Trouver sa place ? Analyse des trajectoires professionnelles et spatiales de femmes plombières dans le cadre du projet d’empowerment (le Water Wise Women) en Jordanie

Khawla gardera toujours en mémoire sa première intervention seule chez un particulier. La plombière blond platine vêtue de sa combinaison bleu électrique ne passe pas inaperçue dans le quartier de Khalda, au nord d’Amman, où elle s’apprête à rejoindre ses premiers clients. Alors que la fuite d’eau ne peut attendre quelques heures de plus, la directrice de la société Al Nashmeyah Arms for Maintenance est appelée en urgence par une femme dont le mari lui interdit de recevoir un homme en son absence. Khawla est stressée. La plombière sait qu’elle va devoir s’exposer à des regards stupéfaits et insistants. Cette fois, elle ne pourra compter sur personne pour l’assister techniquement. Une fois les réparations terminées, le mari de Khawla reçoit un appel de l’époux de la cliente, émerveillé par le travail effectué et désireux d’en souligner la qualité. Ce jour-ci, plus que la curiosité c’est bien l’admiration du client qu’elle aura éveillée.

Khawla a participé en qualité d’instructrice à la formation professionnelle de plomberie menée par l’Agence allemande d’aide au développement (GIZ) entre 2007 à 2015, le Water Wise Women (WWW). Sur le terrain, le WWW est relayé par l’ONG royale jordanienne JOHUD, le Ministère de l’Eau et de l’Irrigation jordanien (MWI) et les centres de formations professionnelles (VTC). Au total 350 femmes ont suivi la formation et 40 d’entre elles exercent aujourd’hui ce métier empreint de représentations sociales genrées. Elles sont employées dans deux entités : le Wise Women Plumbers Cooperative (WWPC) et la Al Nashmeyah Arms for Maintenance Society, la société de Khawla.

Photographie mettant en exergue la coopération germano-jordanienne lors d’une formation du WWW financée par la GIZ
(GIZ, 2018)

Une grande partie de la société jordanienne demeure sous l’emprise d’un système patriarcal qui affecte la mobilité sociale et spatiale des femmes (Kawar, 1999). Le statut de mère au foyer partagé par 84% de la population féminine en âge de travailler (DOS, 2019) réduit les possibilités de se mouvoir dans l’espace public. La place des femmes est plus traditionnellement assignée à la sphère privée. L’acquisition d’une plus grande capacité d’action – conséquente de l’exercice de leur profession – conduit les plombières à remettre en cause des représentations culturelles contraignant leur mobilité socio-spatiale.

À travers l’étude des femmes plombières, ce billet propose une réflexion sur l’acquisition d’une identité professionnelle appréhendée comme un moteur de mobilités et d’habitudes nouvelles.

En raison des déplacements qu’impliquent leur profession, les plombières, principalement issues de milieux modestes, connaissent une révolution de leur mobilité. Des espaces anciennement jugés socialement ou culturellement inaccessibles à ces femmes font, grâce à la plomberie, l’objet d’interventions. Ces mobilités ne se limitent pas à la sphère professionnelle ; la réappropriation spatiale de leur environnement résidentiel suppose également une réappropriation physique et psychologique. Ce billet est le fruit d’un travail de terrain d’une durée de trois mois, effectué entre le 3 janvier et le 10 avril 2021, et s’appuie sur une méthodologie essentiellement qualitative. L’ensemble des données empiriques ont été recueillies au cours d’entretiens semi-directifs et complétées par l’usage de la cartographie sensible au cours d’entretiens biographiques menées avec des plombières. Ces dernières partagent de nombreux points communs : toutes appartiennent à la classe moyenne inférieure ; aucune d’entre elles n’exerçaient d’emploi avant de débuter la formation et leurs enfants ont tous au moins 16 ans soit un âge qui leur assure une certaine indépendance.

Révolution des mobilités, révolution de la “mobilité”

 

 

Schéma de mobilités de Zaineb réalisé le 22/03/21, traduit de l’arabe, J.Bureau
Schéma de mobilités de Iman réalisé le 23/02/21, traduit de l’arabe, J.Bureau

Afin de fournir une observation de ces changements, la méthode de la cartographie sensible a été mobilisée. Sur le schéma de mobilité, il leur était demandé de mentionner les lieux où elles se rendaient avant la formation et les lieux qu’elles pratiquent depuis qu’elles sont plombières, tant dans leur vie professionnelle que privée.

Les schémas obtenus mettent en exergue un accroissement considérable de leurs mobilités. En acquérant le statut professionnel de plombière, elles font l’expérience d’un espace qui diffère de celui qu’elles pratiquaient quotidiennement, lequel était consigné à l’intérieur des limites du quartier dans lequel elles résidaient. Sur son schéma, Iman n’a mentionné qu’un lieu pratiqué avant la plomberie : « visiter sa famille et la famille de son mari », preuve d’une mobilité restreinte.

« I didn’t know anything beyond my own street that I lived in. »

Iman, Marka, 2021

Plus qu’un renouvellement de leur rapport à l’espace, les plombières transforment leur manière même de se mouvoir dans un contexte où les transports publics constituent l’un des principaux freins à l’emploi féminin. Les liaisons, longues et contraignantes, complexifient les mobilités féminines. Aussi, se déplacer requiert des compétences et des connaissances soit un capital spatial appelé motilité (Kaufmann, 2002). Cette capabilité et cette potentialité au déplacement se renforcent dès la formation du WWW, comme en témoigne l’utilisation plus fréquente des transports publics. Quant à Iman et Alaa, elles les ont délaissés suite à l’obtention de leur permis de conduire et l’achat d’une voiture dans un contexte national où les mobilités féminines apparaissent limitées.

« The most precious thing in my life was that I wanted to learn how to drive and get a car. So I get determined to learn how to drive and I got a tiny car but I’m really happy. The most important thing is that I have one »

Iman, Marka, 2021

Accéder à l’inaccessible

La coopérative et la société de Khawla entretiennent des liens étroits avec l’aide internationale. Le soutien financier est indirect et s’établit au travers de projets impliquant les plombières. De nombreux projets de maintenance ont été organisés dans des espaces institutionnels comme des écoles, des lieux de culte, le Sénat et le Parlement. De janvier à décembre 2019, la GIZ et l’USAID signent un contrat avec le Ministère de l’Eau et de l’Irrigation nommé la Plumbing Campaign for Governmental Institutions dans le cadre duquel les plombières interviennent dans des bâtiments accueillant les institutions du Royaume. Cette opération constitue une grande fierté pour les plombières qui n’auraient jamais imaginé un jour pouvoir y accéder et encore moins y travailler.

« When I got back from this building to home, I was very proud and told everyone that I entered in those building. I live in a popular area it’s very simple, they are not very open. This idea that a woman would go into those governmental buildings is a big deal. I told my father in law, you know I went into buildings you have never been »

Zaineb , plombière au sein de la WWPC, Marka, 2021

La plomberie et surtout le support d’une agence d’aide internationale rendent possible le franchissement des « murs invisibles » (Di Méo, 2011). Ces murs érigés par une autocensure elle-même héritée d’une configuration spatiale genrée et d’une certaine organisation des services et des transports publics, sont peu à peu ébranlés par l’activité professionnelle. Ces espaces anciennement considérés comme attractifs, répulsifs ou méconnus font l’objet d’un nouvel investissement quotidien.

Vers une réappropriation de lenvironnement résidentiel

Les nouvelles habitudes de mobilité ne se limitent pas à la sphère professionnelle. Dans la vie privée des changements sont observables. Les femmes gagnent en autonomie et en assurance dans leurs activités du quotidien. Une plombière exprime sa fierté de ne plus dépendre de son mari pour se rendre au supermarché et visiter ses voisins. L’acquisition de leur identité professionnelle est également vectrice de leur nouvelle insertion sociale. Avant la formation, leurs liens de sociabilité se limitaient à la sphère familiale et aux amis de leur mari.

« I didn’t have friends before I met them through the plumbery workshops »

Alaa, plombière au sein de la WWPC, Marka, 2021

Leur intégration au marché du travail les met en contact à la fois avec des collègues, des clients et dans le cadre des entités professionnelles nées de la WWW, avec des acteurs de l’aide internationale. Amenées à se déplacer en continu, leur profession leur permet à la fois de nouer de premières relations amicales mais également de pratiquer de nouveaux lieux de sociabilité

Les représentations traditionnelles des espaces résidentiels jordaniens et de la place qu’y occupent les femmes sont défiées par les nouvelles manières d’habiter ces mêmes espaces par les femmes plombières. Autrefois uniquement lieu du travail domestique, la résidence est matériellement et symboliquement redéfinie par les pratiques professionnelles des plombières. Neimah range sa boite à outils et son uniforme dans le placard de sa chambre, tout comme Iman et Zaineb. Alaa repasse tous les soirs son uniforme avant de le ranger dans l’armoire, ce rite témoignant de l’importance qu’elle accorde à son emploi. Aïcha affirme dissimuler sa boîte à outil derrière la porte de sa chambre. Se dégage ainsi des entretiens la fierté collective de ramener au sein du foyer le symbole de leurs nouvelles trajectoires personnelles. L’équipement professionnel des plombières acquiert une visibilité au sein du foyer – et donc auprès des maris des plombières. Leur activité permet également de contribuer au revenu du ménage. Cela souligne combien ces femmes sont désireuses d’affirmer leur succès professionnel dans un espace symboliquement et socialement défini comme étant le leur par excellence .

Aïcha présentant son uniforme rangé dans sa chambre à Zaay
(J.Bureau, Février 2021)
Iman présentant son uniforme rangé dans sa chambre à Marka
(J.Bureau, Avril 2021)

Conclusion

Par leur statut de plombière, les bénéficiaires du projet renégocient un ensemble de rôles sociaux et expérimentent une nouvelle fenêtre des possibles en découvrant des espaces physiques et symboliques inédits. À l’échelle urbaine et grâce aux projets menés conjointement avec l’aide internationale, des lieux institutionnels, religieux ou prestigieux pourtant jugés inaccessibles aux femmes ont été investis par ces dernières dans le cadre de pratiques professionnelles. Progressivement, c’est par le travail que ces femmes défient les normes en rigueur dans leurs déplacements du quotidien et accèdent à une nouvelle sphère de sociabilité. Ces nouvelles trajectoires professionnelles transcendent une simple finalité économique. Les plombières ont développé un éventail de pratiques durables et désormais centrales dans leur quotidien. Cependant, si l’objectif premier du WWW était d’assurer une insertion professionnelle durable, le projet semble avoir échoué. Seulement 10% des participantes du programme exercent aujourd’hui. La rapidité de la formation et le manque d’accompagnement sur un terrain difficile peuvent être mis en cause. Aussi, la viabilité économique des entités professionnelles crée n’est garantie que par le soutien financier des agences de développement. Ce soutien financier indirect révèle une dépendance extrême envers l’aide internationale. Ainsi, à l’heure actuelle de nombreux obstacles demeurent et contraignent les femmes dans leur affirmation sur un marché du travail normalement réservé aux hommes.

Bibliographie

BUTLER J., 2006, Défaire le genre, Paris, Éd. Amsterdam.

COUTRAS J., 1998, « La mobilité quotidienne et les inégalités de sexe à travers le prisme des statistiques », Recherches féministes, vol.10, n°2, p.77-90.

DI MEO G., 2011, Les murs invisibles, Paris, Armand Colin.

KAWAR M., 2000, Gender, Employment and the Life Course, The case of working daughters in Amman, Jordan.

KAUFMANN V., 2002, Re-thinking Mobility, Contemporary Sociology, Aldershot (Hampshire)/Burlington,VT, Ashgate.

Department of Statistics, 2019, « Jordan in figures »
<http://dosweb.dos.gov.jo/DataBank/JordanInFigures/Jorinfo_2019.pdf



 

Juliette Bureau est étudiante en Master 1 de Géographie parcours Dynamiques des Pays Émergents et en voie de Développement à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Ce billet est le fruit d’un travail de terrain d’une durée de 3 mois mené en Jordanie dans le cadre de son mémoire de recherche.


Citer ce billet
Juliette Bureau (2022, 24 janvier). Trouver sa place ? Analyse des trajectoires professionnelles et spatiales de femmes plombières dans le cadre du projet d’empowerment (le Water Wise Women) en Jordanie. Les carnets de l’Ifpo. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pvz0

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Géraldine Chatelard dit :

    Merci pour ce post très intéressant. Une traduction en arabe ou anglais est-elle prévue ?

    Bien cordialement

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search