Comment vocalisait-on l’arabe au Ier s. H. ? L’apport des translittérations des scribes hellénistes de Syrie et d’Égypte

Je remercie mes deux évaluateurs anonymes ainsi que Jean-Baptiste Yon et Frédéric Alpi qui m’ont tous fait l’honneur de m’aider à améliorer ce travail ; toute erreur subsistante étant naturellement de mon seul fait.

Comment vocalisait-on l’arabe au Ier siècle hégirien ? Comment les non-arabophones l’entendaient-ils et le retranscrivaient-ils ? Les enjeux qui touchent au problème de la translittération des termes techniques et des noms propres arabes en grec à l’époque omeyyade sont multiples. Ils impliquent autant la philologie grecque et araméenne du Proche-Orient tardo-antique que les questions propres à la phonétique de l’arabe classique.

Ils tendent à indiquer de possibles connexions avec les dialectes modernes et rappellent aussi le problème des transcriptions contemporaines de l’arabe. Enfin, certains cas spécifiques comme la prononciation du nom de « Muḥammad » ou la définition de sa communauté touchent directement à l’histoire du fait religieux et politique des tous premiers temps de l’Islam. Cette série de deux billets se propose d’aborder dans un premier temps la question de la vocalisation, standard ou non, adoptée par les scribes hellénistes du début de l’époque omeyyade et envisage dans un second temps l’orthographe archaïque de Maamet (Muḥammad), Maauia (Muʿāwiya) et des Magarites (« musulmans »).

L’historien est habitué à lire les sources arabes qui se rapportent aux débuts de l’Islam en utilisant les seules trois voyelles a, i et u – longues et courtes – fixées dans la grammaire classique. C’est notamment le cas en ce qui concerne le Coran et les documents épigraphiques, numismatiques et papyrologiques contemporains de sa compilation, au VIIe siècle de notre ère : ils sont lus – et parfois corrigés – en fonction de la vocalisation normalisée à l’époque abbasside. Cependant, cette forme standard diffère des usages modernes de la langue parlée ; elle est alors intuitivement présentée comme la forme primaire et correcte d’une langue dont les dialectes régionaux (ʿāmmiya, dāriǧa) ne seraient que des dérivés vulgaires et corrompus. Or, il apparaît que les scribes d’Égypte et de Syrie appliquaient dans leur pratique écrite du grec, langue qui impose de toujours noter les voyelles prononcées, un mode particulier et peu intuitif de translittération des noms propres et autres emprunts à l’arabe. Le nombre important de documents ainsi que la proportion notable de listes onomastiques dans ce corpus fournissent une précieuse base de travail pour – à tout le moins – ouïr ce qu’entendaient les scribes hellénistes lorsqu’un nom ou un terme arabe leur était dicté. Comme le vocabulaire technique ou administratif est le plus souvent traduit en grec, ce sont surtout les listes de noms de la fin de l’époque sufyānide et de la première époque marwānide (65-98/685-717) qui fournissent quelques indices sur la manière dont les scribes hellénisants entendaient – ou lisaient – et retranscrivaient la langue des Arabo-musulmans. Cette vocalisation ne coïncide pas avec celle de la langue classique (fuṣḥa) et se rapproche davantage des tournures des dialectes modernes. Elle pourrait donc indiquer que la langue réellement parlée par les troupes du califat était, au Ier siècle, assez différente de celle qui est enseignée plus tard aux juristes (faqīh-s) et aux scribes, notaires ou secrétaires (kātib-s), puis dans les « écoles (madrasa-s) » universitaires à partir du XIesiècle.

Ces particularismes ont éveillé l’intérêt de bien des savants (Kaplony, p. 2, n.2). En revanche, ils n’ont pas été mis au service de la reconstruction de l’arabe des débuts de l’islam. Toutefois, ces dernières années, deux articles ont apporté un éclairage nouveau et approfondi sur cette question. Tout d’abord, Andreas Kaplony propose une introduction sous formes de catégories (2015, p. 1-12 – 2. « Orthographe », c’est-à-dire surtout consonantique, et 3. « Prononciation », c’est-à-dire surtout vocalisation) à son exceptionnel et très complet « glossaire des termes arabes écrits en caractères grecs (Ibid., p. 13-77) ». Cette recension pléthorique a alors suscité la rédaction d’un second article détaillé de la part de l’épigraphiste antiquisant Ahmad al-Jallad (2017). Afin d’identifier les caractéristiques de l’arabe post-hégirien, il se restreint aux documents correctement datés de la période de la fin du Ier siècle de l’hégire (H.) et exclut l’étude du corpus papyrologique de Petra (pour lequel se référer à Kaplony, 2015). Il se concentre donc sur les documents de Nessana, dans le sud de la Palestine (surtout daté des années 50-80/670-700), et d’Aphroditō dans le nord de la Thébaïde (pour l’essentiel des années 80-90/699-719). Cependant, il confond ces deux origines et prend trop peu en compte l’hétérogénéité de leurs substrats linguistiques provinciaux, respectivement araméen et copte.

Cela dit, comme Kaplony, al-Jallad postule que la leçon grecque découle de la phonologie réelle de l’arabe pré-abbasside. Il étend ici au monde médiéval sa méthode d’exploration de l’épigraphie grecque antique pour reconstruire la phonétique des langues éteintes de la péninsule Arabique, dont la graphie ne comprend aucune voyelle – longue ou courte. À ce sujet, il ajoute aux exemples de Kaplony quelques précieuses listes comparatives des usages vocaliques des secrétaires hellénistes des débuts de l’Islam (2017, p. 420-424).

Le cadre de ce billet ne permet pas de reprendre ce dossier en détail. Nous nous contenterons de passer en revue certaines régularités, ou au contraire certaines incohérences, dans les translittérations choisies par les scribes de Haute-Égypte d’une part, et ceux des confins méridionaux de la Palestine d’autre part. En effet, bien que proche de l’Égypte, les traditions administratives ainsi que les contextes vernaculaires distincts se manifestent par des usages différents entre Aphroditō et Nessana. Il convient de prendre ces spécificités en compte si l’on souhaite identifier d’éventuelles évolutions chronologiques, partagées ou non, entre l’époque médinoise (jusqu’en 656) et l’époque marwānide (à partir de 684). Nous mettons en évidence quelques éléments frappants ou surprenants et soumettons aux spécialistes de l’arabe médiéval et des dialectes contemporains quelques hypothèses de régularités qui mériteraient sans doute davantage d’investigations. En effet, une telle recherche pourrait induire quelques conséquences significatives sur notre connaissance de l’histoire politique, institutionnelle, sociale et culturelle des débuts de l’Islam. Ces enjeux qui touchent au nom du Prophète, de son premier successeur dynastique ou encore de ses adeptes seront abordé dans le billet 2.

Consonnes

Avant toute chose, il convient d’être prudent car nous ignorons si, oui ou non, à partir de quand et dans quelle mesure, les scribes qui ont noirci ces papyrus connaissaient la langue de l’entité médinoise et de l’empire omeyyade de Syrie. Ce faisant, il n’est pas certain qu’ils privilégiaient la retranscription exacte de formules écrites, ou simplement la notation des sons de la langue parlée. Le cas échéant, le risque est grand de se fourvoyer en déduisant des réalités phonétiques à partir d’approximations d’oreilles non-sémitisantes et peu exercées. Précisons à ce sujet que si le copte de Haute-Égypte et l’araméen de Palestine comportent bon nombre des consonnes propres à l’arabe, la graphie des scribes de ces deux régions semble les ignorer. Cela pourrait indiquer qu’il s’agissait d’un personnel exclusivement formé en grec. Cette question devrait être abordée de front avec d’autres anciennes traditions de notation de l’araméen en grec, comme l’illustrent par exemple les tombes de Bayt Ras (https://www.hisoma.mom.fr/recherche-et-activites/rencontre-scientifique-de-l-aram-en-en-lettres-grecques ; https://www.ifporient.org/bayt-ras-tomb-project/).

À ce titre, l’alphabet grec employé contourne généralement le problème des consonnes propres aux langues sémitiques en omettant de translittérer le ح (ḥāʾ) et le ع (ʿayn), ou en les transcrivant par via le redoublement de la voyelle audible (voir billet 2) ou le ق (qāf), généralement noté κ (kappa). Ce dernier est même plus fréquemment noté κ que le ك (kāf), qui est plutôt transcrit par un χ (ex. : Ḫaab pour Kaʿb, Ḫarim pour Karīm). Il s’agit à ce titre d’une tradition constante de translittération de l’araméen depuis la fin de l’époque hellénistique (je remercie Jean-Baptiste Yon pour cette importante remarque). Cependant, le χ et le θ rendent parfois le خ et le ث, selon une correspondance phonétique qui concorde avec les prononciations modernes des deux langues. Malheureusement, cette logique inespérée est plus qu’inconstante. Le cas des consonnes est d’autant plus instable qu’il varie en fonction du substrat linguistique et culturel : en contexte égyptien, les scribes ont ainsi tendance à transcrire le د arabe avec un τ grec (billet 2 pour le cas de Muḥammad) et le ب avec un π (Apip pour Ḥabīb dans le P.Lond.4.1441). Cela reflète l’influence de la prononciation copte, alors que ce n’est pas du tout l’usage à Nessana – où il faut souligner que l’araméen n’y est jamais écrit. En fait, outre les correspondances (régulières mais ici aussi peu constantes) de γι pour traduire le ج ou du σζ pour le ش (al-Jallad, 2017, p. 425-6), lesquelles suscitent l’intérêt des deux auteurs précités, les consonnes ne posent guère de problèmes d’interprétation : en dépit de rares ambiguïtés, le ductus arabe est le plus souvent reconnaissable.

Voyelles

La différence la plus frappante entre le grec et l’arabe repose en fait sur leurs régimes vocaliques diamétralement opposés. En effet, dès leur première adoption de l’alphabet sémitique pendant l’âge du Fer, les Grecs optèrent pour une notation systématique des voyelles. Cette particularité tranche avec la concision vocalique de l’araméen, et donc, à l’époque tardo-antique, avec sa transposition symétrique dans le monde iranien au pehlevi parthe et surtout moyen-persan. S’il est possible de déceler certaines régularités de translittérations dans les choix des scribes hellénistes, elles pourraient fournir un précieux indice sur la prononciation réelle des voyelles par les locuteurs de ce parler nord-arabique devenu langue dominante de l’État médinois puis damascène.

Commençons par le plus intuitif et le plus réconfortant :

-le ا (alif) et la fatḥa (‘a’ court) se translittèrent régulièrement α (alpha).

-le ي (yāʾ) est souvent associé à un ι (iota).

-le digramme ου (oméga-upsilon) – parfois le υ seul – correspond au و (wāw), semi-consonne (w) comme mater lectionis (ū), ainsi qu’à la ḍamma (‘u’ court).

(ex. : Ziad pour Ziyād, Souphian pour Sufyān, Soulaim pour Sulaym).

Toutefois, dans la majorité des cas, il apparait que les scribes hellénophones notent les matres lectionis et les voyelles brèves (ḥarakāt) en dépit des standards établis par les grammairiens et lexicographes du Moyen-Âge central, et de leurs héritiers du monde contemporain.

O/ou/u/ō

En effet, les scribes ne se limitent pas à ce registre ternaire : ils utilisent une multitude de voyelles complémentaires, avec plus ou moins de constance dans leurs choix de transcriptions. Le ο seul s’impose souvent en place de la ḍamma, mais aussi parfois du و mater lectionis. Concernant le u/ū, il est presqu’impossible d’observer une règle : on trouve aussi bien Solaiman que Soulaim, Obada que Mouslēm. Même pour la semi-consonne « w », le grec emploie aussi bien ου que ο, bien que le premier choix soit plus fréquent. Cela dit, le ا vocalisé avec une ḍamma se note systématiquement ο, comme dans Ommou (Umm), et c’est aussi le cas pour la ḍamma qui suit un ع, comme dans Omar (ʿUmar) ou Oṯman (ʿUṯmān). Ces deux derniers exemples rappellent de manière frappante la façon dont le milieu académique du XIXe siècle entendait cette voyelle courte. Cette orthographe persiste dans l’administration contemporaine française (Othmane) comme turque (Osman). Enfin, il existe un usage très rare du ω, qui note certaines ḍamma de participes, notamment – en théorie – celles des possibles formes II et III (billet 2).

ē = ī

La bizarrerie la plus frappante réside dans l’usage aussi bien du ε (épsilon, noté ci-après é) que du η (êta, noté ci-après ē). Or, ces deux voyelles, comme le ο, ne correspondent à rien en arabe classique. Ce faisant, les notaires du VIIe siècle, égyptiens comme palestiniens, emploient a priori un registre de sept/cinq voyelles qui rappelle les systèmes araméens et coptes ainsi que, au moins partiellement, celui qu’al-Jallad propose d’appliquer au safāʾitique antique (2015, p. 46-47).

Soulignons ici que le η figure constamment, et régulièrement, en place d’un ي mater lectionis dans la seconde syllabe de noms comme Sélēm (Salīm) ou Négēd (Naǧīd). Ainsi, lorsqu’al-Jallad suggère une prononciation en « ē » qu’il déduit d’une graphie (non-générale) de Mūsā en Mousē (P. Lond 1434-5 : « Mousē (η) fils de Nosa[ir] » Jallad, 2021, p. 124-5 ; Kaplony, 2015, p. 69 identifie « Mosé », « Mousai » et « Mousē », voir P.Nessana 85, 51 et 76, la dernière forme étant la plus régulière chez les scribes égyptiens), il s’agit vraisemblablement de l’hypothèse la plus coûteuse. En effet, il fait moins de doute que le η transcrivait déjà le son « ī » au VIIe siècle EC. Cet iotacisme persiste en grec moderne aussi bien que dans les langues slaves dont l’alphabet fut justement dérivé du grec byzantin autour du VIIIe siècle. Comme il n’est en revanche pas attesté en copte apparu très tôt à l’époque romaine, cela suggère une mutation de l’époque proto-byzantine. En somme, on peut suggérer une correspondance standard et systématique du η pour la mater lectionis ي (ī) et du ι pour la semi-consonne ي (y), un usage qui se maintient lui aussi en cyrillique.

é = a/i et ā/ī

En revanche, le cas du ε tranche nettement avec les règles phonologiques de l’arabe standard abbasside. Ainsi, cette lettre marque fréquemment la fatḥa, comme dans les (mêmes) exemples Sélēm (donc Sélīm) et Négēd (donc Négīd), ou encore dans Yézid – une exception à la règle précédente, donc – et aussi, dans la dernière syllabe du nom du Prophète : Mamét ou Maamét (billet 2). Ce n’est malheureusement pas non plus une règle, ni même une majorité absolue des cas, comme en attestent les premières syllabes de Marouan et Saphouan. En tout état de cause, comme l’indique leur seconde syllabe, ou encore celle de Souphian, le ε ne marque presque jamais le ā long qui est toujours transcrit α et qui n’était pas non plus encore notés an arabe avec unا  mater lectionis. Par ailleurs, ces deux règles cohérentes ne concernent pas les articles de noms composés comme Abdélméléḫ, Abdélazīz ou Abdéraman (Al-Jallad, 2017, p. 428). Enfin, plus surprenant, et plus significatif, le ى est lui aussi noté ε, comme dans l’exemple répété plusieurs dizaines de fois de maulé pour mawlā. C’est à propos de ce terme désignant les clients ou affidés de la famille d’un notable que notre attention a été attirée vers ces particularismes gréco-arabes. Ainsi, alors qu’on a dit qu’il est peu probable que Mūsā se prononçait Mūsē (supra), mais plutôt Mūsī, il semble bien à l’inverse que mawlā se disait réellement mawlé. En revanche, il est assez notable que le ة (tāʾ « bouclé » muet précédé d’une fatḥa) est systématiquement vocalisé avec un α, comme dans al-Mogééira, Osama, Gemila, Oumaia ou Goumaa (= al-Muġīra, Usāma, Ǧamīla, Umayya et Ǧumaʿa). Cela ne nous semble pas du tout conduire vers un accent « levantin » (šāmī), contrairement à certaines conjectures d’al-Jallad (2017, p. 433).

En somme, il apparaît que la variation phonétique entre le α et le ε était aussi claire aux secrétaires hellénisants des Omeyyades qu’elle nous reste en partie impénétrable. En effet, dans le sens inverse, le cas du bérédarios, terme dérivé du latin veredarius, est inconnu en Égypte avant la période omeyyade, lorsqu’il est attesté par plus de 20 occurrences d’époque marwānide. Il constitue un des exemples du lexique administratif syro-romain introduit en Égypte sous l’impulsion de la bureaucratie hellénophone du califat syrien (Sijpesteijn, 2022, p. 176-177). Ces introductions sont probablement aussi contemporaines de leurs emprunts dans la langue arabe, comme dans le cas de sigillion, un document à double sceau dont le nom dérive du latin sigillum et qui émerge dans le grec égyptien peu ou prou au moment où il intègre la langue arabe (siǧill). En l’occurrence, bérédarios est transcrit en arabe barīd. Or, cette équivalence entre ε et ī long coïncide à au moins un cas de l’espace syrien pré-marwānide : l’orthographe du nom d’un puissant mawlā/é des Sufyānides, Abou Al-Mougér (Abū al-Muġīr) de P.Nessana 72.

Ces deux cas témoignent d’un usage possiblement archaïque d’un ي mater lectionis transcrit à l’aide d’un ε – au lieu d’un η. Cela est apparemment dû au fait, plus perturbant et complexe encore, que le code en usage notait aussi ε non seulement pour des voyelles que nous assimilons au « a », mais aussi à la kasra « i ». Ce choix apparaît aussi en Égypte, le plus souvent dans la seconde syllabe d’un actif, comme pour les noms Asém, Raséd, Amér, Naphé, Gabér, Maléḫ (ʿĀṣim/Hāšim, Rāšid et ʿĀmir, Nāfiʿ, Ǧābir, Mālik). Le cas du nom du calife « Abdélméléḫ » est symptomatique de ces options vocaliques puisqu’il comporte à la fois un alif, une fatḥa et une kasra : tous trois notés ε. Il y a même le cas palestinien de Méslém où al-Jallad (2017, p. 422) veut reconnaître soit une prononciation dialectale soit une erreur d’écoute[1]. Cependant, il convient de situer cette forme dans son contexte syrien, et ce par opposition à Mouslēm, qui se retrouve à propos d’un homme demeurant en Égypte.

Ainsi, le ε transcrit à la fois la fatḥa, la kasra, la mater lectionis ā, et même, exceptionnellement, la mater lectionis ī. Notons enfin le cas de la diphtongue « ay » qui est souvent notée avec les trois voyelles εει, comme dans Oubééid ou al-Mogééira (al-Muġīra, apparemment prononcé [ou lu] al-Muġayra ?). Cet usage dévolu au redoublement vocalique n’est pas sans rappeler celui qui permet de rendreع  et ح (billet 2).

Discussion

À ce stade, si l’on se limite à la très imparfaite correspondance du ε ou du ο pour transcrire respectivement la kasra et la ḍamma, par opposition au ι et au ου (ou υ) du ي ou du و, le système ressemble plutôt à celui qu’emprunte le nouveau persan pour traduire ses « diacritiques » d’origine arabe dans les langues occidentales (Irān = Erān, muǧāhid = moǧāhed, dukkān = dokkān). Il est donc possible qu’un certain nombre des choix des philologues arabo-persans du IVe/Xe siècle reflètent eux-mêmes des particularités de prononciation courantes dès les débuts de l’Islam. Une seconde piste, plus intuitive et peut-être aussi plus inconfortable, est la grande similarité entre le mode d’adaptation de la phonologie arabe par l’administration grecque, et celui des puissances impériales occidentales, notamment française, au moment d’inscrire les noms de leurs sujets arabo-musulmans dans les registres. Cela pourrait indiquer une certaine constance dans la façon dont les arabophones prononcent ces régimes vocaliques, où à tout le moins dans la manière dont les lettrés de culture ou de formation indo-européenne les entendent.

Par ailleurs, il est assez clair que le η était employé pour la mater lectionis ي (ī) par opposition à la semi-consonne notée ι. Cette règle de translittération semble très bien appliquée par le graveur de la dédicace de restauration des thermes de Gadara de 42/662-3 qui désigne Muʿāwiya comme le amīr al-moménīn. Le contenu de cette plaque sera traité dans le second billet. Malheureusement, jamais les notaires hellénistes d’époque sufyānide ou marwānide n’appliquent un tel système avec constance. D’une part, entre les pratiques scribales de la petite oasis provinciale palestinienne de Nessana, et celles du pagarque d’Aphroditō en Moyenne-Égypte, il subsiste de marquantes divergences, sans doute géographiques, liées aux substrats linguistiques. Cela implique qu’avant de pouvoir proposer une analyse croisée, il faudrait commencer par classifier ces translittérations aussi bien en fonction de critères chronologiques précis, mais aussi en fonction de leur région géographique d’apparition, ce qui dépasse les capacités et les objectifs de ce billet. D’autre part, il faut rappeler le très grand nombre d’anomalies orthographiques qui caractérisent les documents, et notamment ceux de la pratique, au cours de l’Antiquité tardive. Ainsi, à titre d’exemple, Saracène apparaît au VIIe siècle sous les quatre formes Sarakénos (P.Nessana 89), Sarakéinos (SB 1 5591) Sarakēnos (36 occurrences au sein du corpus papyrologique : la forme standard ?) et Sarakainos (P.Nessana 89). (Cela indique vraisemblablement que les scribes n’avaient pas recours à un dictionnaire de koinē classique, et cela alors même qu’ils se laissaient aller à quelques hypercorrections classicisantes, reconnaissables au fait que les diphtongues du grec classique (ai ou éi) se prononçaient déjà en monophtongue (è ou é) comme dans les parlers modernes (je remercie Rafail Zoulis pour cette information). À cela s’ajoutent les possibles confusions qu’impliquent dans tous les cas les nombreuses abréviations employées par les secrétaires.

Il n’en reste pas moins que leurs translittérations comportent d’importantes variations par rapport à la vocalisation standard de l’arabe classique, mais aussi aux schèmes recensés dans sa grammaire d’époque abbasside. Frédéric Imbert a récemment publié et commenté l’orthographe oralisante et dialectale des versets XXII.1-2 tels qu’ils ont été gravés sur un rocher du sud-ouest de l’Arabie saoudite. Outre des omissions, des adaptations grammaticales et d’inexplicables dyslexies, l’auteur y témoigne de l’élision du alif de l’article. Or, cela semble bien coïncider avec le choix de vocalisation alternative en é des papyrus grecs. En outre, Imbert constate la difficulté de ce pèlerin à distinguer a et ā pour la troisième personne du suffixe féminin, ou pour la dernière voyelle de l’accompli féminin (tous deux des α en grec), ou encore ā et ayʾa (pour šayʾan =  « une chose », aussi le ε grec), aʿ et aʿa (pour mardaʿa = allaitement, α ou ε grec). Enfin, il confond, comme dans bien des dialectes de nos jours, les formes I et IV (mā raḍaʿat et mā ʾārḍaʿat = « ce qu’elle allaite ») (Imbert, 2022).

Certes, le Coran ou la poésie du VIIe siècle EC comportaient des rimes, et dans le second cas une métrique, qui imposaient déjà une régularité. Cependant, rien n’assure que, avant le VIIIe siècle, la sonorité de ces rimes ait été la même que celle qui s’est imposée depuis l’époque abbasside. Il faudrait tester l’hypothèse de possibles régularités poétiques correspondant au son « é » ou au son « o », ou à des constances en termes de pieds afin de confirmer ou infirmer la présence de certaines syllabes vocaliques. Outre le cas du alif de la forme IV, la langue pré-abbasside semble aussi avoir pu ignorer certaines des syllabes qu’imposent normalement les formes verbales de la grammaire classique, comme pour Ma(a)mét et Maauia (billet 2). Il serait donc utile et nécessaire que les spécialistes de ces deux littératures grecques et arabes s’emparent des résultats de l’exploration des papyrus grecs syriens et égyptiens pour tenter de distinguer entre ce qui relève d’un possible usage arabe archaïque et ce qui tient à l’ouïe déformante des hellénisants coptes ou syro-araméens.

Bibliographie

www.papyri.info

Imbert, Frédéric, « Invoquer et réciter. Traces d’oralité dans les graffiti des premiers siècles de l’Islam », MIDÉO, 37, 2022, p. 127-159.

Jallad (Al-), Ahmad, An Outline of the Grammar of the Safaitic Inscriptions, Leyde, 2015.

Jallad (Al-), Ahmad, « The Arabic of the Islamic conquests: notes on phonology and morphology based on the Greek transcriptions from the first Islamic century », BSOAS, 80-3, 2017, p. 419-439.

Jallad (Al-), Ahmad, “The Pre-Islamic Divine Name ʿsy and the Background of the Qurʾānic Jesus”, JQSA, 2021, p. 107-136.

Kaplony, Andreas, « The orthography and pronunciation of Arabic names and terms in the Greek Petra, Nessana, Qurra and Senouthios Letters (sixth to eighth centuries CE) », Mediterranean Language Review, 22, 2015, p. 1-81.

Sijpesteijn, Petra, « Muhammad’s World in Egypt », dans Josephine van den Bent, Floris van den Eijnde et Johan Weststeijn, Late Antique Responses to the Arab Conquests, Leyde, 2022, p. 171-194.


[1] “It could come from a dialect in which *u and *i were realized as [ə], as in many modern dialects, or it could simply be an aberrant spelling based on the mishearing of the name by the scribe.”



Simon Pierre est depuis 2022 titulaire d’un doctorat de Sorbonne Université préparé sous la direction de Mathieu Tillier, en bourse AMI rattaché au DEAMM (2019-2020) puis doctorant associé et désormais chercheur associé à l’Ifpo. Il a organisé à Rome en 2021 un colloque international sur les Constructions d’églises et de monastères pendant les débuts de l’Islam (publication Editorial CSIC, 2024). Il est également chargé de mission pour Eveha international et Ars Progetti pour l’histoire de la province du Najd (Arabie Saoudite). Son domaine de recherche concerne la période de transition entre l’Antiquité tardive et l’Islam marwanide et abbasside, avec pour méthode la confrontation des sources historiographiques, légales et hagiographiques syriaques et arabes, et l’étude de leurs circulations, et de la convergence des logiques géopolitiques et géo-ecclésiologiques.
A travers l’étude des tribus arabes chrétiennes qui émanent des deux littératures et croisent les deux univers parallèles, l’ambition plus large de ses travaux consiste à contribuer à la compréhension des phénomènes des deux premiers siècles de l’hégire dont ces groupes sont à l’intersection. Il s’agit notamment de la dissociation du fait religieux médinois par rapport au substrat monothéiste moyen-oriental, la co-construction politique du califat et des communautés confessionnelles chrétiennes, la formation du système juridique sunnite et, et enfin, l’articulation entre organisation tribale de la société et édification d’un ethnicité arabe. 



Citer ce billet
Simon Pierre (2023, 30 juin). Comment vocalisait-on l’arabe au Ier s. H. ? L’apport des translittérations des scribes hellénistes de Syrie et d’Égypte. Les carnets de l’Ifpo. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pvzl

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 6 juillet 2023

    […] Comment vocalisait-on l’arabe au Ier s. H. ? L’apport des translittérations des scribes he…, par Simon Pierre, sur Les carnets de l’Ifpo ; […]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search