L’émergence de mini-réseaux hybrides d’électricité au Liban : vers une différenciation territoriale des dispositifs de fourniture énergétique

C’est en 2009, lors de la conférence de Copenhague sur le changement climatique, que le gouvernement libanais s’engage à réduire sa dépendance aux énergies fossiles en déclarant que 12 % de la demande en électricité et en chauffage thermique devra être d’origine renouvelable d’ici à 2020. Cette déclaration du Premier ministre libanais en poste, Saad Hariri, s’inscrit dans un contexte international d’injonction forte vers la transition et la décarbonisation du mix énergétique. Cependant, en raison d’une dégradation structurelle du réseau conventionnel, lourdement touché par la guerre civile puis la guerre de 2006, des coupures d’électricité allant de 3 à 17 heures plongent quotidiennement le Liban et ses habitants dans l’obscurité.

Avec un écart entre l’offre et la demande de 1,5 GW, l’opérateur national Électricité du Liban (EDL) est en sous-production structurelle et ne couvre que 63 % de la demande en électricité en 2018 (Ahmad, 2020). Au Liban, le secteur de l’électricité est centralisé avec un quasi-monopole d’EDL, établissement public sous tutelle du ministère de l’Énergie et de l’Eau. À l’exception des concessions du Litani, de Jbeil et de Zahlé, EDL est l’unique opérateur autorisé à revendre de l’électricité au Liban. Toutefois, face à un rationnement en électricité aggravé et inégalement réparti sur le territoire, les usagers cumulent et articulent divers modes d’accès à l’électricité.

Une hétérogénéisation structurelle des modes d’accès à l’électricité

Ancrés dans les pratiques et dans le paysage urbain depuis plus de trente ans (Abi Ghanem, 2018), les générateurs diesel alimentent 84 % des consommateurs pendant les heures de rationnement (CAS, 2020). Au départ individuels et solidaires, les générateurs sont rapidement devenus l’objet d’un commerce profitable. En effet, les propriétaires privés de générateurs proposent des abonnements mensuels aux habitants du quartier qu’ils investissent. En dépit de leur illégalité face au quasi-monopole d’EDL, ces dispositifs de fourniture sont tolérés, voire encadrés, par la puissance publique qui les considère comme un palliatif résiduel et temporaire aux coupures. Cela confère aux générateurs un statut de système « extra-légal pérennisé » (Gabillet, 2010). Avec des propriétaires privés qui détiennent aujourd’hui de véritables micro-monopoles territoriaux dans la fourniture complémentaire d’électricité, la régulation de ce commerce, et notamment du tarif, dépend de la capacité de négociation de la municipalité. En parallèle, depuis une dizaine d’années, les ménages, les entreprises et les municipalités se dotent de systèmes de production renouvelable décentralisés.

Système photovoltaïque pour la production municipale de Kfarmishki

Système photovoltaïque pour la production municipale de Kfarmishki. Photographie Elio Sassine, juin 2020.

Dans les municipalités les plus rationnées, les mini-réseaux hybrides articulant production photovoltaïque et générateurs diesel se profilent comme une solution intéressante pour sécuriser la fourniture et réduire la facture d’électricité des habitants. Un mini-réseau est un système collectif de fourniture d’électricité, intégrant des fonctions de production et de distribution, pour un nombre restreint de bénéficiaires (RECP Program, 2014). Si les mini-réseaux sont généralement localisés dans les espaces éloignés du réseau conventionnel, au Liban avec un taux d’électrification proche de 100 %, ce mode complémentaire de fourniture, bien qu’illégal, cohabite et s’articule sous diverses formes avec le réseau national EDL.

Des logiques de pouvoir structurantes dans le développement des mini-réseaux d’électricité

Considérant que l’action collective territoriale et les logiques d’intérêts jouent un rôle central dans le développement des configurations électriques au Liban (Verdeil et al., 2009), nous présentons dans ce billet une analyse territorialisée et sociopolitique de quatre mini-réseaux d’électricité. Notre objectif est de saisir les stratégies à l’œuvre derrière la territorialisation des systèmes énergétiques, ainsi que leurs conséquences sur le plan territorial, social et politique (reconfigurations des circuits énergétiques et déstabilisation des hiérarchies sociopolitiques et solidarités associées).

Ce billet s’appuie sur une enquête de terrain conduite entre février et mars 2020 dans plusieurs municipalités libanaises de taille et confession différentes : Baaloul, Menjez, Kabrikha et enfin une quatrième localité anonymisée dans ce billet à la demande des enquêtés. Nous mobilisons une méthode qualitative avec des observations de terrain et des entretiens semi-directifs avec des élus locaux, des consommateurs et des installateurs d’équipement renouvelable.

Répartition des cas d’étude

Répartition des cas d’étude – les mini-réseaux hybrides au Liban. Le 4e cas d’étude étant anonyme, il n’est pas indiqué sur cette carte. Carte Alix Chaplain, 2020.

Nos terrains nous ont permis d’identifier quatre types de configuration résultant de stratégies distinctes : le développement des flux énergétiques dans un objectif de participation communautaire (1), le service électrique municipal comme outil de gouvernement local, voire de patronage politique (2), l’expérimentation internationale comme instrument d’action publique (3) et enfin la capture des systèmes dans un objectif de constitution de réseaux socioéconomiques (4).

Le projet communautaire et participatif pour la construction de communs territoriaux

Fondé sur un fort pouvoir d’autogestion des habitants, le projet participatif vient renforcer la communauté locale par la fourniture d’un service collectif d’électricité. Décrit par le président de la municipalité Mohammed Nasser comme « un bien commun duquel chacun est partenaire », le mini-réseau de Baaloul illustre ce type de projet avec des règles d’organisation de la ressource électrique localement déterminées (régulation du tarif, du mode de paiement, des horaires de fonctionnement du mini-réseau, ou encore du financement de l’infrastructure). Située en bordure de plaine de la Bekaa-ouest, Baaloul est une municipalité rurale et résidentielle à majorité sunnite dans laquelle résident entre 600 habitants l’hiver et jusqu’à 1 200 l’été. Animée par un comité participatif appelé la « junta de Baaloul », la vie politique locale se caractérise par un engagement collectif fort des habitants dans la protection du cadre de vie (sécurité et environnement). Insatisfaits des services du propriétaire privé de générateurs, les habitants décident en 2012 d’installer leur propre réseau diesel financé par les familles de Baaloul et la diaspora immigrée en Amérique latine (300 000 dollars). En 2018, dans le cadre du projet BALADI subventionné par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et relayé par CARITAS, Baaloul bénéficie d’un soutien de 80 000 $ pour installer 80 kW de panneaux photovoltaïques (PV) au bénéfice des habitants du village ainsi que des réfugiés syriens installés dans un camp proche.

Le développement de circuits électriques locaux pour légitimer l’espace politique municipal

Située dans le Akkar, sur la frontière nord du Liban, Menjez est une municipalité rurale créée en 2012 dans laquelle résident 1 000 habitants à majorité maronite. Investi dans ses fonctions depuis 2012, le président de la municipalité Georges Youssef œuvre pour la promotion d’un projet de territoire durable autour du patrimoine culturel et naturel. Il pilote l’action municipale en étroit partenariat avec des acteurs internationaux qui subventionnent ses projets environnementaux. Jusqu’en 2013 les habitants ne disposent d’aucune alternative collective pour se fournir en électricité pendant les coupures du réseau national. En effet, aucun propriétaire privé de générateurs ne s’est installé à Menjez pour fournir des abonnements aux habitants. En conséquence, le premier projet financé par la municipalité est l’installation d’un réseau de générateurs en 2013. En 2018, Menjez bénéficie d’un financement BALADI de l’USAID pour installer 100 kW de PV (120 000 $). À la différence de Baaloul, l’appel d’offres de BALADI n’est pas piloté par CARITAS, mais par la fondation René Moawad (RMF) qui est dirigée par Michel Moawad, alors membre du Parlement et de la Fondation Maronite Mondiale. En se présentant comme le parrain des projets BALADI et du développement local, social et rural que RMF défend, le leader zghortiote bénéficie d’une vitrine politique importante dans ses territoires de conquête politique. En outre, avec plusieurs employés municipaux en charge de la gestion du mini-réseau hybride, la fourniture locale d’électricité s’ancre durablement comme un secteur d’action municipale à part entière.

À Menjez comme à Baaloul, la municipalisation des mini-réseaux d’électricité relève d’une régulation sociopolitique qui participe au renforcement de l’action collective territoriale incarnée par des acteurs partisans d’une décentralisation des services publics face à un modèle étatique défaillant.

L’expérimentation internationale comme instrument d’action publique

En 2014, l’équipe du projet CEDRO du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) lance dans la commune de Kabrikha une initiative expérimentale financée par l’Union européenne à hauteur de 300 000 dollars dans le but de rééchelonner le net metering à l’échelle collective et municipale. Créé en 2007 dans le cadre du Lebanese Recovery Fund, le projet CEDRO, « Country Energy Efficiency and Renewable Energy Demonstration Project for the Recovery of Lebanon », a pour mission principale d’accompagner le développement du marché des énergies renouvelables et de l’efficience énergétique au Liban.

Fonctionnement du led-community net metering à Kabrikha

Fonctionnement du led-community net metering à Kabrikha. Réalisation Alix Chaplain, 2020.

Le net metering est un mécanisme d’échange d’électricité entre un producteur local et l’opérateur du réseau conventionnel qui a été institutionnalisé par EDL, en 2011, à l’échelle individuelle. Dans la mesure où la problématique principale de la production photovoltaïque à usage résidentiel est la différence des temporalités entre production (diurne) et consommation d’électricité (majoritairement nocturne), le net metering permet au prosumer d’injecter ou de puiser de l’énergie sur le réseau conventionnel selon la disponibilité de sa production locale. Avec le led-community net metering conçu par CEDRO, les bénéficiaires du mini-réseau hybride photovoltaïque/diesel articulé avec le réseau conventionnel obtiennent non seulement une réduction de la facture des générateurs, mais aussi de la facture conventionnelle EDL (à la différence de Baaloul et Menjez). Inaugurée en 2018, à Kabrikha, au bénéfice de 124 participants, cette expérimentation pilotée par un acteur international a pour objectif d’inciter EDL à réformer son modèle monopolistique et à institutionnaliser un cadre de régulation pour la décentralisation technique des systèmes énergétiques. Cette initiative est toutefois restée lettre morte face à l’absence de collaboration de l’opérateur EDL, incapable de fournir les factures d’électricité déduite de la production photovoltaïque locale.

À la conquête de nouveaux marchés : le mini-réseau comme projet d’entrepreneuriat lucratif

En dernier lieu, souhaitant diversifier leurs activités, plusieurs entreprises libanaises se sont récemment lancées dans la commercialisation de solution collective d’électricité jouant sur la dimension environnementale, durable et marketing des énergies renouvelables. En partenariat avec des municipalités rurales sans offre d’électricité concurrentielle, ces acteurs capitalistes peu territorialisés installent des mini-réseaux photovoltaïques avec batteries pour fournir de l’électricité 24 h/24 aux habitants via un système de cartes à prépaiement. Dans ce cadre de régulation privée, les fournisseurs participent à la marchandisation du service d’électricité dans des territoires considérés comme de potentiels marchés de consommateurs. Par l’installation de mini-réseaux compétitifs et capables de fournir de l’électricité 24 h/24, ces entreprises privées viennent non seulement contourner le réseau public, mais le concurrencer avec un modèle économique plus rentable pour les consommateurs et une offre d’énergie autonome.

Conclusion

Ainsi, avec de nouvelles régulations et de nouveaux périmètres de desserte, les configurations émergentes déstabilisent le réseau universel comme outil de solidarisation et d’interdépendance du territoire national (Verdeil, 2009). Nous observons des relations d’intégration, de contournement et de compétition entre les mini-réseaux et le réseau conventionnel, selon les revendications d’autonomie technologique, administrative ou politique que les projets portent. Ce constat nous conduit à interroger davantage les géographies sociales, politiques et économiques plus ou moins fragmentées qui résultent de la reconfiguration des circuits énergétiques.

Bibliographie

ABI GHANEM Dana (2018). “Energy, the City and Everyday Life: Living with Power Outages in Post-War Lebanon”, Energy Research & Social Science. https://doi.org/10.1016/j.erss.2017.11.012

AHMAD Ali (2020). Distributed Power Generation for Lebanon: Market Assessment and Policy Pathways, World Bank, Washington, 2020. https://openknowledge.worldbank.org/handle/10986/33788

Central administration of statistics, International Labour Organization, European Union (2020). Labour Force and Household Living Conditions Survey 2018-2019 Lebanon. http://www.cas.gov.lb/images/Publications/Labour%20Force%20and%20Household%20Living%20Conditions%20Survey%202018-2019.pdf

FRANZ Michael, PETERSCHMIDT Nico, KONDEV Bozhil, ROHRER Michael (2014). “Mini-grid Policy Toolkit: Policy and Business Frameworks for Successful Mini-grid Roll-outs”. Eschborn, Germany: European Union Energy Initiative – Partnership Dialogue Facility. http://www.ren21.net/Portals/0/documents/Resources/MGT/MinigridPolicyToolkit_Sep2014_EN.pdf

GABILLET Pauline (2010).  “Le commerce des abonnements aux générateurs électriques au Liban. Des modes de régulation locaux diversifiés”, Géocarrefour, Vol. 85/2, pp. 153-163. http://journals.openedition.org/geocarrefour/7861

LASCOUMES Pierre, Le GALES Patrick (2007). “Introduction: Understanding Public Policy through Its Instruments-From the Nature of Instruments to the Sociology of Public Policy Instrumentation”, Governance: An International Journal of Policy, Administration, and Institutions, Vol. 20/1, Janvier, pp. 1–21. https://doi.org/10.1111/j.1468-0491.2007.00342.x

Lebanese Center for Energy Conservation (2019). 2018 Solar PV Status Report for Lebanon, Lebanese Center for Energy Conservation.

VERDEIL Éric et al. (2009). “De la rétroaction entre différenciation territoriale et modèle universel des services urbains en réseau : les enseignements du cas libanais”, Flux, Vol. 75, pp. 27-41. https://doi.org/10.3917/flux.075.0027

VERDEIL Éric (2009). “Électricité et territoires : un regard sur la crise libanaise“, Revue Tiers Monde, Vol. 198/2, pp. 421-436. https://doi.org/10.3917/rtm.198.0421


Pour citer cet article : Alix Chaplain, "L’émergence de mini-réseaux hybrides d’électricité au Liban : vers une différenciation territoriale des dispositifs de fourniture énergétique", Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/10952, le 25 janvier 2021. [En  ligne sur hypotheses.org]

Alix Chaplain

Alix Chaplain est doctorante en sociologie et études urbaines au Centre de Recherches Internationales de Sciences Po Paris. Diplômée en sciences politiques et en urbanisme, ses travaux portent sur les politiques énergétiques et les processus de décentralisation des systèmes électriques au Liban. Sa thèse de doctorat a débuté en 2018 sous la direction d’Éric Verdeil dans le cadre du projet de recherche ANR Hybridelec consacré aux formes émergentes de la transition énergétique dans les villes du Sud.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search