Life skills and awareness sessions (4) : l’hygiène, principes et décalages

par Véronique Traverso et Hala Kerbage

Dans ce billet, nous nous concentrons sur des passages des séances de Life skills dans une ONG à Beyrouth (voir « Life skills and awareness sessions (1), (2), (3) »), dans lesquels les femmes bénéficiaires font entendre une voix discordante. Le plus souvent, un grand nombre des femmes passent l’heure et demie de la séance en participant minimalement et sans beaucoup d’engagement (voir « Life skills and awareness sessions (2) »). Dans la séance qui nous occupe ici, toujours consacrée à l’hygiène et regroupant 17 personnes (14 femmes bénéficiaires, la psychologue, une des formatrices de broderie et l’observatrice), certaines des participantes s’opposent aux savoirs et principes apportés par la psychologue, en soulignant qu’ils sont en décalage avec leurs conditions de vie.

Rappelons que la perspective de notre travail est de considérer que, quelles que soient les mises en place faites par la situation elle-même, toutes les participantes sont douées d’une agentivité et font des choix d’action dans la situation. C’est en observant ce qu’elles font que l’on peut comprendre ce que sont les séances de Life skills.

Les séances sur l’hygiène suscitent la discussion à plusieurs niveaux. L’un d’entre eux concerne l’affirmation des savoirs, certaines participantes négociant le fait d’être traitées comme ignorant les principes d’hygiène et cherchant à montrer leur expertise (voir « Life skills and awareness sessions (3) »). L’autre niveau de discussion que nous voulons examiner ici concerne le décalage entre les recommandations et les possibilités : comment faire quand il n’y a pas d’eau courante dans le logement occupé ou que l’on vit à deux familles nombreuses dans un espace réduit, etc. Les Life skills and awareness sessions ne peuvent pas proposer de solutions à ces types de problèmes et les savoirs et conseils apportés restent généraux et théoriques.

La séance que nous étudions présente des moments de tension qui commencent à émerger après le tour de table (voir « Life skills and awareness sessions (2) »), au moment où la psychologue relance la discussion en demandant à quelle fréquence il faut se laver (l’emploi des verbes « تغسّل / غسّل, تحمّم / حمّم, نظّف (حاله) » dans les séances consacrées à l’hygiène, en particulier dans les cas de désaccord, mériterait une étude systématique, qui n’est pas encore faite). La première réponse apportée préfigure la discussion qui va suivre :

Extrait 1. Life skills_NaDafe1_20190122. Chaque jour en été.
Les auteures remercient Sophie Harfouche pour la transcription des données

MA5 énonce que la fréquence pour se laver dépend de la saison. Cette conception, avancée ici pour la première fois, devient la source d’une discussion contradictoire, puisque la psychologue défend le principe qu’il faut se laver, ainsi que ses enfants, tous les jours :

Extrait 2. Life skills_NaDafe1_20190122. Tous les jours, tous les jours, tous les jours.

Chose très rare dans les séances enregistrées, les participantes tiennent à leur position. Si elles sont peu nombreuses à s’exprimer explicitement, on assiste à de nombreux phénomènes d’alignement et d’affiliation de la part du groupe avec la personne en train d’expliquer pourquoi il n’est pas possible de se laver chaque jour en hiver. D’autres questions sont aussi abordées au cours de cette discussion (comme le fait d’avoir une serviette par personne dans la maisonnée). Au bout de plus de trente minutes, Maha prend la parole, et redonne, dans l’évocation de ses propres conditions de vie, la plupart des éléments qui ont déjà été apportés précédemment :

Extrait 3. Life skills_NaDafe1_20190122. Le récit de Maha1.
Figure 1. Toutes les participantes regardent Maha de dos en train d’expliquer, orientée vers la psychologue (crédit image : Véronique Traverso).

Le récit de Maha dépeint ses conditions de vie, dont la description vient comme argument opposé à ce que la psychologue présente comme indispensable pour l’hygiène personnelle. Elle évoque la maison sans vitrage, l’absence de chauffage, les enfants qui tombent malades, qui rendent impossible de se laver chaque jour. Le poids du récit de Maha provient aussi du fait qu’elle intègre les autres membres du groupe dans sa prise de parole, en faisant des sortes de co-locutrices, par exemple à la ligne 7, où elle se tourne vers sa voisine (figure 2).

Figure 2 : Maha prend sa voisine à témoin
(crédit image : Véronique Traverso)

De la sorte, elle souligne que, bien que rapportant sa propre expérience, elle ne cherche pas à orienter la discussion vers son cas personnel, mais à faire reconnaître que ne pas laver ses enfants chaque jour (ce que les femmes cherchent à justifier depuis une demi-heure) n’est pas une preuve de manque d’hygiène ou d’ignorance des règles, mais la conséquence des conditions de vie.

Son commentaire de la ligne 11 « j’ai attendu que tu finisses pour te dire (.) les conditions matérielles aussi jouent un rôle » est intéressant. D’une part, il exprime l’élément central de sa prise de parole, et d’autre part, il manifeste aussi son alignement avec le fonctionnement collectif de la session. Puis elle poursuit :

Extrait 4. Life skills_NaDafe1_20190122. Le récit de Maha2

La mention de sa blessure et l’absence de machine à laver répondent au principe d’« une serviette par personne » énoncé par la psychologue. Comme précédemment, Maha prend d’autres participantes à témoin, lignes 18‑20, donnant du poids à son récit. Elle poursuit encore un moment, évoquant l’absence de salle de bain (non reproduit), puis elle conclut à nouveau, ligne 22, par le même commentaire général : « mais des fois les conditions matérielles ne permettent pas toujours que ». À ce moment-là, la psychologue prend la parole en chevauchement, pour une contribution qu’elle annonce longue : « je vais te dire quelque chose », ligne 23 (cf. pre-sequence, Schegloff, 2007). Maha poursuit toutefois en chevauchement pour demander l’assentiment de l’ensemble du groupe. Elle le fait en particulier par l’orientation de son corps et de son regard, comme on le voit sur les figures 3, 4, 5 et 6.

figure 3 (image : Véronique Traverso)
figure 4 (image : Véronique Traverso)
figure 5
figure 6
Figures 3 – 6 : Maha à droite de l’image, à côté de la psychologue, parcourt le groupe des yeux (crédits images : Véronique Traverso)

Elle parcourt l’ensemble du cadre participatif des yeux, en commençant par la formatrice placée debout derrière elle à gauche pour revenir vers la psychologue à la fin. Cette pratique multimodale suscite la réaction de l’ensemble des femmes qui toutes opinent et confirment (« c’est vrai, c’est vrai », lignes 25, 26). Par ce procédé, elle se fait en quelque sorte la porte-parole du groupe.

Par son intervention, Maha rappelle une réalité qui vient en opposition aux principes d’hygiène que la psychologue est en train de défendre. Elle reconfigure le groupe, d’une part parce qu’elle suscite à plusieurs moments une réaction de type choral des autres participantes, et parce qu’elle ouvre la voie à d’autres prises de parole qui vont faire entendre quelque chose comme le principe de réalité des conditions de vie des femmes réfugiées.

Par son intervention, Maha rappelle une réalité qui vient en opposition aux principes d’hygiène que la psychologue est en train de défendre. Elle reconfigure le groupe, d’une part parce qu’elle suscite à plusieurs moments une réaction de type choral des autres participantes, et parce qu’elle ouvre la voie à d’autres prises de parole qui vont faire entendre quelque chose comme le principe de réalité des conditions de vie des femmes réfugiées.

Conventions de transcription

La transcription se réfère à la convention ARAPI (Choueiri L., Dimachki L., Pinon C., Traverso V., 2019, https://ifpo.hypotheses.org/9335). Dans cette série de billets, le choix a été fait de n’utiliser que la ligne en graphie arabe et la traduction. La transcription phonétique est parfois utilisée dans le texte.

Bibliographie

Kerbage, H., Traverso, V. (le 03 août 2020). « Life skills et awareness sessions (1) : le thème de l’hygiène », Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/10643.

Kerbage H., Traverso V., « Life skills et awareness sessions (3) : « faire celle qui sait » », Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/10719, le 17 août 2020.

Schegloff, E. (2007). Sequence Organization. Cambridge, Cambridge University Press.

Traverso V., Kerbage, H. (le 10 août 2020). « Life skills et awareness sessions (2) : « répondre à son tour » », Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/10687.


Pour citer ce billet : Véronique Traverso, Hala Kerbage, « Life skills et awareness sessions (4) : l’hygiène, principes et décalages », Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, https://ifpo.hypotheses.org/10733, le 24 août 2020. [En  ligne sur hypotheses.org]


Hala Kerbage est psychiatre à l’Hôtel-Dieu de France de Beyrouth et chargée d’enseignement à la Faculté de Médecine de l’Université Saint-Joseph. Elle est consultante pour l’Organisation Internationale de la Migration, où elle prend en charge l’évaluation en santé mentale des réfugiés syriens avant leur relocalisation dans un pays tiers. Ses principales thématiques de recherche portent sur la santé mentale dans le contexte de précarité sociale et notamment de migration, à travers une approche participative et une méthodologie qualitative.

Véronique Traverso

Véronique Traverso est directrice de recherche au CNRS, spécialiste de l’analyse des interactions. Elle a dirigé plusieurs projets sur la communication entre les soignants et les personnes migrantes dans le domaine de la santé mentale. Elle est en poste à l’Ifpo Beyrouth depuis septembre 2017.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search