Identité et territoires : les représentations topographiques dans les mosaïques de pavement byzantines de la province d’Arabie (IVe-VIIIe siècles)

Dans le territoire de l’ancienne province romaine d’Arabie, huit mosaïques de pavement tardo-antiques, en contexte chrétien, présentent un décor relativement rare de motifs topographiques (fig. 1). Ce type de représentation figure une ou plusieurs cités, la plupart du temps légendées en grec, sous la forme d’un bâtiment unique ou d’un petit groupe de bâtiments ceints. Bien que répandu dans d’autres media à la même époque, les motifs se démarquent par leur relative rareté dans la mosaïque chrétienne et semblent avoir été particulièrement appréciés dans la province d’Arabie. Si de nombreux archéologues et chercheurs ont travaillé sur la mosaïque byzantine de Jordanie (Michel 2001), les études menées précisément sur le sujet concernent en majorité la mosaïque cartographique dite « carte de Madaba » dans l’église Saint-Georges de Madaba découverte vers 1890 (Ortolani 1994 ; Piccirillo & Alliata 1999) (fig. 2). De ce fait, les références de toutes les représentations topographiques mises au jour depuis dans la région renvoient à cette carte, célèbre à bien des égards, et qui constitue, encore à ce jour, un unicum. Quelque peu délaissé, le reste du corpus soulève certains questionnements, comme le choix des villes représentées, la logique de leur agencement ou leur interprétation, et mérite d’être étudié plus en détail.

Fig. 1 : carte de répartition des pavements à vignette(s) topographique(s) dans les provinces de Palestine et d’Arabie (F. Muntrez).

Fig. 2 : mosaïque de l’église Saint-Georges dite « carte de Madaba », Madaba, VIe siècle (Evans 2012, p. 5).

Itinéraires de pèlerinage : sites bibliques, sites monastiques

Étant donné que le phénomène du pèlerinage connaît un développement rapide à partir de la Paix de l’Église (313), certains auteurs ont été tentés d’interpréter les mosaïques topographiques comme des illustrations d’itinéraires de pèlerinage (Canuti 1995 ; Piccirillo & Alliata 1999). D’après les sources textuelles anciennes disponibles (Maraval 2004), il est possible de supposer que les vignettes topographiques représentent les points de passage incontournables de ces itinéraires. La théorie expliquerait la présence d’Alexandrie et Memphis au centre de la nef de l’église Saints-Pierre-et-Paul de Jerash (vers 540 – fig. 3) ou aussi, comme on le suppose, dans celle de l’église 95 (dédiée à saint Jean-Baptiste) de Khirbet es-Samra (638 – fig. 4). Alexandrie fut le siège d’un patriarcat et Memphis abrite la prison dans laquelle Joseph avait été enfermé (Gn 39, 1-20). D’autre part, les pèlerins venus par mer de Palestine en Égypte débarquaient à Alexandrie ; la route côtière menait à Péluse où elle se divisait en deux branches, l’une se dirigeant vers Memphis, l’autre vers Alexandrie. Les mosaïques révèlent alors la place majeure que détient l’Égypte dans les décors des églises d’Arabie. La bordure topographique du pavement de l’église Saint-Jean de Jerash (531 – fig. 5) ne montrait que des villes égyptiennes : sont conservées Canope, Menouthis, Alexandrie et Memphis (Piccirillo 1989). La présence d’Alexandrie et Memphis est peu surprenante, de plus, nous savons que Menouthis abritait le sanctuaire des Saints-Cyr-et-Jean, l’un des principaux centres de pèlerinage d’Égypte et que Canope, sur la route menant à Menouthis, abritait un monastère récemment institué. Ainsi, à l’hypothèse de la représentation de sites de pèlerinages bibliques, il faut également ajouter celle des sites de pèlerinages monastiques en Égypte. Les mosaïques reflètent un intérêt certain pour l’illustration d’une cartographie contemporaine des régions environnantes ainsi qu’une forme de réalisme géographique, les vignettes semblant placées dans le pavement selon la géographie du pays.

Fig. 3 : aquarelle représentant Alexandrie et Memphis, centre de la nef de l’église Saints-Pierre-et-Paul, Jerash, vers 540 (Evans 2012, p. 12).

Fig. 4 : Alexandrie et Memphis, nef de l’église 95/Saint-Jean-Baptiste, Khirbet es-Samra, 638, (Piccirillo 1993, p. 304).

Fig. 5 : plan et relevé des mosaïques de l’église Saint-Jean de Jerash, 531 (Michel 2001, p. 244).

Une cartographie du monde administratif : le statut de cité, vecteur de concurrence et d’émulation

La hiérarchie mise en place par le découpage en provinces, dominées par une métropole (Bosra pour la province d’Arabie), elle-même à la tête d’un réseau d’évêchés, entraîne dès lors une forme de concurrence entre cités, bourgs ou villages (P.-L. Gatier, dans Piccirillo & Alliata 1999, p. 235-237). L’idéologie de la cité à l’époque byzantine est ainsi exprimée à travers la culture visuelle. Les rivalités qui peuvent exister s’expliquent par l’importance du statut de cité et le fossé qui se creuse entre celui-ci et l’arrière-pays rural. La concurrence existe à la fois entre cités, mais aussi entre les bourgs ou villages qui auraient souhaité accéder à ce rang. La mosaïque de l’église des Lions d’Umm er-Rasas (574 ou 589) est alors éloquente : le panneau de l’entrecolonnement nord représente le bourg de Kastron Mefaa (antique Umm er-Rasas). La topographie du site est somme toute assez réaliste : au registre inférieur est figuré le faubourg sous forme de bâtiments encerclant une colonne, et au registre supérieur, le castrum, petit groupe d’édifices ceints d’une muraille polygonale (fig. 6). Certains chercheurs (Duval 2003, p. 219) ont émis l’hypothèse qu’à l’exact opposé du panneau, en symétrie, se trouvait un second panneau de même taille qui devait représenter la ville de Jérusalem. La conjecture est établie à partir de la comparaison avec la bordure topographique de Saint-Étienne d’Umm er-Rasas (fig. 7), dans laquelle la vignette de Kastron Mefaa (sud-est), en tous points similaire à celle de l’église des Lions, fait pendant à celle de Hagiopolis (Jérusalem, nord-est). Comme toutes les villes représentées dans cette bordure sont des cités reconnues et que Kastron Mefaa n’est ni cité, ni évêché, alors il est légitime de penser qu’il s’agit ici d’une promotion du bourg placé sur le même plan que la Ville Sainte ; sa valorisation traduirait l’espoir d’accéder au statut de cité. L’église des Lions (574 ou 589) aurait été à l’origine du schéma iconographique, repris dans l’église Saint-Étienne (718). Dans une volonté d’exprimer la hiérarchie administrative qui régit l’Empire, les vingt-cinq villes qui y sont figurées seraient situées dans un ordre qui suit parfaitement le réseau des routes en respectant une division ouest-est, sur le pavement comme dans la réalité (Canuti 1995) (fig. 8).

Fig. 6 : entrecolonnement nord, pavement de l’église des Lions, Umm er-Rasas, 574 ou 589 (Bowersock 2006, p. 67).

Fig. 7 : pavement de l’église Saint-Étienne d’Umm er-Rasas et panneau de Kastron Mefaa (entrecolonnement sud-est), 718 (Image 1 : cliché de l’auteur / image 2 : Piccirillo 1993, p. 221).

 

Fig. 8 : villes palestiniennes et jordaniennes figurées dans le pavement d’Umm er-Rasas en lien avec les réseaux routiers (d’après la carte de Canuti 1995, p. 623, modifiée).

Une cartographie du monde religieux : promouvoir les patriarcats d’Orient et les sièges épiscopaux

Une analogie avec la géographie contemporaine de la région se dessine par l’étude des pavements, par la représentation d’itinéraires empruntés par les fidèles ou le réalisme de certaines vignettes. L’aspect géographique et scientifique qui émerge des pavements est probablement hérité de la tradition cartographique romaine (Ortolani 1994 ; Johnson 2012). L’aspect plus proprement administratif est mis en exergue par la concurrence qui s’exprime visuellement entre cités ou par la représentation du réseau des routes connues (cf. carte de Madaba). Un dernier aspect, et pas des moindres, se manifeste par le biais des vignettes topographiques : l’aspect religieux.

Dans l’église du prêtre Wa’il (Umm er-Rasas, 586, fig. 9) le panneau de l’entrecolonnement sud-ouest représente quatre bustes féminins, chacun d’eux entouré d’un long manteau ou voile et alternant avec des représentations architecturales non légendées. Chaque vignette topographique contient trois tours crénelées, symbole d’un rempart de ville. L’édifice-symbole de chaque ville s’ouvre par une large baie d’où pend un rideau, motif qui peut évoquer un sanctuaire comme symbole principal de la ville. L’image pourrait alors portraiturer quatre personnifications de cités, des tychai, alternant avec leur représentation architecturale, d’autant qu’elles semblent toutes tenir une corne d’abondance entre les mains, attribut parfois rattaché aux tychai. Nous sommes tentés d’établir un lien avec la Table de Peutinger où le motif de tyché de trois cités figure le siège des patriarcats (Rome, Constantinople et Antioche) ; notre mosaïque représenterait alors les patriarcats d’Orient : Antioche, Alexandrie, Constantinople (patriarcat érigé en 381 lors du concile de Constantinople) et Jérusalem (patriarcat créé en 451 au concile de Chalcédoine). Cette théorie est d’autant plus séduisante que la querelle autour du miaphysisme, condamné au concile de Chalcédoine, avait entraîné de nombreuses ruptures et dissensions au sein des patriarcats d’Orient. Il s’agirait alors à travers leur représentation de rétablir une forme d’unité.

Toutefois, un dissensus existe à propos de la mosaïque. Les quatre personnages sont aussi interprétés comme représentant les quatre saisons (Piccirillo 1993, p. 243), qui sont bien attestées dans les mosaïques jordaniennes, mais dont les attributs spécifiques sont absents ici. L’hypothèse des quatre fleuves du paradis paraît peu plausible puisque la tradition iconographique des fleuves personnifiés, bien établie en Jordanie, emploie des hommes âgés et barbus, tenant roseau et jarre d’où jaillit l’eau. Si l’on admet que les villes-sièges des patriarcats sont représentées, alors cela démontre l’importance de figurer le monde religieux oriental dans lequel s’insère la province d’Arabie. Il faut ajouter que la mosaïque de l’église de l’Acropole de Ma‘in figure une douzaine de villes, toutes sièges épiscopaux de premier plan pour la province d’Arabie.

Fig. 9 : panneau de l’entrecolonnement sud-ouest, mosaïque de l’église du prêtre Wa’il, Umm er-Rasas, 586 (Talgam 2014, p. 210).

Conclusion

Les mosaïques byzantines de Jordanie révèlent l’intérêt accru des commanditaires et des fidèles pour la géographie de la région et l’importance primordiale pour les communautés chrétiennes de se situer au sein du maillage administratif et religieux. La koinè qui persiste sous l’égide de l’Empire dans le pourtour méditerranéen par le biais de contacts ininterrompus rend légitime la présence, dans les mosaïques de pavement, de décors manifestant une conscience de soi et de l’autre (Bowersock 2006). Il semble alors que ces mosaïques, par les vignettes topographiques, tendent à représenter une cartographie schématique du monde contemporain environnant, afin de se situer géographiquement au sein de sa région, de promouvoir son statut de cité ou d’affirmer la place de l’Église dans les provinces orientales. Les mosaïques qui ornent le sol de ces églises portent et exposent à la vue des fidèles un décor qui représente le monde connu et habité, l’écoumène. Ces représentations participent à la symbolique cosmologique attachée à l’espace ecclésial.

Bibliographie

BOWERSOCK Glen, Mosaics as History: the Near East from Late Antiquity to Islam, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Press, 2006.

CANUTI Gabriele, « Mosaici di Giordania con raffigurazioni di città : itinerari di pellegrinaggio ? », dans DASSMANN Ernst, Akten des XII internationalen Kongresses für christliche Archäologie : Bonn, 22-28 September 1991, Münster/Città del Vaticano, Aschendorffsche Verlagsbuchhandlung/Pontificio istituto di archeologia cristiana, 1995, p. 617-629.

DUVAL Noël (dir.), Les églises de Jordanie et leurs mosaïques, Actes de la journée d’études organisée le 22 février 1989 au musée de la Civilisation gallo-romaine de Lyon, Beyrouth, Institut Français du Proche-Orient, 2003.

JOHNSON Scott Fitzgerald, « Travel, Cartography, and Cosmology », dans idem (dir.), The Oxford Handbook of Late Antiquity, Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 562-596.

MARAVAL Pierre, Lieux saints et pèlerinages d’Orient. Histoire et géographie. Des origines à la conquête arabe, 2e ed., Paris, Les Editions du Cerf, 2004.

MICHEL Anne (dir.), Les églises d’époque byzantine et umayyade de Jordanie (provinces d’Arabie et de Palestine) Ve-VIIIe siècle : typologie architecturale et aménagements liturgiques, avec catalogue des monuments, Turnhout, Brepols, 2001.

ORTOLANI Giorgio, « Cartografia e architettura nella « Carta di Madaba » », Palladio, no 14, 1994, p. 55-68.

PICCIRILLO Michele, ALLIATA Eugenio (dir.), The Madaba Map Centenary, 1897-1997: Travelling through the Byzantine Umayyad Period, Jérusalem, Studium Biblicum Franciscanum, 1999.

PICCIRILLO Michele, The Mosaics of Jordan, Amman, American Center of Oriental Research, 1993.

PICCIRILLO Michele (dir.), Mosaïques byzantines de Jordanie, cat. expo., Lyon, Musée de la civilisation gallo-romaine, (février-mai 1989), Lyon, Association Lyonnaise pour la Sauvetage des Sites Médiévaux, 1989.


Pour citer cet article : Flora Muntrez, "Identité et territoires : les représentations topographiques dans les mosaïques de pavement byzantines de la province d’Arabie (IVe-VIIIe siècles)", Les Carnets de l'Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/11415, le 13 décembre 2021. [En  ligne sur hypotheses.org]

Flora Muntrez est diplômée de l’École du Louvre et d’un Master en histoire de l’art et archéologie à l’École Pratique des Hautes Études. Son mémoire de recherche porte sur les mosaïques de pavement byzantines en Jordanie et sur la symbolique cosmologique des décors. Elle a bénéficié d’une Aide à la Mobilité Internationale de l’Ifpo à Amman en 2021.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search