Les archives comme témoignage de l’intérêt scientifique français au Levant : l’exemple du fonds archéologique de l’Institut français du Proche-Orient

Les archives, en tant que documents émanant du passé, sont de véritables matières premières historiques. Elles sont essentielles, car elles permettent la compréhension du passé et la contextualisation de la recherche scientifique. Puisque le passé ne peut pas être restitué dans sa totalité, le rôle de l’historien est de rendre intelligible ce que l’on peut en savoir, en recourant aux diverses disciplines capables de contribuer à cette intelligence (Atsma et Burguière, 1990). Elaborée au cours d’un stage réalisé à l’Institut français du Proche-Orient de Beyrouth, la réflexion au cœur de cet article a pour objectifs de présenter brièvement la nature du fonds d’archives de l’Institut français d’Archéologie du Proche Orient (IFAPO), ainsi que de mettre en lumière les relations entretenues par l’Institut avec l’Organisation des Nations Unies, à travers les exemples d’un certain nombre de documents conservés à la Médiathèque de l’Ifpo à Beyrouth.

Le fonds d’archives se divise en deux parties :

  • 1918-1946 : fonds de la Direction de l’archéologie et des Beaux-Arts.
  • 1946-2002 : fonds de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth puis de l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient, à partir de 1977.

Fig. 1 : Les rayons du magasin de la médiathèque de l’Ifpo conservent
au total 138 boîtes d’archives pour le fonds Archéologie (Yann Manceau, 2022).

La création de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth (IFAB) en 1946 par Henri Seyrig témoigne de la volonté française de renforcer sa présence en matière d’archéologie dans cette région. Elle s’inscrit en réalité dans un temps plus long puisque dès 1860, la France conduit des expéditions à visée archéologique au Liban notamment. Napoléon III charge ainsi Ernest Renan de mener une expédition scientifique au Liban, en Syrie et en Palestine dans le but d’exhumer des vestiges de la Phénicie antique. Des fouilles sont notamment menées à Tyr, Sidon, Byblos et Tortose. La mission de Phénicie marque le véritable départ de l’archéologie française au Levant, et fera office de point d’ancrage pour de nombreuses missions ultérieures. Progressivement, le nombre de sites sur lesquels travaillent les archéologues français augmente, justifiant donc l’établissement après-guerre d’un centre de recherche dédié, sur le modèle de l’Ecole française d’Athènes.

Les documents présents dans le fonds d’archives Archéologie de l’IFAPO sont pour la majorité de nature administrative. Les notes internes, factures et autres courriers administratifs sont autant d’indicateurs du fonctionnement d’un tel centre de recherches. En outre, de nombreux courriers de correspondance attestent de relations, ponctuelles ou continues, avec des partenaires extérieurs, qu’ils soient français ou étrangers. Un ensemble de documents se trouvant dans la boîte 44 du fonds atteste par exemple, des relations entretenues par l’IFAB avec l’UNESCO, entre 1948 et 1950 (Institut français du Proche-Orient, Fonds IFAPO 1946-2002, boîte 44). En 1948, l’UNESCO prend l’initiative de recenser les différentes institutions à Beyrouth possédant des archives photographiques d’œuvres d’art, dans une optique d’identification des archives disponibles. La démarche, concrétisée l’année suivante, a pour objectif de favoriser le développement d’institutions analogues.

Fig. 2 : Correspondance entre l’IFAB et l’UNESCO, mars 1949 (Yann Manceau, 2022).

La division Arts et Lettres de l’UNESCO, par l’intermédiaire du sculpteur français Berto Lardera, contacte donc l’IFAB en mars 1949 dans le but d’établir une relation de coopération culturelle portant spécifiquement sur les photographies d’œuvres d’art possédées par l’Institut français d’archéologie. Dans ce cadre, un questionnaire est adressé au directeur Henri Seyrig, par le biais duquel on apprend que la collection de photographies, constituée à partir de 1930, rassemble près de 10 000 négatifs, en plus d’un nombre non renseigné de positifs. Cette vaste collection de photographies de l’IFAB a pour buts essentiels la « documentation, la diffusion, les études comparatives et l’enseignement » au sujet des monuments historiques de la Syrie et du Liban ainsi que des collections des musées de Damas et d’Alep (Ifpo, Fonds IFAPO 1946-2002, boîte 44). Le projet mené par l’UNESCO illustre ainsi la volonté d’identifier et de développer les connaissances disponibles sur cette région et rentre pleinement dans sa politique de valorisation de la recherche archéologique à l’échelle internationale.

La demande de participation à une entreprise de traduction d’œuvres littéraires adressée par l’UNESCO à Henri Seyrig peut en revanche paraître plus surprenante. En effet, une copie d’un rapport présent dans les archives de l’IFAPO atteste de la fondation de l’Association pour la traduction des œuvres classiques, à laquelle Henri Seyrig est invité à participer. L’article 2 des statuts de cette Association stipule que :

Le but de l’Association est de faire procéder à la traduction et à la diffusion, en langue arabe et, inversement, dans les langues officielles de l’UNESCO, des œuvres classiques, présentant une valeur essentiellement humaine et universelle et susceptible de renforcer les liens de la solidarité internationale et de favoriser la compréhension spirituelle entre les peuples.

Comme on le voit dans ce document intitulé Statuts de l’Association pour la traduction des œuvres classiques, l’UNESCO cherche à renforcer la cohésion et l’entente entre les différents peuples, par le biais de la culture, et ce dès les premières années qui suivent la Seconde Guerre mondiale (Ifpo, Fonds IFAPO 1946-2002, boîte 44). Aux yeux des Nations Unies, ce projet intrinsèquement humaniste doit contribuer à un élan de diffusion culturelle relativement vigoureux à cette époque. Dès l’origine, l’UNESCO a proposé que la responsabilité de ce projet soit portée par un organisme autonome, afin d’assurer l’indépendance morale et matérielle du projet. La volonté de cette Association est de fournir une traduction de 100 œuvres classiques, relevant de la littérature et de la philosophie générale (et non purement scientifique) et couvrant les principaux genres de ces domaines. Une copie de la liste des 80 premiers ouvrages sélectionnés donne à voir l’intitulé, le genre et la langue de chacun de ces livres, mais aussi le nombre d’ouvrages présents pour chaque genre.

Sommaire de la liste des 80 ouvrages pour l’établissement des 100 premiers classiques (Yann Manceau, 2022).

Il est intéressant de noter qu’Henri Seyrig est membre du conseil d’administration de l’Association non pas en sa qualité d’archéologue, comme nous pourrions le penser, mais bien en sa qualité de représentant culturel français à Beyrouth. En effet, l’archéologie n’est pas mise en valeur dans cette entreprise de traduction, ni même l’histoire en règle générale. Seuls trois des 80 ouvrages présélectionnés sont du genre historique, et se classent plutôt du côté de l’histoire militaire grecque ancienne (Xénophon, Thucydide et Tacite). Ainsi, au-delà de sa renommée et de son expertise en matière d’archéologie proche-orientale, l’IFAB fait figure d’interlocuteur privilégié aux yeux de l’Organisation des Nations Unies au sujet de la culture, dans son acception la plus large. Il est ici utile de rappeler qu’Henri Seyrig, avant de fonder l’Institut français d’archéologie de Beyrouth, a été le directeur du Service des Antiquités de la Syrie et du Liban sous le mandat français, entre 1929 et 1940, puis de 1942 à 1945, attaché culturel de la France libre aux États-Unis. Partisan d’une politique libérale, il accueille au Liban et en Syrie des missions archéologiques étrangères, notamment américaines (Will 1993, p. 388). L’ensemble de ces éléments contribue donc à indiquer qu’il s’agit d’une figure éminente de la culture française, au-delà de son domaine de prédilection qu’est la recherche archéologique. Il s’agit probablement de la raison pour laquelle le choix de l’UNESCO s’est porté sur Henri Seyrig au moment de former le conseil d’administration de la Fondation.

Le fonds d’archives se trouve par ailleurs enrichi par un certain nombre de documents qui ne concernent pas exclusivement l’IFAB. A titre d’exemple, une copie de l’Accord de coopération culturelle, scientifique et technique entre la France et le Liban, signé le 14 octobre 1993 entre les ministres des Affaires Etrangères français et libanais, respectivement Alain Juppé et Marwan Hamade, illustre le dynamisme des relations culturelles entre les deux pays (Ifpo, Fonds IFAPO 1946-2002, boîte 44). L’histoire culturelle, qui s’est beaucoup intéressée à la circulation internationale des idées, des œuvres mais aussi des modes de vie, permet de saisir les enjeux des politiques culturelles, véritable « quatrième dimension des relations internationales » selon Philip Coombs (Chaubet et Martin, 2011). L’importance des relations diplomatiques culturelles, bien comprise par la France au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en partie faute d’une puissance politique et militaire suffisante pour rivaliser avec les Etats-Unis (Saint-Gilles, 2009), est donc bien visible dans les archives de l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient.

Les archives conservées à la Médiathèque de l’Ifpo permettent donc d’éclairer à la fois les logiques internes de fonctionnement d’un institut français de recherche à l’étranger, le déroulement des activités scientifiques, à commencer par les campagnes de fouilles, et les relations extérieures nouées au gré des années par l’institut avec tout un ensemble de partenaires. Ces documents, de première importance, contribuent ainsi à illustrer la force de l’activité archéologique française au Proche-Orient ainsi que la recomposition des relations franco-libanaises après l’indépendance, notamment sur le plan culturel.

Bibliographie

Atsma Hartmut et André Burguière, Marc Bloch aujourd’hui. Histoire comparée et sciences sociales, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 1990.

Chaubet François et Laurent Martin, Histoire des relations culturelles dans le monde contemporain, Armand Colin, Paris, 2011.

Pommier Jean, « Autour de la mission de Phénicie d’Ernest Renan », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 109-1, 1965, p. 126-141. [En ligne] https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1965_num_109_1_11828.

Saint-Gilles Laurence, « La culture comme levier de puissance : le cas de la politique culturelle de la France aux Etats-Unis pendant la Guerre froide », Histoire, économie & société, 28-4, 2009, p. 97-109. [En ligne] https://www.cairn.info/revue-histoire-economie-et-societe-2009-4-page-97.htm.

Will Ernest, « Notice sur la vie et les travaux d’Henri Seyrig, membre de l’Académie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 137-2, 1993, p. 384-394. [En ligne] https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1993_num_137_2_15222.


Pour citer cet article : Yann Manceau, "Les archives comme témoignage de l’intérêt scientifique français au Levant : l’exemple du fonds archéologique de l’Institut français du Proche-Orient", Les Carnets de l'Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/11765, le 27 juin 2022. [En  ligne sur hypotheses.org]

Étudiant en Master à l’université Rennes 2 en filière Histoire, parcours « Relations internationales, mondialisations et interculturalités », Yann Manceau a réalisé un stage à l’Ifpo de Beyrouth au cours duquel il a mené un travail d’identification, de classement et d’inventaire des archives de l’IFAPO sur la période 1946-2002.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search