Renégociation des rôles de genre dans la migration : l’exemple d’un couple syrien au Liban

À travers l’analyse du parcours d’un couple originaire de Syrie, ce billet présente le début d’une réflexion engagée dans le cadre d’un travail doctoral sur les trajectoires sociales et les reconfigurations des rapports sociaux de sexe au cours de la migration de Syrien-nes après 2011.

Avant 2011 et la transformation du soulèvement populaire en conflit armé, les migrations syriennes au Liban étaient pendulaires et majoritairement masculines, composées de travailleurs saisonniers dans le secteur de la construction, de l’agriculture ou du transport, avec un petit nombre de femmes, surtout dans le secteur agricole (Chalcraft, 2009). À partir de 2011, la situation sécuritaire en Syrie pousse des millions de personnes à chercher refuge dans les pays limitrophes, dont environ un million au Liban. Ce pays a d’abord pratiqué une politique de la porte ouverte avant d’imposer une série de mesures visant à entraver l’immigration syrienne à partir de 2014, en restreignant la liberté de mouvement, l’accès aux services, à l’emploi, au logement et à l’aide humanitaire aux Syriens. Par exemple, en 2015, le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) est contraint d’arrêter l’enregistrement des Syrien-nes, pourtant nécessaire à l’obtention d’un titre de séjour.

C’est dans ce contexte que s’inscrit la trajectoire du couple exposée dans ce billet. Elle illustre les tactiques mises en place par les Syrien-nes pour faire face à un environnement hostile à leur présence. Que ce soit en raison de politiques qui maintiennent les hommes dans le foyer en limitant leur liberté de circulation et leur accès à un titre de séjour, et en leur imposant de nombreux contrôles, ou de politiques humanitaires dirigées vers les femmes (Aubin-Boltanski, 2021), les Syrien-nes ont progressivement adopté de nouvelles formes d’organisation sociale en rupture avec les traditions prévalant dans leur région d’origine.

Quels sont les mécanismes et les facteurs sociologiques qui sous-tendent les modifications des rapports sociaux de sexe dans ces parcours migratoires ? En revenant dans un premier temps sur les principales étapes de leur installation au Liban, nous exposerons ensuite les expériences sociales et professionnelles du couple, tirées de leurs propres récits, en lien avec les interactions sociales vécues avec leur entourage et les acteurs humanitaires, dans le cadre des politiques migratoires libanaises et des politiques humanitaires internationales. Nous reviendrons enfin sur les discours et les représentations liés aux évolutions de ces rapports sociaux au cours de la trajectoire.

Du pays d’origine au pays de refuge : expériences de la mobilité et discontinuités sociales

Parcours géographique du couple : de Qosseyr à Saadnayel, crédits: Elsa Maarawi

Afnane, 29 ans, a grandi dans un petit village situé à l’ouest de l’Oronte dans le district de Qosseyr, dans un foyer de 13 enfants dont le revenu principal provenait d’une activité agricole (culture du blé), d’élevage et d’arboriculture. Suite à la détérioration de la situation sécuritaire en raison de l’entrée des villes de Homs et Qosseyr dans la résistance armée, la répression violente par bombardements et incursions régulières de l’armée syrienne et l’arrestation de son père par le régime suivie de sa mort, elle renonce à s’inscrire à l’Université de Homs, comme beaucoup de filles de sa région, et accepte un mariage avec Mazen sous la pression de sa mère qui conçoit le mariage comme une protection pour les filles contre les enlèvements et le viol.

Originaire d’un village voisin, Mazen, 35 ans, est issu d’une famille de 10 enfants, de père agriculteur et fonctionnaire, diplômé d’études supérieures, et d’une mère au foyer analphabète. Fin 2011, il interrompt des études de droit à Damas, retourne dans son village, et propose ce mariage à Afnane qui s’installe alors dans la maison de ses parents. Il s’implique dans l’aide médicale aux blessés qui fuient la ville de Qosseyr alors soumise à d’intenses bombardements et attaques de l’armée syrienne. La sécurité n’étant plus garantie pour sa famille, il laisse partir Afnane – dont les parents ont déjà fui au Liban – et ses parents vers le Liban, puis les rejoint 8 mois plus tard, à la fin de l’année 2012. Tous deux entrent au Liban de façon irrégulière.

Le parcours du couple est discontinu, tant d’un point de vue spatial que social et économique. Ils trouvent d’abord refuge dans la ville frontalière d’Ersal au Liban, comme de nombreux-ses Syrien-nes – qui représentent aujourd’hui 70% des habitant-es (Legal Agenda, 2017) et dressent une tente dans un camp. Comme d’autres, Mazen trouve un travail dans une usine de découpe de pierre. Afnane fait de l’aide aux devoirs pour les enfants du camp « pour passer le temps ». Mais en 2014, le couple est contraint de fuir à nouveau, suite à la bataille d’Ersal. Ces affrontements, qui ont opposé d’un côté les forces armées libanaises et de l’autre, les groupes armés du Front Al-Nosra et de l’État islamique, ont fait plusieurs dizaines de mort-es et plus d’une centaine de blessé-es civil-es, les soldats et les combattants, et contribué au puissant renforcement du sentiment anti-syrien (Civil Society Knowledge Center interactive timeline, 2017).

Ils rejoignent les parents d’Afnane à Saadnayel dans la Bekaa, et érigent une nouvelle tente dans un camp avec des familles originaires d’autres régions. Afnane explique ce choix comme le meilleur rapport qualité-prix, malgré l’absence de protection que ce type d’habitat apporte contre les intempéries ainsi que les conditions précaires qui y dominent. Appelés Informal Settlements (camps informels) par les acteurs humanitaires car le gouvernement libanais a refusé l’installation de camps de réfugiés officiels, ce sont principalement des emplacements loués par des particuliers en échange d’un loyer ou de main d’œuvre agricole. Ils sont le lieu de résidence d’environ 20% des Syrien-nes au Liban (Kikano and al., 2021).

Camps de la Bekaa Ouest, crédits : UNHCR, 2013

S’installer et vivre : entre barrières légales et opportunités professionnelles

À partir de 2015, les conditions régissant l’entrée et le séjour des Syrien-nes au Liban sont modifiées et restreignent leur liberté de mouvement et leurs possibilités d’emploi (Fakhoury, 2020), en dépit de l’adoption en 2016 du Lebanon compact. Cet accord entre l’Union Européenne et le gouvernement libanais pour améliorer la gouvernance de l’accueil des réfugié-es en échange du développement économique du pays, ne permet pas la mise en place de mesures pour améliorer la situation des Syrien-nes. Par exemple, l’obtention d’un permis de séjour gratuit reste conditionnée à l’enregistrement au HCR, pourtant gelé depuis 2015 (Bank & Fröhlich, 2021).

Dans cette situation, Afnane parvient à renouveler son titre de séjour sur la base de son enregistrement au HCR, alors que Mazen, qui n’a pas voulu s’enregistrer comme d’autres syriens de peur de se faire arrêter et déporter pour entrée illégale, obtient son titre de séjour par un « kafil » qu’il paie tous les ans. Le régime de la « kafala » permet en effet à un étranger d’obtenir un titre de séjour en tant qu’employé d’une personne libanaise. Jusqu’alors utilisé pour les travailleur-ses étrangèr-es, ce statut permet à beaucoup de Syrien-nes de contourner les restrictions d’accès à un titre de séjour humanitaire. Côté professionnel, le couple trouve du travail dans le secteur informel : Mazen devient tailleur de pierre et Afnane institutrice dans une école pour les enfants syriens ouverte à proximité du camp par un prêtre. Elle y enseigne pendant 4 ans.

Par conséquent, son quotidien évolue : elle s’inscrit à l’Université libanaise à Zahlé en littérature anglaise grâce à l’obtention d’une bourse DAFI (Albert Einstein German Academic Refugee Initiative) qui permet à des réfugié-es de poursuivre leurs études dans leur pays d’asile. Elle aide sa mère et sa belle-famille financièrement en leur achetant des médicaments ou en contribuant au loyer de leur tente. Elle aide également d’autres personnes dans le camp et est appréciée par ses habitant-es. Son rôle est alors reconnu officiellement : elle est nommée shawishé lorsque son camp est répertorié par les Nations-Unies. Elle doit alors fournir la liste des personnes du camp pour les distributions d’aides alimentaires ou matérielles, répertorier les besoins des habitant-es du camp et les transmettre aux organisations humanitaires (ONG), négocier et maintenir un dialogue avec les autorités libanaises (Christiansen, 2017). Puis, elle devient travailleuse de proximité volontaire pour plusieurs ONG internationales et reçoit un salaire mensuel : elle visite les camps aux alentours de Saadnayel, donne des informations à leurs habitant-es sur les services de santé disponibles, organise des sessions d’information sur l’importance des vaccins contre le Covid ou des actes d’état civil (naissance, mariage, décès).

Au début réticent à ses allers et venues, Mazen accepte finalement l’activité de sa conjointe. Le fait que le couple ne peut pas avoir d’enfant (en raison de l’infertilité de Mazen) permet aussi à Afnane d’avoir plus de temps pour s’occuper de son foyer, de ses proches et pour travailler. En 2021, les époux s’entendent d’ailleurs pour que Mazen arrête son activité à l’usine, trop fatigante et peu rentable, et reprenne des études à l’Université Libanaise. Il achète une voiture et travaille comme chauffeur de taxi, puis, grâce aux réseaux d’Afnane, trouve également une activité de volontariat rémunérée avec une ONG. Suite à un vol dans leur tente par le propriétaire du terrain, et grâce à leurs revenus respectifs, ils quittent le camp et s’installent dans un appartement à proximité.

Évolution des rapports sociaux de sexe dans le couple : discours et représentations

La situation du couple contraste avec les rôles attribués aux deux sexes dans leur région d’origine. Afnane raconte que dans sa famille, les tâches effectuées et les espaces investis par chacun-e étaient clairement délimités : les femmes responsables à la maison et au village de la gestion de l’alimentation et du travail agricole tandis que les hommes étaient en charge des aspects et orientations financiers du foyer à l’extérieur (vente des produits au marché, prises de décisions sur les dépenses). La vie au Liban bouleverse radicalement cette organisation. Occupant de nouvelles responsabilités sociales et économiques, Afnane ne cuisine plus tous les jours, elle va et vient seule avec la voiture de Mazen. Mazen prépare les plats qu’il a appris à faire à l’armée, et apprend la conduite à sa conjointe malgré les critiques de membres de sa famille et des habitant-es du camp, qui désapprouvent le fait qu’une femme conduise une voiture alors que son mari emprunte d’autres moyens de transport. En effet, il s’achète un scooter pour se déplacer, préférant laisser la voiture à Afnane.

Ainsi, plutôt qu’une féminisation des hommes par leur assignation à un statut associé à celui des femmes avant la migration (Aubin-Boltanski, ibid.), l’exemple de ce couple montre au contraire une renégociation et une redéfinition des pratiques attribuées à chacun des deux sexes. Celles-ci s’opèrent dans une situation de reclassement social des deux membres du couple, permise par la reprise d’études, la pratique d’activités intellectuelles (l’enseignement et la formation) et le travail humanitaire, toutefois adossée aux représentations antérieures. Mazen revendique avoir donné l’autorisation à sa femme de travailler ou de conduire et Afnane explique que sa réalisation professionnelle et économique vise au maintien de la situation financière de son foyer. De plus, ils s’appuient sur des valeurs renvoyant à ces rôles traditionnels : sur la loi musulmane pour Mazen afin de justifier l’importance de la complémentarité des rôles des femmes et des hommes – il précise d’ailleurs son opposition aux valeurs défendues par certaines organisations humanitaires à travers leurs programmes destinés exclusivement aux femmes ou qui militent pour les droits des femmes, avec comme conséquence la destruction des familles selon lui – ; sur les vertus des femmes syriennes pour Afnane qui, dit-elle, savent s’occuper de leurs maris et de leurs belles-familles, contrairement aux femmes libanaises centrées, selon elle, sur leur bien-être personnel.

Conclusion

L’importance accordée à l’éducation, l’opportunité offerte par les bourses d’études pour les Syrien-nes – comme les programmes DAFI ou Hope, les formations dispensées par les associations – en informatique, communication ou management, et enfin les possibilités d’emploi, par ces dernières – même dans un statut de volontaire, « forme particulière de travail précaire invisibilisé » (Drif, 2018) – permettent au couple de contourner un contexte d’accès aux droits restreint.

Ces conditions ont permis de faire bouger les lignes traditionnelles de partage des rôles sociaux de sexe au sein du couple. De plus, le statut social conquis dans la migration à travers la pratique d’activités d’aide à la communauté – dans le camp d’abord puis à l’extérieur – permet aux conjoints d’affirmer cette évolution face à leur entourage familial.

Néanmoins, reste à examiner si ces changements, ancrés dans la situation d’exil, sont susceptibles de créer des dynamiques durables.

Bibliographie

AUBIN-BOLTANSKI Emma, 2021, « Des oiseaux pour se raconter et rêver : ethnographie d’une passion colombophile (Liban) », Ethnologie française, 2/51, 2021 p. 347-361. https://www-cairn-info.inshs.bib.cnrs.fr/revue-ethnologie-francaise-2021-2-page-347.htm; DOI : 10.3917/ethn.212.0347 (consulté le 29/01/2022)

BANK André et FRÖHLICH Christiane, 2021, «  The governance of Syrian refugees in the Middle East: Lessons from the Jordan and Lebanon Compacts: Special Issue (SI) of Digest of Middle East Studies, ed. by Kelsey Norman: Contribution to “Taking Stock of Middle East Migration since the Arab Uprisings”», Digest of Middle East Studies, 30/4, p. 256-261. [En ligne] DOI : https://doi.org/10.1111/dome.12247 (consulté le 06/02/2022)

CHALCRAFT John, 2009, The invisible cage, Syrian migrant workers in Lebanon, Stanford, Stanford University Press, 2009.

CHRISTIANSEN Carøe Connie, 2017, « Gender Relations among Neighbors – a Study of Humanitarian Practices Addressing Syrian Refugees in Lebanon », Paper for the conference: ‘Pluralism in Emergenc(i)es: Movement, Space, and Religious Difference’, Amman, 6-8 December 2017, Occasional Paper Series, Institute for Women’s Studies in the Arab World, 2017 [En ligne] https://aiw.lau.edu.lb/files/gender-relations-syrian-refugees.pdf (consulté le 31/01/2022)

DRIF Leila, 2018, « Être réfugié et « volontaire » : les travailleurs invisibles des dispositifs d’aide internationale », Critique internationale, 81/4, 2018, p. 21-42. [En ligne], DOI : 10.3917/crii.081.0021 (consulté le 25/02/2022)

EL MASRI Rula, GARWOOD Rosa and HARVEY Claire, 2013, « Shifting Sands. Changing gender roles among refugees in Lebanon », Joint research report Oxfam and ABAAD-Resource Center for Gender Equality, Oxfam International, September 2013, [En ligne] https://policy-practice.oxfam.org/resources/shifting-sands-changing-gender-roles-among-refugees-in-lebanon-300408/ (consulté le 28/01/2022)

FAKHOURY Tamirace, 2020, « Refugee Governance in Crisis: The Case of the EU-Lebanon Compact», MAGYC [En ligne], URL : https://www.magyc.uliege.be/wp-content/uploads/2021/01/D2.3-v1December2020.pdf (consulté le 06/02/2022)

KIKANO Faten, FAUVEAUD Gabriel, & LIZARRALDE Gonzalo, 2021, « Policies of exclusion: The case of Syrian refugees in Lebanon », Journal of Refugee Studies, 34/1, 2021, [En ligne], URL : https://academic.oup.com/jrs/article/34/1/422/6103158 (consulté le 06/02/2022)

HCR, 2021, « Fact Sheet Lebanon », November 2021, [En ligne] https://reporting.unhcr.org/document/1262 (consulté le 31/01/2022)

Legal Agenda, 2017, الهام برجس, « اللاجئون الى عرسال: أي دور تنظيمي للبلدية في ظل الهشاشة الأمنية؟» المفكرة القانونية  ,10/03/2017, [En ligne] URL : https://legal-agenda.com (consulté le 27/01/2022)


Pour citer cet article : Elsa Maarawi, "Renégociation des rôles de genre dans la migration : l’exemple d’un couple syrien au Liban", Les Carnets de l'Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/11635, le 4 avril 2022. [En  ligne sur hypotheses.org]

 

Elsa Maarawi est doctorante à l’Université de Picardie Jules Verne au CURAPP-ESS et associée à l’Ifpo Beyrouth. Elle travaille sur les parcours migratoires et trajectoires sociales de Syrien·ne·s en transit au Liban et réinstallé·e·s dans les Hauts-de-France. Ce billet est issu de son travail de terrain au Liban.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 5 avril 2022

    […] Renégociation des rôles de genre dans la migration : l’exemple d’un couple syrien au Liban […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search