Les réfugiés palestiniens face au COVID-19 au Liban (1). La logique gouvernementale libanaise

Depuis leur arrivée au Liban en 1948, les réfugiés palestiniens sont appréhendés suivant une problématique politique. Cette politisation s’inscrit dans la logique du biopouvoir (Foucault 1975), ce qui se traduit dans le traitement sécuritaire de cette population par l’État libanais. Cette régulation sécuritaire est encore plus flagrante lors des crises, comme la crise politique, économique et sanitaire que traverse le Liban aujourd’hui. En plus de la logique gouvernementale, pour les « domestiquer », les réfugiés palestiniens sont gérés « humanitairement » par l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (l’UNRWA), afin de contribuer à la stabilité socioéconomique des pays d’accueil qui sont, outre le Liban, la Jordanie, la Syrie, la Cisjordanie et la bande de Gaza. Ce sont ces deux logiques, étatiques et internationales, qui ont dicté le traitement institutionnel des réfugiés palestiniens au Liban face au COVID-19. Ce billet aborde la question de la logique gouvernementale libanaise dans la crise du COVID-19 dans les camps de réfugiés palestiniens. Mon propos s’appuie sur des observations et des discussions informelles avec des acteurs institutionnels dans les camps au début de la crise, ainsi que sur une analyse des groupes de discussion sur les réseaux sociaux, notamment WhatsApp et Facebook, et sur des revues de presse entre le 1er mars et le 23 juin 2020.

L’acteur libanais : l’État et ses subordonnés

Les réfugiés palestiniens au Liban ne bénéficient que du droit à la résidence. Ils sont exclus des droits politiques et de la majeure partie des droits sociaux conférés aux Libanais. En temps de crise, il s’est avéré que même leur droit de résidence est tributaire de l’État et n’est pas garanti. L’État leur accorde le droit de séjourner de façon permanente au Liban grâce à une carte d’identité bleue délivrée par la Direction générale des affaires politiques. Il en va de même pour l’obtention du document de voyage délivré par la Sûreté générale pour une période de cinq ans. En effet, l’État libanais, comme tout autre État, contrôle sa population sur le territoire, et lui seul peut autoriser l’entrée et le séjour des non-nationaux. Lui seul définit qui est citoyen, qui ne l’est pas et qui pourrait éventuellement le devenir, qui bénéficie des droits politiques ou des droits sociaux et qui en est exclu.

Les tentatives de régulation, telles que la restriction, le quadrillage et le contrôle s’inscrivent dans une série de pouvoir arbitraire (ou souverain) de l’État libanais envers les réfugiés palestiniens, selon la couleur politique du gouvernement et les tensions intra-libanaises qui, souvent, tendent à rendre l’Autre-étranger proche, en l’occurrence les réfugiés palestiniens, responsables de la détérioration de la situation au Liban.

Cette exclusion juridique et sociale, renforcée par une marginalisation territoriale, limitée dans l’espace du camp, détermine le degré d’inclusion ou d’exclusion des Palestiniens dans la société et l’État. Ce dernier utilise des outils législatifs afin d’administrer son territoire et établir des frontières symboliques avec les groupes subordonnés, en l’occurrence les réfugiés. Deux actions politiques, développées dans ce qui suit, ont révélé ce traitement d’exception et sécuritaire de l’État libanais envers les réfugiés palestiniens lors de la crise sanitaire de 2020.

1. La restriction de mobilité des réfugiés

Cette restriction s’est traduite par l’interdiction d’accès au territoire. Le cas d’un réfugié palestinien, né et résident permanent au Liban, est révélateur. Elle a suscité des mobilisations officielles palestiniennes, qui ont fait évoluer la situation. Cet homme est parti travailler à Dubaï avant le déclenchement de la crise sanitaire et a souhaité être rapatrié pour se confiner au Liban avec sa famille pendant la crise du COVID-19. Le 4 mai 2020, il a laissé éclater sur sa page Facebook sa déception et sa colère face au refus des agents de la Sûreté générale libanaise de le laisser monter dans l’avion, bien qu’il ait obtenu un visa de sortie des autorités de Dubaï et ait achevé les procédures d’examen PCR (voir la copie de ce message sur twitter, le message initial ne figurant plus sur Facebook). Cet incident a incité la Direction de la Sûreté générale libanaise à rendre publique la décision de refuser le retour des réfugiés palestiniens au Liban sur des avions de rapatriement (aux frais des voyageurs) dans la circulaire no 5932 / M, le 01/05/2020. Cette circulaire autorise le projet de retour des Libanais dans la famille libanaise (mari, femme, enfants) sans « permettre l’accompagnement des domestiques et des réfugiés palestiniens au Liban ». Suite à cette décision, le processus de retour de centaines de réfugiés palestiniens du Liban, dont de nombreux étudiants, a été interrompu. Néanmoins, un communiqué de la compagnie Middle East Airlines en date du 23 juin, indique l’ouverture de l’aéroport de Beyrouth et l’autorisation d’entrée à partir du 1er juillet de plusieurs catégories d’étrangers, dont les réfugiés palestiniens du Liban.

2. L’encerclement du camp et le traitement sécuritaire

Le traitement sécuritaire particulier des Palestiniens au Liban s’est aussi appliqué à la liberté de mouvement de ceux d’entre eux résidant dans les camps du nord, du sud et de la Beqaa, dont les accès routiers sont surveillés et contrôlés par l’armée libanaise. Suite à l’instauration de l’état d’urgence en juin 2020, ces camps n’ont été ouverts que de 7h du matin à 7h du soir. Portant des masques et des gants, les soldats postés aux check-points à l’entrée des camps du sud ont continuellement demandé à leurs habitants leurs pièces d’identité pour vérification, sans avoir à les toucher (renforçant encore leur sentiment d’enfermement). Cet espace codifié et compartimenté qu’est le camp se ferme complètement dès qu’une menace est susceptible de toucher les nationaux à l’extérieur du camp. C’est ce qu’indique l’expérience vécue par les résidents du camp de Galilée/Wavel à Baalbek, dans la Beqaa.

En juin 2020, ce camp était le seul qui avait été touché par le virus. Un communiqué publié par l’UNRWA le 24 avril 2020 avait fait publiquement état du cas de contamination au virus du COVID-19 d’une réfugiée palestinienne dans le camp de Galilée/Wavel à Baalbek. À la suite de cela, l’État libanais avait imposé un blocus du camp assorti d’un couvre-feu, provoquant un état de panique dans le camp.

Deux jours auparavant, le gouverneur de Baalbek avait annoncé, dans une conférence de presse, la tenue d’une réunion sanitaire et sécuritaire, durant laquelle la fermeture de l’entrée principale du camp par la police municipale avec le soutien des forces de sécurité avait été décidée. À cette restriction s’est ajoutée une présence militaire sur toutes les entrées piétonnes du camp. Toutefois, le gouverneur avait également nuancé ses propos en indiquant « que la fermeture complète du camp [allait] être difficile puisque le camp fait partie de la ville ». La fermeture devait plutôt être, selon ses termes, moukhabarati, c’est-à-dire consistant en un renforcement du contrôle sécuritaire par le renseignement militaire, afin d’assurer la restriction complète des entrées et des sorties.

Visite de la délégation officielle de l'ambassade de Palestine au Liban et du ministre de la Santé libanais au camp al-Jalil dans la Beqaa.

Visite de la délégation officielle de l’ambassade de Palestine au Liban et du ministre de la Santé libanais au camp al-Jalil dans la Beqaa (photographie : comité Taitaba, 2020)

Suite à cette annonce, une première délégation fut organisée par le ministre libanais de la Santé, Hamad Hassan, et l’ambassadeur de l’État palestinien au Liban, Ashraf Dabour, au camp de Galilée. Ils passèrent en revue les procédures suivies dans le camp pour faire face à la propagation du virus. Cette visite a permis de renforcer la coordination entre les centres de santé de l’UNRWA et ceux de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). Une deuxième délégation fut l’occasion de fixer la responsabilité de chaque organisation envers les réfugiés palestiniens. Fathi Abou al-Ardat, le secrétaire général de l’OLP au Liban qui la présidait, rappela à l’UNRWA qu’elle se devait d’utiliser toutes les procédures et capacités requises pour traiter les personnes contaminées par le virus et qu’elle avait de plus à charge de fournir les soins, le secours et des emplois aux réfugiés palestiniens dans tous les lieux d’asile, y compris au Liban. Il ajouta que l’OLP pallierait les manques de l’UNRWA si nécessaire. Mais ces manques, à la fois d’ordre financier et administratif, se sont révélés difficiles à combler, laissant les réfugiés pris en étau entre crise sanitaire et logique sécuritaire libanaise.

Bibliographie :

Foucault M. (1975) Surveiller et punir : naissance de la prison. Paris, Gallimard.


Pour citer cet article : Marie Kortam, "Les réfugiés palestiniens face au COVID-19 au Liban (1). La logique gouvernementale libanaise", Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/10882, le 19 octobre 2020. [En  ligne sur hypotheses.org]

Marie Kortam est sociologue, chercheure associée à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo – Beyrouth), membre du Conseil arabe pour les sciences sociales. Ses travaux de recherche s’inscrivent dans une sociologie comparative entre différents terrains, essentiellement au Liban et en France et portent sur différentes thématiques telles que la violence, les reconfigurations et les pratiques des acteurs. Elle coordonne actuellement un projet H2020 sur l’extrémisme violent dans les Balkans, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme à Paris.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search