2023 simultanément sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO et sur la liste du patrimoine mondial en péril. Le Comité du patrimoine mondial réuni en session extraordinaire a traité en urgence la proposition d’inscription du site en raison de ses conditions de conservation alarmantes. La plupart des bâtiments de la Foire de Tripoli composant l’ensemble architectural sont en effet confrontés à des risques d’effondrement dus à une corrosion de l’acier et au vieillissement du béton. Cette décision doit permettre d’ouvrir l’accès à une assistance technique et financière renforcée afin de préserver ce site dont la valeur universelle exceptionnelle a été reconnue par l’UNESCO. Pour figurer sur la liste du patrimoine mondial de l’agence onusienne, les sites soumis à qualification doivent remplir a minima l’un des dix critères de reconnaissance détaillés dans les Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial (UNESCO). Concernant la Foire internationale de Tripoli aussi appelée Foire Rachid Karamé en mémoire de l’ancien président du Conseil de la République libanaise, originaire de la ville, assassiné en 1987, sa valeur universelle a été établie par le Comité de l’UNESCO car cet ensemble architectural destiné à promouvoir le patrimoine de multiples États invités à résider au sein d’un bâtiment commun, témoigne d’une volonté d’échange d’influences culturelles.

Bien que la Foire internationale de Tripoli constitue un site architectural monumental, bâti au cours des années 1960 sur une surface s’étendant sur près de 756 000 mètres carrés au cœur de la ville de Tripoli, l’œuvre de Niemeyer reste largement méconnue des Libanais et du reste du monde. Au cours des six dernières décennies, la Foire n’a jamais rempli la fonction pour laquelle elle avait été initialement conçue mis à part pour quelques manifestations épisodiques modestes. Les évolutions des usages de ce site interrogent : comment expliquer le délaissement de ce projet monumental, destiné à faire rayonner le Liban et renforcer l’unité territoriale du pays ? Comment comprendre le surgissement d’intérêt en 2023 pour la Foire internationale de Tripoli et sa nomination sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en péril ? Ces deux interrogations renvoient à deux registres de littérature : sur Tripoli, ville délaissée, et sur la patrimonialisation.

Ce travail de recherche mené au Liban dans le cadre d’un stage de deux mois au sein du Département des études contemporaines de l’Ifpo s’appuie sur la tenue d’entretiens avec des architectes et spécialistes de la préservation du patrimoine libanais ainsi que sur l’analyse de documents d’archives et la lecture de travaux de recherche. Plusieurs observations de l’état du site de la Foire de Tripoli ont également été réalisées au cours des mois de mai et juin 2023.

 

Plan de la ville de Tripoli, carte générée par Datawrapper.

L’ensemble architectural d’inspiration moderniste occupe une zone elliptique située à l’ouest du centre de la vieille ville de Tripoli et au sud-est de la commune portuaire, El-Mina. La principale construction caractéristique de la Foire est un immense espace d’exposition courbe, complété par une série de bâtiments : théâtres, restaurants, salles de concert… Les différentes installations, dont l’esthétique se situe dans la continuité des œuvres modernistes réalisées par Niemeyer en France ou au Brésil, sont reliées par des bassins et des espaces verts. Le lieu n’a jamais été ouvert de façon permanente au public et encore aujourd’hui, les habitants ne sont pas autorisés à y pénétrer. Le dépérissement du site, son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en péril ainsi que sa méconnaissance par une grande partie des Libanais, nécessitent de s’interroger sur les ambitions qui ont guidé ce projet.

Photographie des gradins du théâtre en plein air de la Foire internationale de Tripoli. Crédits : Lucie Mielle

Unifier le territoire libanais dans un contexte de libéralisation économique : l’intégration territoriale de Tripoli dans l’espace national

La conception du projet de création d’une Foire internationale à Tripoli s’inscrit dans un contexte de libéralisation rapide de l’économie libanaise au cours des années 1950. Le vote de la loi sur le secret bancaire en 1956 contribue largement à attirer les capitaux locaux et étrangers et à faire du Liban et plus particulièrement de Beyrouth une plateforme financière majeure du Moyen-Orient. Alors que le pays vient de traverser une période de troubles politico-confessionnels en 1958, le général Fouad Chéhab (1902-1973), élu à la tête de l’État, envisage une politique globale de développement du Liban sur les plans économique, social et culturel. Il souhaite accompagner le renforcement de l’unité de l’État de la mise en place d’une politique de développement. C’est dans cette optique qu’en 1960, le président libanais invite le Père catholique socialiste Joseph-Louis Lebret (1897-1966), directeur de l’Institut de recherche et de formation en vue du développement (IRFED), à élaborer une stratégie visant à améliorer durablement les conditions de vie au Liban. Le Père Lebret est alors reconnu pour son expertise et ses travaux entrepris dans les années d’après-guerre sur la situation des familles ouvrières en France et la mise en œuvre de projets de développement au Brésil, au Vietnam et au Sénégal notamment (Delprat, 1982). Les résultats de la mission IRFED au Liban révèlent le caractère abyssal des inégalités sociales et territoriales entre la capitale marchande du pays, Beyrouth, et les zones périphériques tenues à l’écart du développement capitaliste libanais. Pour répondre à cette situation, le Père Lebret propose un plan d’action fondé sur la planification économique et la décentralisation.

La construction d’une Foire internationale à Tripoli, deuxième plus grande ville du Liban, située à 85 km au nord de la capitale, constitue un élément clef de cette nouvelle politique. Tripoli, ancienne cité portuaire, pâtit, depuis son rattachement en 1920 à un ensemble politique dominé par Beyrouth, des effets d’attraction de la ville centrale. Elle souffre d’un manque d’infrastructures et concentre les taux de pauvreté les plus élevés du Liban. Le déclin relatif de la croissance des activités économiques de Tripoli s’observe dès la fin du XIXe siècle conjointement à l’accélération de sa croissance démographique. Entre 1932, date du dernier recensement officiel effectué au Liban pendant le mandat français et 1995, la population de la ville de Tripoli est passée de 54 876 à sans doute plus de 500 000 habitants.

En choisissant Tripoli comme ville d’accueil du projet monumental, Fouad Chéhab souhaite renforcer l’intégration de la ville dans l’ensemble national libanais, alors que la construction de l’État-nation reste encore à réaliser. De nombreux Tripolitains entretiennent alors une certaine défiance vis-à-vis de l’État central. En effet, une majorité d’entre eux s’étaient opposés à l’établissement du mandat français en 1920 et avaient refusé le rattachement de la ville au Liban, revendiquant une appartenance à la Syrie. En effet, la ville incarne historiquement le débouché naturel de la plaine de l’Oronte jusqu’au moment de la coupure entre Liban et Syrie suite à la signature des accords Sykes-Picot. Le caractère relativement homogène de la structure communautaire de Tripoli, très majoritairement sunnite, participe d’un sentiment d’identification fort de l’individu à son quartier et à sa ville. La ville incarne alors, dans sa représentation mythique, l’idéal type de la ville arabe orientale (Seurat, 1985). La construction d’une Foire internationale à Tripoli répond alors à la volonté d’inscrire l’État libanais dans le tissu urbain de la ville.

D’un projet architectural moderniste de revitalisation au délaissement : la patrimonialisation de la Foire internationale de Tripoli

En 1962, l’architecte brésilien Oscar Niemeyer est chargé par le gouvernement libanais de concevoir un ensemble architectural destiné à abriter une foire internationale capable d’accueillir jusqu’à deux millions de visiteurs par an, pour un pays qui compte alors également, environ deux millions d’habitants. À l’instar des grandes foires qui ont marqué le paysage des capitales européennes à la fin du XIXe siècle, de grandes installations appelées « Foires internationales » sont bâties au cours des années 1950 dans les capitales des pays arabes nouvellement indépendants, comme la Foire internationale de Damas et la Foire internationale de Bagdad, respectivement construites en 1954 et 1955, afin de promouvoir au sein d’un espace d’exposition commun les savoir-faire des pays participants (Nahas, 2007).

Photographie du bâtiment architectural devant abriter les pavillons des États participants de la Foire internationale de Tripoli. Crédits : Lucie Mielle

À la recherche d’un architecte international de renom pour établir les plans d’un projet répondant aux ambitions architecturales modernisatrices de l’époque, le choix du gouvernement libanais se porte sur Oscar Niemeyer, en raison de ses réalisations et de son statut d’architecte parmi les plus célèbres de l’époque. La construction de la nouvelle capitale Brasilia achevée en quatre années suscite l’admiration de nombreux observateurs par son caractère novateur. En seulement un mois, Niemeyer conçoit la maquette du projet pour la ville de Tripoli. Par son échelle et son caractère inédit, elle se veut une œuvre majeure représentative de l’architecture moderne du XXe siècle au Moyen-Orient.

La préparation des documents de construction, ainsi que les procédures d’expropriation des vastes vergers d’orangers à la place desquels doit être bâtie la Foire, retardent le lancement du chantier. La construction confiée à des entreprises locales débute finalement en 1964. Initialement, le projet porté par Niemeyer devait être intégré dans un plan global de développement urbain avec la création d’un quartier d’habitation entre la vieille ville et le port (Al-Mina) de Tripoli. L’architecte brésilien souhaitait que l’emplacement du champ de foire soit proche de la mer afin de permettre le développement d’installations touristiques sur le littoral. Néanmoins, le gouvernement libanais imposa que la structure abritant la Foire soit orientée non plus vers la côte mais vers l’ancienne ville. Niemeyer proposa également que la Foire soit traversée par une autoroute internationale devant relier Beyrouth au nord de la Syrie. Là aussi, le gouvernement libanais émit une objection en indiquant vouloir que l’autoroute soit construite suivant une tangente à la Foire, isolant en conséquence le site architectural du reste de la ville (Tabet, 2012). Enfin, des murs en ciment furent édifiés autour de la Foire, sur demande des autorités, trahissant l’idée de transparence et d’ouverture recherchée par Niemeyer. Dès le début de la construction de la Foire, des contradictions sont ainsi perceptibles entre la volonté affichée d’ouverture du site vers la ville et ses habitants et les modifications greffées au projet initial qui en limitent l’accès.

Jusqu’en 1967 et le début de la guerre des Six jours, les efforts de construction progressent lentement au point que l’ouverture de la Foire est reportée deux fois. Les travaux de construction sont très avancés, lorsqu’ils sont soudainement interrompus en 1975 en raison du déclenchement de la guerre. Au cours de la guerre du Liban (1975-1990), l’armée syrienne utilise le dôme en béton de la Foire initialement destiné à abriter une salle de concert comme base militaire (Chahal, 2015, p. 152). L’utilisation par les soldats endommagent les structures du site qui connaît des incendies et des pillages, notamment à partir de 1982 et le début des affrontements dans la ville entre milices rivales. Des graffitis sur certaines façades intérieures ainsi que des images satellites attestent la présence de l’armée syrienne sur le site durant la guerre.

Photographie du dôme de la Foire internationale de Tripoli destiné à abriter un théâtre expérimental Crédits : Lucie Mielle

Ce n’est qu’à partir de 1993 que le gouvernement libanais reprend la construction de la Foire avec deux phases de construction au cours desquelles des façades en verre sont installées sur le bâtiment principal d’exposition sans que Niemeyer soit consulté. Plusieurs projets sont ensuite envisagés au cours des années 2000, parmi lesquels la création d’un parc d’attractions. Face à ces propositions, considérées comme portant atteinte à l’intégrité du projet imaginé par Niemeyer, des architectes et experts libanais se mobilisent pour sensibiliser sur la nécessité de protéger ce site dont l’ingéniosité technique est avérée. Depuis les années 2000, un travail de conscientisation sur la valeur architecturale du bâtiment émerge progressivement au sein de la communauté d’experts du patrimoine, alors même qu’aucun projet de restauration majeur n’est envisagé. En 2005, la Foire internationale de Tripoli est nommée sur la World Monument Watch List parmi les sites les plus importants du monde nécessitant une attention immédiate.

Comprendre l’évolution des usages du site implique de s’intéresser plus largement à l’environnement urbain de Tripoli et aux motivations derrière la démarche d’implantation d’un projet architectural moderniste au cœur de la ville. La Foire a été, dès l’origine, pensée comme un moyen pour redynamiser Tripoli et inscrire la ville dans le territoire libanais. Le projet de construction de la Foire internationale aurait pu stimuler la ville économiquement, la relier au pays et redéfinir sa relation à son environnement régional. Néanmoins, l’ensemble architectural destiné à faire rayonner le Liban n’est pas parvenu à produire la transformation sociale escomptée. En 2019, le Bureau régional de l’UNESCO à Beyrouth a lancé un projet financé par la Getty Foundation, qui soutient la préservation du patrimoine, afin de développer un plan de gestion et de conservation pour la Foire internationale de Tripoli, indispensable avant d’envisager entreprendre des réparations, restaurations ou initiatives de développement du site. À ce jour, l’élaboration de ce plan de conservation est toujours en cours. La pandémie de Covid ainsi que la crise économique majeure que traverse le Liban ont en effet ralenti la poursuite des études sur site.

Le délaissement de la Foire internationale ne peut se justifier uniquement par la suite d’événements malheureux qui ont entravé l’ouverture permanente du site. Au cours des six dernières décennies, la Foire de Tripoli et son inscription dans l’environnement urbain ont souffert d’un manque de vision politique. L’échelle importante de la foire qui occupe 1⁄6e de la surface de la ville (Nahas, 2007), constitue, peut-être, l’une des contraintes majeures contribuant à son délaissement. Tripoli que l’on surnommait affectueusement al-Fayhaa (« la parfumée »), en référence aux abondants vergers d’orangers qui nourrissaient ses habitants, s’est vue amputée d’un espace aujourd’hui interdit d’accès aux Tripolitains. Le projet architectural imaginé en moins d’un mois par Oscar Niemeyer n’a jamais fait l’objet d’une appropriation par les habitants de la ville (Dadour, 2012). La préservation du site apparaît comme un véritable défi dans le contexte actuel de crise économique que traverse le Liban. La nomination de la Foire sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en péril doit permettre la définition d’un nouveau projet pour cet espace qui retrace d’une certaine manière l’histoire récente du Liban : des ambitions modernistes, la guerre et aujourd’hui, la paralysie.

Bibliographie

CHAHAL Nahla, 2015, « La ville de Tripoli, marginalité ou dépérissement ? », dans Confluences Méditerranée, 2015/1 (n° 92), p. 143-156. En ligne : DOI : 10.3917/come.092.0143. https://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2015-1-page-143.htm

DADOUR Stéphanie, 2012, « Une introduction », in Suspended Spaces. En ligne : http://www.suspendedspaces.net/entree/Presse_files/l%27Art%20Me%CC%82me-Suspended%20spaces.pdf

DELPRAT Raymond, 1982, « Louis-Joseph Lebret, la mission IRFED-Liban et le Général Chehab (1959-1964), Les amis du Père Lebret, Cahiers 4, Paris : Les amis du Père Lebret », Médiathèque de l’Institut français du Proche-Orient, Beyrouth.

DEWAILLY Bruno, 2001, « La municipalité de Tripoli : entre pouvoirs locaux et services de l’État », dans Les Cahiers du CERMOC, 24, p. 295-318. En ligne : https://shs.hal.science/halshs-00137621

EL-ACHKAR Élie, 1998, « Chapitre 3. Urbanisation et urbanisme », dans Réglementation et formes urbaines : Le cas de Beyrouth, Les Cahiers du CERMOC, 20, Beyrouth : Presses de l’Ifpo. En ligne : http://books.openedition.org/ifpo/4324

GULICK John, 1983, « Tripoli: a modern Arab city », Cambridge : Harvard University Press, 264 p.

MALSAGNE Stéphane, 2011, « Fouad Chéhab 1902-1973 : Une figure oubliée de l’histoire libanaise », Paris : Éditions Karthala et Ifpo.

NAHAS Charbel, 2007, « La Foire internationale et Tripoli, quel avenir ? » (reprise d’une conférence à la Fondation Safadi, à Tripoli, le 15 décembre 2007, à l’occasion du centenaire d’Oscar Niemeyer). En ligne : https://charbelnahas.org/textes/Amenagement_et_urbanisme/Maarad_Tripoli.pdf

SEURAT Michel, 1985, « Le quartier de Bâb Tebbâné à Tripoli (Liban) : étude d’une ‘asabiyya urbaine », dans Les Cahiers du CERMOC, Mouvements communautaires et espaces urbains au Machreq, Beyrouth. En ligne : https://books.openedition.org/ifpo/3415?lang=en

TABET, Jad, 2012, « Le projet d’Oscar Niemeyer », dans Suspended spaces#2une expérience collective, Paris, Editions BlackJack, p. 22‑27. En ligne : http://www.suspendedspaces.net/entree/Le_projet_dOscar_Niemeyer.html 

Entretiens réalisés par l’auteure lors d’un terrain au Liban et au cours d’échanges avec des spécialistes du patrimoine et des architectes en poste à Paris et au Liban au cours des mois de mai et juin 2023 : Maya Hmeidan, spécialiste de la gestion du patrimoine et consultante en patrimoine avec le Bureau régional de l’UNESCO à Beyrouth, et Élie Saad, architecte et enseignant à Sciences Po.

Élie Saad, le 26/05/2023 (Beyrouth)

Maya Hmeidan, le 12/06/2023 (Jounieh)

Image de mise en avant du billet : Photographie du pavillon libanais de la Foire internationale de Tripoli (prise en mai 2023), Crédits : Lucie Mielle



Lucie Mielle est étudiante en Master à Sciences Po Strasbourg dans le parcours “Négociations et expertises internationales”. Dans ce cadre, elle a effectué un stage au sein du Département des études contemporaines de l’Ifpo de Beyrouth au cours des mois de mai et juin 2023.


Citer ce billet
Lucie Mielle (2023, 21 novembre). La foire internationale de Tripoli : Patrimonialisation d’un projet architectural en danger. Les carnets de l’Ifpo. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pvzo

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search