L’éducation des enfants syriens au Liban en pleine pandémie de COVID 19

La détérioration rapide des conditions économiques et sociales au Liban depuis 2019 questionne la durabilité de la réponse actuelle à la « crise des réfugiés syriens » à un moment où, de plus, la « fatigue de l’aide » se fait ressentir. Au cœur d’une crise économique sans précédent depuis 2019 et à la suite des explosions à Beyrouth du 4 août 2020 les réfugiés comme les Libanais connaissent une détérioration rapide de leurs conditions de vie économiques et sociales. Au moment où le gouvernement était forcé de déclarer un confinement strict du pays en janvier 2021, l’UNHCR recensait 80 % des réfugiés vivant sous le seuil d’extrême pauvreté et 50 % des Libanais sous le seuil de pauvreté. Les carences en termes d’accès aux ressources et aux services de base, mais également le manque de capacités nationales (accès à l’eau, abri, électricité, nourriture) continuent de s’accroitre, faisant passer la question de l’éducation au second plan.

À l’issue d’un séjour de terrain de deux mois à Beyrouth, ce billet est l’occasion d’évoquer les conséquences des dispositifs éducatifs mis en place sur les conditions de vie des réfugiés en pleine pandémie de COVID 19. Il est également l’occasion de démontrer en quoi les efforts concertés de la communauté internationale sous l’égide des Nations Unies pour continuer à fournir une éducation aux enfants syriens réfugiés installés au Liban témoignent des carences croissantes d’une approche de la protection des réfugiés fondée sur une réponse aux besoins économiques et sociaux. Cette conception alternative semble prendre le pas sur une conception plus traditionnelle inscrite dans le régime des réfugiés entériné par la Convention de Genève de 1951 sur le statut des réfugiés et son protocole additionnel de 1967.

Introduction

Dans le champ éducatif, la réponse d’urgence de la communauté internationale s’intègre à la stratégie nationale « Reaching All Children With Education » lancée par le ministère de l’Éducation libanais (LCRP 2020). Mis en place en 2014, le programme « RACE » vise à intégrer au système éducatif national la réponse d’urgence aux besoins des enfants syriens tout en renforçant le système éducatif libanais dans son ensemble (RACE I, 2014-2016 suivi de RACE II, 2017-2021). Ce faisant, la communauté internationale inscrit sa stratégie conjointe d’action humanitaire de court terme et d’aide au développement de long terme visant à construire « la résilience » à plusieurs échelles, celle de l’État libanais, de la communauté, de la société et de l’individu (DG ECHO 2016). Appliquée au champ de « l’éducation en situation d’urgence », l’approche par le prisme de la résilience est promue par la communauté internationale dans son ensemble depuis une dizaine d’années (réseau INEE, Dryden Peterson 2016). À titre d’exemple, dès 2014 le champ de l’éducation a vu les efforts des bailleurs internationaux et des autorités nationales des principaux pays d’accueil se coordonner pour éviter qu’une génération entière d’enfants syriens ne soit déscolarisée à travers l’initiative No lost generation.

Marginalisation et fragmentation du parcours scolaire des enfants syriens

Malgré les efforts déployés par le ministère de l’Éducation libanais en coordination avec les bailleurs internationaux, les dispositifs éducatifs à destination des enfants syriens se caractérisent par leur marginalisation au sein du système scolaire libanais (Brun et Shuayb 2020). La stratégie RACE, pilotée par les autorités nationales avec le soutien des Nations Unies, prévoit une intégration des réfugiés syriens au sein des écoles publiques par le biais de l’ouverture d’un « second shift », des classes dédiées à l’enseignement des Syriens l’après-midi. Ces dispositifs temporaires sont institués en marge du système public, financés intégralement par les bailleurs de fonds internationaux et mis en œuvre par un service autonome établi au sein du ministère de l’Éducation libanais (Project Management Unit). Ils illustrent une volonté d’intégration tout en conservant une frontière entre les différentes institutions.

Cependant, bien que le programme ne couvre les besoins que d’une minorité des enfants syriens en 2019, la pression sur les écoles publiques reste forte. On recense environ 213 000 écoliers syriens inscrits en 2018-2019 sur un effectif total d’environ 430 000 enfants scolarisés, soit environ 45 % des effectifs contre 35 % pour l’année 2014-2015 (RACE PMU 2020).

Scolarisation des réfugiés syriens dans le secteur public (UNESCO, UNICEF, UNHCR LHIF & Groupe de travail PASC, 2019)

Géré par une multitude d’acteurs de la coopération internationale, le parcours scolaire des enfants syriens se caractérise également par une grande fragmentation des cycles d’apprentissages. Ainsi, l’éducation « formelle » au sein du « second shift » est souvent mise en avant par les bailleurs alors qu’une grande majorité des enfants syriens sont déscolarisés (44 % des 6-14 ans en 2018-2019 selon l’UNHCR) ou suivent des programmes d’éducation « non formelle » dispensés par des ONG accréditées par le ministère de l’Éducation (MEHE). Le Cadre de règlementation de l’Éducation Non Formelle (cf. Tableau p.27 de la National Strategy for Alternative Education Pathways) publié en 2018 par le ministère de l’Éducation comprend une série de cycles d’éducation « non formelle » de la Early Childhood Education avant 6 ans à la Basic Literacy and numeracy pour les 6-14 ans, censée déboucher sur un Accelerated Learning Program (ALP) dispensé au sein des écoles publiques. Au terme de l’évaluation finale de l’ALP, les enfants doivent recevoir un diplôme leur permettant de réintégrer un cursus d’éducation « formelle », le « second shift ». Cependant, la fragmentation et la rigidité de ce parcours en dévoilent les limites. À titre d’exemple, de nombreuses ONG ont souligné le vide éducatif pour les enfants âgés de 7,5 à 10 ans qui n’ont jamais été scolarisés au préalable. De plus, l’absence d’outils statistiques unifiés complique la lisibilité des parcours éducatifs et ne permet pas de suivre le passage des enfants d’un cycle à l’autre.

Les carences d’une approche de la résilience des réfugiés sans protection légale

La priorisation du secteur éducatif par les bailleurs internationaux depuis 2014 met en lumière les carences d’une approche de la protection fondée sur une réponse aux besoins économiques et sociaux et non sur les droits civiques et politiques. Le Liban n’est pas signataire de la convention de 1951 sur le statut des réfugiés et de son protocole additionnel de 1967. Face à l’impossibilité d’exercer son mandat traditionnel en matière de protection légale, la réponse du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) au Liban est elle aussi de nature humanitaire. La notion de protection se traduit de facto par la fourniture d’une aide humanitaire et prend le pas sur la notion de protection légale des réfugiés dont l’UNHCR est le garant. Cette priorisation d’une approche fondée sur les besoins des réfugiés plutôt que sur les droits renvoie en pratique à une distinction entre protection légale et activités de protection.

Cette approche humanitaire est incarnée par l’objectif de la communauté internationale de « construire la résilience » des réfugiés afin de construire leur autonomie (« self-reliance », EUTF MADAD). Sur la base d’une définition commune à l’ensemble des bailleurs de fonds internationaux, la résilience a été inscrite au cœur du mandat de protection de l’UNHCR comme « la capacité qu’a un individu à se relever d’un choc, d’une crise » (UNHCR 2017). L’éducation des réfugiés, droit économique et social inscrit dans la déclaration internationale sur le droit des enfants de 1989, est conçue comme une activité contribuant à renforcer, non seulement la résilience et l’autonomie, mais aussi la protection des populations en situation d’exil prolongé (UNHCR 2019).

Cependant, la promotion de la résilience ne suffit pas à prévenir contre la dégradation des conditions de vie des Syriens au Liban, soulignant les nombreuses conséquences du vide de protection légale sur celles-ci. Dès 2015, l’arrivée massive de Syriens est considérée par le gouvernement libanais comme une menace à la stabilité politique et démographique du pays. En conséquence, il interdit à l’UNHCR de continuer à enregistrer l’arrivée des réfugiés et durcit les conditions de renouvellement du statut de résident. L’absence d’autorisation de résidence pèse sur les conditions de vie des réfugiés en les exposant au risque d’arrestations, de détention et d’éviction / expulsion, et en les empêchant d’obtenir certains documents de régularisation de leur statut légal (certificats de mariage ou de naissance par exemple). C’est également un frein majeur à l’éducation puisque les écoles publiques continuent à demander – en contradiction avec la position officielle – la présentation de documents d’identité en règle pour l’inscription au « second shift » ou l’obtention de diplômes. La communauté internationale et l’UNHCR continuent de faire du plaidoyer en faveur de l’assouplissement de la position des autorités nationales en matière d’asile. Cependant, la fermeté des autorités s’ajoute aux écarts constatés entre positionnements politiques officiels et pratiques administratives réelles, ayant pour effet de maintenir la réponse aux réfugiés dans le champ de la protection légale dans une impasse.

L’accroissement des obstacles à l’éducation en pleine pandémie de COVID 19

Enfin, aux différentes barrières administratives à l’éducation s’ajoutent celles liées aux conditions de vie des familles syriennes au Liban. Selon le rapport annuel de la communauté internationale, les principales barrières à l’éducation des enfants sont liées à la pauvreté et notamment au coût du matériel éducatif (20 %), au coût du transport (15 %) et dans une moindre mesure à la priorisation du travail concernant les garçons (9 %) et du mariage concernant les filles (6 %) (VASYR 2020, NRC 2020). Depuis l’année 2020, la fermeture des écoles par le gouvernement en réponse à la pandémie de COVID 19 a rendu certaines de ces dernières barrières caduques, comme celles liées au coût du transport, et en a fait naitre de nouvelles. Tout en réduisant la qualité de l’éducation dispensée et le nombre d’heures consacrée à celle-ci, le suivi de l’enseignement à distance est en effet conditionné à l’accès à une connexion internet et à un smartphone (UN IACL 2020). Pendant l’année scolaire 2020-2021, plus de 80 % des écoles publiques proposant le « second shift » dispensaient quotidiennement des leçons « en ligne », le plus fréquemment par le biais d’applications comme Whatsapp ou Telegram (UNHCR, 2020).

En conséquence des mesures de confinement liées à la pandémie de COVID-19, les autorités nationales ont tardé à adapter le cursus officiel aux modalités d’enseignement à distance. La réponse dans le champ de l’éducation « non formelle » a ainsi été placée sous le sceau de l’initiative individuelle. Pour combler les déficiences du système, les nombreuses ONG nationales et internationales actives dans le champ éducatif ont ainsi développé leur propre cursus d’enseignement à distance, par exemple à travers la collaboration avec des organisations spécialisées dans les pédagogies alternatives comme l’ONG Scenaryo (entretiens avec les membres du consortium Back to the Future, février 2021). Certaines ONG ont souligné les effets positifs de ce mode d’enseignement au niveau du renforcement des liens avec les enfants et de l’apprentissage d’outils pédagogiques pour les chefs de foyers, communément appelés « caregivers » et faisant souvent référence aux mères des enfants. En dépit de ces retombées qualifiées de positives, force est de constater que ces dispositifs temporaires tendent à s’installer dans le temps et font peser une responsabilité supplémentaire sur les familles dont la précarité ne cesse de s’accroitre. En dernier ressort, la responsabilité d’une grande partie des aspects pédagogiques est transférée aux « caregivers ». Selon les estimations de la communauté internationale, les femmes constituent plus de la moitié des réfugiés syriens vivant au Liban et un cinquième de ces femmes sont à la tête des foyers (UN Women 2019). Une étude récente sur l’impact de la pandémie de COVID 19 sur les femmes réfugiées au Liban souligne l’accroissement de leur vulnérabilité sociale, économique et psychologique face à la double injonction de faire vivre leur foyer tout en étant reléguée à la sphère privée (Women now 2021).

Bibliographie

Rapports du MEHE, PMU RACE II [en ligne] http://racepmulebanon.com/index.php/features-mainmenu-47/race2-article

Enrolment Figures Trend 2011 – 2020 [en ligne] http://racepmulebanon.com/images/RACE-PMU-Fact-Sheet-2021.pdf

Brun, C. & Shuayb, M. (2020), « Exceptional and Futureless Humanitarian Education of Syrian Refugees in Lebanon: Prospects For Shifting the Lens ». Refuge: Canada’s Journal on Refugees, 36(2), 20-30 [en ligne] https://doi.org/10.25071/1920-7336.40717 

Dryden-Peterson, S. (2016), « Refugee Education; The Crossroads of Globalization », Educational Researcher, 45(9), 437-82 [en ligne] https://doi.org/10.3102/0013189X16683398

DG ECHO (2016), European Union Factsheet “Building Resilience: The EU’s Approach”.

Ministère de l’Éducation Libanais (RACE – PMU), UNESCO Beyrouth. (2018), National Strategy for Alternative Education Pathways [en ligne] https://en.unesco.org/news/national-strategy-alternative-education-pathways)

Norwegian Refugee Council (2020), The Obstacle Course. Barriers to Education For Syrian Refugee Children in Lebanon [en ligne] https://www.nrc.no/resources/reports/the-obstacle-course-barriers-to-education-for-syrian-refugee-children-in-lebanon/

UNESCO, MEHE (2018), National Policy for Alternative Education Pathways: Meeting the Diverse Learning Needs For the Vulnerable and Marginalized Children and Youth in Lebanon.

UN Inter-Agency Coordination Lebanon, Learning Readiness Assessment Analysis Report, April 2020.

UNHCR (2017), Resilience and Self-Reliance From a Protection and Solutions Perspective, EC/68/SC/CRP.4.

UNHCR (2019),  Refugee Education 2030 [en ligne] https://www.unhcr.org/publications/education/5d651da88d7/education-2030-strategy-refugee-education.html

UN Women (2019), Unpacking Gendered Realities in Displacement: The Status of Syrian Refugee Women in Lebanon [en ligne] https://reliefweb.int/report/lebanon/unpacking-gendered-realities-displacement-status-syrian-refugee-women-lebanon

Women now (2020), The Disproportionate Impact of Covid 19 Crisis on Women and Adolescent Girls in Middle Bekaa and Women Now For Development’s Response [en ligne] https://women-now.org/the-disproportionate-impact-of-covid-19-crisis-on-women/

World Food Programme, UNHCR, UNICEF (2020), Vulnerability Assessment of Syrian Refugees in Lebanon (VASyR). [en ligne] https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/73118.pdf


Pour citer cet article : Lyla André, "L’éducation des enfants syriens au Liban en pleine pandémie de COVID 19", Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/11351, le 13 septembre 2021. [En  ligne sur hypotheses.org]

Associée au DEC de l’Ifpo, Lyla André réalise sa recherche doctorale à l’institut de sciences politiques de l’UCLouvain (Belgique) depuis 2018 sur le sujet de la gestion par l’Union européenne de la crise des réfugiés syriens au Liban, et en particulier sur la question de l’éducation des enfants. Ses travaux de recherche portent sur l’étude de l’action extérieure de l’Union européenne en réponse aux crises humanitaires et la gouvernance des réfugiés dans l’espace moyen-oriental.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search