Les élections législatives jordaniennes de 2020 (1) Comprendre les effets du système électoral sur les profils et les stratégies des candidats

Le 10 novembre 2020, les citoyens jordaniens se sont rendus aux urnes pour élire la Chambre des représentants (majlis al-nuwâb) dans un contexte social, politique, économique et sanitaire singulier. La répression politique fut particulièrement visible au cours de l’année. Au mois de juillet, elle se matérialisa entre autres par la dissolution du syndicat des enseignants, l’arrestation de plusieurs centaines de ses membres et la dissolution de la confrérie des Frères musulmans. L’épidémie du coronavirus, et les mesures prises en conséquence par le gouvernement, ont fortement affecté l’économie nationale, notamment sur le plan de l’emploi, le taux de chômage ayant augmenté de 19,3% à 23% entre mars et juin 2020 (Banque mondiale, 2020). Dans ce contexte de pandémie et de forte augmentation du nombre de cas locaux de Covid 19 tout au long des campagnes électorales, la tenue de l’élection est restée incertaine jusqu’au dernier jour. Finalement, les autorités politiques ont insisté pour qu’elle soit maintenue. Le contexte international était lui aussi tout à fait particulier. L’élection présidentielle aux États-Unis, le plus grand donateur et partenaire militaire et géopolitique du pays, s’est tenue en effet quelques jours avant le scrutin jordanien.

Ces élections font aujourd’hui l’objet d’une construction discursive qui circule entre les sphères médiatiques, académiques et diplomatiques. Après avoir souligné dans un premier temps le renouvellement de l’élite politique (100 députés sur un total de 130 sont élus pour la première fois), les médias ont insisté sur la faiblesse du taux de participation (29,9%), l’échec des partis politiques (notamment des partis de gauche et des partis nationalistes) et la déception vis-à-vis du résultat des candidates (aucune femme n’a remporté de siège en dehors des quotas, alors que 7 y étaient parvenues en 2016). Les commentateurs s’accordent également, tout comme les candidats eux-mêmes, sur le rôle de « l’argent noir » (al-mâl al-asswad), les quatre jours de confinement dès le lendemain des élections ayant conduit davantage de Jordaniens, privés de plusieurs jours de salaire, à accepter d’être payés pour aller voter. Plus discrètement, ces élections sont parfois comparées à celles de 2007, au regard de l’intervention soupçonnée des services de renseignement en amont du scrutin (intimidation et pression sur certains candidats pour les pousser à ne pas se présenter), ainsi que sur les résultats finaux. Mohammed Raqqad, ancien chef du service des renseignements entre 2008 et 2011, avait après coup reconnu la manipulation des résultats des élections législatives de 2007 (Dunia al-Watan, 2011).

Enfin, les analystes et chercheurs, jordaniens et internationaux, ont insisté sur la victoire des « députés tribaux », c’est-à-dire des indépendants élus par leur base locale et familiale, et déploré la défaite des « députés partisans », c’est-à-dire appartenant à des partis politiques (par exemple The Washington Post, 2020, al-‘Arabi al-Jadid, 2020). Ces analyses, dont la pertinence n’est que peu interrogée, s’inscrivent dans la construction discursive dont font l’objet les élections et le Parlement en Jordanie de façon récurrente. À chaque nouveau scrutin, c’est l’avancée ou le recul du système politique sur le chemin de la démocratie qui semble être interrogé.

Ces deux billets cherchent à se détacher de ce prisme normatif et à offrir à la place une analyse du déroulement des campagnes électorales à partir d’une approche empirique. Comment les campagnes se sont-elles déroulées, quelles ont été les stratégies des candidats et que cela révèle-t-il du système électoral actuel ? Quels ont été les effets de l’épidémie et qu’a-t-elle permis de mettre en lumière ?

Ils reposent sur des données récoltées au cours d’une enquête de terrain de deux mois (de fin septembre à fin novembre 2020) dans les gouvernorats de Zarqa, Balqa et Karak, dans le cadre d’une thèse sur le Parlement jordanien. Ma méthodologie d’enquête est en partie fondée sur des entretiens semi et non-directifs. J’en ai conduit 37 au cours de ce dernier terrain, avec des candidats et candidates, des directeurs de campagne, des cadres et membres de partis politiques, des fonctionnaires de la commission électorale. Mon analyse s’appuie aussi sur plusieurs observations. J’ai assisté à deux réunions avec les candidats d’une même liste électorale, ainsi qu’à quatre meetings électoraux. J’ai aussi pu accompagner une équipe électorale qui collait les affiches de campagne dans les rues, et suivre deux soirées d’affilée une candidate pendant ses tournées de porte-à-porte à travers sa ville. C’est avec elle et son équipe que j’ai également passé la journée des élections, devant et à l’intérieur du bureau de vote. Les extraits d’entretiens cités ont été traduits de l’arabe ou de l’anglais vers le français, et anonymisés pour respecter la confidentialité des informations collectées auprès des enquêtés.


Fig. 1. Panneau de la commission électorale indépendante, à Amman. Traduction : « L’élection un droit, un devoir, une responsabilité » (C. Abescat, octobre 2020)

Privilégier les liens tribaux et de proximité: une conséquence logique du système électoral

Les candidats aux élections législatives rencontrés lors de l’enquête ont été unanimes : cette année, la formation des listes électorales, conformément au système électoral en vigueur depuis 2016, a été une épreuve bien plus longue et compliquée qu’aux élections précédentes.

La longueur du processus est en partie due à un nombre particulièrement élevé de candidats en 2020 (1674 contre 1252 en 2016). Comment interpréter cette augmentation, dans un contexte d’épidémie mondiale, d’incertitude vis-à-vis de la tenue des élections et de très forte délégitimation de la Chambre des représentants précédente ? Les facteurs d’explication sont multiples. Les campagnes ont été moins coûteuses cette année, ce qui a permis à davantage de Jordaniens de pouvoir se présenter. Les mesures sanitaires ont notamment interdit aux candidats d’ouvrir des « sièges électoraux », généralement onéreux, pour accueillir quotidiennement les électeurs tout au long du mois de campagne. Les partis politiques ont aussi présenté davantage de candidats, encouragés par les nouvelles dispositions financières prévues par la loi sur les partis politiques, puisque le montant qui leur est attribué dépend désormais du nombre de candidats présentés aux élections. D’autre part, une meilleure compréhension du système électoral a sans doute autorisé plus de citoyens à candidater. Lors des précédentes élections de septembre 2016, les Jordaniens n’avaient eu que quelques mois pour se familiariser avec la nouvelle loi électorale promulguée la même année.

Les élections de 2016 avaient avant tout permis de mettre en lumière les similarités du nouveau mode de scrutin avec le système électoral surnommé « un homme, une voix » (one man one vote, ou sawt al-wahed), en vigueur de 1993 à 2013, au sein duquel les électeurs votaient pour un seul candidat. Cet ancien mode de scrutin était particulièrement décrié, accusé de favoriser les solidarités primaires aux dépens d’un vote idéologique (Chatelard & al-‘Omari, 1998). La modification de la loi électorale était une des principales demandes lors des mobilisations de 2011 et 2012 (Ryan, 2018). En mars 2016, ce scrutin uninominal majoritaire fut donc remplacé par un scrutin proportionnel plurinominal, avec un système de listes ouvertes, toujours en vigueur en 2020. En théorie, ce système permet désormais de voter pour autant de candidats qu’il y a de sièges réservés à sa circonscription électorale. L’électeur vote pour une liste, au sein de laquelle il peut voter pour l’ensemble des candidats, ou pour certains seulement. Les listes qui remportent le plus de voix obtiennent le plus de sièges au Parlement, et ces sièges sont ensuite attribués aux candidats ayant obtenu le plus de voix à l’intérieur de ces listes. (Wehler-Schoeck, 2016). Néanmoins, le scrutin de 2016 a montré qu’en pratique, l’absence de seuil minimum requis de voix pour remporter un siège, combinée à la méthode du plus fort reste (voir encadré), rend presque impossible pour une liste de remporter plus d’un siège, sans compter les quotas féminins, chrétiens, tchétchènes et circassiens (Abu Rumman, 2016). Le candidat qui obtient le plus de voix sur la liste est ainsi le seul à pouvoir accéder au Parlement.

Calcul de la répartition des sièges selon la loi électorale de mars 201

– Le nombre de votes obtenus par la liste est divisé par le total des voix dans la circonscription électorale, multiplié par le nombre de sièges attribués à la circonscription.

– Les sièges du district (autres que ceux attribués aux Chrétiens, Circassiens et Tchétchènes) sont répartis en fonction des « valeurs entières » des voix remportées par les listes.

– Les sièges restants sont distribués aux listes par ordre séquentiel en suivant la méthode du plus fort reste, jusqu’à ce que la distribution des sièges soit terminée.

Source : Hussein Abu Rumman, 2016.

 Une meilleure compréhension du système, si elle a certainement permis à davantage de candidats de se présenter, a ainsi rendu les négociations pour la formation des listes bien plus laborieuses. Les calculs ne sont en effet pas évidents. Pour remporter un siège, un candidat doit s’allier avec des colistiers pouvant apporter un nombre conséquent de voix. Afin d’assurer sa victoire personnelle, ce nombre doit être inférieur à celui qu’il espère personnellement atteindre. Or, aucun candidat ne veut devenir une « hashwa » (littéralement, un « bouche- trou »), c’est-à-dire un figurant dont la fonction est de rapporter des voix et remplir la liste, sans espoir de remporter un siège. Un candidat se présentant pour la première fois dans le gouvernorat de Karak me confiait par exemple que plusieurs listes électorales lui avaient proposé de les rejoindre, mais qu’il avait décliné car il savait qu’il n’avait aucune chance d’y être le candidat élu : « dans cette liste, il y a cet homme, il a une tribu, de l’argent, et il a des commerces partout dans Karak (…). Il a peut-être 1000 employés au total ! (…) Si j’avais dit que j’étais d’accord, je serais devenu une hashwa ».

Pour maximiser le nombre de voix récoltées par la liste, il s’agit aussi de s’allier avec des candidats représentant chacun une région particulière de la circonscription, afin d’être capable de « quadriller » celle-ci et d’atteindre le plus d’électeurs possible. Une candidate du gouvernorat de Balqa m’expliquait : « L’homme qui a constitué la liste (…) a décidé de choisir un candidat (…) de chaque partie du gouvernorat (…). Il en a choisi un de ‘aîn al-Bâshâ, un de Baqa‘a, un de Deir alla et un de Sbeyhî, un d’al-‘ârda, un de Mâhîs et un de Fuheîs. Comme ça, il a séparé les membres en fonction de leur aire géographique. (…) Moi j’ai choisi cette liste parce qu’ici en Jordanie, nous ne votons pas pour des partis… Nous votons pour des familles, des voisins, des noms ».

Fig. 2. Devant un bureau de vote dans le gouvernorat de Balqa, le jour de l’élection (C. Abescat, novembre 2020)

Ainsi, en ayant maintenu un système électoral fondé sur des circonscriptions locales, plutôt que sur un scrutin de listes transrégionales, et un système au sein duquel, en pratique, seul un candidat musulman par liste peut espérer remporter un siège, la loi actuelle conduit les électeurs à continuer de voter exclusivement pour le candidat au sein de la liste avec lequel ils ont des liens de proximité. Une fois élu, il devient un intermédiaire accessible pour ses électeurs, membres de sa famille ou de son voisinage, pour atteindre certains ministères ou autres institutions publiques. Cet état de fait force l’ensemble des candidats, y compris les membres d’un parti, à mobiliser leur base électorale (qâ‘ida intikhâbiya) locale, en particulier familiale (‘âeliya) et tribale (‘ashâeriya). Le Front d’action islamique, la branche politique des Frères musulmans, est une des exceptions, puisque les candidats peuvent bénéficier de la base électorale conséquente du parti, notamment dans le gouvernorat de Zarqa.

Ainsi, comme le résumait une jeune candidate de trente ans dans le gouvernorat de Karak : « je souhaitais être une candidate différente, mais c’est impossible et tous ceux qui disent le contraire se trompent. Tu ne peux pas gagner sans soutien tribal (‘ashâeri) ». On peut alors questionner la pertinence de l’opposition entre les catégories du « candidat tribal » et du « candidat partisan ». Qu’importent la position, la trajectoire et les idées du candidat, la mobilisation d’une base familiale est un impératif auquel il est très difficile de se soustraire aujourd’hui.

Un second billet permettra néanmoins de montrer que peu de candidats peuvent se permettre de compter uniquement sur leur base électorale tribale et familiale. Nous verrons également en quoi les mesures sanitaires adoptées par le gouvernement ont eu des effets sur les pratiques politiques de campagne ainsi que sur les répertoires d’action des candidats (Abescat, 2021).

Bibliographie

Abu Rumman, H. « The impact of the Electoral law and the Bylaw on the Houses of Representatives », Konrad Adenauer Stiftung – Al-Quds Center for Political Studies, 2016.

Al-Ziyadat, A. « Al-urdun: majlis nuwâb gheîr massayass tuhâsiru al-shubahât » [Jordanie : un Parlement non politisé, entouré de suspicion], al-Arabi al-Jadid, novembre 2020 [En ligne].

Banque Mondiale. « Jordan overview ». Octobre 2020 [En ligne].

Chatelard, G. & al-‘Omari, A. « Les solidarités primaires et leurs limites (les cas d’Irbid et Madaba) », Jordanies, 1998.  

Dunia al-Watan, « a‘tirâfât al-bâshâ al-raqâd tutîh bishar‘ia al-nuwâb… al-intikhâbât fi al-‘âmayn 2007 wa 2010 muzawarihi » [Les révélations d’al-Basha al-Raqad détruisent la légitimité des députés… Les élections de 2007 et 2010 sont faussées]. Décembre 2011 [En ligne : https://www.alwatanvoice.com/arabic/content/print/229399.html].

Kao, K. & Karmel, E.J. « The pandemic compromised Jordan’s parliamentary elections ». The Washington Post, novembre 2020. [En ligne : https://www.washingtonpost.com/politics/2020/11/20/pandemic-compromised-jordans-parliamentary-elections/]

Ryan, C. « Struggles over elections and electoral systems », dans:Jordan and the Arab uprisings: regime survival and politics beyond the State. New-York, Columbia University Press, 2018.

Wehler-Schoeck, A. « Parliamentary Elections in Jordan. A Competition of Mixed Messages ». Friedrich Ebert Stiftung, 2016. [En ligne : http://library.fes.de/pdf-files/iez/12783.pdf].


Pour citer cet article : Camille Abescat, "Les élections législatives jordaniennes de 2020 (1) Comprendre les effets du système électoral sur les profils et les stratégies des candidats", Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/11067, le 5 avril 2021. [En  ligne sur hypotheses.org]

Camille Abescat portraitCamille Abescat est doctorante en science politique au Centre de Recherches Internationales (CERI) à Sciences Po, sous la codirection d’Élise Massicard et d’Éric Verdeil, et doctorante associée à l’Institut français du Proche Orient (Ifpo). Sa thèse porte sur les pratiques du pouvoir politique des députés jordaniens, au sein du Parlement et dans leurs circonscriptions respectives.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search