Maf‘al dans le parler du Liban-Sud. Contribution à la connaissance des dialectes libanais

Introduction

Le parler du Liban-Sud n’a pas, à ma connaissance, reçu une attention suffisante de la part des linguistes et sociolinguistes arabisants, hormis Henri Fleisch (1974) dans son Etude d’arabe dialectal. Dans un de ses chapitres, « Observations sur le vocalisme d’un parler arabe chiite du Liban-Sud » (p.313-321), H. Fleisch y traite du vocalisme de la IIIe forme dans les verbes à allongement vocalique interne (fā‘al, fā‘il) ; étude déjà initiée en 1944 sur le parler omanais et reprise en 1974 à la lumière du parler de Khirbet Salem, un village situé à la frontière Est du Liban. Peter Behnstedt et Manfred Woidich (2014) ont, dans Wortatlas der arabischen Dialekte (Band III : Verben, Adjektive, Zeit und Zahlen), géolocalisé certains mots du Sud, sans toutefois formuler de commentaire. En dehors de ces études, le dialecte du Liban-Sud reste peu étudié.

Or la compilation lexicale sur laquelle je travaille, fait état d’une forme IV augmentée non répertoriée à initiale /m/ : maf‘al. Aucune des études susmentionnées n’en a fait description. Ce cas est particulièrement intéressant car il apporte une contribution à la connaissance de la dialectologie libanaise.

Le corpus d’étude

La compilation lexicale est d’un volume considérable car constituée de plus de 3000 pages dactylographiées, comprenant des mots et expressions issus du langage courant et tirés de sources indifférenciées. Elle porte sur le parler libanais d’une manière générale, mais plus spécifiquement celui du Sud : les districts de Sidon, Jezzine, Tyr, Nabatieh, Marjayoun, Hasbaia et Bint-Jbeil. Elle a été collectée par un ingénieur libanais, Hassan Makki, originaire d’Erkay, au sud-est de la ville de Saïda, sur une quinzaine d’année à partir de la fin des années 1990.

Cette compilation lexicale est manuscrite et en cours de publication. En 2013, H. Makki est décédé brutalement. Sa famille a remis pour publication son manuscrit aux éditions Geuthner. Mais le manuscrit n’était pas publiable en l’état, son auteur n’était pas linguiste et ne possédait pas la méthodologie adéquate à ce travail de publication. De plus, ce chantier immense nécessitait des enquêtes de terrain. Les éditions Geuthner m’ont alors confié le projet d’édition de cette compilation, souhaitant aussi répondre au vœu de l’auteur en publiant ce corpus sous la forme d’un lexique trilingue (arabe dialectal / arabe standard moderne / français) s’adressant à tout public, mais prioritairement aux chercheurs, enseignants et étudiants arabisants.

H. Makki consignait par écrit ce qu’il entendait lors de ses pérégrinations à l’intérieur du Liban. Certains mots ou expressions sont tombés en désuétude, d’autres ont, au fil du temps, évolué sémantiquement, tandis que quelques-uns ont ressuscité et ont été remis en circulation par l’avènement des séries turques et leur doublage en parler syrien, ou été introduits par le biais du contact avec les autres pays de la région, notamment la Syrie, la Turquie, la Palestine, l’Irak ou encore l’Iran. Paraîtra ultérieurement une étude sur les autres marqueurs linguistiques de cette documentation lexicale.

Le vocabulaire relatif au milieu agricole libanais (Jabal Amil, la Bekaa, le Chouf, etc.) est tout autant présent, notamment par sa faune et sa flore, de même que par son artisanat, surtout celui relatif au tabac, autrefois première industrie du Liban Sud. Un autre point d’intérêt est le nombre important de noms de jeux d’enfants, aujourd’hui disparus. Le corpus constitue donc un parfait reflet de la société libanaise, de son évolution, des influences et des interactions avec le monde. C’est un précieux document pour le linguiste et le sociolinguiste.

Le présent billet se focalise sur cette forme verbale maf‘al, sa morphologie, ses différentes formations ainsi que ses diverses correspondances dans les autres parlers du Liban.

Maf‘al : quadrilitère ou forme augmentée ?

La forme verbale maf‘al existe certes dans les autres régions du Liban. À Tripoli, par exemple, on peut entendre marṭaṣ (marṭaṣ l-arḍ : répandre de l’eau par terre), marmaṭ (marmaṭ l-alb [qalb en arabe standard] : faire souffrir, causer de la peine). Mais son usage n’est pas vraiment étendu. Ce qui n’est pas le cas du parler du Sud. En effet, la compilation lexicale recense sommairement une bonne cinquantaine de verbes à schème verbal maf‘al.

Il est généralement connu que la forme augmentée IV est absente des dialectes arabes et notamment levantins et qu’elle y est le plus souvent remplacée par la forme II. Il devient alors légitime de s’interroger sur l’identité morphologique de maf‘al dans le paradigme des formes verbales arabes. Nous allons voir qu’il s’agit à la fois d’un quadrilitère et d’une forme augmentée IV à initiale m-.

Maf‘al : verbe quadrilitère

Sous le schème maf‘alse cachent en réalité plusieurs formations. En effet, sur la cinquantaine des verbes recensés, un peu plus de la moitié semblent bien être des quadrilitères, avec une base de formation, verbale (a), nominale (b) ou sans base de dérivation identifiée (c).

(a)

mazrak zarak Entasser
maḥšak ḥašak Fourrer quelque chose de force dans un endroit
mašqa šaqa Tasser, empiler (les vêtements)
mašlaḥ šalaḥ Jeter, lancer
mašlaf šalaf Dérober et cacher l’argent ; lancer quelque chose et l’envoyer très loin
maṣya ṣāʻ S’absenter, manquer à l’appel ; embrouiller, perturber quelqu’un
mašwar (‘alā) šār (‘alā) Donner conseil à quelqu’un, conseiller
maḥkaš ḥakaš Gratter, râper, racler
malṭa‘ laṭa‘ Perdre inutilement son temps, faire l’école buissonnière
mawdar Madar (Maḏar en arabe standard) Se gâter, pourrir (œuf)
mawraǧ maraǧ  S’accumuler ou se tasser sous la herse
mašṭaḥ (r-rġīf) šaṭaḥ Se déformer et devenir ovale (pain rond)

(b)

mawġar maġāra  Creuser un tunnel ou une grotte
mawkar wəkər  Se réunir dans un lieu serré
matras mətrās  Se barricader, se coller à un endroit
mašra mašrūʻ  Organiser un projet
maškal maškal Se bagarrer, se disputer, causer un problème
mašwar məšwār  Se promener, promener (une personne ou un animal)
marmaḥ ramaḥ  Labourer superficiellement

(c)

mar‘aṭ Effeuiller
masṭar Presser (le raisin)
maslaq Grandir, croître
maršaḫ Effeuiller, dénuder une branche ou un arbre
maršaq Effeuiller, retirer d’un seul coup les feuilles avec la paume de la main
marmaṭ (aš-ša‘r) Ebouriffer (les cheveux)
maslat Lancer, jeter ; trier, mettre de côté
maškaḥ Se promener, traîner
maṣrad (t-tyāb) Serrer fortement les habits sur le corps, porter des habits trop près du corps
malṭaḥ Manger en faisant du bruit

Formation à partir d’une base verbale

Les verbes construits sur maf‘al, issus de la compilation, dérivent d’un trilitère standard (1), et n’apportent aucune modulation sémantique, contrairement à leurs équivalents en soureth contemporain où l’initiale /m/ revêt une valeur factitive.  Voir Manuel de soureth. Initiation à l’araméen d’aujourd’hui, parlé et écrit, B. Poizat.

(1)

marmas > ramas : narguer, irriter ou jeter quelque chose contre quelqu’un

masḫar > siḫir : se moquer de quelqu’un

marza‘ > raza‘ : faire l’école buissonnière, courir légèrement

maḥkaš > ḥakaš : gratter, râper, racler

malṭa‘ > laṭa‘ : perdre inutilement son temps, faire l’école buissonnière

maḫlat > ḫalat : mélanger, mêler, mixer

Il est intéressant à ce stade de signaler que la compilation compte quelques verbes quadrilitères à initiale /m/, ne relevant pas de maf‘al, construits sur faw‘al par l’ajout du glide /w/ et où le /m/ est une consonne radicale (2). Ces cas semblent montrer la préférence dans les parlers du Sud-Liban pour ce genre de formations, là où ailleurs au Liban on aurait utilisé en place et lieu une forme II.

C’est le cas de ces deux exemples :

(2)

mawdar > madar : se gâter, pourrir (œuf)

mawraǧ > maraǧ : s’accumuler ou se tasser sous la herse

Formation à partir d’une base nominale

Maf‘al peut aussi être constitué à partir d’un thème nominal (3), un nom de lieu (4) ou d’outil (5), ou un participe passif (6). On peut donc considérer ces verbes comme dénominatifs.

(3)

marmaḥ > ramaḥ : labourer superficiellement ;  ramaḥ  étant le soc de charrue

mawkar < wəkər : se réunir dans un lieu serré ; wəkər étant le nid d’oiseau dans l’arbre, le rocher ou en terre.

(4)

mawġar < maġāra : creuser un tunnel ou une grotte ; maġāra signifiant grotte.

mašwar > məšwār : se promener, promener (une personne ou un animal) ; məšwār signifiant promenade. Concernant məšwār, Il n’y a pas de consensus autour du sens et surtout de l’origine de ce terme. Adrien Barthélemy lui donne le sens de : marché où l’on fait voir les bestiaux aux acheteurs ; trajet parcouru, aller et retour compris ; voyage de commissionnaire. Yassine Abderrahim, dans son Mawsū‘at al-‘āmmiyya as-sūriyya, renvoie au terme français « marche » et au syriaque ܫܘܰܪ. Anis Frayha lui donne le sens connu au Levant : promenade et le fait dériver du trilitère arabe « šawar ».

(5)

matras > mətrās :  se barricader, se coller à un endroit ; mətrās désignant la barricade.

(6)

mašra‘ < mašrūʻ : organiser un projet.

maškal< maškal : se bagarrer, se disputer, causer un problème ; maškal signifiant « problème » dans le dialecte libanais.

maḫtar > məḫtār : désigner quelqu’un comme maire d’un village ou d’un quartier.

Préfixe des schèmes nominaux dans (4, 5 et 6), m– se métamorphose en une consonne radicale, contribuant ainsi à la formation du quadrilitère. Ce qui n’est pas le cas des deux verbes marmaḥ et mawkar présents dans (3), lesquels sont construits à partir d’un nom commun trilitère auquel m– a été préfixé, formant ainsi maf‘al.

Base de dérivation inconnue

Certains verbes (c) ne semblent pas avoir de base de dérivation identifiée, soit du fait de son inexistence en arabe, comme maršaḫ : effeuiller, dénuder une branche ou un arbre ; soit de l’absence d’une relation sémantique manifeste avec la forme trilitère, qu’il s’agisse de l’arabe standard ou dialectal. C’est le cas de masṭar : presser le raisin, qui ne partage aucune corrélation sémantique avec le trilitère existant : saṭar, signifiant : tracer une ligne, couper avec un sabre, renverser par terre. Dans le parler de Tripoli, saṭar, en colocation avec kaff, signifie : gifler.

Dans tous les cas, ces verbes n’ont pas, sous d’autres formes verbales, d’équivalent connu dans les autres régions du Liban. Il faudra certainement approfondir cette analyse par un travail de terrain pour les évaluer correctement.

Maf‘al : forme verbale augmentée

Le parler du Sud, tout particulièrement celui de la région de Nabatiyeh et de Zahrani (il faudrait vérifier si ce n’est pas le cas dans d’autres endroits du Sud), semble faire usage récurrent de maf‘al comme forme verbale augmentée en lieu et place de ’af‘al. Le corpus en compte un peu moins de la moitié. Mais contrairement à ’af‘al, l’incrément initial m- est non haplologique en conjugaison à l’inaccompli ou aux participes. En voici des exemples :

à l’inaccompli :

b-maḫlet (je mélange)

bət-maḫlet (tu mélanges/elle mélange)

bi-maḫlet (il mélange)

au participe :

mmḫālet / mmḫālat

L’arabe classique connaît des variantes de la quatrième forme augmentée ’af‘al : saf‘al et haf‘al dont certaines réalisations sont encore attestées : harāqa étant dans les grammaires médiévales une variante de ’arāqa : verser, répandre ; sanbasa < nabasa : se dépêcher. Ibn Ya‘īš, al-Mufaṣṣal, vol 10, p. 5.

Maf‘al vient ainsi s’ajouter à la liste des variantes de la forme augmentée.

Maf‘al, IV forme augmentée : base dérivationnelle et correspondance verbale

Maf‘al a, dans les autres parlers du Liban, d’autres réalisations verbales. En témoignent les verbes ci-dessous en (d), (e). La forme II apparaît dans ce corpus comme le doublon naturel de maf‘al. On peut considérer qu’il y a doublon en arabe contemporain lorsque deux formes « coexistent dans un même état d’une même variété de l’arabe ». Larcher (2012 : 65).

Les verbes des tableaux (d) et (e) ont, respectivement pour équivalence, les formes II (fa‘‘al) et V (tmaf‘al), avec leurs valeurs sémantiques correspondantes.

(d)

Corpus Doublon avec la forme II Signification
mašla‘ šalla‘ Enlever, arracher
matraḥ tarraḥ Creuser un sillon
masmak sammak Appuyer, soutenir quelque chose
maḫla ḫalla Secouer fortement de manière à arracher
malwaq lawwaq Manger avec appétit en mastiquant bruyamment
mawḥal waḥḥal Rendre boueux
maqra‘ (flān) qarra Gronder, réprimander quelqu’un
ma‘yar ayyar Railler quelqu’un, médire, critiquer
maġnaǧ ġannaǧ Gâter quelqu’un au point de le rendre capricieux
masṭaḥ saṭṭaḥ Etaler ou répandre quelque chose par terre pour le sécher au soleil
mašṭaḥ (l-‘aǧīne) šaṭṭaḥ Rallonger la pâte à pain

(e)

Les verbes ci-dessous ont pour doublon la forme V tmaf‘al dont la valeur sémantique est, ici, majoritairement transitive et, dans un seul cas, maḫtar, réfléchie. Son équivalent standard, tamaf‘al, est très productif en arabe standard moderne. Nombreux verbes en sont issus, avec pour base de dérivation un nom de lieu. En témoignent ces deux exemples :

tamawḍaʻ : se positionner < mawḍiʻ (position)

tamadras : se scolariser < madrasa (école)

Le corpus Doublon avec la forme V Signification
maḫtar tmaḫtar Se pavaner, parader ; se promener
marǧal (flān) tmarǧal ‘alā Provoquer, défier quelqu’un
masḫar (flān) tmasḫar ‘alā Se moquer de quelqu’un, faire de lui un sujet de moquerie
maqṭabi-flān tmaqṭa‘ bi Maltraiter quelqu’un, être despote avec lui

Conclusion

La forme maf‘al semble constituer, par l’étendue de son usage, une caractéristique propre au parler du Sud Liban. Elle peut, comme nous l’avons vu, être un quadrilitère ou une forme augmentée. Elle est quadrilitère lorsqu’elle dérive d’un trilitère existant avec lequel elle partage la même valeur sémantique. Elle peut aussi dériver d’un nom et rejoindre la classe des verbes dénominatifs. Dans certains cas, la base de formation est difficilement identifiable.

Maf‘al est considérée comme forme augmentée lorsqu’elle possède des doublons avec d’autres formes verbales augmentées. Elle peut ainsi s’ajouter à la liste des variantes de la forme standard ’af‘al.

Il faudrait bien entendu élargir l’enquête pour avoir des relevés linguistiques plus larges et pouvoir étayer cette étude. Il faudrait également s’interroger sur l’origine de cette forme. Ce qui est l’objet d’une étude en cours.

Bibliographie

ABDERRAHIM, Y., 2012, Mawsū‘at al-‘āmmiyya as-sūriyya, Manšūrāt al-hay’a al-‘āmma li-l-kitāb, Damas.

BARTHELEMY, A., 1935-1955 et 1969, Dictionnaire arabe-français. Dialectes de Syrie : Alep, Damas, Liban, Jérusalem, 5 fascicules, plus fascicule complémentaire « Introduction générale », Paris, Geuthner.

BEHNSTEDT, P. & WOIDICH, M., Wortatlas der arabischen Dialekte Band III : Verben, Adjektive, Zeit und Zahlen. Leiden, Brill.

Bergstrasser, G., 1915, Sprachatlas von Syrien und Palästina, Leipzig, J.C. Hinrichs’she Buchhandlung.

DENISEAU, C., 1960, Dictionnaire des parlers arabes de Syrie, Liban et Palestine (supplément au dictionnaire arabe-français de A. Barthélemey), Paris.

DOZY, R., 1881, Supplément aux dictionnaires arabes, Brill, Leyde.

FLEISCH, H., 1974, Etude d’arabe dialectal, Dar el-Mashreq, Beyrouth.

FRAYHA, Anis, 1973, Mu‘ǧam al-alfāẓ al-‘āmmīya fī al-lahǧa al-lubnāniya, Librairie du Liban, Beyrouth.

IBN YA‘ĪŠ, Šarḥ al-mufaṣṣal, 2001, Dar al-kutub al-‘ilmiyya, vol. 10, Beyrouth.

LARCHER, P., 2012, Le système verbe de l’arabe classique, Publications de l’université de Provence, Aix en Provence.

POIZAT, B., 2008, Manuel de soureth. Initiation à l’araméen d’aujourd’hui, parlé et écrit, Geuthner, Paris.



Salam Diab-Duranton est linguiste, arabisante, Professeure des universités à l’UFR Langues étrangères de l’université Grenoble Alpes. Rattachée au Laboratoire LIDILEM, elle est également chercheuse associée à l’Ifpo. Ses travaux de recherche portent sur la lexicologie de l’arabe standard et dialectal. Elle étudie notamment la créativité langagière des mouvements de rébellion arabe, le lexique islamiste et l’évolution des dialectes du Levant à l’ère de la technologie de l’information et de la communication.

 

 

 


Liban 1939, rémouleur –   مْـجَـلِّـخ.

Source : https://www.facebook.com/archivelebanon/posts/555080571789870/

 



Citer ce billet
Salam Diab-Duranton (2023, 13 février). Maf‘al dans le parler du Liban-Sud. Contribution à la connaissance des dialectes libanais. Les carnets de l’Ifpo. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pvzg

1 réponse

  1. 1 mars 2023

    […] Maf‘al dans le parler du Liban-Sud. Contribution à la connaissance des dialectes libanais, par Salam Diab-Duranton, sur Les carnets de l’Ifpo ; […]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search