Pratiquer la montagne dans un espace frontalier : le mont Halgurd dans la Région du Kurdistan d’Irak

Ce billet propose une réflexion sur les pratiques récréatives et touristiques dans un espace frontalier montagneux dans la Région du Kurdistan d’Irak (RKI), à partir du cas de l’ascension de son plus haut sommet, le mont Halgurd (3607m). Il s’appuie sur des données empiriques récoltées lors d’entretiens exploratoires conduits en juin 2022 à Erbil, Soran et Choman avec le soutien de l’Institut français du Proche-Orient. Cette recherche en Géographie s’inscrit plus largement dans une thèse en cours, qui s’intéresse à la mise en tourisme de trois sommets situés dans des espaces frontaliers au Moyen-Orient : le mont Halgurd, le mont Hermon (Liban, Israël, Syrie) et le mont Ararat (Turquie). Cette thèse propose d’analyser les pratiques spatiales des acteurs de cette mise en tourisme, à la fois les autorités étatiques et les populations frontalières montagneuses. La ressource touristique ferait l’objet de négociation entre les acteurs et serait révélatrice des différents niveaux de territorialités de ces espaces frontaliers. En outre, un stage de recherche effectué en 2020 à l’Institut Français d’Études Anatoliennes a donné lieu à la co-écriture d’un premier billet sur le mont Ararat et son espace frontalier.

Fig.1 : Le mont Halgurd en premier plan et le Cheekha Dar en second plan à droite, Galan photography.

A l’origine de ce projet de thèse se trouve une aventure sportive consistant en l’ascension de 14 sommets transfrontaliers par le biais du ski de randonnée, de l’alpinisme et de la randonnée, en itinérance entre la France et le Pakistan. Point de convergence entre un intérêt scientifique pour l’objet-frontière et une passion pour les sports de montagne, le projet « the cross-border mountain trip » a été réalisé en binôme en 2020-2021. Parmi les sommets gravis, le mont Halgurd situé à proximité de la frontière iranienne. Au cœur des monts Zagros, chaîne transfrontalière entre l’Irak et l’Iran, le Halgurd se trouve à environ 150 kilomètres au nord-est d’Erbil, dans le gouvernorat éponyme contrôlé par le Parti démocratique du Kurdistan (PDK). La ville de Choman revêt un point d’ancrage privilégié pour l’enquête de terrain, concentrant l’ensemble des flux à destination du mont Halgurd. En effet, elle se trouve à 5 kilomètres du village de Nawanda, départ des voies d’accès principales pour le sommet. L’axe routier d’Hamilton mène également au poste frontalier de Tamarchin/Haji Omaran, point de passage vers l’Iran (fig. 2).

Après un premier séjour touristique en janvier 2021 à Choman qui m’a permis de développer des contacts avec des acteurs du tourisme, je suis retournée dans la région en juin 2022, cette fois-ci en tant que doctorante. Des entretiens libres ont alors été réalisés en anglais et en kurde à l’aide d’un interprète. Il s’agissait dans ce premier terrain d’identifier les acteurs clés et les grandes dynamiques du développement du tourisme autour du mont Halgurd.

Fig. 2 : L’espace frontalier du mont Halgurd, mars 2023, Marie Poulain.

La recherche d’interlocuteurs clés, afin d’obtenir les autorisations de skier le mont Halgurd en janvier 2021, nous a amenés à déceler un intérêt scientifique inattendu. Alors que notre intérêt se concentrait sur la contrebande à travers les montagnes, le trafic transfrontalier étant pléthore le long de la frontière irako-iranienne, ce ne sont ni les passeurs (Moradi et al., 2022) ni les flux illégaux (Roussel, 2013) qui nous ont interpelés aux abords de la montagne, mais un autre type d’acteurs et de mobilités : les entrepreneurs touristiques dans un espace frontalier montagneux. Le fleurissement de groupes Facebook, de fédérations de randonnée et d’agences de tourisme dédiés à l’ascension du Halgurd ainsi que la présence d’infrastructures d’accueil (hébergements, espaces de pique-nique) témoignent des dynamiques liées à la pratique de la montagne. Le mont Halgurd est le point culminant de la RKI et d’Irak. Cet attribut le dissocie alors des montagnes voisines, l’élevant au rang de « géosymbole » (Bonnemaison, 1981) et en fait une attraction touristique fréquentée par les pratiquants de sports de montagne de la RKI et de l’Irak ainsi que plus marginalement par les touristes étrangers.

Les pratiques récréatives autour du plus haut sommet d’Irak nous amènent à nous interroger sur le fonctionnement de cet espace frontalier. En effet, les mobilités autour du mont Halgurd sont restreintes par sa localisation dans un espace frontalier aux prises avec des territorialités multiples. Cela n’empêche pas pour autant la planification de la mise en tourisme de l’Halgurd, orchestrée par les autorités du Gouvernement Régional du Kurdistan (GRK), le tourisme opérant ici comme une ressource.

Des pratiques récréatives en montagne contraintes par les enjeux géopolitiques de l’espace frontalier

Les mobilités des pratiquants d’activités récréatives autour du Halgurd dépendent des politiques et des blocages au sein de cet espace frontalier. Le mont Halgurd se situe dans une zone frontalière disputée par différents régimes de souveraineté (Agnew, 2005), à la fois par la présence d’acteurs étatiques comme l’Iran et d’acteurs infra-étatiques à l’instar du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) qui lutte contre l’État turc et le Parti démocratique du Kurdistan d’Iran (PDKI) contre l’État iranien. Ce morcellement de la zone amène à relativiser la capacité des autorités du GRK à contrôler de facto leur espace frontalier.

La proximité de l’Iran aux abords du sommet du mont Halgurd complexifie l’accès au mont Halgurd. En premier lieu, l’ascension est soumise à un régime d’ouverture et de fermeture auquel ses excursionnistes doivent obtempérer en demandant un permis. Depuis 2020, un check-point au-dessus du village de Nawanda (fig. 2) est tenu par des peshmergas (les Forces armées du Kurdistan irakien) qui vérifient le laissez-passer. Dans un deuxième temps, les voies d’ascension sont obstruées par la présence de mines antipersonnel datant de la guerre Iran-Irak (1980-1988). Bien qu’elles soient signalées par l’intermédiaire de panneaux d’avertissement en saison estivale, la présence de ces mines permet aux autorités qui craignent les accidents de justifier ce régime d’accès. Enfin, au sommet du Halgurd, la proximité avec la frontière iranienne complexifie les possibilités de secours en montagne. En cas d’accident, les victimes doivent descendre à pied en contrebas du sommet, l’hélicoptère ne pouvant pas s’approcher du sommet, au risque d’être abattu par les autorités iraniennes (entretien avec le directeur de l’agence de tourisme VIKurdistan, juin 2022).

Outre le mont Halgurd, la délimitation de la frontière irako-iranienne est disputée par les autorités iraniennes, aboutissant à une appropriation matérielle de la frontière par les pasdarans qui contraint les pratiques récréatives. En ce sens, bien que présenté comme le plus haut sommet irakien, le mont Halgurd (3607m) est de fait devancé par le Cheekha Dar (3611m) (fig. 2). Montagne transfrontalière avec l’Iran, son accès à partir de la RKI est déclaré impossible en raison de la présence d’un poste d’observation contrôlé par les pasdarans en son sommet. L’ascension hivernale demeure l’unique moyen d’accéder au sommet, les pasdarans descendant à ce moment-là dans la vallée (discussion informelle avec le président d’un club de montagne, janvier 2021). Les pratiquants de sports de montagne dérogent alors aux restrictions normalement imposées en été et subvertissent les limitations de la frontière.

Un autre type de régime de souveraineté relevant de luttes partisanes vient complexifier l’accès au Halgurd. Le massif des monts Qandil, situé plus au sud du mont (fig. 2), est le théâtre des affrontements entre le PKK et les autorités turques et demeure, dans les faits, régulièrement la cible de bombardements aériens par l’aviation turque. De plus, le PDKI est présent dans l’espace frontalier du mont Halgurd et les autorités iraniennes conduisent des frappes aériennes à leur encontre. Le régime d’ouverture et de fermeture permet alors aux autorités du GRK de suspendre temporairement la délivrance de permis pour le mont Halgurd.

La mise en tourisme du Halgurd, une ressource pour les autorités du GRK 

Ce régime restrictif d’accessibilité au mont Halgurd n’empêche pas pour autant le déploiement de pratiques récréatives dans cet espace. L’essor d’agences touristiques ou bien la structuration en 2022 d’un itinéraire de randonnée « Zagros Mountain Trail » qui s’achève au pied du point culminant en témoignent. Dans la mesure où penser le tourisme permet souvent de penser le politique (Chapuis & Boukris, 2016), la mise en tourisme par le GRK doit être questionnée. En tant que « géosymbole », l’aménagement touristique du Halgurd constitue une ressource pour les autorités du GRK qui s’accaparent le rôle d’entrepreneurs touristiques dans l’espace du mont Halgurd.

Dans cette perspective, le projet de parc national Halgurd-Sakran est d’abord une initiative locale qui est aujourd’hui aux mains des autorités du GRK. Initié à partir de 2010 par l’ancien maire de Choman, le parc devait s’étendre jusqu’aux abords de la frontière iranienne sur les massifs de l’Halgurd et du Sakran en incluant les sommets du Halgurd et du Cheekka Dar ainsi que de nombreux points d’intérêts touristiques comme des lacs et cascades (fig. 2). Visant principalement à la protection de la biodiversité et la mise en place d’une offre écotouristique, le projet initial est finalement avorté en 2017 au moment du décès du maire. D’autres raisons d’ordre politique expliquent l’échec du parc, notamment la guerre contre Daesh en 2014 ou encore la reprise des hostilités entre le PKK et la Turquie en 2015, ces deux acteurs conduisant à la fragmentation de la souveraineté du GRK dans son espace frontalier (entretien avec l’ancien manager du Parc, juin 2022 ; Thevenin, 2021). En juin dernier, des entretiens conduits avec le bureau provincial du ministère des Municipalités et du Tourisme du GRK situé à Soran m’ont permis d’apprendre la réactivation du projet de parc sous leur égide. Les modalités initiales ont été totalement transformées, le projet de réserve naturelle s’apparentant aujourd’hui à un complexe touristique. Ainsi, le plan directeur du Halgurd prévoit des aménagements conséquents sur une vaste zone de plus de 700 000 m2 au-dessus du village de Nawenda (fig. 2), avec la construction entre autres d’un complexe hôtelier, de restaurants et d’un téléphérique. La mise en tourisme du Halgurd est alors une ressource économique potentielle pour les autorités. Mais surtout, face à l’imbrication d’enjeux géopolitiques et la fragmentation du contrôle de l’espace frontalier par différents régimes de souveraineté, elle représente une ressource politique pour les autorités. En effet, le tourisme est potentiellement un levier pour les autorités afin d’affirmer leur souveraineté dans leurs bordures territoriales (Bernard et al., 2017). Nous pouvons cependant questionner l’utilisation effective de cette ressource par le GRK, en nous demandant si celle-ci se traduira par un contrôle de jure du territoire ou ne relèvera pas seulement du registre allocutif ?

Bibliographie

Agnew J., (2005). Sovereignty Regimes: Territoriality and State Authority in Contemporary World Politics—Annals of the Association of American Geographers—Wiley Online Library. (s. d.)., à l’adresse https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/j.1467-8306.2005.00468.x

Ballif F., Rosière S., (2009), « Le défi des « teichopolitiques » : Analyser la fermeture contemporaine des territoires », L’Espace géographique, vol. 38, no. 3, pp. 193-206.

Bernard N., Duhamel P., Blondy C., (2017), Tourisme et périphéries : la centralité des lieux en question, Presses Universitaires de Rennes, 326p.

Bonnemaison J., (1981), « Voyage autour du territoire », L’Espace géographique, vol.10, pp.249-262.

Boukhris L., Chapuis A., (2016), « Circulations, espace et pouvoir – Penser le tourisme pour penser le politique », L’espace politique, n°28, 2016-1.

Moradi, S., Morse, A. C., Murphy, A. B., Pakru, D., & H., S. (2022). “Geographies of precarity and violence in the Kurdish kolberi underground economy”. Political Geography, 95, 102562. https://doi.org/10.1016/j.polgeo.2021.102562

Roussel, C. (2013). « Circulations à la frontière entre Kurdes d’Irak et Kurdes d’Iran ». EchoGéo, 25, Art. 25. https://doi.org/10.4000/echogeo.13550

Thevenin, M. (2021). De terrifiants terroirs. Mode de sécurisation chez les éleveurs mobiles du Kurdistan irakien. Le cas des éleveurs d’identité tribale Mantek. [Thèse de doctorat non publiée]. Université de Paris.



Marie Poulain est doctorante en Géographie et assistante de recherche à l’Université de Genève. Diplômée d’un double master en Relations Internationales sur le Moyen-Orient et d’un master en Géographie de la Montagne, ses travaux portent sur le développement des pratiques récréatives et la mise en tourisme comme ressources dans les espaces frontaliers montagneux au Moyen-Orient.



Citer ce billet
Marie POULAIN (2023, 13 septembre). Pratiquer la montagne dans un espace frontalier : le mont Halgurd dans la Région du Kurdistan d’Irak. Les carnets de l’Ifpo. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pvzn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search