Mūsā al-Ṣadr, les chiites libanais et les Palestiniens du Liban (4). Rivalités, divergences et affrontements

Le Fatah joua un rôle de premier plan dans la formation militaire du mouvement Amal. Au niveau du leadership, les relations entre Mūsā al-Ṣadr et Yasser Arafat furent particulièrement bonnes. À titre d’exemple, Mūsā al-Ṣadr qualifiait le leader de l’OLP de « conscience et voix de la Révolution palestinienne » (Ḍāhir, 2000, p. 74). Cependant, l’aile gauche du Fatah, incarnée à l’époque par Abū Mūsā, Abū Ṣāliḥ et Māǧid Abū Šarār, fut souvent en conflit avec le président du Conseil supérieur islamique chiite, et des accrochages de plus en en plus réguliers se produisirent à partir de 1976, lorsque l’OLP rentra de plain-pied dans les guerres civiles libanaises. L’aile gauche et radicale de l’OLP fut elle aussi aux prises avec Amal, en particulier le Front populaire de libération de la Palestine – Commandement général d’Aḥmad Ǧibrīl, le Front de libération arabe pro-irakien et, dans une moindre mesure, le Front populaire de libération de la Palestine et le Front démocratique de libération de la Palestine. Par ailleurs, même si le mouvement Amal rejoignit le Mouvement National Libanais (MNL) dirigé par Kamal Joumblatt, les contradictions et rivalités éclatèrent au grand jour au début des guerres civiles entre les organisations de gauche (de l’OLP et du MNL) et le mouvement chiite, pour des raisons politiques, concurrentielles, idéologiques et stratégiques.

Fig.1. Mūsā al-Ṣadr reçu par Hafez al-Assad à Damas le 12/03/1975. Source : Fondation Mūsā al-Ṣadr pour la recherche.

Rivalités concurrentielles, divergences idéologiques et stratégiques

Bien avant le lancement d’Amal, et même par la suite, de nombreux militants chiites avaient rejoint différentes organisations palestiniennes (par exemple, ‘Imād Muġniyya, Muṣṭafa Badr al-Dīn et Fu’ād Šukūr, futurs cadres militaires du Hezbollah, furent membres de la Force 17, à la fois force spéciale et service de renseignement du Fatah). De nombreux cadres des partis libanais initialement alliés aux Palestiniens étaient eux-mêmes de confession chiite, tels le leader de l’Organisation pour l’action communiste au Liban, Muḥsin Ibrāhīm, le secrétaire général du parti Baath pro-syrien ‘Āsim Qanṣū, Ḥasan Ḥamdān (Mahdī ‘Āmil) et Karīm Muruwwah du Parti communiste libanais, ou encore ‘Alī Ḥamiyya et In‘ām Ra‘d du Parti social nationaliste syrien. Or, Mūsā al-Ṣadr souhaitait combattre la dispersion politico-organisationnelle des chiites et les réunir sous l’étendard de son mouvement. De nombreux cadres d’Amal accusèrent par la suite les partis de gauche et l’OLP d’instrumentaliser la misère des chiites et de les utiliser comme « chair à canon » à des fins politiciennes (Norton, 1987, p. 26-27) : « Certains déshérités ont été contraints de se vendre auprès de ces partis pour avoir de quoi manger » (Chamran, 2019, p. 333). En face, la gauche du Fatah et de l’OLP accusait Mūsā al-Ṣadr d’être un agent de la Savak, de la CIA, voire d’Israël, et critiquait avec virulence sa proximité avec les chrétiens progressistes, les dignitaires religieux chrétiens et le régime de Damas (Ibid., p. 197, 307, 344, 352, 354, 455, 459).

Ces rivalités et tensions entre Amal, les organisations de gauche et l’OLP éclatèrent sur fond de concurrence pour le recrutement des membres et de divergences idéologiques importantes. En effet, le mouvement de Mūsā al-Ṣadr revendiquait son islamité et sa foi, comme le stipule le premier article de la charte du mouvement : « Ce mouvement part de la croyance en un Dieu unique ». Le 24 mai 1976, lors de la première cérémonie en l’honneur des martyrs d’Amal, Mūsā al-Ṣadr s’adressa à Yasser Arafat en des termes qui sont restés dans les annales : « Sache, ô Abū ‘Ammār, [nom de guerre de Yasser Arafat], que l’honneur de Jérusalem ne sera libéré qu’aux mains des croyants, et nous prierons ensemble dans la mosquée al-Aqṣa » (Ḍāhir, 2000, 1976, p. 57). Avant d’affirmer son soutien au Fatah, Mūsā al-Ṣadr s’en prit au programme du MNL (qui prônait l’autogestion des régions contrôlées par différents comités populaires en lieu et place de l’État libanais) et à l’orientation laïcisante d’un certain nombre de ses organisations : « Il n’y a aucune différence entre ceux qui appellent à l’autogestion, ceux qui appellent à un gouvernement de l’ombre [les phalangistes], et ceux qui militent pour la laïcité complète. Ils veulent détruire les valeurs et éloigner des gens le pouvoir de la religion (…) il n’y a pas de différence entre eux et les Israéliens» (Ḍāhir, 2000, 1976, p. 57). Ces propos déclenchèrent une tempête médiatique, et les organisations de gauche du MNL et de l’OLP se déchainèrent contre Mūsā al-Ṣadr. Les mémoires de Mustapha Chamran témoignent des différends idéologiques entre ces deux pôles, mais aussi, et surtout, de la concurrence féroce pour la mobilisation des chiites : « Les jeunes chiites étaient mobilisés derrière les partis de gauche et communistes en raison de leur misère. Mais la situation a changé après la création du mouvement des déshérités, lorsque de nombreux chiites sont retournés à leurs origines et principes. Le mouvement a coupé l’herbe sous le pied des partis de gauche » (Chamran, 2019, p. 118-119).

Différends et tensions autour des objectifs et de la conduite de la guerre

Le 17 janvier 1976, alors que les Forces communes (forces militaires conjointes du MNL et des Palestiniens) se trouvaient en position de faiblesse face aux milices des partis de droite chrétiens, Mūsā al-Ṣadr fut mandaté par les leaders pro-palestiniens réunis à ‘Aramūn pour solliciter une intervention syrienne en raison de sa proximité avec Hafez al-Assad. Le lendemain, des unités de l’Armée de Libération de la Palestine stationnées en Syrie furent envoyées au Liban pour soutenir le MNL, jouant un rôle décisif dans la chute de Damour et Sa‘diyāt (deux villages côtiers constituant un verrou stratégique entre Beyrouth et le Sud-Liban). Des combattants d’Amal participèrent à l’offensive sur le palais de l’ancien Président Camille Chamoun à Sa‘diyāt. (Chamran, 2019, p. 424-426). Toutefois, lorsque les Forces communes lancèrent une offensive pour neutraliser définitivement les milices chrétiennes dans le Mont-Liban, et que Ṣalāḥ H̱alāf (Abū Iyyād) déclara, en soutien à Kamal Joumblatt, que la route de Jérusalem passait par Jounieh (ville chrétienne située au nord de Beyrouth), Mūsā al-Ṣadr se distancia du MNL et se rangea derrière la position syrienne. Damas prêchait alors le compromis et affirmait qu’aucune partie ne pouvait l’emporter au Liban au détriment de l’autre, se positionnant contre l’objectif de victoire militaire totale défendu par Kamal Joumblatt en prônant une solution « ni gagnant ni perdant » (la ġālib, wa la maġlūb), comme à l’issue de la courte guerre civile de 1958. Lorsque les troupes syriennes rentrèrent au Liban le 1er juin 1976 afin de bloquer l’offensive des Forces communes, Mūsā al-Ṣadr quitta le MNL et soutint l’intervention. Il déclara le jour même : « Nous pensons que la confrontation entre la Syrie et la résistance palestinienne est préjudiciable aux deux parties (…). Nous ferons tout notre possible pour l’empêcher » (Ḍāhir, 2000, p. 133). En effet, à partir de l’intervention syrienne, le leader chiite tenta de trouver un juste milieu entre les positions syriennes et celles de l’OLP. Le 14 juin 1976, après que les troupes syriennes eurent infligé de rudes coups aux Forces communes, Mūsā al-Ṣadr demanda à la Syrie d’arrêter son offensive et de donner des garanties aux Palestiniens : « Que la Syrie se retire jusqu’aux lignes d’assurance palestiniennes » (Li-tansaḥib Sūriyyā ilā ḥuddūd al-iṭmi’nān al-Filasṭīnī) (Ḍāhir, 2000, p. 67). Sur l’ensemble de l’année 1976, point culminant des tensions entre Damas et l’OLP, il se rendit dix-neuf fois dans la capitale syrienne, notamment afin de réconcilier Hafez al-Assad et Yasser Arafat (ibid.).

Parmi les conflits les plus significatifs entre Amal, les Palestiniens et le MNL, on peut également mentionner le siège puis la chute de Naba‘a, à l’est de Beyrouth, au cours de l’été 1976. Le leader d’Amal fut accusé d’avoir livré le quartier au Front libanais, alors que Mustapha Chamran accusa le FDLP d’avoir délibérément attaqué les Arméniens de Būrǧ Ḥammūd, auparavant neutres, causant la chute du quartier aux mains des miliciens chrétiens (Chamran, 2019, p. 344-348). Ces rivalités et divergences politiques, idéologiques et stratégiques furent à l’origine de nombreux accrochages et affrontements, en particulier au Sud-Liban et à Beyrouth. Ainsi, le 19 juin 1976, la maison de Mūsā al-Ṣadr à Verdun fut encerclée par des combattants de l’OLP et du MNL, qualifiés par des cadres d’Amal de « gang de Ṣalāḥ H̱alāf et Joumblatt » (Ḍāhir, 2000, p. 67). Les gardes du bâtiment furent obligés de rendre leurs armes. Deux jours plus tard, un communiqué de l’agence de presse palestinienne Wafā’ condamna ces agissements. En réaction à ces intimidations, les clans de Baalbek menacèrent « d’éradiquer toute présence palestinienne dans la Bekaa » (Chamran, 2019, p. 308-309). Mūsā al-Ṣadr, alors à Damas, envoya dans la Bekaa des proches collaborateurs pour prévenir toute escalade. Le chef du Mouvement des déshérités déclara : « Je ne veux pas que dans mille ans, l’histoire retienne que je me suis sali les mains du sang palestinien. Je ne veux donner à personne le prétexte qu’ils attendent pour anéantir la résistance palestinienne » (Ibid.). Comme le souligne Malīḥa al-Ṣadr, fille de Mūsā al-Ṣadr, on s’en prenait à lui un matin, puis une autre faction palestinienne venait s’excuser l’après-midi. Le lendemain, l’Imam s’entretenait avec Yasser Arafat (Entretien avec Malīḥa al-Ṣadr, Beyrouth, le 27/12/2018). L’École technique du Ǧabal ‘Āmil, lieu de formation de nombreux militants et combattants d’Amal, fut ainsi prise pour cible par le FPLP-CG et le FLA, qui la bombardèrent plusieurs fois à partir de 1976, tuant ses gardes et blessant élèves et professeurs. Il en va de même du siège du CSIC à Ḥāzmiyya et des modestes positions d’Amal dans le Sud (à Zibdīn, Dayr al-Zahrānī, ‘Ansār, al-H̱arā’yīb et Qabrīḥā) (Chamran, 2019, p. 377-387), qui furent le théâtre de brimades et d’accrochages sérieux avec des éléments des Forces communes de 1976 à 1978.

Conclusion

Après le déclenchement des guerres civiles libanaises, les rivalités, tensions et divergences entre Amal et l’OLP s’intensifièrent. Si Mūsā al-Ṣadr, qui refusait de s’engager dans une confrontation avec les Palestiniens, parvenait à contenir les ardeurs et la rancune de ses militants, sa disparition en Libye en 1978 inaugura une nouvelle phase dans l’histoire des relations entre Amal et les factions palestiniennes. Les tensions latentes, dégénérant parfois en accrochages sérieux, se muèrent après la disparition de Mūsā al-Ṣadr en de véritables affrontements et batailles rangées, en particulier de 1978 à 1982 et pendant la guerre des camps (1985-1988).

Bibliographie

Ḍāhir, Ya‘qūb, Masīrat al-imām Mūsā al- Ṣadr yawmiyyāt wa waṯā’iq (Le parcours de l’Imam Mūsā al-Ṣadr, chronologie et documents), 12 tomes, Beyrouth, Dār Bilāl, 2000.

De Clerck, Dima et Malsagne, Stéphane, Le Liban en guerre (1975-1990), Paris, Belin, 2020.

Fondation Mūsā al-Ṣadr pour la recherche (Markaz al-Imām Mūsā al-Ṣadr li-l-Abḥāṯ wa al-Dirāsāt), Ta’sīsan li-muǧtama‘ muqāwim (Pour la création d’une société résistante), Kalimat sūwā’, Beyrouth, 2001.

Norton, Augustus Richard, Amal and the Shi’a: Struggle for the soul of Lebanon, Austin, University of Texas Press, 1987.

Šamrān, Mahdī, Les mémoires de Mustapha Chamran au Liban (Muḏakkirāt al-šahīd al-duktūr Muṣṭafā Šamrān fī Lubnān), Beyrouth, Dār al-maḥḥaǧa al-bayḍa, 2018.


Pour citer cet article : Tristan Hillion-Launey, "Mūsā al-Ṣadr, les chiites libanais et les Palestiniens du Liban (4). Rivalités, divergences et affrontements", Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/11058, le 29 mars 2021. [En  ligne sur hypotheses.org]

Tristan Hillion-Launey est doctorant en histoire à l’EHESS (CéSor) et réalise une thèse intitulée Amal et les guerres du Liban, (1975-1990), Histoires croisées, sous la direction de Sabrina Mervin. Il travaille sur la trajectoire des cadres du mouvement comme  Mūsā al-Ṣadr, Nabih Berri (l’actuel dirigeant du parti et président du parlement libanais), Mustapha Chamran, Ḥusayn al-Mūsawī, ‘Aqīl Ḥamiyya, et sur les épisodes des guerres du Liban dans lesquels le mouvement fut impliqué (relations et conflits avec les partis de gauche, les organisations palestiniennes et la droite libanaise, lutte contre l’occupation israélienne au Sud Liban, soulèvement du 6 février 1984, guerre des camps, rapports avec le Hezbollah…). L’objectif de cette thèse est double : premièrement, éclaircir l’histoire de ce mouvement chiite méconnu et négligé de l’historiographie et deuxièmement, réaliser une étude anthropo-historique du combat pendant les guerres du Liban (parcours sociologiques des combattants et militants, corporéité et physicalité, dimensions psychologiques…).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search