Retour de terrain, Amyan 2021. Études du matériel et topographie du site

Après une année blanche en 2020 due à la situation sanitaire mondiale, il n’a pas été possible de déployer l’ensemble des travaux prévus sur Amyan en 2021, en raison d’une situation sécuritaire jugée instable. La Mission archéologique d’Amyan (MAA) a donc décidé de mener plusieurs campagnes d’étude faisant suite aux travaux effectués en 2019 (Couturaud 2019, 2020), la première sur le matériel exhumé lors de la précédente campagne de fouilles, la seconde destinée à poursuivre l’étude topographique du site et des occupations périphériques d’Amyan.

Relevé topographique du site d’Amyan et de son complexe archéologique

Le site d’Amyan est situé dans la plaine d’Akre, également appelée plaine de Navkur, à 55 km au nord-ouest d’Erbil et 45 km au nord-est de Mossoul et de l’antique Ninive (coordonnées : 36.536457, 43.596556 ; alt. 378 m). Cette situation, au cœur d’une plaine extrêmement fertile et densément occupée dans l’Antiquité, donne au site d’Amyan une position privilégiée qui explique son occupation quasi continue, depuis le Chalcolithique jusqu’à la période islamique, les périodes montrant l’occupation la plus importante étant l’âge du Bronze, aux 3e et 2e millénaires avant notre ère.

Fig. 1 : le site d’Amyan (MAA)

De forme ovoïde, le site principal d’Amyan est un tell de 26 mètres de hauteur pour une surface d’un peu moins de 5 hectares. Sur ses côtés est et sud se développent une ville basse d’environ 10 hectares, partiellement recouverte par un village moderne. Le site a été repéré en 2012 par l’équipe du Land of Nineveh Archaeological Project (LoNAP) et prospecté en 2012 et 2016. L’étude des environs du site a montré que 9 sites étaient très certainement à considérer comme des sites satellites du tell principal, dont l’occupation remonte à la période dite de Hassuna, au 7e millénaire avant notre ère. Les 9 sites sont répartis autour du tell, 8 petits sont situés dans un rayon de 800 mètres autour du tell principal, le 9e, plus grand, est situé à 1,20 kilomètre au nord-est. Au total, l’ensemble du complexe couvre une superficie d’un peu plus de 100 hectares (Morandi Bonacossi 2020).

L’étude topographique du site en 2019 s’était concentrée sur le site principal d’Amyan. Cette année, nous avons pu effectuer plusieurs survols par drone, non seulement du tell, mais également de toute la zone du complexe archéologique, l’objectif étant de réaliser un modèle numérique de surface pouvant servir de base à une carte topographique de l’ensemble des sites (Lisein 2021). 13 vols ont été réalisés à l’aide d’un drone Anafi de la marque Parrot, et un total d’environ 1200 images aériennes a été enregistré. Les vols au-dessus du complexe des sites se sont fait à une altitude élevée (250 m), tandis que des vols à une altitude plus basse ont été effectués au-dessus du site principal (140 m). Chaque image a été géolocalisée par le GPS du drone. Mais considérant que les GPS peuvent manquer de précision en altimétrie et qu’un mauvais calibrage géométrique de la caméra peut entraîner des mesures altimétriques inexactes, les mesures photogrammétriques ont été complétées par des informations supplémentaires au sol au moyen d’une station totale.

Fig. 2 : carte topographique d’Amyan et des sites périphériques (le nord est à droite) (MAA)

Le traitement photogrammétrique a ensuite été réalisé afin de livrer un modèle numérique de surface, avec des courbes de niveau à 1 mètre d’intervalle. Le relief a été représenté par des courbes de niveau plus précises et une orthophotomosaïque d’une résolution de 10 centimètres a été générée. Le modèle numérique de surface et l’orthophotomosaïque produits à la suite de cette mission seront très utiles pour la localisation de tous les éléments visibles de type routes, arbres, rivières, maisons, etc., permettant non seulement la création de cartes, mais aussi, dans un contexte environnemental de développement urbain accéléré tel que le connait aujourd’hui le Kurdistan irakien, le contrôle de la transformation du paysage dans les environs d’Amyan.

Étude du matériel céramique et des objets

Les fouilles d’Amyan en 2019 se sont concentrées dans une tranchée localisée sur le flanc est du site. Elle a révélé les vestiges de plusieurs structures datant très certainement de la deuxième moitié du 2e millénaire avant notre ère (Couturaud 2020). D’abord les restes d’une cour d’un bâtiment monumental, construit en bord de tell, dans la partie haute de la tranchée. Plus bas a été dégagé un mur monumental, correspondant soit à l’enceinte d’un quartier de la ville, soit à la fortification de la ville, reposant sur une substructure massive, construite en brique et en pisé. Ainsi, au lieu d’une succession de niveaux et de couches archéologiques, il semble que nous ayons dégagé, à cet endroit du tell, les restes monumentaux de vestiges datant tous d’une période relativement limitée. En outre, très peu de contextes clos ont été fouillés, ce qui explique que la datation de ces structures reste peu précise et se situe dans une fourchette encore large datée de la deuxième moitié du IIe millénaire, allant de la période du royaume du Mitanni (1600-1300 av. J.-C.) à la période médio-assyrienne (1300-1000 av. J.-C.).

L’enregistrement du matériel céramique exhumé en 2019 a pu être complété cette année (Mouamar 2021). Ce corpus servira de base à l’établissement de la typologie céramique d’Amyan, en cours de réalisation. Par ailleurs, 58 tessons ont été sélectionnés pour des analyses archéométriques dont l’objectif sera de caractériser les pâtes et les réseaux d’approvisionnement. Cette première partie du travail, achevée cette année, va servir de base à plusieurs études ultérieures : un classement des groupes techniques existants et de leurs faciès morphologiques respectifs ; une caractérisation des assemblages d’Amyan dans le contexte régional ; une datation plus précise des contextes mis au jour.

L’étude du matériel céramique est conçue en trois étapes, reconstituant plus ou moins la chaîne opératoire de fabrication : d’abord, par le biais d’une approche technologique, une étude des catégories de pâte et des modes de cuisson (voir ci-dessous) ; puis sera réalisée une étude morphologique permettant de classifier les formes et de déterminer les caractéristiques de chaque type morphologique ; la dernière étape sera une étude des traitements de surface et du décor.

La majorité du matériel d’Amyan est associé aux céramiques mi-fines, à dégraissant végétal sous forme de paille hachée avec traces de dessiccation. Quelques inclusions minérales blanches et brunes ont été observées, résultant plutôt d’une présence naturelle dans l’argile que d’un ajout volontaire. La couleur de la pâte est hétérogène avec un cœur foncé et des marges beiges ou orange, témoignant d’une cuisson réductrice et d’une post-cuisson oxydante.

Fig. 3 : photographies de section des tessons, montrant les pâtes à dégraissant végétal des céramiques mi-fines (haut), les pâtes fines (milieu) et les pâtes grossières de céramiques culinaires (bas) (MAA)

Les céramiques fines, quant à elles, se distinguent avant tout par la finesse et la dureté des pâtes. Aucune inclusion n’est visible à l’œil nu, le dégraissant est essentiellement minéral. La pâte est de couleur beige clair, témoignant de l’utilisation d’une atmosphère de post-cuisson oxydante.

Les céramiques culinaires, enfin, sont très rares. Elles sont caractérisées par la présence d’inclusions minérales grossières, assez abondantes, composées essentiellement de gros grains colorés blancs (translucides ou opaques) et noirs. Leur répartition hétérogène et leur forme anguleuse suggèrent que leur présence résulte d’un ajout volontaire. La pâte est de couleur grise, témoignant d’une cuisson et d’une post-cuisson réductrices.

L’étude du matériel ne s’est pas cantonnée à la céramique, puisque l’ensemble des objets exhumés en 2019 ont pu être dessinés et réétudiés à cette occasion (Othman 2021). Le corpus se compose de 28 objets : 12 objets en terre cuite (3 clous muraux, 3 figurines animales, 2 racloirs, 2 ratés de cuissons, 1 couvercle et 1 jeton) ; 13 objets en pierres (5 poids, 3 fragments de meules en basalte, 1 pilon, 4 objets fragmentaires non identifiés) ; 2 objets en métal (1 lame et 1 pointe de flèche) ; 1 lame en silex.

Fig. 4 : dessins des trois clous retrouvés à Amyan (MAA)

Les plus remarquables parmi tous ces objets sont les trois clous muraux en argile. Sur le clou AM19-A2-1212-01 ont pu être identifiées plusieurs incisions sous la forme de lignes parallèles, pouvant être l’indication d’un numéro. Enfin, deux nouveaux objets ont été découverts parmi les tessons de poterie, l’un correspondant à un objet en terre cuite, peut-être une figurine ou un élément d’un char, l’autre à un raté de cuisson.

Conclusion et remerciements

La reprise des travaux sur le site d’Amyan est attendue pour 2022, avec des opérations multiples, qui auront pour but une exploration plus approfondie des niveaux de l’âge du Bronze, sur le tell haut, mais aussi et surtout à sa base, dans la zone du village moderne. Il est en effet impératif de pouvoir documenter rapidement cette partie du site archéologique, menacée par des constructions modernes. Il va sans dire que dans cette perspective, l’avancée des recherches sur la topographie du site et sur le matériel céramique permettra de pouvoir plus rapidement cibler et dater les secteurs à fouiller.

Nous tenons à remercier les membres de l’équipe d’Amyan qui ont réalisé ces missions d’étude en 2021 : Jonathan Lisein, expert en photogrammétrie à l’université de Liège, assisté sur le terrain par Omar Sharef, archéologue de la Direction des Antiquités d’Akre, et de Muhammad Aziz Karim, mokhtar d’Amyan ; Georges Mouamar, chercheur associé à l’UMR 5133-Archéorient, pour l’étude du mobilier céramique ; Ali Othman, chercheur indépendant, pour les dessins d’objets. Ces missions d’étude n’auraient pu être réalisées sans l’accord de Kayfi Ali, directeur général des Antiquités du Kurdistan, Hiwa Shimal, directeur des Antiquités d’Akre, Hassan Bekas, directeur des Antiquités de Duhok, et le soutien de Michel Mouton et Myriam Catusse, directeurs successifs de l’Ifpo, Dominique Pieri, directeur du département d’Archéologie et d’histoire de l’Antiquité de l’Ifpo, et Salwa Nacouzi, conseillère de coopération et d’action culturelle à l’ambassade de France à Bagdad. Last but not least, nous tenons également à mentionner que ces missions d’étude ont été réalisées en partenariat avec l’université de Liège soutenue par des subsides de la FWB, par l’intermédiaire de Laurent Colonna d’Istria, professeur et responsable du Service d’assyriologie et d’archéologie de l’Asie antérieure, auquel nous sommes profondément reconnaissants.

Bibliographie

Couturaud B., 2019, « Retour de terrain, Amyan 2019. Première mission de recherche sur un site de la plaine d’Akre (Kurdistan irakien) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, 04/12/2019 [en ligne] http://ifpo.hypotheses.org/9643

Couturaud B. (dir.), 2020, Archaeological Expedition in Amyan. Report of the First Campaign (2019), General Directorate of Antiquities, Erbil [en ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02610503/document

Couturaud B. (dir.), 2021, Archaeological Expedition in Amyan. Report of the Study Campaign (2021).

Lisein J., 2021, « Aerial Mapping of Amyan Archaeological Site », in Couturaud B. (dir.), Archaeological Expedition in Amyan. Report of the Study Campaign (2021), pp. 14-17.

Morandi Bonacossi D., 2020, « The Amyan Archaeological Complex Survey by the Land of Nineveh Archaeological Project », in Couturaud B. (dir.), Archaeological Expedition in Amyan. Report of the First Campaign (2019), General Directorate of Antiquities, Erbil, pp. 14-26 [en ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02610503/document

Mouamar G., 2021, « Study of the Ceramic Material », in Couturaud B. (dir.), Archaeological Expedition in Amyan. Report of the Study Campaign (2021), pp. 3-11.

Othman A., 2021, « Drawings of Archaeological Objects », in Couturaud B. (dir.), Archaeological Expedition in Amyan. Report of the Study Campaign (2021), pp. 12-13.


Pour citer cet article : Barbara Couturaud, "Retour de terrain, Amyan 2021. Études du matériel et topographie du site", Les Carnets de l'Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/11565, le 21 février 2022. [En  ligne sur hypotheses.org]

Barbara CouturaudBarbara Couturaud is an archaeologist, now researcher at IFPO (Institut français du Proche-Orient) and head of the Erbil branch. Her research focuses on Mesopotamian archeology and iconography during the Early Bronze Age (3rd millennium BC). She has studied the corpus of inlays discovered in Mari during her PhD. Since, she has also worked on the figuration of the military elites and feminine garments. She has been working on many archaeological excavations in Syria, Jordan, Kuwait, Irak and France. She is now the director of the excavations in Amyan (Kurdistan Regional Government). For more information: http://www.ifporient.org/barbara-couturaud/

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 5 avril 2022

    […] Retour de terrain, Amyan 2021. Études du matériel et topographie du site […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search