Les mobilisations syndicales en Jordanie, par Ahmad Awad

Ce billet est un compte-rendu en français de l’intervention de Ahmad Awad, directeur du Phenix Center for Economic and Informatics Studies à Amman (http://phenixcenter.net/), lors de la séance du webinaire « Crises multiples et mobilisations sociales. Regards croisés sur la Jordanie, le Liban et l’Irak » du 26 novembre 2020.

À l’approche du dixième anniversaire du début des premières mobilisations arabes en Tunisie, il est devenu évident que les structures politiques sont plus puissantes qu’on n’avait pu le croire. En effet, les régimes autoritaires se sont renouvelés dans certains pays, tandis que d’autres se sont durcis, comme en Égypte après la révolution du 25 janvier 2011. De nouvelles manifestations ont eu lieu en Tunisie, car malgré le changement de régime les problèmes sociaux et les inégalités demeurent. À l’instar de l’Irak, du Liban, du Soudan, du Maroc et de l’Algérie, la Jordanie a connu ces derniers temps des manifestations de travailleurs. Ces vagues de protestations sont, selon lui, destinées à se poursuivre et se renouveler tant que les causes à l’origine de ces mouvements contestataires continuent d’exister : l’oppression, l’exclusion, l’injustice et l’exacerbation des inégalités sociales. Ces problèmes se sont en outre renforcés avec les répercussions de la crise sanitaire. L’absence de dialogue avec les autorités publiques constitue un facteur supplémentaire de mobilisation. Un grand nombre de citoyens est convaincu que les outils pacifiques sont inefficaces et ils ont recours à des pratiques qui diffèrent des procédures habituelles de prise de décision et de négociations. Les réponses à ces mouvements sont très souvent autoritaires, comme dans les pays du Golfe, notamment.

La Jordanie n’échappe pas à la règle. En effet, plus de 5000 manifestations y ont été organisées au cours de ces 10 dernières années. Il s’agit, pour la plupart, de mouvements sociaux spontanés qui n’ont pas été organisés par des partis ou des institutions. Les canaux de négociation avec les autorités gouvernementales ne fonctionnant pas, les manifestants cherchent à renverser le rapport de force tout en conservant des modes d’action pacifiques. Certaines des manifestations récentes ont été organisées par les enseignants. Ce mouvement ne date pas d’hier, mais remonte au moins aux « printemps arabes ». Un syndicat des enseignants a existé dès les années 1950 en Jordanie, puis a été fermé par les autorités. Dans les années 2000, il a été refondé à la suite d’un combat de plusieurs années.

Afin de mieux comprendre ce contexte de reformation, il est nécessaire de revenir sur les rapports entre syndicats et gouvernement. Il existe trois types de syndicats en Jordanie : les syndicats de professions libérales, les syndicats patronaux et les syndicats de salariés. Certaines de ses organisations ne devraient d’ailleurs pas s’appeler syndicat. Tous sont soumis à l’approbation du gouvernement en vertu de code du travail promulgué en 1976. Ce dernier stipule la création de 17 syndicats correspondant chacun à secteur d’activité. Seul le gouvernement était en mesure d’autoriser la création d’un syndicat. A la suite de 15 ans de pression, cette prérogative a été transférée à un conseil tripartite composé par des représentants du gouvernement, des chefs d’entreprises et des hommes d’affaires représentés par la chambre du commerce et de l’industrie et les syndicats majoritaires. En 20 ans, il n’y a eu aucune évolution dans l’architecture syndicale. Au contraire, les nombreuses modifications du Code du travail ont amené les formations syndicales ouvrières ou de travailleurs à devenir des organisations quasi gouvernementales, financées et contrôlées par le gouvernement ou par le secteur privé. Cela a contribué à l’absence d’outils susceptibles de faciliter le dialogue social. De plus, cette consultation des chefs d’entreprise a provoqué la création de politiques sociales et économiques déséquilibrées, d’inspiration néolibérale. Il existe actuellement une cinquantaine de syndicats patronaux que le gouvernement a été plus enclin à autoriser. En revanche, en 44 ans, toutes les demandes de création de syndicats de travailleurs ont été refusées. Il existe également des syndicats de type corporations qui forment des entités mixtes. Elles représentent à la fois les intérêts de leurs membres tout en étant des instances officielles exerçant un réel contrôle sur leurs membres. Il est ainsi nécessaire de s’affilier au syndicat des avocats pour exercer la profession. Il en va de même pour les médecins, les ingénieurs et les agronomes.

Pendant les « printemps arabes », plusieurs de ces corporations de travailleurs se sont mobilisées, dont le syndicat des enseignants. Il y a eu de nombreuses discussions quant à la forme que devait prendre ce syndicat. L’option d’une organisation de travailleurs où l’affiliation était optionnelle et qui aurait permis de s’extraire d’un droit du travail reposant sur un système d’accords « de branche » a été refusée. Les différentes composantes qui ont fondé le syndicat lui ont préféré un modèle corporatiste car considéré comme le plus à même de défendre les intérêts de ses membres. L’adhésion obligatoire a été jugée un moyen efficace pour renforcer et assoir l’influence de l’organisation. Il faut également comprendre que le statut de « professionnel » (lié à une organisation corporatiste) est plus avantageux que celui de « travailleurs » en termes de salaire, de protection sociale et d’assurance maladie.

Sous la pression de la mobilisation des enseignants, le gouvernement a accepté en 2011 la création d’un syndicat corporatiste . L’une de ses premières revendications a été salariale. Les conditions salariales des professeurs étaient mauvaises et continuent de l’être à ce jour malgré les augmentations de salaire. Le salaire d’un enseignant en début de carrière est d’environ 350 JOD (soit 500 $ environ) pour atteindre les 600 JOD (820 $) à la fin de sa carrière. En 2019, les enseignants se sont mobilisés pour exiger une augmentation de salaire. Le gouvernement s’est engagé à une revalorisation avant de revenir sur sa décision, principalement sous la pression du FMI et des organismes financiers internationaux. En effet, ces institutions pointent systématiquement les salaires publics comme l’une des sources majeures de hausse du déficit budgétaire de l’État. Ils ne cessent d’exhorter le gouvernement jordanien à réduire ces salaires d’autant plus quand le corps enseignant représente 25 % du secteur public. Les enseignants ont fait grève et manifesté pour demander l’amélioration de leurs conditions de travail à partir de septembre 2019. La réponse brutale du gouvernement a provoqué la reconduction de la grève pendant 28 jours.

Il faut comprendre que l’État jordanien est composé par une multiplicité des pouvoirs. Le gouvernement a joué le plus faible rôle dans la gestion du dossier des enseignants. Les ministres ont été les négociateurs, mais ne disposaient pas du pouvoir de décision. Au début du mouvement, les structures profondes de l’État avaient prévu de mettre fin à la grève sans donner suite aux demandes des manifestants, par peur que cela inspire d’autres mouvements qu’il aurait été impossible de gérer. Toutes les formes de pressions ont été exercées sur la direction du syndicat, sur ses membres et leurs familles. Mais le sentiment d’injustice partagé par les enseignants, les mouvements de solidarité locaux et le soutien des fédérations internationales de travailleurs (comme l’International Trade Union Confederation) ont fait échouer cette volonté de réprimer la mobilisation. Au bout de quatre semaines de grève, les diverses structures de l’État ont cédé et ont demandé au gouvernement et à son Premier ministre Omar Razzaz de résoudre le problème. Une augmentation des salaires (sous forme de prime) a été décidée pour le début de l’année 2020 et Razzaz s’est excusé publiquement en reconnaissant les exactions commises. Une commission d’enquête sur les bavures a été mise en place et le ministre de l’Éducation a démissionné, ce qui a permis d’apaiser les tensions.

Avec le début de la pandémie du Covid-19, le gouvernement a décidé de geler toutes les augmentations de salaire prévues pour les fonctionnaires, dont les enseignants. Ces derniers ont, dans un premier temps, accepté cette décision, étant donné qu’elle touchait tous les employés du secteur public. À la suite de pressions provenant de sa base, la direction du syndicat a dû revenir sur ses positions, en particulier après qu’a été dévoilé un système maquillé d’attributions de primes aux employées d’autres institutions publiques. Le syndicat des enseignants a alors refusé d’attendre la fin de l’année pour revendiquer le versement de ces primes. La direction du syndicat s’est alors empêtrée dans une position de défi dans un contexte économique compliqué en raison de la crise sanitaire et où plusieurs lois sécuritaires ont été promulguées aux dépens des libertés publiques instaurant notamment l’interdiction de rassemblement. Le syndicat a alors été fermé et les membres de sa direction ont été arrêtés.

Après cet exemple des enseignants, les autres syndicats de corporation ne risquent pas de se mobiliser. Il ne fait aucun doute que c’est un coup porté aux mouvements sociaux en Jordanie, mais les conséquences économiques et sociales de l’épidémie sur les travailleurs continuent d’alimenter la grogne. Aussi, le gouvernement a réaffirmé durant le mois de novembre 2020, le retour des augmentations de salaire prévues et le versement des primes pour le secteur public à compter du 1er janvier 2021. Cette décision anticipée du gouvernement est une bonne nouvelle, le Phoenix Center avait plaidé en faveur de cette augmentation de revenus pour des raisons économiques, mais également pour soulager les foyers et améliorer une situation sociale dramatique. Ne pas augmenter le salaire de 35 % de la main-d’œuvre (la part du secteur public) en Jordanie aurait pu pousser les gens dans la rue, même dans cette situation sécuritaire particulière, d’autant plus que le mécontentement est élevé vis-à-vis des autorités.

Le secteur privé a également connu des remous, notamment dans la zone industrielle d’Irbid. Les travailleurs migrants de ces zones industrielles liées à l’export gagnent des salaires inférieurs au salaire minimum, que vient compenser un système d’heures supplémentaires. Elles apportent alors un surplus de salaires rendant les postes attractifs pour des travailleurs sri-lankais, bangladais et indiens qui viennent travailler en Jordanie tout en soutenant leurs familles dans leurs pays respectifs. Si leurs salaires n’ont pas été coupés, ce système d’heures supplémentaires s’est toutefois arrêté, notamment avec la baisse des exportations de vêtements vers les États-Unis. Les travailleurs ont alors réclamé des augmentations de salaire. Trois acteurs ont cependant mis un coup d’arrêt à leurs protestations : le gouvernement, représenté par le ministère du Travail qui les a menacés d’utiliser le droit du travail pour leur faire payer une amende de 50 JOD par jours de grève ; l’association des exportateurs de vêtements en Jordanie et, étonnamment, le syndicat des travailleurs qui était censé les représenter. Ces trois entités ont fait pression sur les travailleurs migrants en argumentant qu’ils n’avaient pas le droit de demander des augmentations.

En conclusion, les facteurs de mobilisations sont toujours présents. Les chiffres et indicateurs annoncés ne représentent pas la réalité de la situation. La pauvreté a particulièrement augmenté en Jordanie, avec une main-d’œuvre en grande partie non couverte par le système de protection sociale. Elle s’est accentuée avec la pandémie qui a provoqué l’augmentation du chômage. En contrepartie, l’État avec son fonds « Hamit Watan » a distribué des aides à 200 000 familles sans protection sociale. Toutefois, ces aides sont restées modestes et limitées dans le temps. Elles se sont arrêtées en juillet 2020. La situation économique continue de se dégrader, notamment pour les travailleurs indépendants qui ne sont plus en mesure d’assurer des revenus permettant une vie digne à leur famille. Les politiques économiques n’ont pas été réorientées vers une augmentation des salaires. Une déflation s’est installée avec le ralentissement de la demande brute, que ce soit des consommateurs ou des investisseurs. La pauvreté et le chômage ne risquent donc pas de diminuer dans un futur proche. Pour toutes ces raisons, les catalyseurs de la contestation sociale sont toujours présents si aucune mesure n’est prise pour augmenter les salaires, baisser les taxes indirectes et améliorer les conditions sociales.


Pour citer cet article :  « Les mobilisations syndicales en Jordanie, par Ahmad Awad », Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/11148, le 31 mai 2021.


 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search