Notule sur l’orthographe de « Maamét l’apôtre du Dieu » et sur ses « M(ō)agaritai » dans les papyrus grecs du Ier s. H.

Je remercie mes deux évaluateurs anonymes ainsi que Jean-Baptiste Yon et Frédéric Alpi qui m’ont tous fait l’honneur de m’aider à améliorer ce travail ; toute erreur subsistante étant naturellement de mon seul fait.

Au cours du précédent billet, nous avons tenté de mettre en évidence les éventuelles règles de translittérations employées par les scribes hellénisants, et ce que cela pouvait nous indiquer de la phonologie réelle de l’arabe à cette époque. Nous envisagerons ici trois cas spécifiques pour lesquels la vocalisation dissone par rapport aux schèmes arabes classiques attendus. Il s’agit de trois participes : 1) le nom de Muḥammad tel qu’il est standardisé dans les papyrus du début de l’époque marwānide (v. 70-98/690-717), 2) le rapport qu’il entretient avec celui de son successeur Muʿāwiya dans l’épigraphie grecque du Jourdain, enfin, 3) l’évolution particulière de l’orthographe du terme désignant les arabo-musulmans dans les papyrus grecs : Magaritai, devenus Mōagaritai. Dans les trois situations, les orthographes et translittérations sont constantes, indiquant un certain degré de conceptualisation, marqueur potentiel d’un milieu où les notaires grecs et arabes interagissaient fréquemment.

Maamét : Mḥamid, Maḥmed ou Mḥamme/ad ?

Un des signes les plus frappant de cette collaboration des scribes copto-grecs et arabo-musulmans se trouve dans les en-têtes au pinceau très officiels des rouleaux destinés à l’administration – appelés « protocoles ». Ils apparaissent et se généralisent subitement dans une forme complète et bilingue grecque/arabe au moment de l’arrivée du frère du calife, ʿAbd al-ʿAzīz b. Marwān, à Fusṭāṭ (r. 685-704). Ils sont ensuite d’usage systématique jusqu’à l’élection de son fils ʿUmar II au califat en 98/717 et caractérisent bien la première phase de l’historiographie arabo-musulmane (Borrut, 2011, p. 67-71), que nous qualifierons de « primo-marwānide ».

La basmala (én onomati tou Ṯéou, tou éléēmonos, filanṯrōpou, ouk ésti ṯéos éi mē o Ṯéos monos) et la profession de foi musulmane, de même que les noms des gouverneurs, y sont systématiquement rédigés dans les deux langues grecques et arabes (voir figure 1). Or, le nom de « l’apôtre de Dieu (apostolos tou Ṯéou) » – et jamais du « Prophète » – y figure systématiquement sous deux formes clairement distinctes de celles que nous considérons être la vocalisation standard de son nom, Muḥammad : Maamét et Mamét [MAAMET : CPR III.3-7, 9-11, 13-4, 16-7, 20, 23-5, 27, 30-1, 37-9, 43, 52, 57, 60, 65, 71-5, 77, 79, 83, 86, 89-92, 104 ; P.Gascou 27a ; P.Heid 11 459 ; P.Lond IV.1431, 1433, 1451, 1462 ; SB I.5642 ; SB III.7240 ; MAMET : CPR III.8, 12, 15, 28, 34, 41-2, 45, 59, 61, 70, 93-4 ; P..Lond IV. 1412, 1434-5, 1540 ; SB I.5591].

Figure 1 : Protocole figurant en tête d’un sigillion grec de 697 qui accorde une exemption de corvée à un monastère égyptien (SB III 7240 ; crédit : https://www.metmuseum.org/art/collection/search/170016202

Autrement dit, non seulement les notaires et autres bureaucrates – possiblement bilingues – entendaient et jugeaient cette transcription tout à fait correcte, mais ils n’acceptaient que celle-là. La constance d’un tel choix atypique surprend, a fortiori au sujet d’une figure aussi importante pour l’État omeyyade, et pour l’onomastique postérieure en général. Cela étant, il faut peut-être faire ici l’hypothèse d’un conservatisme délibéré, fondé sur l’impérieuse piété filiale de la communauté pour son fondateur. Or, il est frappant que cette vocalisation coïncide avec l’usage de la grande majorité des dialectes arabes, de l’océan Indien à l’Atlantique et de la Méditerranée à la forêt équatoriale. Ajoutons que cette forme n’est pas sans rappeler celle qu’emploie la translittération moderne de l’ottoman en turc kémaliste : Mehmet (Mahamet dans les parlers anatoliens). Comme le ε translittérait normalement le son associé à des a/ā et des i/ī de la vocalisation classique (billet 1), l’originalité de l’orthographe grecque du nom de l’apôtre ne réside pas dans la dernière syllabe. C’est bien la façon de transcrire le début du nom, fusionnant la syllabe déterminant le participe et celle qui suit le ح en une seule : en place de Muḥam-, on lisait apparemment Maḥm- ou Mḥam-.

Kaplony (2015, p. 11) et Jallad (2017, p. 433) se sont tous deux arrêtés brièvement sur cette particularité. Le premier remarque que les « names formed on participles II, III, and IV mostly have the prefix mu- » et de citer le cas du mois de « al-mou(arram) », et les noms Mouzaém (Muzāḥim, P.Nessana 92), al-Mougér (billet 1), et Mouslēm (Muslim, CPR XXII 8, qui tranche avec Méslém, billet 1). Il énumère aussi les très rares exemples qui prennent un ω : Mōgallis (supposé être Muḫalliṣ, P.Lond. 1447) ou encore Mōagér (Muhāǧir (?) P.Lond. IV 1441, voir infra). Toutefois, il interprète mal le cas de Madéég, qui désigne dans P.Ness. 92-93 la « tribu » sudarabique de Maḍḥiǧ. Cela étant, sa piste d’un schème yéménite (ex. Maakél = Maʿqil) est intéressante (“names of the Mafʿil type are well attested in our corpus, and therefore it is preferable to read Maḥmid”). Toutefois, il se reconnaît incapable d’expliquer la transition hypothétique entre Maḥmid et Muḥammad (“Obviously, this is different from the much later, Muḥammad, but for the time being, I see no easy solution and all we can do is stress the point”).

Al-Jallad, quant à lui, envisage une « réduction de voyelle pré-tonique » vers Mḥàmmad ou Maḥammad et le compare au cas de Maaréb (= Muḥārib selon Kraemer) que Kaplony a contourné. Concernant la transformation de la fatḥa de la seconde syllabe en ε, Al-Jallad omet de remarquer qu’elle obéit à une constante (billet 1) et préfère l’associer à la transformation, par exemple du verbe fataḥ en fateḥ dans le fragment du psaume gréco-arabe de Damas, pourtant beaucoup plus tardif (Violet, 1901). Son apport ici est surtout de citer l’intuition d’Ohlig qui reconnaît un participe araméen et propose maqtel, c’est-à-dire l’équivalent de la forme IV (2007, p. 327-376). Citons son observation : “Thus, it could in fact be the case that the name was originally drawn from Aramaic, and retained this pronunciation […] only later to be reworked into a normative Arabic pronunciation”. Finalement, notant l’existence d’un certain Mḥmd attesté dans une inscription du nord de Ḥimyar autour de l’an 523 EC (Robin, 2004, p. 876), Al-Jallad tente de fusionner l’approche de Kaplony avec celle d’Ohlig en conjecturant l’intégration d’un terme araméen dans le registre sudarabique judaïsant.

Cependant, il est étonnant qu’aucun d’entre eux n’ait envisagé l’hypothèse, toute simple, d’un participe de la forme II, qui, en araméen (paʿʿel), se lirait Mḥammed à l’actif et Mḥammad au passif (Costaz, 1955, p. 86). Or, il ne serait pas surprenant que, dans l’environnement d’Arabie du nord et de Syrie du Sud où les mondes arabophone médinois et syro-araméen hellénophone se rencontraient, la forme II du participe de Muḥammad se vocalisait à l’araméenne. L’évitement de cette hypothèse repose peut-être sur le fait qu’al-Jallad n’interprète pas clairement les redoublements de voyelles, comme dans Maamet, comme la très plausible transcription phonétique de l’effet que produisent les consonnes ع et ح sur la syllabe grecque : Nooman en place de Noʿmān, Madéég en place de Madḥég ou encore Maakél en place de Maʿkél. En outre, ces trois exemples démontrent que les places respectives de la consonne muette et de la ḥaraka peuvent s’intervertir. Cela affaiblit donc son hypothèse d’un “extra alpha” (2017, p. 424) qui, dans le cas d’al-Aaréṯ, s’avère coûteuse et peut-être inutile. En effet, il faut admettre que la séquence « ḥa/ʿa » ou « aḥ/aʿ » sont presqu’identiques pour un non-arabophone. Seul le cas de Masaoud permet d’imaginer un rapprochement avec une intonation dialectale (Jallad, 2017, p. 424), mais c’est encore une fois sans envisager le fait que le parler arabe et la phonologie copte ne se recoupent que très peu : on lit donc facilement al-Ḥāréṯ.

Maavia

Ajoutons que pour une raison qui nous échappe, ni Kaplony ni Al-Jallad ne font le lien entre Maamet et un autre cas similaire et bien attesté au Ier siècle : le nom du premier calife omeyyade, Muʿāwiya, qui, dans l’inscription des thermes de Gadara dont il finança la restauration en « l’an 42 selon les Arabes », il est nommé Maauia (Figure 2). Dans le papyrus bilingue « de l’an 54 selon les Arabes » (P.Ness. 60), le protocole n’est que supposé, et si Grohmann a supposé la fin de amīr al-muʾminīn, reconnaissons que rien ne peut y être lu clairement, certainement pas la forme possible du nom du calife. L’inscription de Gadara constitue un second exemple, après maulé, d’usage du αυ pour transcrire la diphtongue /aw/.). Mais le plus frappant est bien que ce participe de forme III oblitère, comme pour le participe de forme II Muḥammad, la première ḍamma. En outre, il existe bien une autre attestation de Mauia (ι reconstitué) dans le P.Lond.4.1447 du tout début du VIIIe siècle EC (déjà noté par Blau, 1982). Il faut souligner que le graveur de Gadara était, comme les dessinateurs des protocoles bilingues marwānides, un agent du gouverneur. Il reproduit un texte déjà rédigé sur un support souple par un notaire officiel et reproduit donc une formulation officielle. Elle n’était donc sans doute pas irréfléchie, et reflète probablement une vocalisation consensuelle. Or, de même que Mḥamme/ad correspond à la prononciation des dialectes arabes dans leur ensemble, il faut noter que Maauia correspond parfaitement à la prononciation choisie par l’administrateur de la colonie de Mauritanie lorsqu’en 1941 il inscrivit le nom du futur président avec l’orthographe « Maaouiya Ould Taya ». De fait, en dialecte ḥassāniyya – comme dans bien d’autres – on prononce Mʿāwiya.

Figure 2 : Dédicace de Maauia (Muʿāwiya) et de son gouverneur (sumbolos), « Abdalla fils d’Abo-Asém (Abū ʿĀṣim) » en 42/662-3.

Toutefois, contrairement au cas de Ma(a)met, la forme Mooauia (« αυ » reconstitué) apparaît à Nessana, ce qui dénote une évolution de la phonologie et/ou de l’usage scribal (déjà noté par Blau, 1982).

En se focalisant sur le cas de Ma(a)met, il apparaît que cette vocalisation standard et officielle des protocoles est bien plus proche de l’araméen et des dialectes arabes actuels, que du schème retenu en arabe classique. L’hypothèse d’une forme II-III « à l’araméenne », applicable aussi à Maauia, est d’autant plus vraisemblable ici que, justement, l’araméen ne distingue pas ces deux formes et ne connaît que le seul paʿel. Peut-être fut-ce avant tout le parler de ces confins de la Palestine, de l’Arabia, du Ḥiǧāz et du Sinaï qui s’imposait dans l’usage et donc dans les translittérations grecques d’une région qui était au cœur du pouvoir sufyānide. Par ailleurs, ce milieu est aussi le point de départ de l’expansion des langues arabes, de la Haute-Mésopotamie jusqu’à l’Espagne.

En cette période primo-marwānide, la fixité orthographique du nom de Maamet se distingue nettement des corrections vers des translittérations qui se rapprochent du standard vocalique classique pour le nom de Muʿāwiya, et aussi pour Méslém qui devient Mouslim dans le corpus (forme IV). Il faut supposer que ce fut précisément la stature désormais sacrée du Prophète qui préserva ce standard archaïque de son orthographe grecque, en dépit du processus général de réforme vers la vocalisation arabe classique que nous connaissons.

Des magarites aux mōagarites

Ce processus est également à l’œuvre dans le cas du terme magaritai, lequel se voit subitement corrigé d’un ω autour de l’an 80/700.

En effet, il existe plusieurs autres cas de forme II et III où le secrétaire grec d’époque marwānide lit – ou entend – la ḍamma, qu’il retranscrit ω : c’est le cas des noms Mōgaéir, Mōgallis et Mōhagér. Ces révisions d’époque marwānide suggèrent une collaboration plus intense entre les scribes hellénophones et arabophones, et peut-être le signe d’un début d’apprentissage de l’arabe par les premiers (ou inversement ?). Dans ces trois occurrences, deux de forme II et une de forme III, il ne restitue pas l’araméen ou un dialecte inconnu, mais bien l’arabe standard dans sa prononciation de l’époque (billet 1). Or, le dernier cas relève d’un problème épistémologique de grande ampleur pour toute l’histoire des débuts de l’islam, car il est apparenté au terme par lequel les scribes égyptiens désignent les arabo-musulmans : les mōagaritai.

Cette vocalisation constitue la quasi-totalité des cas où cette première syllabe du participe est marquée d’un ω, signe du besoin de souligner la ḍamma, ou bien de noter un son inconnu par ailleurs. Il n’y a pas lieu ici de discuter les multiples interprétations possibles, mais notons tout de même que cette formule standard diffère du prénom Mōhagér (Kaplony, p. 73 : CPR XXII 34 ; P.Lond. IV 1441) qui, lui, respecte la règle de l’actif (billet 1). En cette fin de VIIe siècle, un graffiti du monastère de Baouît tracé par un des mawlā-s chrétiens du fils du conquérant ʿAmr b. al-ʿĀṣ précède le nom d’un certain Moagér (« fils de Iéglan » [lecture controversée] ; SB III 6042 = voir Fournet, 2009) qu’il faut probablement ici aussi lire Muhāǧir.

La vocalisation mōhagar constitue ainsi une anomalie au moins aussi bizarre que Maamet. Il faut donc s’interroger sur la thèse aujourd’hui aussi largement répandue qu’elle reste indémontrée, que les nombreuses occurrences papyrologiques omeyyades de mōagaritai constitueraient la translittération du concept d’« émigrés (muhāǧirūn) ». Cette idée se fonde sur une seule et très courte mention, au sein d’une énumération de 56 exemples invoqués par Patricia Crone (1994, p. 356-363, ici p. 359) qui tendent à indiquer l’importance du concept de hijra pour les premiers musulmans (voir plus récemment Lindstedt, 2015).

Notons tout d’abord que contrairement à une idée répandue, le terme muhāǧir n’apparaît jamais dans les documents arabes. Et en effet, l’autrice n’a jamais affirmé qu’aux magaritai des papyrus grecs auraient correspondu à un terme muhāǧirūn dans les papyrus arabe – en fait ils n’évoquent que des aṣḥāb (Sijpesteijn, 2021, p. 183). Dans ces conditions, pour adopter la conjecture que mōagaritai renvoie à muhāǧirūn, il faudrait admettre que le terme arabe se soit initialement vocalisé muhāǧarūn, comme un participe passif, ce qui nous semble être une hypothèse coûteuse. Or, il faut ici souligner le fait que les deux seuls papyrus qui désignent ainsi les conquérants, ceux-là même que cite allusivement Crone, furent émis pendant la conquête de ʿAmr b. al-ʿĀṣ (vers 23/642-3). Cela étant, on y lit bien « magaritai » sans ω (SB 6 9576 et 9755), et si le ω figure bien dans un troisième exemple (CPR 30 11), il est en fait reconstitué par les éditeurs sur le modèle de l’orthographe qui émane de la majorité des papyrus lesquels datent tous de l’époque primo-marwānide ou postérieure.

Cela étant, à l’instar du cas de Maamet, la vocalisation magaritai des plus anciens documents n’a rien à voir avec l’arabe standard postérieur. En revanche, elle ressemble elle aussi à l’araméen mhaggrā(yā) qui fut le terme en usage dans tout le Proche-Orient au Ier siècle de l’hégire pour désigner la coloration religieuse des conquérants. En effet, ce terme et sa signification sont rès anciennement attestés, dès l’époque des patriarches miaphysite Jean des Sedrē (m. 28/648, Colloque, p. 251-253) et syro-oriental Išōʿ-Yahb (m. 38/659, Lettre E48, p. 96), respectivement pour leur « loi » concernant l’héritage et leur christologie anti-théopaschiste. Outre que le terme muhāǧir est justement absent du registre documentaire arabe aux deux premiers siècles de l’hégire, si mhaggrā(yā) dérivait d’un terme arabe signifiant les « émigrants », il faudrait envisager que celui-ci se soit lu mhāǧar ou mhaǧǧar.

Selon nous l’hypothèse la plus économique est ici celle d’un araméisme développé à l’extérieur du monde politique et religieux des premiers musulmans – peut-être pour désigner la « loi » « des Arabes », ou la religion de Médine (située au « pays des Hagarāyē » dans la Chronique du Khuzistan, p. 38 [Ier siècle H.]). Il pourrait bien avoir été importé en Égypte en même temps que bérédarios/barīd et sigillion/siǧill. En effet, ces deux termes administratifs empruntés au latin, et bien d’autres, sont autant absents du registre égyptien avant la conquête médinoise, qu’ils se multiplient à l’époque islamique, et sont donc selon toute vraisemblance d’origine syro-palestinienne (Sijpesteijn, 2021). Ces introductions se systématisent et se généralisent nettement avec l’irruption des fonctionnaires et familiers syriens de ʿAbd al-ʿAzīz entre 685 et 704.

Toutefois, certains usages ont pu déjà s’immiscer au bord du Nil dès 643, lors de sa conquête par l’émir de Palestine, ʿAmr b. al-ʿĀṣ, comme en témoigne une mention de sigillion (SB VI 9577). Il est donc tout à fait admissible que le néologisme du participe mhaggrā, et son adjectif substantivé mhaggrāyā en guise de gentilé, se soient répandus comme une trainée de poudre à tout le monde syro-araméen. En contexte de crise une telle rapidité n’a rien d’étonnante lorsque l’on songe à celle avec laquelle le monde francophone tout entier a compris et emprunté le verbe « déconfiner » et tous ses dérivés, dès le printemps 2020. Comme dans cet exemple, son usage se serait imposé aux scribes de culture syro-araméenne qui l’auraient transcrit dans leurs documents grecs. Après eux, voire en même temps qu’eux, et aussi via ces derniers et dans le sillage des conquérants arabes de Palestine, le terme ainsi forgé aura pénétré le registre copto-grec de l’Égypte.

***

Magarite apparaît encore sans ω dans SPP XX 238 à l’époque omeyyade – ancien mais non daté – et, enfin, dans CPR XIX 21. Ce dernier document pourrait indiquer un moment de transition orthographique puisque les deux formes (magaritai et mōagaritai) y figurent conjointement. Il est donc possible que la première forme, quelle que puisse avoir été son sens et son origine, fut corrigée en muhāǧar, au moment où, en revanche, l’usage de Mḥamma/ed s’était figé dans les en-têtes officiels en raison de sa sacralité. La réforme du vocalisme – ou l’extension de sa standardisation – semble en effet assez claire au moment de l’introduction du ω, qui, répétons-le, ne s’observe presqu’exclusivement que sur le vocable officiel – mais seulement grec – de mōagaritai. Peut-être ce choix de correction systématique visait-il à ne plus vexer les aṣḥāb des versions arabes. Peut-être en effet, en cette nouvelle phase historique, a-t-on préféré remplacé le dégradant mhagga/er araméen par le valorisant muhāǧir arabe. Ce procédé pourrait ainsi avoir constitué un des exemples possibles de cette « coranisation » du vocabulaire politique qui marque l’époque primo-marwānide (Donner, 2011). Cette dernière est elle-même contemporaine d’une réforme ou d’une standardisation grammaticale ayant fini par imposer la ḍamma dans les participes qui n’en possédaient pas.

Cette éventualité, ainsi que toutes les particularités vocaliques mentionnées dans le premier billet, impliqueraient que les variantes régionales de la langue parlée, qui reprennent la leçon Mʿāwiya ou Mḥammed, ne sont pas toujours des dérivations, mais parfois aussi le reliquat, conservateur, d’une phonologie primitive. Elle pourrait bien avoir résisté à la phase de standardisation entreprise vraisemblablement à l’époque marwānide (65-132/685-750) et qui se poursuit sous les premiers Abbassides.

Bibliographie

www.papyri.info.

Blau, Joshua, « The Transcription of Arabic Words and Names in the Inscription of Mu’āwiya from Ḥammat Gader », Israel Exploration Journal, 32-2, 1982, p. 102.

Crone, Patricia, « The First-Century Concept of “Hiǧra” », Arabica, 41-3, 1994, p. 352-387.

Donner, Fred, « The Qur’anicization of Religio-Political Discourse in the Umayyad Period », REMMM, 129, 2011, p. 79-92.

Fournet, Jean-Luc, « Conversion religieuse dans un graffito de Baouît ? Révision de SB III 6042 », dans éd. A. Boud’hors, J. Clackson et C. Lewis, Monastic Estates in Late Antique and Early Islamic Egypt, 2009, p. 141-147.

Imbert, Frédéric, « Invoquer et réciter. Traces d’oralité dans les graffiti des premiers siècles de l’Islam », MIDÉO, 37, 2022, p. 127-159.

Jallad (Al-), Ahmad, An Outline of the Grammar of the Safaitic Inscriptions, Leyde, 2015.

Jallad (Al-), Ahmad, « The Arabic of the Islamic conquests: notes on phonology and morphology based on the Greek transcriptions from the first Islamic century », BSOAS, 80-3, 2017, p. 419-439.

Jallad (Al-), Ahmad, “The Pre-Islamic Divine Name ʿsy and the Background of the Qurʾānic Jesus”, JQSA, 2021, p. 107-136.

Kaplony, Andreas, « The orthography and pronunciation of Arabic names and terms in the Greek Petra, Nessana, Qurra and Senouthios Letters (sixth to eighth centuries CE) », Mediterranean Language Review, 22, 2015, p. 1-81.

Lindstedt, Ilkka, « Muhājirūn as a Name for the First/Seventh Century Muslims », JNES, 74-1, 2015, p. 67-73.

Ohlig, Karl-Heinz, Der Frühe Islam: Eine Historisch-Kritische Rekonstruktion Anhand Zeitgenössischer Quellen, Berlin, 2007.

Violet, Bruno, « Ein zweisprachiges Psalmfragment aus Damascus », Orientalistische Literaturzeitung, 4, 1901, p. 384-403.


Pour citer cet article : Simon Pierre, "Notule sur l’orthographe de « Maamét l’apôtre du Dieu » et sur ses « M(ō)agaritai » dans les papyrus grecs du Ier s. H.", Les Carnets de l'Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/12286, le 30 juin 2023. [En  ligne sur hypotheses.org]

Simon Pierre est depuis 2022 titulaire d’un doctorat de Sorbonne Université préparé sous la direction de Mathieu Tillier, en bourse AMI rattaché au DEAMM (2019-2020) puis doctorant associé et désormais chercheur associé à l’Ifpo. Il a organisé à Rome en 2021 un colloque international sur les Constructions d’églises et de monastères pendant les débuts de l’Islam (publication Editorial CSIC, 2024). Il est également chargé de mission pour Eveha international et Ars Progetti pour l’histoire de la province du Najd (Arabie Saoudite). Son domaine de recherche concerne la période de transition entre l’Antiquité tardive et l’Islam marwanide et abbasside, avec pour méthode la confrontation des sources historiographiques, légales et hagiographiques syriaques et arabes, et l’étude de leurs circulations, et de la convergence des logiques géopolitiques et géo-ecclésiologiques.
A travers l’étude des tribus arabes chrétiennes qui émanent des deux littératures et croisent les deux univers parallèles, l’ambition plus large de ses travaux consiste à contribuer à la compréhension des phénomènes des deux premiers siècles de l’hégire dont ces groupes sont à l’intersection. Il s’agit notamment de la dissociation du fait religieux médinois par rapport au substrat monothéiste moyen-oriental, la co-construction politique du califat et des communautés confessionnelles chrétiennes, la formation du système juridique sunnite et, et enfin, l’articulation entre organisation tribale de la société et édification d’un ethnicité arabe. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search