La présence syrienne à Irbid (2). Transformations paysagères et migrations

En 2010, un plan de croissance urbaine du Grand Irbid a été élaboré par le Ministère des affaires municipales, Amman Institute, Planning Alliance et la municipalité du Grand Irbid, préconisant les recommandations de planification et de politiques urbaines pour les deux prochaines décennies. Cette étude, réalisée à partir d’un diagnostic territorial et urbain, se fonde sur les prévisions de populations établies par le Département des Statistiques (DoS) en 2004. Cependant, depuis 2011, le mouvement de migration vers Irbid lié au conflit syrien a déjoué ces perspectives démographiques qui anticipaient un accroissement naturel descendant d’une année sur l’autre, de 2.74 % en début de période de projection (2009-2030), associé à un taux d’immigration nul (DoS, 2004).

Ce phénomène migratoire syrien, facteur à la fois d’accroissement démographique et d’expansion urbaine, a transformé la ville d’Irbid. Nous chercherons ici à voir dans quelles mesures les changements urbains actuellement observés dans cette localité du Nord de la Jordanie peuvent être associés à la présence syrienne depuis 2011. Comment les effets de cette présence s’inscrivent-ils dans la planification de la ville, et quels nouveaux espaces sont aménagés ?

Les changements urbains sont abordés ici davantage par l’évolution des fréquentations et les usages des principaux centres que par la morphogenèse des espaces urbains à Irbid. En outre, le mouvement d’expansion de la ville vers l’est, drainé par les pôles d’attractivité économique planifiés depuis les années 1980 et qui accompagne cette évolution, contribue ainsi à la formation naissante d’une conurbation urbaine qui s’étend vers Ramtha, ce qui modifie les paysages périurbains entre les deux villes.

Effets de la présence syrienne dans trois centres de la ville

Si la présence syrienne s’est répandue dans tous les espaces de la ville, plusieurs quartiers en ont été particulièrement concernés. La rue de l’Université et son quartier résidentiel, ainsi que le centre historique d’Irbid ont accueilli la majorité des Syriens d’Irbid dès 2011, si bien que le quartier de l’université a parfois été renommé « Downtown Dar’a » ou encore « Little Dar’a ».

Le centre historique était principalement habité par des travailleurs migrants et des marchands palestiniens ou jordaniens. Sa proximité du souk et ses loyers faibles ont attiré les nouveaux arrivants syriens, qui ont pu compter pour certains sur des réseaux plus anciens établis dans ce quartier commerçant (Lagarde 2018). Pourtant, à partir de 2015, les problèmes de salubrité et de surpeuplement des logements, une offre de services réduite et la difficulté d’accès à un emploi stable ont entrainé un mouvement de déplacement des Syriens dans la ville, préférant souvent rejoindre les quartiers sud-est en pleine expansion. Ce déplacement résidentiel a affecté économiquement la zone du centre-ville. Comme pour d’autres commerçants, l’évolution récente de la fréquentation du quartier a eu des conséquences sur les affaires d’Abu Ahmad, vendeur Palestinien dans le centre-ville :

« … au cours des dix dernières années j’ai principalement vendu la marchandise à des Syriens, qui la revendaient à leur tour. La clientèle syrienne constituait ma principale source de revenus… mais depuis deux ans environ, je n’écoule plus mes stocks parce que les Syriens n’achètent plus […] Beaucoup d’entre eux ont quitté le quartier car ils ont des emplois stables, indépendants, plus loin dans la ville où ont été réinstallés à l’étranger par les programmes des Nations Unies ».

(Abu Ahmad, 70 ans, Irbid, 2020)
Le souk quotidien du centre-ville, au pied du versant sud de la colline d’Irbid.
(Héloïse Peaucelle, février 2020)

Quant au quartier de l’université, s’il ne s’est vidé que partiellement de la présence syrienne, ce sont en revanche les étudiants qui s’en sont éloignés, préférant à ce quartier entaché d’une mauvaise réputation de repère pour prostitution et mendicité infantile, le nouveau quartier résidentiel jouxtant la rue Prince Al‑Hassan.

En 2013, Sameh Mall est une des premières grandes surfaces commerciales à s’y implanter, précédé de quelques mois par le restaurant syrien Al Domari puis l’hypermarché Carrefour. Sa position à l’entrée sud-est de la ville et à 800 m de la gare routière sud, sur un axe routier stratégique au croisement de la rue Wasfi Et-Tal et de la rue Prince Al‑Hassan, lui permet de cibler une large clientèle. Dans les premiers mois, le centre commercial est fréquenté par des villageois venant des gouvernorats d’Irbid, d’Ajloun et de Jerash. En fin d’année, Sameh Mall remporte un appel d’offre de l’UNHCR et devient le premier supermarché jordanien à accepter les coupons alimentaires numériques distribués aux réfugiés syriens. Depuis 2015, les investissements immobiliers abondent dans ce quartier sorti de terre en quelques années. Alors que le plan de croissance d’Irbid 2030 envisageait autour de la gare routière une densification résidentielle, l’alignement de nouveaux commerces et restaurants suite à l’ouverture de l’imposant centre commercial Irbid City Center font émerger dans ce quartier une multiplicité d’usages et d’activités, soutenus par une fréquentation socialement mixte et permanente.

Expansion urbaine vers Ramtha et renouvellement des relations entre les deux villes

Dans les années 1980, une étude sur le développement régional intégré du Nord de la Jordanie, par l’Agence Japonaise de Coopération Internationale, établissait une structure urbaine régionale avec l’intention de faire du gouvernorat d’Irbid un centre industriel et éducatif. S’en suit en 1986 la création de la prestigieuse Jordanian University of Sciences and Technologies (JUST) et son hôpital universitaire King Abdallah, devenu le grand hôpital du Nord du pays. À 2 km de l’université est implantée, en 1991, la zone industrielle qualifiée (QIZ) Medina al-Hassan, qui emploie 35 000 travailleurs, et produit les plus importants volumes d’exportation vers l’Europe et les États-Unis (Labadi 2019). Ce vaste bassin d’emploi dépendant de la municipalité de Ramtha a peu influencé le mouvement d’expansion urbaine d’Irbid qui, jusque dans les années 2000, se dirigeait spontanément vers les localités du Sud du gouvernorat et vers Amman.

Stimulé directement et indirectement par la migration syrienne, un nouveau mouvement d’expansion urbaine vers l’est fait apparaître de nouveaux liens entre les deux villes du Nord. La nature de ces relations est d’abord économique et repose sur un mouvement d’investissements réciproques.

Dans un sens, il est favorisé par la délocalisation depuis la Syrie d’usines de production industrielles dirigées par des Syriens et drainant avec elles des centaines de travailleurs syriens dont l’embauche a largement été encouragée par les programmes d’application du Jordan Compact signé en 2016 avec l’Union européenne. Contrairement aux salariés asiatiques et jordaniens de la zone industrielle, la majorité des Syriens qui y travaillent, cadres comme travailleurs, ont préféré résider en ville, à Irbid.

La société syrienne Durra’ a délocalisé depuis Damas vers la Medina Al-Hassan l’ensemble de ses unités de production et distribution en 2011, devenant ainsi le premier groupe agro-industriel de Jordanie ; elle exporte ses produits dans 65 pays et a ouvert une filiale en Égypte. Fin 2019, son directeur syrien a reçu la nationalité jordanienne. En janvier 2020, l’usine de la zone Industrielle de Ramtha emploie 500 travailleurs, dont 150 Syriens, et prévoyait d’étendre son activité.
(Héloïse Peaucelle, janvier 2020)

Autre phénomène remarquable, celui de la multiplication des investissements immobiliers des habitants de Ramtha à Irbid dans le nouveau quartier de la gare routière. Dès les premières années du conflit syrien, les hommes d’affaires Ramthaoui dont la fortune est essentiellement basée sur l’import-export de marchandises depuis 60 ans, ont subi les effets du conflit syrien puis la fermeture du poste frontière. Diversifiant ainsi leurs activités, ils détiennent à titre d’exemple les nouveaux mall El-Darayseh, Irbid City Center, ainsi que de nombreux commerces et restaurants, employant largement une main-d’œuvre syrienne résidant à Irbid.

Outre l’aspect économique, la partition de la migration Dar’aoui favorise la connexion entre les deux villes jordaniennes. Plus de 75 % des Syriens dans le gouvernorat d’Irbid sont originaires de Dar’a (UNHCR 2016). Les entretiens menés à Irbid permettent d’affiner cette répartition entre les deux villes du Nord : à Irbid, ils arrivent en majorité de la partie nord, Dar’a Al-Mahata, dont la composition sociale et économique est similaire à Irbid, ainsi que des villages ouest. Les Syriens installés à Ramtha viennent quant à eux principalement de la partie sud, Dar’a Al-Balad, ainsi que des villages situés à l’est de la ville. Si les communautés jordaniennes des deux villes sont très différentes, incarnant des aspects villageois à Ramtha et moins mixte qu’à Irbid, la communauté syrienne de Dar’a séparée entre les deux villes se rejoint plus naturellement, notamment par des liens relationnels et familiaux.

Un paysage périurbain fragmenté projetant un nouvel avenir urbain

Les paysages de la zone périurbaine, par une abondance de discontinuités et de complexités, et avec leur esthétique sauvage, révèlent les niches écologiques et sociales (Sieverts 2004). Sur 10 km entre la sortie est d’Irbid et la Medina Al-Hassan, ce « corridor métropolitain », ainsi identifié dans la planification d’Irbid 2030, est un espace marqué par la fragmentation des paysages dont il est le support. Il est aussi le témoin symbolique des inégalités sociales nées de l’essor démographique et du croisement des migrations forcées, économiques et étudiantes.

Sur les premiers kilomètres, le prolongement naturel du nouveau centre-ville arbore un aspect ordinaire ; à l’instar de ce quartier, des constructions neuves à des fins commerciales et de service émergent. Restaurants et cafés fréquentés par la jeunesse locale fortunée et les étudiants venus des pays du Golfe sont ouverts jusque tard dans la soirée. Les voitures luxueuses s’alignent sur les parkings devant l’entrée, pendant que leurs jeunes propriétaires aux apparences très soignées, portant parfois le thawb (vêtement traditionnel du Golfe), se retrouvent à des tables rarement mixtes pour réviser les cours dispensés par la JUST. Progressivement, les cafés se raréfient, faisant place à des plantations de blé ou de fèves, des stations essence et des terrains en friche. En dépit de l’urbanisation plus disparate, surgissent encore des villas, parfois fastueuses et semblables à celles que l’on trouve à l’entrée Sud et vers l’Ouest de Ramtha, tiré de l’argent de la contrebande. À l’approche de la zone industrielle, après avoir dépassé un dépôt de ferrailles, apparaît le terrain du vaste Souk El-Juma de Ramtha, séparé du campement principal de la population gitane par une décharge industrielle. Vient ensuite un rond-point à proximité duquel s’élèvent les premiers « hôtels » de la QIZ, bâtiments austères et délabrés, habités par des centaines de travailleurs asiatiques et dont un bâtiment sera prochainement destiné à accueillir les travailleurs Syriens du camp de Zaatari (entretien à la Medina Al Hassan avec le directeur des ressources humaines de l’usine textile Classics, janvier 2020).

Ces espaces « d’Entre-ville », ou encore de ville « hors d’elle-même » (Sieverts 2004) que l’on peut considérer comme des lieux d’incertitudes, rappellent la multiplicité des décisions qui tissent le processus d’urbanisation. Ils mettent ainsi en exergue le rôle des processus migratoires dans la fabrique de la ville (Dahdah 2017 ; Doraï et Puig 2012 ; Roussel 2009). S’ils concentrent des enjeux urbains, environnementaux et sociaux essentiels pour l’avenir de celles-ci, ils demeurent des espaces relativement discrets.

Développement urbain d’Irbid et paysages « d’Entre-ville » (Héloïse Peaucelle, avril 2020)

Conclusion

Depuis le centre-ville ancien jusqu’aux limites sud-est de la ville, Irbid se transforme et s’étend, articulant centralités diverses et non hiérarchisées. De nouveaux lieux stratégiques apparaissent, telle que la gare routière Sud, autour de laquelle semble désormais s’organiser la ville. Accompagnant ce processus, les espaces fonctionnels et fragmentés du périurbain se recomposent progressivement et laissent entrevoir les prémices d’une ville étendue vers Ramtha. Pourtant, tandis que le sud, sud-est de la ville connait une expansion urbaine et économique, la partie nord, habitée par une population principalement palestinienne, semble négligée.

Cette expansion urbaine est évocatrice du développement d’Amman dans les années 1980. Dans la capitale, la priorité a été donnée à la planification des quartiers ouest aux dépens des zones situées à l’est où se déploient les camps palestiniens, formant une conurbation avec les villes de Russeifah et Zarqa. Cependant, le destin entre les deux villes du Nord, Irbid et Ramtha, semble mieux équilibré et favorisé par des processus migratoires complémentaires. À cet égard, la migration syrienne de la dernière décennie multiplie les attaches entre les deux villes. Il convient alors de se pencher sur les modes d’habiter de ces nouveaux habitants qui, par leurs pratiques et leurs déplacements concourent à ce mouvement plus vaste de transformations territoriale et urbaine.

Bibliographie

Dahdah Assaf 2015, Habiter la ville sans droits Les travailleurs migrants dans les marges de Beyrouth (Liban), Thèse de doctorat, Université Aix-Marseille (AMU), Marseille, 582 p.

Doraï Mohamed Kamel 2009, « L’exil irakien à Damas, modes d’insertion urbaine et reconfiguration des réseaux migratoires », EchoGéo 8 [https://doi.org/10.4000/echogeo.10976]

Doraï Mohamed Kamel et Puig Nicolas 2012, L’urbanité des marges, migrants et réfugiés dans les villes du Proche-Orient, Téraèdre, 335 p.

Florin Bénédicte et Madœuf Anna 2002, « Renouvellement des lieux et de leurs images, l’exemple du Caire », NAQD 2002/1 (N° 16), pp. 67-80.

Greater Irbid Municipality, The Ministry of Municipal Affairs, Amman Institute for Urban Development & Planning Alliance, Irbid 2030 : Regional Growth Plan, mai 2010, 92 p.

Labadi Taher 2019, Les travailleurs migrants en Jordanie : l’exemple de l’industrie textile, Confluences Méditerranée, vol. 111/4, pp. 29-43.

Lagarde David 2018, Sur les routes de l’exil syrien : récits de vie et parcours migratoires des réfugiés de Deir Mqaren, Thèse de doctorat en géographie, Université Toulouse le Mirail, Toulouse II, 471 p.

Lavergne Marc 1993, « Aménagement du territoire et croissance urbaine en Jordanie », Monde Arabe Maghreb Mashrek (N° 140), pp. 35-58.

Roussel Cyril 2009, « Jeramana, voisine de Damas : le devenir d’une ville réceptacle de réfugiés irakiens », Revue Géographique de l’Est, Association des géographes de l’Est, Migrations et réfugiés au Proche-Orient et au Soudan, 49 (4), p.16. ⟨halshs-01280513⟩.

Sieverts Thomas 2004, Entre-ville, une lecture de la Zwischenstadt, traduit de l’allemand par Jean-Marc Deluze et Joël Vincent, Éditions Parenthèses, 188 p.


Pour citer cet article: Héloïse Peaucelle, "La présence syrienne à Irbid (2). Transformations paysagères et migrations", Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/10821, le 7 septembre 2020. [En  ligne sur hypotheses.org]

Héloïse Peaucelle est doctorante en géographie à l’université de Tours sous la direction d’Anna Madœuf. Elle bénéficie d’une bourse de mobilité à l’Ifpo d’Amman issue du partenariat entre l’Ifpo et l’AFD, où elle est encadrée par Myriam Ababsa. Ses recherches de doctorat s’intéressent aux modes d’habiter des Syriens et aux effets de leur présence dans la ville d’Irbid.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search