Les réfugiés palestiniens face au COVID-19 au Liban (2). La gestion de la crise par l’UNRWA

Depuis 2018, l’UNRWA fait face à une crise financière sans précédent, du fait de la suspension par les États-Unis de leur aide financière dans le cadre de la mise en œuvre de ce qui sera appelé le « Deal du siècle ». Visant à mettre un terme au conflit israélo-palestinien, ce plan se prononce pour la fin de son mandat et la réinstallation des réfugiés dans leurs pays d’accueil. Ce billet présente la gestion par l’UNRWA durant la période entre le 1er mars et le 23 juin 2020, et ce qu’elle a suscité comme protestations dans les rangs des réfugiés. 

Une campagne de désinfection dans le camp de Ein el-Helwe par les habitants (photographie : comité Taitaba, 2020)

L’intervention de l’UNRWA s’est limitée, au début de la pandémie, à des campagnes de sensibilisation et de prévention, à la coordination et à la coopération entre les institutions palestiniennes, libanaises et internationales (dont les siennes et celles des ONG étrangères) qui œuvrent dans les camps. Ces institutions se sont mobilisées et ont mis en place des comités afin de gérer au mieux la crise, notamment en ce qui concerne la lutte contre la propagation du virus dans les camps de réfugiés palestiniens. L’UNRWA a par ailleurs investi dans l’établissement des centres d’isolement pour les personnes contaminées. Mais l’annonce de son plan d’urgence n’est venue que tardivement, avec un mois de retard. Dans ce qui suit, j’aborderai le rôle du comité de santé, les centres d’isolement et le plan d’urgence de l’UNRWA.

Parmi ces comités, je distingue le Comité central des urgences, la Cellule de crise et le Comité de santé. Ce dernier a été créé pour lutter contre le virus. Il est dirigé par l’UNRWA, représentée par le chef de son département de la santé, Abdel Hakim Shana’. Il comprend des représentants des factions palestiniennes, des comités populaires, des institutions, et de différents organes opérant dans les camps et de groupes palestiniens locaux et internationaux, à savoir le Croissant-Rouge palestinien, le Comité du dialogue libano-palestinien, la fondation Beit Atfal Al-Samoud, le Conseil Norvégien pour les Réfugiés, l’UNICEF, l’Hôpital Al-Aqsa, l’Hôpital Al-Nida, l’association Al-Shifa, la fondation MAP et Médecins sans frontières. Sa première réunion a eu lieu le 19 mars 2020 pour suivre et coordonner les mécanismes de lutte contre le virus COVID-19. À la demande du Comité de santé, les réfugiés palestiniens résidant à l’intérieur ou à l’extérieur des camps sont inclus dans le système de santé libanais accrédité pour faire face au virus, et pris en charge financièrement par l’UNRWA. Tout réfugié palestinien qui souffre de symptômes tels que la fièvre, la toux et l’essoufflement doit contacter le ministère de la Santé publique et suivre la procédure indiquée. À ce sujet, la position du gouvernement libanais a été claire dès le début de la crise : il a appelé les organisations internationales à prendre en charge les réfugiés affectés par le COVID-19 sur son territoire. 

Quant aux centres d’isolement et au plan d’urgence,l’UNRWA a déclaré qu’elle s’emploierait à créer des centres d’isolement et non de traitement, à Siblin (dans son centre de formation professionnelle) et dans les camps. Il s’agit alors d’isoler les cas suspects qui ne peuvent pas s’isoler chez eux en raison du surpeuplement dans les camps. Ce dispositif est mis en œuvre avec Médecins sans frontières (MSF) en totale conformité avec les directives de l’OMS.

Un premier centre a été préparé en urgence le 25 avril, suite à la découverte d’un cas, puis rapidement de quatre autres, de la même famille, contaminés au camp de Galilée à Baalbek. Le centre n’est en fait qu’une salle de classe pourvue de cinq matelas posés au sol sur un tapis rose et gris, d’un chauffage électrique, d’une chaise et de deux tables.

Les travaux dans le centre principal de Siblin ont pris deux mois. Le centre a été inauguré le 9 mai, en présence du directeur de l’UNRWA au Liban, Claudio Cordone, des représentants de l’OMS et du HCR, en plus des représentants politiques palestiniens et libanais et des représentants du milieu associatif. Les Palestiniens espèrent toujours obtenir de l’UNRWA plus de centres d’isolement de ce type dans les onze autres camps.

L’UNRWA a exigé plus de 14 millions de dollars pour combattre le COVID-19 au niveau régional. Or, seuls 4 millions de dollars (2,5 millions de dollars américains et 1,5 million de dollars canadiens) ont été versés. 5 millions de dollars additionnels étaient pourtant destinés à l’UNRWA-Liban pour distribution en espèces, mais la somme a été gelée pendant un moment, après que les factions et la communauté locale eurent refusé une distribution de manière sélective, selon des critères sociaux et géographiques, sans inclure la totalité des réfugiés. Au final, 2 millions de dollars supplémentaires ont été promis afin d’inclure tous les réfugiés.

En attendant, l’UNRWA a proposé d’avancer, au 15 avril au lieu du 15 mai, l’aide financière d’urgence à quelque 70 000 bénéficiaires du programme des aides sociales, laissant en attente 90 000 réfugiés. Cette proposition a été rejetée par tous les acteurs palestiniens, qui ont insisté pour que toutes les familles de réfugiés bénéficient du « plan d’urgence » et pour que ce plan ne fusionne pas avec les programmes réguliers de l’UNRWA. La mise en œuvre par l’UNRWA du « plan d’urgence » a dès le départ suscité le désarroi des forces politiques, comme celui de tous les résidents des camps, en raison de lenteurs bureaucratiques et d’inefficiences opérationnelles.

Un mois plus tard, après moult réunions avec les autres parties en présence, l’UNRWA a annoncé qu’elle fournirait une aide financière de secours à chaque réfugié palestinien au Liban à compter du 14 mai 2020, à hauteur de 2 millions de dollars pris de son budget ordinaire, outre les 5 millions des ressources financières supplémentaires récemment obtenues des pays donateurs. L’aide de secours se monte à 112 000 livres libanaises par personne (l’équivalent de 20 dollars à l’époque), selon taux de change défini par la Banque du Liban à la date d’arrivée des fonds transférés. 

Dès le premier jour de la distribution de « cash », les réseaux sociaux firent état de ces inefficiences – photos des files d’attente sous le soleil devant les boutiques de distribution à l’appui. Des critiques adressées aux organes de l’UNRWA chargés de distribuer l’aide financière ont été relayées par plusieurs groupes WhatsApp. Plusieurs communiqués accusèrent l’agence d’humilier les réfugiés. Des slogans comme « les Palestiniens sont pauvres mais dignes », ainsi que des hashtags comme « # non à l’humiliation » ou encore « # respectez la dignité des personnes » ont circulé. En plus, différentes formes de protestations politiques et civiles dans les camps, comme des concerts de casseroles et des conférences, ont été organisées. L’escalade de la protestation a abouti à l’appel à la démission du directeur de l’UNRWA au Liban.

Le lendemain, compte tenu de la situation de chaos qui a continué à régner dans les centres de retrait de fonds « Bob Finance », le Commissaire général a annoncé la suspension de la distribution de toute l’aide en espèces jusqu’à nouvel ordre. Aux yeux de l’UNRWA, les bénéficiaires ne répondraient pas à ses appels répétés afin de respecter le calendrier qu’il a établi en fonction de l’ordre alphabétique et les mesures préventives de distanciations sociales. Après plus d’une semaine d’interruption, l’agence a repris fin juin la distribution de l’aide, les fêtes de l’Aïd passées, cette fois via un lien électronique permettant l’inscription dans un délai de quatre jours. Il va sans dire que ce processus nécessite une connexion internet et des compétences pour l’utiliser, ce qui est loin d’être le cas de tous les réfugiés concernés. Cette opération ne s’est pas encore terminée. Elle révèle les dysfonctionnements dans la gestion de la communauté des réfugiés palestiniens, présents en grand nombre au Liban.

Au-delà du dysfonctionnement bureaucratique, cette opération d’aide sanitaire a mis à nu les résultats du dernier recensement des réfugiés palestiniens au Liban qui fait apparaître un écart significatif entre le nombre de personnes enregistrées et le nombre de résidents au Liban. La polémique politique apparue au moment du recensement est de nouveau mise sur le devant de la scène par l’UNRWA qui demande à présent que le nombre de réfugiés résidents au Liban soit réévalué.

Pris dans une stratégie d’urgence, les réfugiés palestiniens font face à différentes peurs accumulées et ravivées par celle du COVID-19 : la peur de l’augmentation de cas de personnes contaminées (ce qui devrait sans doute se confirmer), la peur de l’instauration d’un confinement, celle de la perte de leurs ressources financières, de l’impuissance criante des comités de réfugiés et d’autres instances palestiniennes et, surtout, des carences de l’UNRWA, dont même le plan d’urgence a capoté, semant le chaos parmi les réfugiés. Au mois de juin 2020, la moitié d’entre eux n’avaient toujours pas bénéficié de l’aide d’urgence. Cette phase a accentué la rupture entre l’UNRWA et les réfugiés palestiniens, ouverte déjà depuis des années.


Pour citer cet article : Marie Kortam, "Les réfugiés palestiniens face au COVID-19 au Liban (2). La gestion de la crise par l’UNRWA", Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/10911, le 2 novembre 2020. [En  ligne sur hypotheses.org]

Marie Kortam est sociologue, chercheure associée à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo – Beyrouth), membre du Conseil arabe pour les sciences sociales. Ses travaux de recherche s’inscrivent dans une sociologie comparative entre différents terrains, essentiellement au Liban et en France et portent sur différentes thématiques telles que la violence, les reconfigurations et les pratiques des acteurs. Elle coordonne actuellement un projet H2020 sur l’extrémisme violent dans les Balkans, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme à Paris.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search