Beyrouth post-explosion : du macroéconomique au microsocial

par Nizar HARIRI (OURSE, USJ) et Raymond BOU NADER (IGE, USJ)

Souffrant déjà de multiples crises économiques, sanitaires, et politiques, que la Banque Mondiale (BM) qualifie de «Dépression délibérée», l’économie libanaise s’est enlisée dans une détresse insoutenable après les explosions du 4 août 2020 au port de Beyrouth. Dans ce contexte, le Département des Études Contemporaines de l’Ifpo a sollicité un groupe de chercheurs libanais et de membres de la société civile ayant travaillé sur les quartiers endommagés, pour produire une réflexion sur les enjeux actuels post-explosion de la recherche en sciences sociales.

Plusieurs rapports d’évaluation d’impact ont déjà été publiés par des organisations nationales ou internationales. Toutefois, les questions de travail, de droit au logement, de régénération urbaine et de préservation du tissu urbain sont encore largement écartées. Aussi, ce billet propose une synthèse du rapport « Évaluation d’impact de l’explosion du port de Beyrouth : Étude multidimensionnelle des incidences socio-économiques des explosions du 4 août 2020 ».  Ce travail d’évaluation vient compléter les travaux et les rapports internationaux sur la quantification des dommages et des pertes causées, en mesurant les incidences de l’explosion à l’échelle sectorielle et dans le micro-social.

Le port de Beyrouth et les silos après l’explosion du 4 août (Hoda Kerbage 2020)

1- Les impacts macroéconomiques et sectoriels de l’explosion

Selon les images géo-satellites, 11 671 immeubles résidentiels ont été endommagés par l’explosion, dont 328 sévèrement affectés, auxquels s’ajoutent 626 structures industrielles (autres que les silos), dont 78 sévèrement affectées et 22 entièrement détruites [Copernicus, 2020, p. 23].

La BM estime que 56 % des unités productives commerciales ou industrielles dans la zone ont été endommagées, dont 3 % situées dans des structures totalement détruites [BM, 2020, p. 54].

Le secteur du tourisme semble plus touché que la moyenne, en particulier les restaurants, qui jouaient un rôle majeur dans l’économie des quartiers impactés par l’explosion. Ainsi, 75 % des unités productives touristiques endommagées sont des restaurants. De même, 80% des bars l’ont été, tandis que 15 % des bars et restaurants sont localisés dans des structures totalement détruites.

Les dégâts (coûts de la reconstruction) sont estimés entre 3,8 et 4,6 milliards de USD, le logement (entre 1,9 et 2,3 milliards USD) et le secteur culturel (entre 1 et 1,2 milliard de USD) étant, toujours selon la Banque Mondiale, les plus endommagés ; à ces coûts s’ajoute une perte en termes de flux monétaires (manque à gagner) de l’ordre de 3 milliards [BM, 2020, p. 23]. Les dégâts causés au secteur du tourisme ont été également estimés entre 170 et 205 millions de USD, alors que ceux de l’industrie entre 105 et 125 millions de USD [BM, 2020, p. 30], dégâts auxquels s’ajoutent des pertes d’un montant approximativement équivalent.

Enfin, le secteur culturel semble être parmi les plus touchés, venant en seconde place, selon la BM, après le logement, avec la destruction physique, partielle ou totale, de 240 structures à caractère religieux (sur les 381 identifiées), de 11 monuments historiques d’importance nationales (sur les 25 identifiés), et de 652 bâtiments patrimoniaux (sur les 755 identifiés) [BM, 2020, p. 46].

2- Les incidences psychologiques et sociales de l’explosion

Les évènements tragiques du 4 août ont entraîné un élan de solidarité entre et envers les Libanais, avec l’implication de dizaines de milliers de volontaires, et le soutien financier de la diaspora et des plus grandes personnalités internationales. Toutefois, comme le montre une étude de l’Association Libanaise pour l’Économie Sociale (ALPES), les opérations d’urgence ont été perçues comme hautement chaotiques par des acteurs-clés de la société civile, et comme générant un niveau additionnel de détresse parmi les victimes, en raison du manque de coordination entre les organisations et l’absence d’intervention sensible de la part des autorités publiques [Ghantous, 2021].

Ces constats sont confirmés dans le cadre de l’évaluation psycho-sociale menée par des chercheurs de la Faculté de Médecine de l’USJ auprès d’un échantillon de 50 victimes ayant survécu à l’explosion. Analysant conjointement les besoins socioéconomiques, le vécu psychologique et les répercussions psychosociales et morales, l’évaluation montre que la tragédie s’est traduite par des problèmes émotionnels liés à l’absence de reconnaissance et au manque d’accès aux soins vitaux. Les survivants expriment des désirs de vengeance, et des revendications de justice et de réparation qu’ils décrivent comme indispensables à leur rétablissement psychique. Les problématiques psycho-sociales devant être traitées d’urgence sont, par ordre de priorité : l’emploi (51,2 %), le logement (16,3 %) et la scolarisation (9,3 %) [Chamoun et al. 2021].

Une enquête menée en septembre 2020 auprès de 1189 entreprises par l’Observatoire Libanais des Droits des Ouvriers et des employés, portant sur 11 809 travailleurs dans un rayon de 2 km autour du port, montre que 1872 travailleurs ont été licenciés (soit 15,8 %) dont 1680 de manière définitive, et que 30 % des entreprises ont pratiqué des baisses de salaires après l’explosion. L’enquête a été complétée par des entretiens avec les syndicats et les organisations professionnelles. Les habitations de plus de 350 travailleurs journaliers du port vivant dans des zones adjacentes ont été endommagées et la plupart d’entre elles sont devenues inhabitables [Dirani, 2021].

L’évaluation de l’impact sur l’éducation s’est appuyée sur un recensement effectué par le Centre de Recherche et de Développement pédagogique (CRDP) en août 2020 auprès des écoles endommagées par la déflagration. Le secteur de l’éducation a été brutalement impacté par l’explosion du 4 août, car environ 400 établissements scolaires sont localisés dans une région endommagée par la déflagration. Selon les chiffres du bulletin statistique (2020) du CRDP, cela concerne quelques 160 000 élèves, dont 15 700 réfugiés syriens, scolarisés dans ces établissements, ce qui accroit le risque de décrochage scolaire. Jusqu’à la fin de l’année scolaire 2020-2021, ces élèves ne peuvent pas reprendre leurs cours au sein de leurs établissements et ne sont pas assurés de pouvoir le faire à la rentrée prochaine de septembre 2021, si les mesures de distanciation sociale du ministère de l’Éducation l’autorisaient [Feghaly, 2021].

3- Les impacts sectoriels et le droit à la ville

En s’appuyant sur d’anciennes enquêtes de terrain effectuées entre 2010 et 2016 par Gaia Heritage, et un mapping de toutes les unités productives de Mar Mikhael, depuis 1900 jusqu’en 2015, le rapport montre qu’avant l’explosion du 4 août, 624 unités productives étaient encore actives à Mar Mikhael, dont 104 dans le secteur des restaurants et bars, et 65 dans les industries créatives. Par ailleurs, jusqu’en 2015, le quartier était habité par environ 52 % de locataires, dont 80% selon les anciens contrats de location [Zouain et al., 2021].

Dans le mapping mené en novembre 2020 dans le cadre de ce rapport, on ne trouve plus que 388 unités productives encore en activité. La déflagration du port de Beyrouth a violemment impacté l’attractivité du quartier de Mar Mikhael. Le secteur expérimente une diminution de 38% de ses commerces et de ses entités productives, ainsi qu’une paupérisation sans précédent du secteur de la créativité. Ce dernier comptait 65 unités productives créatives en 2015, dont seulement 15 ont survécu ont survécu jusqu’à la veille de l’explosion [Yassin et al., 2021].

Dans ce sens, une enquête menée par l’Observatoire Universitaire de la Réalité Socio-Économique (OURSE) de l’Université Saint-Joseph en novembre 2020 auprès de 89 bars, cafés et restaurants à Mar Mikhael et Gemmayzé, montre que 46,6 % des établissements de l’alimentation et des boissons n’étaient toujours pas opérationnels en novembre 2020 date de la collecte des données, et que 20 % des unités productives opérationnelles ont connu une baisse (comprise entre 30 et 50 %) de leur chiffre d’affaires [Bou Nader et al., 2021].

Enfin, une étude de terrain a été menée par l’association Public Works entre septembre et décembre 2020 sur le logement et le taux d’occupation des unités d’habitation dans deux quartiers de la zone de déflagration, à Mar Mikhael et à Karantina. Dans le premier (Zaroub Saliba), le mapping a montré que 5% des bâtiments sont complètement vides, et que 41 % des logements étaient vacants, dont la moitié a été évacuée en raison de l’explosion, 15 % par suite de l’impact psychologique sur les habitants, 12 % en raison des dommages physiques et des réparations indirectes, et 21 % parce qu’elles sont en cours de restauration. Dans le cluster de Karantina, 37 % des logements étaient vacants, avec un taux d’inoccupation moyen de 60 %, et les menaces d’expulsion comptant pour 12% des unités occupées. Cependant, 19 % des unités vacantes ont été évacuées de manière permanente, et parmi les unités temporairement vacantes, on compte 57 % de locataires (35 % du total payant d’anciens loyers et 22 % de nouveaux loyers) [Saksouk et al., 2021].

Conclusion

Les précédentes expériences de destructions dans le Liban d’après-guerre nous enseignent que les reconstructions post-conflit risquent de se transformer rapidement en plans méthodiques d’expulsion des communautés locales, d’altération de la mémoire des quartiers et d’effacement de leurs spécificités.

En regroupant un ensemble de recherches sur les quartiers endommagés par l’explosion, et en mettant en commun des analyses multidimensionnelles de son impact, ce rapport s’est focalisé sur les préjudices causés aux travailleurs et aux habitants plutôt que de se limiter aux effets sur les entreprises et l’habitat. Nous avons voulu ainsi montrer ce que les résidents, les commerçants et les travailleurs dans ces zones sont en droit d’attendre de futurs plans d’aménagement : des mesures qui préservent le tissu urbain et qui garantissent un retour digne vers des quartiers habitables.

Ces questions de droit à la ville sont d’autant plus urgentes que les zones sinistrées, de Gemmayzé à Burj-Hammoud, ont déjà été soumises à d’intenses transformations au cours des deux dernières décennies, à une déstructuration de la spécialisation économique des quartiers et à de fortes pressions immobilières, et que les quartiers endommagés comprennent un grand nombre de bâtiments anciens et historiques habités par des populations vulnérables et des locataires à risque. Aussi, une approche intégrée des multiples composantes de ce qui pourrait constituer le droit à la ville (le patrimoine, le logement, le travail et l’emploi, l’éducation, la santé physique et mentale, etc.) nous semble aujourd’hui indispensable pour orienter et guider les futures réponses économiques et les projets d’aides aux communautés locales.

Bibliographie

Banque Mondiale (2020), Beirut Rapid Damage and Needs Assessment, avec le soutien de l’Union européenne et les Nations-Unis, août, 2020

Copernicus (2020), Explosion in Beirut, Lebanon: Detailed Damage and Impact Assessment Analyses, Copernicus EMS Risk & Recovery Mapping Final Report, 30/08/2020

Bou Nader Raymond, Hariri Nizar, Haidar Rim (2021), « Assessing the Food and Beverage Sector in Mar Mikhael after the explosion », in Hariri et Bou Nader (dir.), Évaluation d’impact de l’explosion du port de Beyrouth : Étude multidimensionnelle des incidences socio-économiques des explosions du 4 août 2020 de Beyrouth, Rapport de recherche, Institut français du Proche-Orient (Ifpo), 2021, 77-90. En ligne: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03269510v1

Chamoun Yara, Zarzour Myriam, El-Hajj Alexi, Kerbage Hala (2021), « Evaluation des besoins psycho-sociaux des survivants du 4 août à Beyrouth », in Hariri et Bou Nader (dir.), (op. cit.), 128-140.

Dirani Ahmad (2021), « Pre- and post-explosion analysis of the labour market », in Hariri et Bou Nader (dir.), (op. cit.), 91-107.

Ghantous Tala (2021), How Media and communication raised awarness about NGO », in Hariri et Bou Nader (dir.), (op. cit.), 115-127.

Feghaly Yvonne, Raymond Bou Nader (2021), « Beirut post-explosion : An ongoing educational crisis », in Hariri et Bou Nader (dir.), (op. cit.), 108-114.

Medneta (2014), Mediterranean Cultural Network to Promote Creativity in the Arts, Crafts and Design for Communities Regeneration in Historical Cities -MEDNETA Report on the Arts, Crafts and Design Sector and Urban Change in the Beirut District of Mar-Mikhael, published by Gaia Heritage, EU project, ENPI, CBCMED,

Saksouk Abir, Alaa-Eddine Tala, Haidar Jana, Bekdache Nadine (2021), « Housing and Occupancy Report », in Hariri et Bou Nader (dir.), (op. cit.), 35-49.

Yassin Jad, Machichi Bouhlali Youness, Zouain Georges, Mounzer Maria, « Mapping the socio-economic structure of Mar Mikhael district in Beirut », in Hariri et Bou Nader (op. cit.), 35-49.

Zouain Georges, Buccianti-Barakat Liliane, Hariri Nizar, Mounzer Maria (2021), « The socio-economic structure of Mar Mikhael before the explosion (2010-2016) », in Hariri et Bou Nader (op. cit.), 16-34.


Pour citer cet article : Nizar HARIRI et Raymond BOU NADER, « Beyrouth post-explosion : du macroéconomique au microsocial », Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/?p=11201, le 19 juillet 2021. [En  ligne sur hypotheses.org]


Raymond BOU NADER est statisticien. Il est titulaire d’un doctorat en mathématiques de l’Université Saint Joseph de Beyrouth et d’un doctorat en gestion option modélisation de l’Université de Toulon.Il est maitre de conférences à l’institut des gestions des entreprises (IGE) de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, il est membre élu du Conseil de la Faculté depuis 2020, où il enseigne les statistiques et l’analyse des données. Il est statisticien consultant au Centre de recherche et de développement pédagogiques (CRDP), ministère de l’Éducation au Liban, statisticien senior au programme S2R2 financé par la Banque mondiale, ainsi que statisticien affilié au laboratoire IAPS de l’Université de Toulon (France), et au laboratoire PeeL de l’Université de Lorraine (France). Depuis 2019, il est membre de la Société Française de statistiques. Il est professeur invité dans de nombreuses universités en Europe comme la GBSB « business school » (campus de Malte et Barcelone), l’IAE de Metz et l’IAE de Toulon.
 
Nizar HARIRI est enseignant et chercheur en économie, Professeur associé à la Faculté des Sciences économiques de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ). Il est membre du comité d’Éthique de l’USJ depuis 2015.  Depuis 2019, il est le directeur de l’Observatoire Universitaire de la Réalité Socio-Economique (OURSE). Il a participé à plusieurs projets de recherche sur les industries créatives et sur le patrimoine au Liban et dans le monde arabe (UNDP, UNESCO, MedCulture, CNRS-L, Institut Français).  Entre 2013 et 2016, il a été le coordinateur national du projet européen TEMPUS PACOME et coordonne actuellement le projet européen Erasmus+ CONECTE, Capacity Building of Higher Education. 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search