Un témoignage beyrouthin sur Henri Seyrig

Nous avions eu l’occasion de rappeler en 2012, Lina Nacouzi et moi-même, lors de la réception de l’écrivain libanais Amine Maalouf à l’Académie française, combien demeurait vif en son pays d’origine le souvenir de l’archéologue Henri Seyrig (1895-1973), que l’impétrant évoquait alors dans son discours de réception sous la coupole (Alpi & Nacouzi 2012). Fondateur en 1946 de l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth (IFAB), après avoir dirigé le Service des Antiquités de la Syrie et du Liban sous le mandat français, entre 1929 et 1940, ce savant exceptionnel et atypique demeura beyrouthin jusqu’à sa retraite, en 1967, loin des ambitions d’une carrière universitaire classique, avec pour seuls intermèdes son engagement dans la France libre (1940-1945) et la Direction générale des Musées de France (1960-1962). Pour le quarantième anniversaire de sa disparition, un colloque se réunit à Paris les 11-12 octobre 2013, sous la double égide du Cabinet des Médailles et de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, avec le concours du Département d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité de l’Ifpo, lointain mais direct héritier de l’IFAB. On y a rappelé les facettes multiples de cette personnalité scientifique de tout premier ordre, doublée d’un collectionneur et d’un esthète. Les actes de cette réunion ont paru dans la série des Suppléments de Syria (Duyrat et al. 2016), inaugurée peu auparavant par la publication du septième et dernier tome de ses Antiquités syriennes (Seyrig 2013), qui rassemblent désormais la totalité de la chronique archéologique qu’il avait donnée sous ce titre à la revue de son institut. Dans son Dictionnaire amoureux du Liban, Alexandre Najjar consacre une entrée à Henri Seyrig (Najjar 2014, p. 697-700) et, pour qui fréquente les érudits locaux, des traces de son séjour et des témoignages de ses amitiés restent perceptibles, encore aujourd’hui, dans la société lettrée.

Henri Seyrig au début de sa carrière

Henri Seyrig au début de sa carrière (Archives Seyrig)

Dans une bibliothèque privée, j’ai pu mettre ainsi la main sur deux documents bien curieux et passablement émouvants : deux volumes à reliure demi-peau assez fatiguée de cuir brun sombre à cinq nerfs, de la même facture que celles d’ouvrages archéologiques anciens aujourd’hui conservés à la bibliothèque de l’Ifpo. On reconnaît la main de l’atelier beyrouthin de Zoqaq al-Blât qui traitait les livres de la bibliothèque de l’IFAB, installée non loin de là, dans la maison Beyhum, siège de cet institut et résidence de Seyrig (Alpi 2020). Mais il ne s’agit pas de livres issus d’un fonds public. Ils ne portent aucune marque d’appartenance institutionnelle. Sur le dos ne figure pas non plus de nom d’auteur, seulement les mentions suivantes en lettres dorées : Articles divers – 1923-1929 pour le premier (25 x 17 cm), Articles divers – 1949-1959 pour le second (28,50 x 22,50 cm).

Les deux volumes de tirés-à-part

Les deux volumes de tirés-à-part (cliché F. Alpi, 2021)

Les deux volumes sont constitués de tirés-à-part d’articles donnés par Seyrig à diverses revues scientifiques, classés selon l’ordre chronologique de leur publication. De plus grand format, le second possède en page de garde un sommaire manuscrit, où l’on reconnaît bien évidemment l’écriture de Seyrig. Celle-ci se retrouve, dans l’un et l’autre volume, dans des apostilles marginales et sur des notes à caractère scientifique, insérées sous forme de petits papiers, ou encore au dos de photographies originales, placées ici et là en rapport avec les articles publiés. Bref, il s’agit d’exemplaires de travail que Seyrig aura réunis lui-même pour sa propre commodité et qui seront restés ou revenus au Liban, pour une raison indéterminée, après son départ de 1967. Sans doute appartenaient-ils à une collection plus complète qui devait suivre une répartition globalement décennale, avec au moins deux volumes intermédiaires (1930-1939 et 1940-1949), n’eussent été les alea de l’histoire et leurs conséquences sur la vie et la production scientifique de ce savant et homme d’action. La bibliographie de Seyrig établie par Georges Le Rider (Le Rider 1973) nous révèle en effet que les années de guerre et d’immédiat après-guerre, comme on pouvait d’ailleurs s’y attendre, furent un peu moins fécondes.

Sommaire du second volume

Sommaire du second volume (cliché F. Alpi, 2021)

Ce catalogue n’en permet pas moins de suivre pas à pas la composition de nos deux recueils. Notons d’emblée que Syria n’y est pas représentée, sinon par la nécrologie de René Dussaud, parue en 1959 et qui vient à la fin du second (Le Rider 1973, no 170). Tous les autres articles rassemblés, à deux exceptions près, ont été dûment repris dans les deux mélanges posthumes des œuvres de Seyrig extérieures aux Antiquités syriennes : les Scripta varia, réunis par Ernest Will en 1985 (Seyrig 1985), et les Scripta numismatica, publiés l’année suivante par Georges Le Rider (Seyrig 1986). Outre l’hommage à Dussaud, pièce de circonstance, une première exception consiste en un bref signalement donné en 1953 à la revue généraliste des amis du Musée de la Marine Neptunia : « Un navire de Sidon » (Le Rider 1973, no 134). C’est que le monument présenté, un ex-voto de bronze en forme navire, dédié en grec en 121/122 apr. J.-C. au Zeus de Beithmarès, aujourd’hui exposé au Musée national de Beyrouth (no inv. 16 500), avait fait l’objet d’une notice plus substantielle des Antiquités syriennes, publiée dans Syria en 1951 (Le Rider 1973, no 119). La contribution épigraphique de Seyrig aux Villages antiques de la Syrie du Nord de Georges Tchalenko, parue dans le troisième tome de cet ouvrage majeur dont il avait poussé et particulièrement suivi la publication (Tchalenko 1958), vient aussi se placer dans le second volume des tirés-à-part, à son rang chronologique (Le Rider 1973, no 165), mais ne sera pas reprise dans les Scripta varia.

Les articles du premier volume ne couvrent que sept années (1923-1929) et concernent exclusivement la période « athénienne » du jeune Seyrig : celle de son appartenance à l’École française d’Athènes (ÉfA), où il entre comme membre scientifique en 1922, puis devient Secrétaire général en 1928 (Knœpfler 1996 ; Picard 2016). Ils relèvent donc essentiellement du Bulletin de correspondance hellénique (BCH), la vénérable revue de l’ÉfA (Le Rider 1973, no 1-7, 9, 11). Avec ce premier recueil septennal, Seyrig aura voulu clore le chapitre hellénique de sa carrière, avant que sa nouvelle orientation scientifique orientale, en même temps que son accession à la Direction générale des Antiquités mandataires, ne soient marquées dans Syria, en cette fin d’année 1929, par un article fondamental sur « La triade héliopolitaine et les temples de Baalbek » (Le Rider 1973, no 12).

Tiré-à-part du premier article, couverture

Tiré-à-part du premier article, couverture (cliché F. Alpi, 2021)

Revenons sur l’article inaugural de 1923. Seyrig a 27 ans, quand il donne au BCH cette toute première étude sur la « Legio VIa Hispana » (Le Rider 1973, no 1). Ce n’est plus exactement un « jeune chercheur », pour employer la terminologie qui prévaut aujourd’hui, mais il a connu un parcours antérieur très différent de celui des « Athéniens » ordinaires, aux scolarités régulières et brillantes, couronnées de multiples prix, balisées de succès aux différents concours (concours généraux des lycées, ÉNS, agrégation, concours d’Athènes enfin). Ses biographes rappellent à l’envi qu’il n’était pas prédisposé aux humanités classiques. La guerre le surprend en 1914, alors qu’il entreprenait à Oxford, sans grande conviction, d’improbables études de sciences politiques. C’est cette guerre qui va le transformer et lui inculquer le souci de l’efficacité pratique, de l’action collective, le sens de la rigueur et de la précision ; il sert comme officier d’artillerie (Knœpfler 1996, p. 286 et n. 5 ; Picard 2016, p. 295 ; Youngerman 2016, p. 95-108). Surtout, affecté par hasard à l’armée d’Orient, sur le front de Salonique, il y découvre l’Antiquité, ses monuments et, déjà, la langue grecque (classique et moderne). Démobilisé, il s’inscrit en Sorbonne et conquiert rapidement tous les grades en Lettres classiques et en allemand pour décrocher bientôt, la même année 1922, à la fois l’agrégation de grammaire et le concours d’Athènes. Le préparateur était alors Maurice Holleaux (1861-1932), ancien Directeur de l’ÉfA (1904-1912), futur professeur d’épigraphie grecque au Collège de France (1927) et membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (1925).

Maurice Holleaux

Maurice Holleaux (médaille de l’École française d’Athènes, 1933)

Très naturellement, Seyrig lui adressera un tiré-à-part de son premier article. Nous l’apprenons d’un bristol glissé entre les pages initiales du premier recueil des Articles divers, couvert recto-verso d’une fine écriture : le mot de remerciement, signé Maurice Holleaux. Ce texte mérite, semble-t-il, de retenir notre attention :

Paris, 11 septembre.

Mon Cher Monsieur Seyrig,

J’ai reçu avec beaucoup de reconnaissance le tirage de votre article sur la « Legio VIa Hispana », que vous avez eu l’amabilité de m’envoyer. J’avais déjà lu votre travail dans le « Bulletin », et je viens de le relire avec toute l’attention dont je suis capable. Si incompétent que je sois sur la question traitée, je me crois cependant en mesure de l’apprécier et je n’hésite pas à le déclarer excellent. La démonstration est conduite avec une prudente et circonspecte rigueur ; elle est parfaitement ordonnée et parfaitement claire ; elle aboutit à des conclusions qui me paraissent incontestables. Votre méthode est la bonne, la seule bonne : elle consiste à examiner directement les documents, à en faire l’exacte analyse, et à raisonner sur eux en toute indépendance, sans autre souci que celui de la logique. J’estime que votre petit mémoire est ce que le « Bulletin » a publié de meilleur depuis longtemps. Grâce au Ciel, vous n’êtes pas de ceux qui « font de la science » à coups de bibliographie et croient éblouir le public en alignant les opinions des autres, sans rien y ajouter. Vous n’avez qu’à poursuivre dans cette voie où vous vous êtes si bien engagé.

Mes meilleurs vœux vous accompagnent dans votre campagne syrienne. Puissiez-vous trouver beaucoup de documents séleucides ! C’est ce dont nous avons le plus besoin.

Veuillez croire, je vous prie, à mes sentiments de fidèle affection.

M. Holleaux

Le bristol de Maurice Holleaux, recto et verso 1

Le bristol de Maurice Holleaux, recto et verso 2

Le bristol de Maurice Holleaux, recto et verso (cliché F. Alpi, 2021)

Spécialiste des inscriptions hellénistiques, singulièrement séleucides, Maurice Holleaux vient de publier, à 63 ans, sa thèse de doctorat d’État : Rome, la Grèce et les monarchies hellénistiques au IIIe s. av. J.-C. (273-205). Il s’abstient donc de se prononcer sur le fond de la question d’histoire impériale romaine traitée par Seyrig, tout en témoignant son intérêt pour son premier voyage en Orient, à la suite de l’archéologue et helléniste Paul Perdrizet (1870-1938), prélude à la conversion intellectuelle qui interviendra un peu plus tard. Son appréciation porte donc sur la méthode de l’auteur, attentif aux documents plutôt qu’à leurs interprétations antérieures. L’esprit des Antiquités syriennes est déjà présent tout entier. On ne peut toutefois que mesurer combien s’en éloigne notre recherche contemporaine, marquée justement par l’inflation bibliographique sans retenue et, surtout, par la nécessité de citer et d’être cité, de s’entre-citer, pour exister et entrer dans les banques de données de référence, additionnant ainsi les points d’occurrences qui déterminent désormais les carrières de « chercheurs » qui ne s’appellent plus « savants », comme les subventions aux programmes où ils sont engagés et aux institutions dont ils dépendent.

Bibliographie

Frédéric Alpi, « La bibliothèque de l’Institut d’archéologie de Beyrouth dans la guerre du Liban (1975-1993) », La Revue de la BNU 21, 2020, p. 18-25.

Frédéric Alpi & Lina Nacouzi, « Amin Maalouf et Henri Seyrig », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 9 juillet 2012. En ligne : https://ifpo.hypotheses.org/3935

Denis Knœpfler, « De la Grèce au Proche-Orient avec Henri Seyrig : un Athénien atypique au tournant de sa carrière (1922-1929) », BCH 120, 1996, p. 285-309. En ligne : https://www.persee.fr/doc/bch_0007-4217_1996_num_120_1_4599

Georges Le Rider, « Bibliographie des travaux publiés par Henri Seyrig », Revue numismatique 15, 1973, p. 11-29. En ligne : https://www.persee.fr/doc/numi_0484-8942_1973_num_6_15_1037

Alexandre Najjar, Dictionnaire amoureux du Liban, Plon, Paris, 2014.

Olivier Picard, « Henri Seyrig, un Athénien peu ordinaire (1922-1929) », Syria III, 2016, p. 295-305. En ligne : https://doi.org/10.4000/syria.5328

Henri Seyrig, Scripta varia : Mélanges d’archéologie et d’histoire, Geuthner, Paris, 1985.

Henri Seyrig, Scripta numismatica, Geuthner, Paris 1986.

Henri Seyrig, Antiquités syriennes 7e série, Presses de l’Ifpo, Beyrouth, 2013.

Frédérique Duyrat, Françoise Briquel-Chatonnet, Jean-Marie Dentzer & Olivier Picard (dir.), Henri Seyrig (1895-1973), Syria III, 2016. En ligne : https://doi.org/10.4000/syria.5271

Georges Tchalenko, Villages antiques de la Syrie du Nord. Le massif du Bélus à l’époque romaine, Geuthner, Paris, 1958.

Duncan Yougerman, « Henri Seyrig ab ovo », Syria III, 2016, p. 93-108. En ligne : https://doi.org/10.4000/syria.5308


Pour citer cet article : Frédéric Alpi, "Un témoignage beyrouthin sur Henri Seyrig", Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/11109, le 3 mai 2021. [En  ligne sur hypotheses.org]

Frédéric Alpi est épigraphiste et historien à l’Institut français du Proche-Orient.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search