Mūsā al-Ṣadr, les chiites libanais et les Palestiniens du Liban (2). Le Ǧabal ‘Āmil, cœur du conflit israélo-palestinien

Ce second billet vise à mettre en lumière le contexte géopolitique régional et politico-militaire local, qui fit du Ǧabal ‘Āmille cœur du conflit israélo-palestinien à partir de 1971. Ce travail est fondé sur la lecture de l’historiographie, des sources arabes disponibles et sur de nombreux entretiens réalisés au Liban, notamment avec la famille de Mūsā al-Ṣadr, des cadres du mouvement Amal, du Hezbollah et des factions palestiniennes.

Fig.1 : Mūsā al-Ṣadr devant une maison détruite par des raids israéliens au Sud-Liban, années 1970. Source : Fondation Mūsā al-Ṣadr pour la recherche

Parmi les personnes interrogées qui seront citées dans ce billet figurent notamment Sulṭān Abū al-‘Aynayn et Ḥusayn al-Mūsawī. Sulṭān Abū al-‘Aynayn est un responsable militaire du Fatah depuis 1969. Chef militaire de l’organisation au Liban de 1988 à 2009, il joua un rôle important pendant les guerres civiles libanaises. Au début des années 1970, il participa avec d’autres officiers palestiniens à la formation militaire des militants du Mouvement des déshérités, dont la branche militaire prendra le nom d’Amal le 6 juillet 1975. Sulṭān Abū al-‘Aynayn fut également responsable du Fatah à Bourj al-Barajneh pendant la « guerre des camps » qui opposa Amal aux Palestiniens entre 1985 et 1988. Quant à Ḥusayn al-Mūsawī, dit Abū Hišām, il fut un proche de Mūsā al-Ṣadr dans les années 1960 et l’un des fondateurs du mouvement Amal. Il se sépara d’Amal en 1982 et créa Amal Islamique, qui devint une des trois composantes principales du Hezbollah. Il est jusqu’à aujourd’hui un membre important du Hezbollah et fait partie de son conseil décisionnel (maǧlis al-šūrā).

Des cadre géographique, géopolitique et politico-militaire qui lièrent les deux communautés et leurs organisations

Suite à la défaite des armées arabes face à Israël en juin 1967 (événement communément appelé Naksa en arabe), les Palestiniens décidèrent de libérer eux-mêmes la Palestine. L’OLP fit dans un premier temps de la Jordanie son sanctuaire, s’illustrant notamment en 1968 dans la bataille d’al-Karāma contre les forces israéliennes (Al-Nāṭūr, 2014, p. 96-126). Après de nombreuses péripéties politico-sécuritaires puis une guerre ouverte avec l’armée jordanienne (Al-Nāṭūr, 2014, p. 185-274), les forces palestiniennes furent expulsées de Jordanie lors des événements de Septembre noir (1970-1971). C’est au Liban, en particulier dans le sud du pays, que se déplacèrent la plupart des effectifs de l’OLP à la recherche d’un nouveau front contre Israël. De plus, en raison du déploiement en 1974 de troupes d’interposition de l’ONU sur le Golan syrien occupé par Israël et de la volonté de Hafez al-Asad de contrôler les acteurs palestiniens agissant depuis la Syrie, le front syrien se gela, ce qui conduisit in fine à la pérennisation du conflit au Sud-Liban, nouvel « abcès de fixation » du conflit israélo-arabe (Picaudou, 1992, p. 44). De 1970 à 1982, les opérations menées par les factions palestiniennes depuis le Sud-Liban s’intensifièrent, au même titre que les invasions et raids israéliens lancés contre les villages du sud abritant ou non les Fédayins (combattants palestiniens). Les régions du ‘Arqūb et de Rāšayyā, puis de Bint Ǧubayl (Sud-Liban) virent les camps d’entraînement palestiniens se multiplier, accueillir des recrues toujours plus nombreuses, et prirent rapidement le surnom de « Fatah-Land » (Malsagne et De Clerc, 2020, p 33 ; Seguin, 1988, p. 72-79 et 116-124). Ainsi Sulṭān Abū al-‘Aynayn relate-t-il son arrivée au Sud-Liban :

Nous sommes retournés au Liban en passant par le Ǧabal al-Šayẖ, et plus précisément par un village syrien nommé Harnā. Nous avions pour ordre de rejoindre le ‘Arqūb et le Sud-Liban sans laisser de traces ou d’empreintes. La population du sud nous a accueillis à bras ouverts, ses sunnites, chiites, chrétiens et Druzes, ils envoyaient de la nourriture à nos combattants, et subvenaient à beaucoup de nos besoins.

Entretien avec Sulṭān Abū al-‘Aynayn, Saïda, le 13/11/2019
Fig.2 : Frontière Israelo-Libanaise. Source : Meier, 2015. Conception : Daniel Meier, Réalisation : Hisham Ashkar 2014

Contrairement à cet unanimisme dont témoigne Abū al-‘Aynayn, les habitants du sud du pays (majoritairement chiites) oscillèrent alors entre soutien à la cause et exaspération face aux exactions de certains hommes armés et, surtout, face aux représailles israéliennes totalement arbitraires, disproportionnées et délibérément destructrices. En effet, à partir de 1968, l’armée israélienne procéda à de nombreuses offensives aux lourds bilans humains afin de briser la résistance palestinienne, en vain, et surtout, faire cesser le soutien apporté par la population du sud aux Fédayins. Outre de nombreuses opérations clandestines (Bergman, 2018), citons par exemple l’opération du 11 mai 1970 où cinq mille soldats israéliens pénétrèrent au Sud-Liban pour détruire les grottes où s’abritaient les Fédayins. Face au laisser-faire de l’État libanais, qui n’opposa pas la moindre résistance à cette opération, Mūsā al-Ṣadr déclara le jour suivant dans al-Ḥawādiṯ :

L’État ne s’est pas comporté comme une société guerrière, ni même comme une société défensive. La société libanaise a besoin de se constituer en une société de guerre (muǧtama‘ ḥarb) pour faire face à la bataille décisive qui l’attend (…). Il faut protéger les enfants, les femmes et assurer aux gens des moyens de subsistance (…). Il faut armer le peuple et l’entraîner, afin qu’il soit la force capable de soutenir les forces régulières et les aider dans la bataille (…). Pourquoi ne construit-on pas des villages fortifiés et armés à l’arrière capables de soutenir les lignes de front (al-ẖuṭūṭ al-amāmiyya) pour faire face à l’agression ? (…). Nous avons milité longtemps auprès des responsables. C’est mon dernier appel (…). Répondez avant qu’il ne soit trop tard.

al-Ḥawādiṯ, le 12/05/1970, dans Ḍāhir, 2000, p. 396-399

Le 15 mai 1970, Mūsā al-Sadr initia la fondation du Comité pour la victoire du Sud, afin de réunir le maximum de dignitaires religieux et de responsables politiques de toutes confessions pour faire face aux attaques israéliennes sur le sud du pays. Parmi les membres du comité, on peut citer le patriarche maronite Antūnyūs H̱rayš, le qāḍī druze de Ḥāṣbayyā, cheikh Naǧīb Qays, et le mufti sunnite de Saïda, cheikh Muḥammad Salīm Ḥammūd. Toutefois, malgré leur soutien moral, politique et religieux, ces dignitaires ne furent pas en mesure d’offrir aux habitants du sud la protection et le soutien militaire que Mūsā al-Ṣadr attendait.

Le 22 mai 1970, une attaque lancée par l’armée israélienne sur Bint Ǧubayl et trois autres villages du sud fit treize morts, trente-deux blessés, et détruisit quatre-vingt-trois habitations. Les violents affrontements de mai obligèrent d’ailleurs entre vingt mille et quarante mille habitants du Sud-Liban à fuir leurs maisons pour se réfugier dans la ceinture de misère beyrouthine ou chez des proches, dans des villages du sud épargnés ou dans la Bekaa. Ces opérations israéliennes provoquèrent ainsi l’exode de la quasi-totalité des habitants de Bint Ǧubayl, ‘Aytarūn, Kfar Šūbā, Rāšayyā al-Fuẖār et Kfar Hammām. Le 26 mai 1970, Mūsā al-Ṣadr organisa une grève générale depuis le CSIC pour protester contre « la négligence, l’indifférence et l’abandon du Sud par l’État » (Ḍāhir, 2000, p. 279-283). En réponse à la grève organisée par le président du CSIC, le Conseil du Sud, capitalisé à trente millions de livres libanaises, fut créé par le Parlement libanais le 2 juin 1970 et chargé d’assurer la réinstallation et l’indemnisation des déplacés. Dirigé dans un premier temps par Muḥammad Ša‘ītū, ce conseil fut paralysé dans son action par les tensions croissantes entre Mūsā al-Ṣadr et le député et leader traditionnel du Sud-Liban Kāmil al-Asa‘d, par son fonctionnement bureaucratique et par le peu de soutien que trouva la cause du Sud au sein de la classe politique libanaise.

Conclusion

Mūsā al-Ṣadr proposa ainsi plusieurs projets au gouvernement et à l’armée libanaise pour renforcer les forces armées régulières et constituer des milices populaires autonomes dans les villages du sud. Prévenir l’exode des habitants du Ǧabal ‘Āmil et contrecarrer les visées israéliennes sur les eaux du Litani furent deux points essentiels dans la vision et l’action de Mūsā al-Ṣadr. Face à l’inaction de l’État et de la majorité de la classe politique libanaise, c’est donc vers le Fatah et Yasser Arafat que se tourna Mūsā al-Ṣadr, comme en témoigne Ḥusayn al-Mūsawī, un des principaux responsables de l’entraînement militaire des militants du mouvement des déshérités dans la Bekaa avec Mustapha Chamran :

En raison des agressions israéliennes qui se répétaient, la pensée de l’Imam a évolué (…). L’Imam fut convaincu que ce qui avait été pris par la force ne pourrait qu’être restitué par la force (…). Nous avons donc entraîné nos militants avec le soutien de Yasser Arafat dans la région du Hermel, à Baalbek, dans les montagnes de Brītāl en particulier. Nous avons commencé à acquérir des armes légères, des Kalachnikovs, des Simonovs, des choses de ce genre, et nous avons donc commencé à organiser des opérations au Sud-Liban avec des jeunes de la Bekaa, du Sud, et de Beyrouth. 

Entretien avec Ḥusayn al-Mūsawī, Beyrouth, le 04/12/2019

Les modalités de ce rapprochement, défini par Mūsā al-Ṣadr comme l’alliance entre les déshérités sur leur terre (les chiites) et les déshérités de leur terre (Les Palestiniens) (al-taḥāluf bayn al-maḥrūmīn ‘alā arḏihim wa al-maḥrūmīn min arḏihim), feront l’objet du billet suivant.

Bibliographie

Ḍāhir, Ya‘qūb, Masīrat al-imām Mūsā al-Ṣadr yawmiyyāt wa waṯā’iq (Le parcours de l’Imam Mūsā al-Ṣadr, chronologie et documents), 12 tomes, Dār Bilāl, Beyrouth, 2000.

De Clerck, Dima et Malsagne, Stéphane, Le Liban en guerre (1975-1990), Belin, Paris, 2020.

Fondation Mūsā al- Ṣadr pour la recherche (Markaz al-Imām Mūsā al-Ṣadr li-l-Abḥāṯ wa al-Dirāsāt), Ta’sīsan li-mujtama‘ muqāwim (Pour la création d’une société résistante), Kalimat suwa’, Beyrouth, 2001.

Meier, Daniel, « La région frontalière du Sud-Liban et les réfugiés palestiniens : entre résistance et contournements », L’Espace Politique. Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique, 7 septembre 2015, no 27 [en ligne] DOI : https://doi-org.inshs.bib.cnrs.fr/10.4000/espacepolitique.3564.

Al-Nāṭūr, Maḥmūd, Ḥarakat Fataḥ, bayn al-muqāwama wa al-iġtiyālāt, al-muǧallad al-awwal, 1965-1982, (Le mouvement Fatah, entre la résistance et les meurtres, Tome 1, 1965-1982), al-Ahliyya li-l-našr wa al-tawzī‘, Amman, 2014.

Picaudou, Nadine, La déchirure libanaise, Complexe, Bruxelles, 1992.

Seguin, Jacques, Le Liban-Sud : espace périphérique, espace convoité, L’Harmattan, Paris, 1989.


Pour citer cet article : Tristan Hillion-Launey, "Mūsā al-Ṣadr, les chiites libanais et les Palestiniens du Liban (2). Le Ǧabal ‘Āmil, cœur du conflit israélo-palestinien", Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/11033, le 15 mars 2021. [En  ligne sur hypotheses.org]

Tristan Hillion-Launey est doctorant en histoire à l’EHESS (CéSor) et réalise une thèse intitulée Amal et les guerres du Liban, (1975-1990), Histoires croisées, sous la direction de Sabrina Mervin. Il travaille sur la trajectoire des cadres du mouvement comme  Mūsā al-Ṣadr, Nabih Berri (l’actuel dirigeant du parti et président du parlement libanais), Mustapha Chamran, Ḥusayn al-Mūsawī, ‘Aqīl Ḥamiyya, et sur les épisodes des guerres du Liban dans lesquels le mouvement fut impliqué (relations et conflits avec les partis de gauche, les organisations palestiniennes et la droite libanaise, lutte contre l’occupation israélienne au Sud Liban, soulèvement du 6 février 1984, guerre des camps, rapports avec le Hezbollah…). L’objectif de cette thèse est double : premièrement, éclaircir l’histoire de ce mouvement chiite méconnu et négligé de l’historiographie et deuxièmement, réaliser une étude anthropo-historique du combat pendant les guerres du Liban (parcours sociologiques des combattants et militants, corporéité et physicalité, dimensions psychologiques…). 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search