État des lieux du travail au Liban : évaluation pré- et post-explosion

Par Ahmad AL-DIRANI (LOWER / OLDOE), Nizar HARIRI (OURSE, USJ) et Michele SCALA (Sciences Po Lyon, Triangle, Ifpo)

À l’heure de l’accumulation de crises multiples, économique, politique et sociale, le marché du travail et de l’emploi au Liban subit des contractions amplifiées par les effets de la crise sanitaire liée à la Covid-19 et à l’explosion du 4 août 2020 au port de Beyrouth. Se penchant sur les effets de la conjoncture au niveau économique, politique et social, les débats médiatiques et scientifiques, ainsi que les nombreux rapports établis par les organismes internationaux ont, cependant, largement évacué la question du travail.

Nous proposons ici de contribuer à l’éclairage de la situation actuelle et de ses conséquences sociales en interrogeant le travail, ses réalités et ses économies, de l’après-guerre au post-explosion du port de Beyrouth. Pour ce faire, nous synthétisons dans ce billet les résultats des recherches collectives que nous avons menées sur le travail au Liban, avant, pendant, et après les crises contemporaines, notamment dans le cadre du projet CEDRE (2018-2021) « Aux marges du salariat. Une enquête pluridisciplinaire sur le travail au Liban » et d’un rapport d’évaluation des incidences de l’explosion du 4 août.

« Tente accueillant les grévistes de la faim, révolutionnaires du 17 octobre. Nous ne sommes pas des mendiants dans notre patrie. Signé : Le révolutionnaire Fadi Ibrahim », Crédits photographiques : Hoda Kerbage 2020

1- Éviction du travail productif dans le modèle de croissance d’après-guerre

Dans le cadre des recherches menées actuellement à travers le projet CONECTE, financé par le programme Erasmus+ de l’Union européenne, nos calculs montrent que la construction et l’immobilier pesaient jusqu’à 1/5e de la création de valeur ajoutée au Liban entre 2004 et 2017 en moyenne, mais ne pèsent pas plus de 5 % du total des emplois. De même, les « activités financières et l’assurance » pèsent 8,5 % du PIB (un peu plus que l’industrie), mais ne représentent pas plus de 2 % du total des emplois, constituant ainsi le pilier d’un modèle de croissance faiblement créateur d’emplois. Contrairement aux idées reçues sur la marginalité quasi naturelle de l’agriculture et l’industrie, nos calculs montrent ainsi que le tiers des emplois s’avère localisé dans le primaire et le secondaire (fabrication et construction).

Même si l’industrie libanaise semble avoir gardé une proportion plus ou moins constante dans le PIB dans l’économie d’après-guerre (15,3 % en moyenne entre 2004 et 2017 selon nos calculs), les multiples vagues de reconstruction se sont accompagnées d’un déclin rapide des activités de fabrication (le secteur secondaire sans la construction pesant uniquement 7,8 % en 2018). Selon les données de la BM (BM Open data, 2021), cette atrophie des secteurs de l’agriculture et de l’industrie s’est accompagnée d’une chute de la productivité industrielle (la valeur ajoutée par travailleur passant de plus de 15 000 USD par an en 2010 à 11 600 USD en 2018) et agricole (la valeur ajoutée par travailleur passant de plus de 8 500 USD par an en 2000 à 6 600 USD en 2018).

En la resituant dans les tendances longues du marché du travail et de l’emploi libanais, la crise actuelle dévoile donc l’essoufflement du modèle de croissance d’après-guerre et des systèmes de travail en vigueur. Ce modèle n’était viable qu’aussi longtemps que le financement externe de l’économie était capable de tempérer les effets négatifs de la chute de la productivité, et cela via les transferts de la diaspora et les différentiels de revenus entre flux entrants et sortants de travailleurs, pouvant dépasser parfois les 6 milliards de USD par an. Rarement questionnée auparavant, la bonne santé du système bancaire et financier était donc pensée comme une condition suffisante du régime d’accumulation d’après-guerre. Soucieuses d’oublier que le modèle de croissance d’avant-guerre était fondé sur l’équilibre des principaux soldes macroéconomiques (solde budgétaire, balance des paiements), les politiques d’après-guerre ont visé des cibles de croissance qui subordonnaient le travail et l’emploi aux objectifs des politiques monétaires et financières, et non le contraire.

2- Effets des crises multiples sur le marché du travail et de l’emploi

En déplaçant la focale de l’économique au social, avec l’effondrement du système financier, les mécanismes de transmission de la crise bancaire vers l’économie réelle prennent la voie d’un cercle vicieux de chômage-récession. Dans une enquête menée par l’Observatoire libanais pour les droits des ouvriers et des employés (OLDOE) en septembre 2020 auprès de 1189 entreprises et 11 809 travailleurs, dans un rayon de 2 km autour du port, nous avons trouvé que 1872 travailleurs ont été licenciés (soit 15,8 %) dont 1680 de manière définitive, et que 30 % des entreprises ont pratiqué des baisses de salaires après l’explosion. Parmi les travailleurs dans la zone du port, le nombre total de ceux qui ont cessé de travailler à la suite de l’explosion serait de 4 188 personnes sur un total de 7 413 selon la même enquête (Dirani, 2021).

Les effets brutaux de l’explosion du port accélèrent ainsi une tendance déjà entamée depuis 2019, avec des licenciements massifs, et réductions/suspensions abusives des salaires. L’Université américaine de Beyrouth a licencié plus de 1 200 travailleurs et travailleuses en deux lots, sans obtenir l’approbation du ministère du Travail ; Coca-Cola a licencié 350 ouvriers et ouvrières ; Adidas a licencié 250 travailleurs et travailleuses ; l’investisseur saoudien Al-Shaya a fermé la plupart de ses entreprises et licencié des centaines d’employés. Par ailleurs, deux mille enseignants environ ont été licenciés en 2020 (Données du Syndicat des enseignants du secteur privé), en plus d’une réduction de 40 % des salaires nominaux en Livres libanaises dans un grand nombre d’écoles (Dirani, 2021).

Témoignage de l’ampleur de ces pratiques devenues beaucoup plus visibles à travers la paupérisation d’une partie majoritaire de la société libanaise, 325 établissements (publics et privés) ont déposé des demandes de licenciement auprès du ministère du Travail début 2020 (selon le communiqué de la directrice générale du ministère, Marilyn Atallah), tandis que des centaines d’autres entreprises ont licencié leurs employés sans adresser de demandes au ministère (Dirani, 2021).

3- Généralisation du travail sans droits

Nul besoin de multiplier les exemples. L’accélération des vagues de licenciements et de baisses des salaires réels à laquelle nous assistons s’inscrit dans un terreau de faibles protections associées au travail et à l’emploi qui ne peuvent pas être lues à l’aune d’analyses conjoncturelles. À l’aube de l’éclosion des crises contemporaines, c’est le travail sans droits, à savoir le travail exclu de jure ou de facto de l’accès aux droits et aux protections sociales, qui domine dans la balance globale des emplois.

D’une part, la plus grande partie de la force de travail libanaise (entre 55 % et 66 % d’après les sources in BM, 2011 ; ACS et OIT, 2018-2019) travaille en dehors de toute relation contractuelle et demeure donc exclue des protections sociales liées à l’emploi. D’autre part, la place de l’emploi non déclaré et non protégé ne concerne pas seulement les « économies de la débrouille » (Ayimpam, 2014), les dépossédés et les marginaux du marché du travail libanais. Bien au contraire, le travail sans droit se révèle très présent au sein de divers segments de l’emploi public, c’est-à-dire là où l’emploi salarié et protégé avait constitué, pour un temps, la principale forme d’emploi.

D’après une enquête datant de 2013 de (OLDOE), 30 à 35 % des emplois dans le secteur public seraient occupés par des travailleuses et travailleurs contractuels dont au moins 10 % de travailleurs dits « journaliers (al-mūyāwimīn) », exclus du Code de travail par son article 7. La proportion des journaliers monte cependant jusqu’à 50 % au port de Beyrouth, à 60 % à Électricité du Liban (EDL) et à 80 % dans les Entreprises de l’Eau (du Sud, du Nord, de Beyrouth et du Mont Liban) et dans certains hôpitaux publics (OLDOE, 2013 : 45-47). C’est là une transformation majeure du secteur public, et notamment du segment de l’énergie (électricité et eau) qui constituait, avant la guerre, la colonne vertébrale du salariat libanais, avec un taux de salarisation atteignant 98 % de la force de travail mobilisée (Dubar et Nasr, 1976 : 88).

Loin d’être exceptionnelles, ces « précarités d’État » révèlent un Droit du travail libanais peu protecteur, organisant, par la fragmentation, des formes plurielles « d’insécurité sociale » (Castel, 2003). D’une part, il institue un nombre de dérogations constituant la norme (exclusion des travailleuses et travailleurs agricoles, domestiques et journaliers du Code du travail [art. 7] ; système de la kafāla ; circulaires ministérielles ciblant le travail des Syriens et des Palestiniens ; interdiction de former un syndicat pour les employés du public, les juges, les magistrats, les étrangers). D’autre part, pour ceux qui sont censés relever du Code du travail, celui-ci s’avère constamment dévoyé et contourné dans le cadre des pratiques quotidiennes. Dans ce contexte, les relations et protections politiques, en l’occurrence clientélaires, jouent un rôle structurel — et non palliatif — à la fois dans l’entretien et dans l’euphémisation des formes multiples de l’exploitation qui peuvent être observées sur le terrain (Scala, 2020).

Ainsi, les pratiques multiples de dépossession ou d’impayé de salaires ou de part de salaires, et de licenciements qui se généralisent d’un bout à l’autre du pays constituent moins — ou en tout cas pas seulement — l’issue inéluctable d’une crise économique profonde et des effets à contretemps de la crise sanitaire ou de l’explosion du port. Elles trouvent un terrain fertile au sein d’un marché du travail qui se passe largement du Droit du travail et révèlent les fragilités endémiques d’un système de croissance ayant fait l’impasse de sa force de travail.

Références bibliographiques

ACS et OIT, 2018-2019, « Labour Force and Household Conditions Living Survey 2018-2019, Lebanon », ACS et OIT, Beyrouth.

Ayimpam, Sylvie, 2014, Économie de la débrouille à Kinshasa. Informalité, commerce et réseaux sociaux, préface de Jean-Marie Wautelet. Paris, Karthala.

BM (Banque Mondiale), 2021, World Bank Open Data, en ligne : https://data.worldbank.org

BM, 2021, « Lebanon Sinking : To the Top 3 », Lebanon Economic Monitor, Printemps 2021, en ligne : https://www.worldbank.org/en/news/press-release/2021/05/01/lebanon-sinking-into-one-of-the-most-severe-global-crises-episodes

BM, 2020, « The Deliberate Depression », Lebanon Economic Monitor, Automne, 2020, en ligne : https://www.worldbank.org/en/country/lebanon/publication/lebanon-economic-monitor-fall-2020

BM, 2011, The Challenge of Informality in the Middle East and North Africa, Washington DC.

Dirani, Ahmad, 2020, « Pre- and post-explosion analysis of the labour market », in. Hariri Nizar et Bou Nader Raymond (dir.), Évaluation d’impact de l’explosion du port de Beyrouth : Étude multidimensionnelle des incidences socio-économiques des explosions du 4 août 2020 de Beyrouth, Rapport de recherche, Institut Français du Proche-Orient (Ifpo), 2021. En ligne: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03269510v1

Dubar, Claude et Nasr, Salim, 1976, Les classes sociales au Liban, Paris, Presse de la Fondation nationale des sciences politiques,.

OLDOE (Observatoire libanais des droits des ouvriers et des employés), 2017, التقرير السنوي (Rapport annuel), OLDOE – Diakonia, Beyrouth.

OLDOE, 2013, «   المياومون في الإدارات العامة والمصالح المستقلة والبلديات. «انتهاك لحقوق العمال وتجاوز للقاونين (Les journaliers dans les administrations publiques, les offices autonomes, et les municipalités. Violation des droits du travail et contournement des lois) », OLDOE – Diakonia, Beyrouth

Scala, Michele, 2020, Le clientélisme au travail : une sociologie du travail et de l’arrangement et du conflit dans le Liban contemporain (2012-2017), thèse de doctorat, Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence.


Pour citer cet article : Ahmed AL-DIRANI, Nizar HARIRI et Michele SCALA, « État des lieux du travail au Liban : évaluation pré- et post-explosion », Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/11264, le 26 juillet 2021. [En  ligne sur hypotheses.org]


Dr. Ahmed AL-DIRANI était professeur à l’Institut des sciences sociales de l’Université libanaise. Il est syndicaliste et militant syndical depuis 1970. Il est actuellement Directeur exécutif de l’Observatoire libanais des droits des travailleurs et des employés. Il a supervisé et contribué à plusieurs études sur le marché du travail au Liban, dont plusieurs enquêtes sur les journaliers dans les institutions et administrations publiques, une étude sur les travailleurs du secteur commercial et une étude sur les travailleurs palestiniens du secteur de la construction.Il assure le suivi des rapports annuels de l’observatoire sur les conflits de travail, les mobilisations, les contestations et les violations des droits des travailleurs.
Nizar HARIRI est enseignant et chercheur en économie, Professeur associé à la Faculté des Sciences économiques de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ). Il est membre du comité d’Éthique de l’USJ depuis 2015.  Depuis 2019, il est le directeur de l’Observatoire Universitaire de la Réalité Socio-Economique (OURSE). Il a participé à plusieurs projets de recherche sur les industries créatives et sur le patrimoine au Liban et dans le monde arabe (UNDP, UNESCO, MedCulture, CNRS-L, Institut Français).  Entre 2013 et 2016, il a été le coordinateur national du projet européen TEMPUS PACOME et coordonne actuellement le projet européen Erasmus+ CONECTE, Capacity Building of Higher Education. 
Michele SCALA est ATER à Sciences Po Lyon où il enseigne dans le cadre du Diplôme d’établissement sur le monde arabe contemporain. Associé au laboratoire Triangle et à l’Ifpo, il est l’auteur de publications portant sur les questions du travail et de l’action collective au Liban et en Méditerranée. Sa thèse intitulée : Le clientélisme au travail. Une sociologie de l’arrangement et du conflit dans le Liban contemporain (2012-2017), porte sur les imbrications entre clientélisme, travail et mobilisations au Liban et interroge notamment les engrenages concrets du clientélisme et ses (dys)fonctionnements dans des mondes du travail sous tension.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search