Le destin arabe du genre. Traduire la distinction entre « sex » et « gender »

Dans son atelier de traduction philosophique, le Département d’Études Arabes Médiévales et Modernes de l’Ifpo s’attelle aux concepts « intraduisibles », et par-là requis d’être toujours retraduits, collectés dans Vocabulaire européen des philosophies, sous la direction de Barbara Cassin (Cassin 2004). Dans ce cadre, nous avons travaillé sur l’article Gender. La traduction apporte un double savoir : celui du savoir traduit et celui de la langue et de ses mots. À la suite de Monique David-Ménard et Pénélope Deutscher qui se sont penchées sur la traduction de gender en français (David-Ménard, Deutscher in Cassin 2004, p. 495 à 497) – notre traduction arabe de leur article Gender peut être lue ici – , nous revenons dans ce billet sur le destin singulier de la traduction du même terme en arabe.

La nouveauté et la parcimonie des écrits sur le genre en arabe — ils apparaissent au tournant des années 2000 — impliquent l’étrangeté des concepts qui y sont utilisés (sexuation, sexualité, rôle sexué, identité sexuelle,…) pour une oreille arabe, d’autant que les gender studies se sont élaborées sur les bases de la philosophie française des années soixante et du pragmatisme américain qui emploient des réseaux sémantiques peu usités en arabe.

Les études de genre sont ancrées dans une distinction fondamentale, caractéristique de la langue anglaise entre sex et gender, distinction que thématisa Robert Stoller dans son livre éponyme : Sex and Gender (Stoller 1968). C’est à partir de cette distinction que les sciences sociales de la deuxième partie du xxe siècle ont tenté de départager ce qui relève du sexe biologique (mâle/femelle) de ce qui relève du genre social comme ensemble des attributs conventionnellement étiquetés comme masculins ou féminins.

Traduire le genre relève d’une véritable gageure, et cela dès sa dualité fondamentale entre genre et sexe dont la traduction arabe est confrontée à une difficulté radicale : le terme ǧins (الجنس), qui désignait habituellement le genre par distinction de l’espèce — al-nūʿ (النوع) — en est venu à désigner…le sexe, tant comme organe (العضو الجنسي) que comme pratique (ممارسة الجنس).

Seule la compréhension claire de cette distinction entre sexe et genre doit permettre de trouver les expressions adéquates qui permettent, depuis la langue arabe elle-même, de manifester le caractère construit du genre. Nous proposons ici de suivre cette métamorphose sémantique du terme الجنس et d’éclairer les idées auxquelles il a pu prêter corps. À l’âge de la déconstruction des genres, la déconstruction du mot genre est incontournable.

Le genre et la classification

La même tradition philosophique

A priori, le terme de gender ne devrait poser aucun problème de traduction en arabe. En effet, un mot s’imposait, à savoir ǧins (الجنس), puisqu’il traduisait le grec γένος, dont il semble même dériver, tout comme les termes anglais gender et français genre. De surcroît, sa thématisation appartient à la même tradition aristotélicienne de classification du réel, avec la dualité al-ǧins wa-l-nūʿ (الجنس والنوع), le genre et l’espèce, respectivement définis depuis l’Isagogè de Porphyre comme d’une part « ce qui se dit de plusieurs distincts par l’espèce », et d’autre part « ce qui se dit de plusieurs distincts par le nombre » (chap. 2). Cette distinction est bien ancrée dans la langue arabe comme en témoigne le Lisan al-arab (entrée جنس) : « le genre est plus englobant que l’espèce (والجنس أَعم من النوع) ». Cette communauté d’essence entre les réalités du même genre s’accompagne en arabe du développement d’un lexique de la ressemblance. Toujours dans le Lisan al-arab : « On dit : ceci est ‘apparenté par le genre’ à ceci, soit lui ressemble (ويقال : هذا يجانس هذا أي يشاكله) ».

Le nouveau ‘genre’ humain : la nationalité et le ‘gender’

Au sein de cette taxinomie figurent les « genres humains (أجناس البشر) » dans une appréhension du terme signifiant le découpage ethnique et national. Ainsi, on peut lire dans un célèbre passage du philosophe al-Kindī (m. avant 356/870) :

« وينبغي لنا ألا نستحى من استحسان الحق واقتناء الحق من أين أتى، وإن أتى من الأجناس القاصية عنا والأمم المباينة لنا » (الكندي، ١٩٥٠، ص٣٣).

Il ne faut pas avoir honte d’approuver l a vérité, de l’acquérir d’où qu’elle vienne, de la prendre de peuples (aǧnās) éloignés de nous et de nations (umam) opposées (al-Kindī 1998, p. 12).

Dans la classification des hommes que propose le système des États-nations qui se forme au début du xxe siècle, ǧins a été privilégié à umma, plus connoté religieusement, pour former le terme accueillant la notion de nationalité rendue par le nom d’action (المصدر) ǧinsiyya (الجنسية), pendant que l’obtention de la nationalité est rendue par taǧnīs (التجنيس), exposant bien le devenir national, la naturalisation. La nationalité est une classe au même titre que le genre, mais une classe instituée par convention. Il convient cependant de noter que les conditions exactes d’émergence du terme ǧinsiyya restent à établir, sachant que l’Empire ottoman utilisait le terme de tabaʿiyya (التبعية) pour désigner le statut des nationalités « affiliées » de l’Empire.

Le terme ǧins (الجنس) en est venu à satisfaire une autre exigence classificatoire imposée par l’administration des hommes, à savoir la différence sexuelle entre l’homme et la femme. Car si dans la déclinaison des identités, « homme » et « femme » sont les réponses possibles à la question du « sexe », l’arabe n’employait pas de dénominateur commun : « ḏakar (ذكر) » et « unṯā (أنثى) » étaient les réponses possibles à la question…« ذكر أم أنثى؟ (Homme ou femme ?) ». Ainsi, alors que les grammaires anglaise comme française parlent de genre masculin et de genre féminin du nom, désignant ainsi une propriété qui est inhérente au mot, la grammaire arabe parle du « chapitre du masculin et du féminin (باب المذكر والمؤنث) », se référant au lieu d’écriture et non au mot. Ce manque de dénominateur commun inhérent au mot se trouve même dans des livres consacrés aux règles grammaticales du masculin et féminin (par exemple, Abū Bakr b. al-ʿAnbarī, Kitāb al-muḏakkar w-al mu’annaṭ). Ce n’est donc que tardivement, avec les documents administratifs du xxe siècle, qu’un tel dénominateur commun est apparu, et c’est le terme classificatoire ǧins qui a été utilisé.

Le glissement de sens : un euphémisme interlinguistique

C’est là qu’a lieu, nous semble-t-il, le glissement de sens du terme ǧins, du champ lexical de la classification à celui de la sexualité. L’administration aurait introduit l’usage du terme pour désigner la différence sexuelle en toute pudeur taxinomique. Son emploi pour désigner l’activité sexuelle relèverait alors de l’art de l’euphémisme, puisqu’il s’agit d’un terme encore dénué en arabe de toute connotation sexuelle. Il aurait ainsi permis d’évoquer de manière pudique ce que l’arabe désignait auparavant sous le terme ǧimāʿ, ou par un euphémisme passant déjà par le vocabulaire juridique : nikāḥ (le mariage, l’union légale).

Une preuve possible du rôle de la pudeur dans l’évolution du terme en usage pour désigner le sexe est le remplacement désormais courant dans les conversations du terme ǧins par la transcription du terme anglais sex : siks (السكس). Ainsi, le verbe yanīk (ينيك) aurait d’abord été remplacé par l’expression yumāris al-ǧins (يمارس الجنس), puis le terme ǧins ayant récupéré toutes les connotations sexuelles, la pudeur s’en éloigna et employa l’expression yaʿmil siks (يعمل سكس), le terme étranger étant vierge de connotations en arabe.

On propose d’appeler ces opérations des euphémismes interlinguistiques (التخفيف بالتغريب), en ce qu’ils sont permis par l’apport de sens ou de termes venus d’une langue étrangère.

Gender en arabe

De la traduction à la transcription

On comprend désormais le problème posé par la traduction en arabe du couple conceptuel sex and gender. D’une part, le terme ǧins a beau être l’équivalent taxinomique de gender, il ne permet plus de le distinguer de l’idée de sex dont il a pris toutes les connotations jusqu’à en devenir l’équivalent usuel. Mais d’autre part, l’étymologie et l’histoire du terme ǧins l’associent tant à gender qu’il est également difficile de l’employer pour dire le sexe par exclusion du genre. Le couple sex and gender est donc condamné en arabe à avoir une proximité bien plus grande que celle qu’il a en anglais, à conserver un « trouble » dans la possibilité même de les séparer, trouble que les gender studies de la seconde génération menée par Judith Butler mettent justement en avant, trouble qu’il peut donc être intéressant de conserver (Butler 1990).

Quoi qu’il en soit, aucune traduction ne s’est imposée ou plutôt, ce n’est pas une traduction qui s’est imposée, comme nous allons le voir. La question du genre telle qu’elle a été formulée dans la pensée américaine semble être entrée dans le monde arabe par la porte de congrès organisés par l’Organisation des Nations unies, en particulière la Conférence internationale sur la population et le développement qui se tint au Caire du 5 au 13 septembre 1994. Son document d’orientation, qui contient une forte dimension sociale, traduit gender par « الذكر والأنثى » ou au pluriel « الذكور والإناث ». Une autre traduction pour le même terme est proposée dans la déclaration et le programme d’action de l’Organisation des Nations unies pour la « lutte contre la violence à l’encontre des femmes (لمناهضة العنف ضد المرأة) » en 1995 à Pékin, à savoir « al-ǧinsayn (الجنسين) », soit les deux sexes, le duel remplaçant la catégorie du sexe en français (ou the gender en anglais) comme dénominateur commun du masculin et du féminin.

Malgré l’évitement de la simple transcription qui aurait fait apparaître l’étrangeté du concept et celui du recours à un néologisme qui aurait manifesté son innovation, l’introduction du concept venu d’Occident n’est pas passée inaperçue et a fait l’objet de vives polémiques (al-Sadda 2012).

Une deuxième solution évite également le néologisme et utilise l’autre terme du couple taxinomique genre (الجنس) / espèce (النوع), et propose al-nūʿ (النوع), souvent complété d’un adjectif qualificatif formant ainsi la paraphrase : « النوع الاجتماعي (l’espèce sociale) ». L’adjectif « اجتماعي (social) » permet dans ce cas de sortir le gender des sciences naturelles d’où provient le terme nūʿ (espèce) pour en rappeler le caractère conventionnel et historiquement construit. Son emploi se fait toujours dans un contexte rappelant l’arrière-fond théorique des Gender Studies au moyen des expressions « la question du genre (قضايا النوع) », « les études de genre (دراسات النوع) ».

En 1999, Ferial Ghazoul propose un nouveau néologisme, dans le numéro 19 de la revue Alif (Université américaine du Caire) qu’elle dirige et qui est consacré à la question. Le numéro bilingue s’intitule respectivement Gender and Knowledge: Contribution of Gender Perspectives to Intellectual Formations et الجنوسة والمعرفة: صياغة المعارف بين التأنيث والتذكير‎. Le titre arabe, qui traduit gender par ǧunūsa (الجنوسة), en procure une explicitation : « la mise au féminin et au masculin (التأنيث والتذكير) » (Ghazoul 1999, p.6-7)

Cette traduction est critiquée pour la dimension figée de cette forme. C’est ainsi qu’Abir Abbes propose à sa place l’emploi de la forme (استفعال) et la traduction de gender par istiǧnās (الاستجناس), restituant ainsi l’idée d’un processus continuel d’acquisition (Abbas 2004, p.32). Pourtant, Abbas elle-même utilise encore al-nūʿ (النوع) dans son recueil de traductions d’articles des Gender studies.

Une dernière alternative est proposée par Samāḥ Idrīs et d’autres qui traduisent gender par ǧinsāniyya (الجنسانية), traduction défendue de manière originale, signalant que ce maṣdar peut être lu comme un mot-valise contenant ǧins (الجنس) et insāniyya (الإنسانية) — humanité —, soit le genre proprement humain, culturel, par distinction du sexe naturel. Le problème d’une telle traduction est que le terme al-ǧinsāniyya (الجنسانية) s’était déjà imposé pour exprimer la sexualité, en particulier depuis la traduction de Michel Foucault, L’histoire de la sexualité, « تاريخ الجنسانية ». S’ensuit une confusion extrême entre les deux sens du mot (comparer avec al-Idrīsī 2014 et BinʿAṭiyya 2015).

Finalement, le terme qui s’est imposé est la simple transcription de gender en « الجندر », souvent explicitée à titre de définition par la périphrase précédente : al-nūʿ al-iǧtimāʿī (النوع الاجتماعي) (Kammal 2013, p.165-197). Ce choix nous enseigne qu’au contraire des traductions de la nahḍa, la traduction arabe contemporaine a progressivement abandonné l’arabisation (التعريب) des concepts, du fait peut-être de la création rapide et accumulative des notions qui ne laisse pas le temps suffisant à leur assimilation, ou du fait de la connexion importante des élites culturelles arabes avec l’anglais qui implique que le lexique technique est immédiatement compris sans que cette arabisation soit requise.

Le problème du dénominateur commun

Pour finir, il semble alors que la racine arabe ǧins contient bien ce trouble dont parle Judith Butler et selon lequel le sexe est déjà du genre. Ce terme arabe est même le mot « genre » sexualisé, ayant pris un sens sexuel, devenant ainsi la matérialisation anatomique et tardive du genre. Ne peut-on pas alors signifier cela au niveau de la dualité classique du masculin et du féminin ?

Que les formulaires administratifs proposent à la question du ǧins de répondre par ḏakar / unṯa (ذكر/أنثى) implique d’établir la différence des sexes au niveau substantiel : l’individu est homme ou femme. La traduction arabe de l’opus majeur de l’anthropologue Françoise Héritier, Masculin, féminin, par ḏukura wa-unuṯa (masculinité et féminité) essentialise tout autant des notions qui sont pourtant posées comme socialement construites. En effet, alors que masculin et féminin sont des adjectifs pouvant désigner tout autant des comportements que des mots, ḏukura wa-unuṯa sont des maṣdar-s qui désignent uniquement l’identité sexuée des personnes.

Or, la langue arabe permet de sortir de cette essentialisation. En effet, la dualité grammaticale distingue « muḏakar wa-muʾanaṯ (المذكر والمؤنث) », manifestant qu’un mot de la langue n’est en soi ni masculin ni féminin, mais que le genre lui est ajouté ; il est en soi neutre, mais on l’a rendu masculin ou féminin, il est masculinisé ou féminisé. Parler maintenant au niveau anthropologique de muḏakar wa-muʾanaṯ (المذكر والمؤنث) au lieu de ḏakar wa-unṯa (ذكر وأنثى), c’est inscrire dans la langue même cette thèse des Gender Studies que le genre des individus est historiquement construit. Or, il semble que la réflexion sur le social gender soit intimement liée au grammatical gender, comme l’explique Butler :

Gender is the linguistic index of the political opposition between the sexes. Gender is used here in the singular because indeed there are not two genders. There is only one: the feminine, the masculine not being a gender. For the masculine is not the masculine, but the general. (Butler 1990, p. 64)

La distinction sociale prend ses racines dans la hiérarchie linguistique du masculin englobant et du féminin qui désigne les éléments subordonnés différenciés. Mais il faut alors rappeler dans la forme des mots employés qu’une telle hiérarchie est construite. On peut alors éclairer cela en disant : le sexe est ḏakar ou unṯa, le genre social est, lui, muḏakar ou muʾanaṯ.

Bibliographie

Butler, Judith, Gender trouble, New York, Routledge, 1990.

Cassin, Barbara (dir.), Vocabulaire européen des philosophies. Le dictionnaire des intraduisibles, Paris, Éditions du Seuil/Dictionnaire Le Robert, 2004.

Kindī, Ya‘qūb Abū Isḥāq al-, « Sur la philosophie première », in Œuvres philosophiques et scientifiques d’al-Kindī, trad. Jean Jolivet et Roshdi Rashed, Leyden, Brill, 1998, vol.2.

Stoller Robert, Sex and Gender. The Development of Masculinity and Femininity, New York, Science House, 1968,

ابن الأنباري، أبو بكر محمد بن القاسم، (ت 328/940)، كتاب المذكر والمؤنث، تحقيق محمد عبد الخالق عظيمة، لجنة إحياء التراث بوزارة الأوقاف، ١٩٨١.

عبير عباس، النسوية والدراسات التاريخية، مجموعة مقالات، ترجمة د. عبير عباس، مؤسسة المرأة والذاكرة، ٢٠١٥، ص ٣٢.

فريال غازول، مجلة ألف: مجلة البلاغة المقارنة، « الجنوسة والمعرفة: صياغة المعارف بين التذكير والتأنيث، العدد ١٩، الجامعة الأمريكية بالقاهرة، ١٩٩٩.

فرانسواز إريتيه، « ذكورة وأنوثة: فكرة الاخنلاف »، ترجمة كامليا صبحي، القاهرة، الهيئة العامة للكتاب، ٢٠٠٣.

الكندي، يعقوب بن اسحاق، « الفلسفة الأولى »، رسائل الكندي الفلسفية، القاهرة، دار الفكر العربي، 1950، ج 1.

هالة كمال، « النوع الاجتماعي (الجندر): التنوع الثقافي والخصوصية الثقافية »، مؤتمر نساء الحدود من التهميش إلى التمكين، الهيئة العامة لقصور لثقافة، القاهرة، ٢٠١٣.

هدى الصدة، « دراسات النوع في العالم العربي: تأملات وتساؤلات عن تحديات الخطابات والموقع والتاريخ »، في النسوية العربية رؤية نقدية، تحرير جين مقدسي ورفيف رضا صيداوي ونهى بيومي، تجمع الباحثات العربيات ومركز دراسات الوحدة العربية، بيروت، ٢٠١٢.


Pour citer cet article : Sarrah Soliman de Vaulx, "Le destin arabe du genre. Traduire la distinction entre « sex » et « gender »", Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/11214, le 12 juillet 2021. [En  ligne sur hypotheses.org]

Sarrah Soliman-de Vaulx est professeur-assistante de rhétorique classique (balāġa) au département d’arabe de l’Université du Caire, actuellement en congé de formation doctorale à l’université Paris-Sorbonne et Ater à l’université de Strasbourg.
 

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search