Des journées doctorales inédites à l’Ifpo

Par Emma Empociello, Elsa Maarawi et Alexandrine Roche

Organisée par six doctorantes associées à l’Ifpo (Emma Empociello, doctorante en Science Politique à Science Po Bordeaux – DEC Amman, Elsa Maarawi, doctorante en sociologie à l’Université de Picardie Jules Verne – DEC Beyrouth, Alexandrine Roche, doctorante en archéologie à Paris 1 – DAHA Beyrouth, Natalie Smrekar, doctorante en Linguistique à l’Université de Grenoble Alpes – DEAMM Beyrouth, Nina Van Kampen, doctorante en Sciences du Langage à l’INALCO – DEAMM Beyrouth et Clémence Vendryes, doctorante en géographie à l’Université d’Aix-Marseille – DEC Jérusalem), la première édition des Journées doctorales de l’Ifpo « Tout WADI » a eu lieu du 4 au 7 mai 2022. 23 doctorant·es de différentes disciplines et universités, tous·tes associé·es aux différentes antennes de l’Ifpo se sont rassemblé·es afin de renforcer le projet initial des Webinaire académique des doctorant·es de l’Ifpo (WADI).

Ces journées inédites ont été organisées dans le cadre d’une démarche engagée au sein des WADI. Créé en 2020 par des doctorantes associées à l’Institut, il s’agit d’un espace de réflexions collectives sur des problématiques de recherche transversales liées aux travaux de thèse. Après plus d’un an de réunions à distance, le « Tout WADI » constitue la première rencontre en présentiel de ce collectif, qui travaille depuis près de deux ans à la vitalité scientifique du réseau des doctorant·es de l’Ifpo.

Un programme participatif

Le programme a été élaboré afin de conserver le fonctionnement horizontal des WADI, organisés par et pour les doctorant·es. En formulant à la fois leurs motivations et besoins en apprentissage, les participant·es ont favorisé des journées d’étude centrées sur les échanges et la collaboration. Le comité d’organisation a conjugué les différentes propositions de panels et d’activités pour construire un programme équilibré.

Fig. 1 – Affiche du Tout Wadi

A/ Faire connaissance et construire l’échelle transnationale de l’Ifpo 

Deux ans après la création des WADI, peu de doctorant·es s’étaient déjà rencontré·es. Ces journées ont donc débuté par une activité « Ice Breaking ». Clémence Vendryes et Emma Empociello ont proposé de partager des photos représentant la thèse de chacun·e, permettant à tou·tes de présenter sa recherche de manière ludique. Cet atelier a ainsi donné le ton à ces journées, la directrice de l’Ifpo, Myriam Catusse, s’étant également prêtée au jeu. Cette première journée s’est achevée par la visite du centre-ville de Beyrouth, organisée par Alexandrine Roche, afin d’y découvrir les vestiges archéologiques mis au jour lors de sa reconstruction au sortir de la guerre civile. Cette promenade à travers les différentes périodes de l’histoire de la capitale libanaise était aussi guidée par les explications de Jonathan Hassine, doctorant en histoire à l’Université Paris 1, et Elsy Trad, doctorante en archéologie à l’Université Libanaise, tous deux doctorant·es de l’Ifpo en histoire contemporaine et médiévale.

Fig.2 – Ice breaking

Tout au long de ces journées, la rencontre entre doctorant·es a aussi engagé des discussions sur leur accueil au sein de l’Ifpo, qui se sont déroulées en deux temps : lors des réunions des doctorant·es avec les directeurs et directrice des Départements scientifiques auxquels iels sont associé·es ; puis lors d’une réunion avec les représentantes élues des doctorant·es. Ces discussions ont ainsi été l’occasion pour chacun de mettre en lumière les problèmes et difficultés personnels et/ou communs afin d’y apporter ensemble des réponses. Suite à cette réunion, un livret de la/du doctorant·e devrait bientôt être rédigé afin d’être distribué à chaque nouveau·elle doctorant·e bénéficiant d’un soutien de l’Ifpo.

La question du futur des WADI a également été abordée, d’un point de vue formel mais aussi organisationnel. Plusieurs aspects ont ainsi été discutés, concernant notamment le changement de coordination, aujourd’hui acté.

Enfin, en clôture de ces journées, une sortie à Tyr a été organisée le samedi 7 mai par Alexandrine Roche et Elsy Trad autour de visites des sites archéologiques de la ville et un moment détente en bord de mer.

Fig.3 – Visite de Beyrouth

B/ Méthodologies de la recherche et écritures alternatives

À travers des conférences et des ateliers pratiques, l’un des objectifs de cet événement a été atteint : la présentation des travaux des doctorant·es par l’entrée méthodologique, en alliant pratique du terrain ainsi que recherche et écritures alternatives et innovantes.

Cet exercice a commencé par une séance collaborative animée par Simon Mangon, doctorant en science politique à l’Institut d’Études Politiques (IEP) d’Aix-en-Provence et Livia Perosino, doctorante en science politique à Sciences Po Bordeaux, durant laquelle les participant·es ont partagé leurs expériences sur la façon d’aborder le terrain au Proche-Orient. Iels ont pu échanger sur leurs propres façons de faire de la recherche et ont pu rendre compte en petits groupes de leurs questionnements sur leur position de chercheur·ses, ancrée dans divers rapports de pouvoirs. Poétiquement introduite par Nibras Chehayed, chercheur au DEAMM à l’Ifpo Beyrouth, avec la présentation du Dictionnaire des intraduisibles (programme en cours), et solidement illustrée par une communication de Marie-Laure Archambault, doctorante en histoire à l’Université Lyon 2 sur l’utilisation de sources historiques dans l’étude des pratiques vestimentaires du début du 20ème siècle au Liban et en Syrie, la conférence sur l’utilisation des sources en langue arabe dans la recherche, discutée par Candice Raymond, chercheuse à l’Ifpo et Matthieu Rey, directeur du DEC de l’Ifpo, et animée par Elsa Maarawi, a permis d’échanger sur les difficultés et la richesse induites par l’utilisation de la langue arabe dans la recherche. De façon plus pragmatique, l’atelier « Écrire la comparaison », organisé par Simon Mangon et Matthieu Rey, a révélé à quel point il est important d’expliciter la spécificité des terrains sur lesquels on travaille. Outre les présentations et discussions, l’usage de l’écriture alternative dans la recherche a occupé une place particulière dans ces journées. La projection du film documentaire Une saison à Sour en présence de la réalisatrice Lama Kabbanji, sociologue, chercheuse à l’Institut Recherche et Développement (IRD), a mis en lumière l’intérêt de l’utilisation de ce média dans la recherche en sciences sociales. La discussion autour du film a pu être alimentée et enrichie par le visionnage de la bande-annonce du film Bala Saccar en cours de réalisation par Emmanuelle Durand, doctorante en anthropologie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) et la présentation du projet de film de Fanny Arnulf, doctorante en science politique à l’Université Libre de Bruxelles (ULB), en cours de tournage au Brésil et au Liban. Mené par Clémence Vendryes, l’atelier de cartographie sensible a fait voyager les participant·es à travers une promenade éveillant l’odorat, le toucher et l’ouïe : par groupe de deux, chaque personne a été invitée à se laisser guider à tour de rôle, les yeux fermés et sans parler, à travers un parcours choisi par son binôme. Ces balades sensibles ont ensuite été retranscrites à travers une cartographie expérimentale.

Enfin, tout ouïe et yeux à nouveaux fermés, une session d’écoute de podcasts « Terrains sonores » de l’Ifpo a été suivie d’une discussion sur les réalisations en cours.

Fig. 4.1 : Une promenade sensible
Fig. 4.2 : Cartographier la promenade sensible

C/ Rechercher, collaborer, publier

La recherche sur les terrains du Proche-Orient a certes de nombreuses spécificités, mais les jeunes chercheur·es de l’Institut français partagent aussi des problématiques communes liées à l’activité de recherche en général : l’insertion dans des programmes internationaux, la collaboration avec les chercheur·es du terrain sur lequel leurs travaux s’insèrent, et l’accès de ces recherches au plus grand nombre, à la fois par la publication scientifique et la médiation auprès du grand public. Les doctorant·es de l’Ifpo ont souhaité animer plusieurs ateliers autour de ces questions.

Fig. 5 : Atelier PhD and Mental Health

Une session animée par Elsa Maarawi et Emma Empociello a été consacrée à l’insertion professionnelle. Emma Empociello y a présenté l’importance pour les doctorant·es de se faire connaître par les chercheur·es de l’Institut et ceux des pays d’accueil, mais aussi de prendre part à des projets européens et internationaux pour partager leurs recherches, ces réseaux étant l’occasion de créer de nouvelles perspectives de collaboration. Anna Poujeau, anthropologue chargée de recherche au CNRS et Pauline Koetschet, directrice du DEAM de l’Ifpo, respectivement à la tête des projets SHAKK et GAIA, ont expliqué les rouages de ces projets français et européens, et a manière dont les jeunes chercheur.e.s pouvaient s’en emparer. Une autre perspective autour des échanges entre chercheur.e.s français.e.s et libanais.e.s a été abordée en s’appuyant sur le travail au sein de l’IRD, présenté par Lama Kabbanji et ses collègues Hala Awada, sociologue, enseignante chercheuse à l’Université libanaise, et Mariam Al Hasbani, sociologue, chercheuse indépendante. Sur les questions plus générales d’insertion de la recherche au sein de nos sociétés, Taos Babour, responsable sur service médias, données de la recherche et humanités numériques de l’Ifpo, a présenté, lors d’une session animée par Alexandrine Roche, la notion de science ouverte et les bonnes pratiques à mettre en place dans la gestion des données de recherche et la publication en ligne. Enfin, les questions des publications scientifiques durant la thèse et de valorisation de la recherche ont été abordées au cours d’une session proposée par Nina van Kampen, Alexandrine Roche et Elsy Trad, avec Pauline Koetschet et Zeina Fani, chercheuse associée de l’Ifpo et professeure à l’Université libanaise. Ainsi, les journées doctorales ont permis aux doctorant·es de l’Ifpo d’explorer des questionnements communs sur la recherche au Proche-Orient, mais aussi les questions plus larges de publication permettant de créer un réseau d’entraide, chaque session faisant apparaître des réponses collectives.

Conclusion

Ces rencontres ont été le fruit d’une collaboration inédite entre doctorant·es de l’Ifpo, avec le soutien de la direction, des trois départements de recherche, et le concours des équipes administratives dont Amira Zakher, assistante de direction de l’Ifpo et Eric Coignard, secrétaire général de l’Ifpo. Le Tout WADI a permis de contribuer à la formation d’un collectif de jeunes chercheur·ses qui collaborent et abordent des problématiques partagées : l’accès au terrain et aux sources, l’écriture et la publication, la collaboration et l’insertion dans une communauté scientifique, la sensibilité des données récoltées, ou encore le positionnement de chercheur·ses sur un terrain étranger. Ces journées constituent là une pierre d’angle de ce que la directrice de l’Ifpo, Myriam Catusse, a rappelé en introduction du Tout WADI : « faire génération ».


Pour citer cet article : Ifpo, "Des journées doctorales inédites à l’Ifpo", Les Carnets de l'Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/12057, le 23 novembre 2022. [En  ligne sur hypotheses.org]

Emma Empociello, doctorante en Science politique à Science Po Bordeaux, associée à l’Ifpo. Elle réalise une thèse sur les politiques migratoires en zones frontalières (Grèce, Hongrie, Jordanie).

Elsa Maarawi, doctorante en sociologie à l’Université de Picardie Jules Verne, associée à l’Ifpo. Elle travaille sur les parcours migratoires de Syrien·nes en transit au Liban et réinstallé·es dans les Hauts-de-France.

Alexandrine Roche, doctorante en archéologie à l’Université Paris 1 et bénéficiaire d’une bourse AMI à l’Ifpo, elle réalise une thèse sur Beyrouth antique d’après les fouilles préventives de la place des Martyrs.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search